Dépendance sexuelle

Bienvenue sur le forum d'entraide pour les co-dépendant(e)s et dépendant(e)s au sexe sous toutes ces formes (tchat, porno, escorte, etc.). Vous y trouverez des espaces de partage et d'entraide, ainsi qu'un espace collaboratif (wiki) et des vidéos. N'hésitez pas à vous inscrire et partager votre histoire en toute confidentialité.

Pourquoi ?

Jeudi 28 Avril 2022


Je continue à venir pour écrire ici et alimenter mon journal. Je sais que ça ne sera pas forcément très lu, mais ce n'est pas ce que je recherche. En ce moment j'ai besoin de ces petits rituels pour m'ancrer dans mon sevrage.

Je suis quelqu'un qui rumine et qui sans doute pense beaucoup trop, je ne peux m'empêcher de rejouer er refaire différents épisodes de ma vie et j'ai rarement des pensées positifs.

Ce sont majoritairement des regrets que je nourris et je me fais des procès à moi même "Ha j'ai tellement mal agis avec I" "Ah si seulement j'avais fait telle ou telle action, ça aurait pu me faire évoluer dans le bon sens" etc etc Je me rends compte qu'au final je ne m'aime pas trop, que je suis d'une sévérité extrême envers moi même. J'ai certainement fait bcp d'erreurs, mais pourquoi y repenser sans cesse, en tirer des leçons oui, m'en servir pr m'auto detester à quoi bon ? Ca ne fait que détériorer mon état mental.

J'ai envie de plus de légèreté envers moi, de la bienveillance, pas me faire un chèque en blanc mais pas me traiter comme le dernier des nuls, et être dans l'action, la politique des petits pas et des petites actions vaut plus que tous les grands discours de sobriété, être dans le présent et dans l'action tout simplement.

Et ce journal m'aide à mettre en oeuvre cette approche.

As.
 
Bonsoir Asmyr.

Même si je ne suis pas très proactifs sur le Forum, je passe plusieurs fois par jours lire vos carnet. Et poster comme tu le fait aide. Le miens est un journal de bord, et il aide aussi à vider son sac plutôt que ressasser. 
Je reste persuadée que la clé de la réussite passe par plusieurs étapes:
1) la prise de conscience de son problème
2) le dialogue pour ne plus emmagasiner jusqu'à la rupture/addiction
3) l'acceptation qui passe également par se pardonner à sois-meme. 


Cette dualité dans nos personnalité, les valeurs auquel nous adhérons en temps normal et ce côté "Mr Hyde" qui refait surface lors des crises d'addiction, ce n'est pas notre personnalité, c'est le prisme de l'addition. Éloigné de cette même addiction, je le vois bien revenir mon caractère naturel, et il est à mille lieues de celui que je pouvais être en pleine crise. 


Courage dans ton avancé, je reste persuadé qu'une vie loin de tout ça est possible, je n'en est jamais était aussi sur... Continue à poster, decharge-toi de tes doutes et ton anxiété. 
Pour ma part je continuerai à venir te lire
 
Bonjour Eric.


>3) l'acceptation qui passe également par se pardonner à soi-meme.

Je suis d'accord avec ce point là, j'ai vrmt du mal à me pardonner, voire à m'aimer tt simplement. Je pense que c'est très lié à l'éducation que j'ai reçu, petit j'ai vrmt été maltraité, avec sans cesse des rabaissements de la part de mes parents, à force d'entendre t'es bête, ou t'es nul j'ai fini par m'identifier à ces qualificatifs, et même si j'en ai conscience aujourd'hui c'est très dur de revenir dessus.

Ca explique aussi une grande partie de mes blocages, et de mon manque de confiance aujourd'hui. Ca va bcp mieux avec mes parents mes rapports se sont améliorés mais dommage qu'ils n'aient pas mesuré la portée de leur parole à l'époque surtt quand on est un enfant et les dégâts que ça engendre.

Encore sobre pour aujourd'hui, ça va bien, j'aime bien cette sensation de clean retrouvée. Pas de mb (c'est surtt ça mon point de rechute). Je vais faire attention aussi à ne pas renouer des contacts avec des femmes qui au final ne me feront pas avancer.
 
Mardi 3 Mai 2022


Pas grand chose à dire, toujours clean. J'ai recontacté quelques femmes avec qui j avais eu des échanges sans bcp d'intérêt et il faut que je fasse attention à ce penchant car je sens que ca peut déraper vers le sexe virtuel ou à défaut vers des dials coquins.

Sinon j'essaie de remettre de l'ordre dans ma vie, professionnellement c'est un peu dur, mon projet va être arrêter (pour l'équipe en France, l'équipe en Asie va continuer), encore un projet où tout s'arrête, faute de budget et je vais devoir me greffer sur un autre, ce qui fait que je n'ai pas de stabilité en ce moment d'un point de vue pro.

Et l'autre point c'est qu'un collègue de mon équipe va rejoindre les équipes en Asie pour ce projet en mode expat, on lui a proposé et pas moi. Meme si lui est développeur et que ce n'est pas mon cas (donc on n'est pas comparables de par nos fonctions), donc pas comparable, j'éprouve une certaine forme de jalousie, il avait déjà fait un mini voyage de 15 jours pr voir les équipes en Asie en janvier avec le chef de projet, je ne faisais pas partie du voyage ce qui est assez vexant comme si je ne comptais pas. Et à l'époque ca ne coutait pas grand chose de m'inclure dedans.

En fait ca me donne que je suis privé encore une fois d'une chose qui m'aurait fait plaisir, et que sans doute je pensais aussi mériter.
C'était déjà le cas avec ma mère qui m'a privé d'une relation amoureuse par crise de jalousie, et durant toute mon enfance en accordant à mes frères et soeur ce qu'elle ne me donnait pas et je me retrouve encore dans le même de situation : ce qui aurait pu me revenir, ne m'est jamais donné.

C'est un schéma récurrent chez moi, le souffre douleur, la victime, le bouc émissaire, j'en ai pris conscience il y'a pas mal de temps et ça continue encore à m'arriver au niveau pro, peut être que je sur interprète mais je ne pense pas.

en tout cas le fait d'être clean pr aujourd'hui m'aide à ne pas trop déprimé, et juste à en faire le constat.
 
Jeudi 12 mais 2022


je suis en décomposition mentale.
J'ai pris 3 semaines de congés depuis lundi, car un nombre de jour à consommer.

Et je suis pas bien, enfin pas au meilleur de ma forme. :

- je procrastine aujourd'hui je n'ai rien fait, il est 16 h, et je ne sus pas toujours sorti, j ai juste pu prendre ma douche pr me remettre bien en qlq sorte.
- je me rends compte que je peux pas etre sobre à moitié, ca fait 15 jours que j'ai arrete la masturbation et la pornographie MAIS à coté de ca, je continue d'aller sur un site de rencontre dans le seul but d'avoir des dialogues sexuelles et de faire du sexe virtuel ;
- je retombe dans mes travers à savoir : intrigue amoureuse ou sexuelle, je suis en contact avec plusieurs femmes, et plusieurs profil, tout ca se passe par whatsapp ou snap c'est que du virtuel ; une avec qui je parle cul et une autre avec qui je mène une romance virtuelle là aussi (elle m'appelle mon amour, et je lui réponds ma chérie, on parle comme si on était ensemble alors qu on n'est rien l'un pr l autre) ;

voilà c'est du grand n importe quoi, je l écris pas pr m'acabler mais juste parce que ca m'aide à prendre conscience pr m en sortir.

La leçon c est que je ne peux pas être à moitié sobre (ne pas me masturber d'un coté mais parlé cul et intriguer de l'autre) la sobrité c'est comme les femmes enceintes c'est tout ou rien et y'a que comme ça que ca marche pr s'en sortir.

Merci de m'avoir lu.
 
Comme tu le dit: la sobriété c'est tout ou rien. Et même si tu ne te masturbe plus, ce jeu de dialogue avec d'autre femmes entretien ta dépendance et te maintiens dans l'addiction. 
Est-ce que tu as déjà réfléchi au pourquoi de ton comportement ? Est-ce que c'est venu progressivement ? Est-ce que c'est un palliatif à quelque chose ? Échapper au stress ? À l'ennui ? Fuire quelque chose ?
 
Jeudi 19 Mai 2022

Nouvelle journée, nouveaux espoirs.

Je suis en vacances, mais je ne vais nul part, j ai annulé un voyahe au Canada à la dernière minute, parce que ça me fait chier de voyager seul. Et je sens que que je suis pas dans une bonne composition. Du coup j'ai 3 semaines de vacances que je vais passer à Paris ce qui n'est pas génial en termes de dépaysement et de changement d'air.

Je peux littéralement passer des journées soit à chasser sur les sites de rencontre, soit à gamberger. J'ai rien qui memotive.
Et cerise sur le gâteau j'ai appris que je ne ferai pas partie d'un voyage pro en Asie, en février on m'avait déjà sucré le voyage en me disant que probablement j'irai en juin de cette année, mais je n'y croyais pas, c'était comme si on faisait une promesse à un enfant, "si tu travailles bien je t'achèterai un jouet", et force est de constater que j'avais raison.

Voilà ce n'est certes pas une raison mais c'est ce qui explique qu'aujourd'hui je me laisse aller, même si ça fait qlqs jours que je ne regarde plus de porno plus par lassitude en fait que par réel volonté, mais c'est toujours ça de pris.


eric44 a dit:
Est-ce que tu as déjà réfléchi au pourquoi de ton comportement ? Est-ce que c'est venu progressivement ? Est-ce que c'est un palliatif à quelque chose ? Échapper au stress ? À l'ennui ? Fuire quelque chose ?


Pour répondre à tes questions, Eric, évidemment que j'y ai réfléchi, ca fait 20 ans que j'y réfléchis. La raison la plus évidente pour moi de cette compulsion est que je ne supporte pas d'être seul, je souffre de solitude oui je le dis, c'est un peu honteux mais j'ai pas grand monde, j'ai bien des frères mais ils sont mariés ils font leur vie, et les amis idem. En tant que mec de 45 ans célibataire, j'ai l'impression d'être anormal.

Et le chat et la chasse a été un moyen de renter en contact et en intimité, j'ai l'impression que l'intimité sexuelle que je crée me permet d'être encore plus proche de la personne.

Et au final je crois que j'ai pas encore toute les clés, pourtant quand je suis en couple ca se passe toujours bien jusqu'à la rupture, j'ai pas besoin de 15 amantes mais une seule, le seul hic c'est que j'ai des peurs illogiques parfois, ou quand je suis dans une nouvelle relation j'ai de la nostalgie de la relation précédente et je me dis peut être que je fais une erreur de laisser la précédente.


Donc hésitations, inconsistance, peur, manque de confiance, le truc que je remue depuis des années en fait.
 
Bonjour Asmyr. 

Effectivement, comme tu le dit, tz situation actuelle n'est pas ideal pour entreprendre un réel sevrage. Néanmoins, si tu attend d'être serein pour mettre des choses en place, tu risque d'attendre encore un moment. Pour ma part, la sérénité est venu avec le fait de demarrer une thérapie et en "libérant" La parole. 
Comme toi, je me suis interrogé pendant des années sur les causes de ma dépendance mais, j'ai vraiment commencé à avancer et aller mieux lorsque j'ai avoué ma dépendance et pris rdv avec une thérapeute. L'auto analyse n'est pas la solution. Elle aide à comprendre les choses mais sans un vrai travail de fond, peu de chance d'avancer. Il y a des mécanismes et des peurs inconsciente qui sont les causes de nos addiction et necessite une aides extérieur pour avancer. 
D'ailleurs, comme me le disait ma thérapeute, même eux qui ont pourtant les clés et sont expert dans le domaine font appel à des confrères pour leurs problèmes perso car ils ne peuvent pas régler eux même certaines choses. 
Tout ce que je peux te dire, c'est que c'est maintenant que tu as du temps qu'il faut en profiter pour mettre les choses à plat et contacter quelqu'un pour te faire aider. 
Pour la part, je n'ai jamais autant avancé que depuis que je consulte quelqu'un et ce travail m'amène à comprendre une partie des raison de la dépendance et à travailler sur des angoisses (peur de l'abandon, jalousie etc). Et ça fait du bien de retrouver le morale et sans ce poids sur mes épaules. 
Bon courage
 
Salut Eric,


ca fait des années que je suis en psycho thérapie. Depuis 2010, exactement quand j'ai pour la 1ere fois pousser la porte d'un cabinet. Au cours de ces 12 années j'en ai fait 6 ou 7 des thérapeutes. Certains m'ont aidé à avancer plus que d'autres.

Je m'en souviendrai toujours d'un où dès la 1ere consultations je suis sorti en larmes, en gros il m'avait dit :

"je m'en fous de tes problème de porno, je veux que tu me parles de tes vrais problèmes"

A l'époque j'étais en rupture amoureuse, et en creusant il a mis en lumière des jeux psychologiques familiaux, mis en place depuis mon enfance évidemment et qui avaient un impact négatif sur moi pour ne pas dire toxique.

Quelque part ça m'a fait du bien, c'était une révélation, une claque magistrale qui a donné lieu à une vraie prise de conscience, sur ma liberté de choix, qui était là plutôt une liberté de non choix.


Ca m'a fait beaucoup de bien, mais quelque part ça n'expliquait pas selon moi, ou du moins qu'en partie :

- pourquoi mon manque de confiance
- pourquoi la dépression
- pourquoi le sentiment de ne pas être totalement acteur de ma vie, et bien souvent une victime.

En tout cas, ça me fait du bien de pouvoir l'écrire parce que dernièrement j'ai compulsé sur du porno et dans la masturbation à ne plus pouvoir en jouir et écrire ça, me remet un peu la tête à l'endroit.
 
Mardi 15 nov 2022.


13 ans, cela fait 13 que je viens sur ce site pour partager et essayer de trouver des réponses à mes différents problèmes.
De l'eau a coulé sous les ponts, mais y'a toujours ce mal être au fonde moi. En ce moment ce qui me travaille c'est le manque de perspective sentimentale, je me suis séparer de ma petite amie l'année dernière de manière futile et assez incompréhensible, on s'appréciait mais on a jamais rien pu concrétiser.

Aujourd'hui je pète un câble à vivre une vide célibataire, une vie de charo, de patachon. à 45 ans j'ai pas envie de finir vieux graçon, je vis seul sans enfants et c'est lourd à supporter. Y'a rien qui me met en joie car je me dis si c'est ça la vie, travailler 8 heures, manger seul, dormir seul, regarder et se branler seul, mais quel sens ça a tout ça ? Aucun pour moi.

J'aurais pu et du creuser mon trou y'a 10 ans de ça, ma mère m'a tout simplement empêcher de me mettre avec une femme que j'aimais, tout simplement car elle a pris le contrôle de ma vie depuis tout petit et n'acceptait pas que je fasse mes propres choix.

Ma vie n'avance pas, ou elle avance mais pas sur le plan sentimental.

Je suis dans une phase de compulsion aujourd'hui qui m amène a approcher des femmes sur les sites de rencontres, pour y avoir des dials de cul et finir en masturbation par téléphone je me suis fait banir dur site par les modérateurs.

Voilà ma vie en ce moment et ca ne date pas d'aujourd'hui je ne sais pas quel suite ou quel direction prendre, aujourd'hui me sens pas bien, car honnêtement ça fait des années que je vis mal mon célibat et je ne sais plus quoi faire pour le résoudre.
 
Salut Asmyr,

Désolé de lire ton post et l’infinie tristesse qui s’en dégage. Je ressens la même chose mais ce n’est une consolation pour aucun de nous. Je suis au fond du même trou à crier « à L’aide » dans la nuit aveugle et sourde. 

Courage mon frère.
 
Salut Asmyr

C'est avec tristesse que je lis ton dernier message. Nous avançons tous si lentement dans nos vies et nos démarches, que c'en est je te le concède parfois désespérant. D'où ces périodes que tu traverses où l'on se sent au fond du gouffre, englués dans une situation que l'on arrive pas à fuir... 

Ces phrases que tu as écrites, "je ne sais plus quoi faire", résonnent si bien dans mon esprit... Je les ai écrites tant de fois. Cette impression que l'on a tout tenté sans succès, et que l'on en parviendra plus à s'en sortir. 

Dans mon cas, peut-être cela pourra-t-il t'aider, il y a un "besoin physique", la masturbation, un "besoin psychologique", la masturbation, et des moyens d'y parvenir plus ou moins facilement. Des moyens qui sont de plus en plus forts avec les années, car comme une drogue, la jouissance demande à chaque fois un peu plus pour survenir. 

La démarche que j'ai mise en place voici plusieurs mois maintenant, consiste à supprimer la funeste habitude de recourir à ces ponts vers la plaisir ( pour moi les chats, les sites de partage de photos, le téléphone rose) avant d'attaquer la mab en elle même. Parce que même si je parviens à me sevrer 10 ou 15 jours, la pratique du chat, ou du tel rose, le besoin de dialoguer, ces sensations, me ramènent immanquablement vers la rechute. 

Aujourd'hui, j'ai supprimé une de ces habitudes, l'autre est sous contrôle, et le tour du téléphone rose viendra... au prix d'une masturbation contrôlée, car si le "besoin physique" est trop fort, il me fait lui aussi reprendre mes mauvaises habitudes... C'est une question d'équilibre. Et Peu à peu, ces petites victoires me replacent dans une trajectoire positive. J'ai le moral, l'estime de moi revient. Ce ne sont que de toutes petite victoires, mais tout est bon dans ces situations non? Et plus tard, la masturbation cessera aussi ou sera devenue plus acceptable, parce qu'isolée de toutes mes autres mauvaises et coupables pratiques. 

Dès lors mon ami, tu peux peut-être faire de même...? Stopper peu à peu les pires de tes habitudes, tout en limitant légèrement la masturbation pour pouvoir la pratiquer sans avoir recours au pire... Dès lors, un peu de positif reviendra dans ta vie, et c'est en exterminant patiemment, une à une, ces mauvaises pratiques que tu pourras de nouveau croire un peu en toi. 

Je ne dis pas te débarrasser de tout, mais juste revenir à un état d'esprit un peu plus positif. Le seul qui te permettra d'avancer. 
Et au pire, si tu restes dépendant à une masturbation "raisonnable", pourquoi pas... Ce n'est ni répréhensible, ni dangereux. Et tu auras là l'équilibre pour peut-être envisager aussi ta vie différemment. 

Quant à tes problèmes familiaux, je ne suis pas psy, mais j'aurais tendance à dire que quel que soit ton problème, tu ne dois pas te sentir responsable de ce qui a pu arriver, si jamais tu éprouves ce genre de sentiment. Visiblement, tu as eu à supporter une mère intrusive... Tu es la victime dans cette histoire, même si tu as le sentiment que tu aurais du ou pu te rebeller, ou lutter. Bien souvent, lorsque l'on est jeune, on est démuni, voire pas tout à fait conscient de ce que l'on vit et subit. 

Enfin, pour ta situation actuelle, ton célibat, ton sentiment de solitude, je comprends que ce soit difficile, mais tu dois voir les choses autrement. Etre avec quelqu'un, c'est clairement pas la solution pour que tu ailles mieux, vu que lorsque cela arrive, la relation pâti de tes souffrances. Etre avec quelqu'un ne te fait pas de bien sur le long terme. Bien sûr, ce sera surement ce qu'il te faudra plus tard, mais avant tout, commence par régler certains de tes problèmes. Je sais, c'est affreusement banal de dire cela, mais c'est pourtant la vérité. Commence par être plus indulgent avec toi même, commence par écrire sur toi, tes soucis – mais pas ici, dans un récit personnel – et tente, au fil des mots, d'exprimer ce qui ne va pas, avant de tenter ensuite de faire preuve d'indulgence. une sorte d'auto-analyse, c'est moins efficace qu'avec un vrai psy, peut-être, mais c'est aussi moins brutal, et sur le long terme, cela permet aussi de se réconcilier avec soi-même. Il ne s'agira par pour autant de t s'aveugler sur tes vrais problèmes bien sûr. Mais ceux-là, tu les règleras lorsque tu seras plus en paix avec toi même...

voilà pour ce long message. Il y a plein de petites recettes pour aller mieux, il suffit juste de les mettre en musique. Ce n'est pas miraculeux, c'est long, mais ça a marché avec moi.... Et pourtant, tu sais que pour moi non plus, rien n'était simple ;-)

reprends contact avec moi si tu veux, on reparlera. @ bientôt
 
Merci Dexter, pour ta longue réponse.


Ça fait plaisir de voir qu'il y a de vieilles connaissances qui prennent le temps de répondre quand je ne me sens pas bien au fond du trou, sans lumière perceptible au bout. Dire qu'on a commencé nos échanges fin 2013, début 2014. C'est dire la longévité de certains ici. Je ne sais pas s'il faut s'en réjouir, mais en tout cas, je sais que ce forum, aussi modeste soit il, reste une source d'aide.

Ça fait un bail comme dirait l'autre, et c'est peut-être l'occasion de prendre le temps de réfléchir. En 2013, j'ai eu cette rupture amoureuse qui m'a terriblement fait souffrir, car elle m'a fait ouvrir les yeux sur des années de compulsion et de comportement addictifs que j'essayais de cacher sous le tapis. C'était violent. Les 15 années d'addiction de l'époque me sont revenus d'un seul coup en pleine gueule. C'était comme si la fusée du porno/chat/masturbation que je croyais gouverner et piloter tant bien que mal m'avait explosé en pleine tête me laissant à la dérive, ne sachant plus sur quoi me raccrocher.

Je crois que j'ai vraiment souffert à cette époque, c'était le prix de la prise de conscience. Peu après cette rupture, j'ai fat des rencontres, toujours des femmes bien, mais la cicatrice de ma précédente rupture n'était pas fermée, et l'ombre de ma relation planait toujours. Je pense réellement que j'avais trouvé ma femme idéale de l'époque, mais que je n'ai pas su la conserver, car je suis un saboteur. J'ai fait exprès de la pousser à bout pour qu'elle me quitte, et pour que je n'en endosse pas la responsabilité.

Tout ça, c'était il y a 8 ans, j'ai pris de l'âge, j'ai fait des rencontres, changé de métier, déménagé, mais malgré tout, j'ai l'impression de ne pas avoir avancé sur ce qui me semble le plus important aujourd'hui : mon addiction et mon célibat.

Hier, je me suis fait bannir à nouveau du site de rencontre que je fréquente, une n-ième fois. Et j'ai essayé de contourner le bannissement basé sur le numéro de téléphone par divers moyens. Pathétique.

J'ai évolué de la mauvaise manière sur ce site, de la recherche sincère de l'âme sœur, que j'avais trouvé à l'époque, je suis passé à utilisateur compulsif en vue d'assouvir mes couilles. Ni plus, ni moins.

Et je prends conscience en fait que le temps est la chose la plus précieuse dont je dispose. Dans le film les Évadés, ils disaient cette phrase : "dépêche-toi de vivre, ou bien dépêche-toi de mourir". Je trouve qu'elle résume bien ma pensée en ce moment.

En tout cas, ce matin, je suis dans de meilleures dispositions, légèrement mieux. Je me vais sans doute me remettre à un sevrage de site de rencontres, de porno, de masturbation, car j'ai besoin de clean, clean dans ma tête et aussi d'estime de moi. Parce que mon estime est au plus bas en ce moment. Ce n'est pas facile, mais il faut que je me redonne de l'espoir, si je veux m'en sortir.

Et aussi retrouver de la sincérité, dans tout ce que je fais, envers moi même, et envers les autres.

Bonne sobriété à tous.

Asmyr.
 
J'écris ici, car je me dis que c'est toujours un pas vers la sobriété.

J'ai l'impression que je vais redire la même chose, évoquer les mêmes comportements état d'esprit, alors désolé par avance pour ceux qui me lisent.


J'ai l'impression que je ne suis jamais insatiable, j'ai eu pas mal de petites amies, et finalement, je n'ai jamais rien entamé de sérieux, je suis toujours resté dans un entre deux pas clair, quant à la suite (c.-à-d. engagement plus fort, mariage etc) et aujourd'hui, je suis un peu en fin de course.

Hier, je me suis levé la nuit pour aller sur le site de rencontre à trois heures du matin, et je n'ai pas arrêté de compulser jusqu'à 5 heures, autant dire que mon état au travail ce matin est lamentable.

J'ai l'impression que la vie idéale, avec une femme que j'aime, ne se présentera jamais. Je retourne sur ce site de rencontre où j'avais rencontré celle qui vraiment aurait pu être la femme de ma vie, pour ne chercher que du sexe virtuel avec des femmes à gros seins tant qu'à faire.

J'ai l'impression que je suis hors-jeu, et que rien sentimentalement de bien ne pourra m'atteindre.
Mais en même temps, je n'ai pas envie de me laisser sombrer, c'est compliqué, mais il faut que je retrouve les ressources pour remonter la pente, c'est très dur..

Je le dépose là.

Merci pour votre lecture.
 
Salut Asmyr, 

Comme je te l'ai déjà écrit et sans doute dit, l'avantage, lorsque l'on est au fond, c'est qu'on ne peut que remonter. Et que dès lors, chaque petit pas en avant est un progrès qui renforce et permet d'avancer. Je pensais écrit ces quelques lignes sur mon récit, mais pourquoi pas les mettre ici... J'avais plusieurs pratiques déviantes à régler avant de tenter la sobriété masturbatoire. Et bien en les traitant une par une, et en me renforçant de chaque minuscule victoire, j'ai pu mettre derrière moi ces mauvaises habitudes. Alors certes, tout n'est pas réglé mais... disons le... presque 6 mois sans chat, 3 mois sans partage de photos, 1,5 mois sans téléphone rose, les progrès sont inespérés. 

La dernière fois, que j'avais écrit ici, j'avais des espoirs, ils se concrétisent. Ce qui a marché pour moi pourrait fonctionner pour toi. Je n'en suis pas encore à l'arrêt masturbatoire, il ne viendra peut-être jamais, mais si j'ai au moins réglé mes déviances, j'aurai déjà fait des pas énormes.

Peut-être pourrais tu faire de même. Faire le point de ce que tu peux résoudre, répartir tes problèmes, et les régler un a un, tranquillement. nous avons tout notre temps finalement pour nous arrêter. Et c'est lorsque tu auras accumulé assez de confiance en toi, fort de ces minuscules victoires, que tu pourras finalement avancer aussi sentimentalement. on dit que pour rencontrer qqn, il faut avant tout se sentir bien avec soi. c'est tellement vrai! courage mon ami.
 
Salut Dexter


Merci pour ton message, je me souviens de nos échanges à tes débuts sur ce forum fin 2013, début 2014, et ça me fait réaliser que le temps passe et qu'il est précieux. J'essaie de me remettre dans ce même était d'esprit que celui de l'époque, ça ne sera pas pareil évidemment, mais je peux essayer d'en retrouver la saveur, la couleur.

Ça va bcp mieux aujourd'hui, en fait le site de rencontre est devenu un site de chat pour moi où j ai la possibilité d'avoir un plan en réel. Hier encore, je discutais avec une femme, et j'ai mal entamé la relation avec elle, car elle est très vite allée sur un terrain très intime. Et j'ai retrouvé ma lucidité, en me baladant hier à Paris, ce qui m'a fait bcp de bien.

J'ai retrouvé mes esprits : NON ! Je ne veux pas d'une relation basée que sur qlq chose de physique. Je veux de l'amour, je veux des sentiments vrais, profonds, sincères, authentiques, beaux qui me font sentir exister, exulter.

Alors, j'ai pris mon courage et j'ai mis fin à cette relation, car je préfère la vérité qui blesse que d'entretenir un mensonge, si petit soit-il. J'avais peur de sa réaction, car comme souvent, j'ai l'impression d'être faible, mais finalement non, c'était la bonne décision. Et je me sens vraiment mieux ce matin. J'ai besoin d'avancer, construire, réaliser des choses concrètes, pas dépenser mon énergie dans quelque chose qui d'emblée est une voie sans issue.

J'ai pris une résolution : passer à l'action, faire des petits pas, des choses concrètes, régler ce que je repousse toujours à demain ou plus tard. Je m'applique la politique des petites actions : "un con qui marche ira toujours plus loin qu'un philosophe qui réfléchit".
 
Sevrage jour 02


Habituellement, je me réserve un temps le matin pour écrire dans mon journal, mais cette fois-ci j'avais envie d'écrire ici, dans le forum, pour me sentir un peu moins seul. Je me dis aussi que ça av donner un semblant de vie qui fait un peu défaut en ce moment.

J'ai décidé d'entamer un sevrage. Mon principal comportement limite étant d'aller sur les sites de rencontre non pas pour y rencontrer une personne et essayer de faire ma vie avec, mais plutôt pour compulser sexuellement, via des messages ou plutôt le téléphone. Et depuis que le téléphone est devenu gratuit et illimité, cela a eu un impact négatif sur les échanges. Je peux dire que le temps de la séduction et les rapports sur ce site ont grandement changé et pas en bien.

Tout est devenu banal, vulgaire, je n'ai pas arrêté de passer des heures pour rencontrer une femme avec qui je pourrai me branler avec au téléphone et assouvir mes fantasmes sexuels de plus en plus poussés sans forcément être extrêmes.

  • J'ai couru en vain après des femmes, qui ne m'accordaient que des miettes de leurs temps
  • Je me suis investi avec des femmes, avec qui ça semblait coller, mais qu'il était très difficile de voir, et qui finalement n'avait pas les mêmes contraintes que moi
  • des femmes ont flashé sur moi, mais il s'est avéré que nos modes de fonctionnement étaient incompatibles
  • j'ai eu des échanges intéressants, mais sans que cela se concrétise
  • j'ai perdu beaucoup de temps, hypnotisé et suspendu à attendre la prochaine notification de visite ou de messages sur mon profil

Bref, j'ai fait une over dose de site de rencontre, et ça fait 10 ans que j'y traine. Le pire, c'est que ça m'a donné un sentiment de pouvoir remplacer aisément les femmes avec qui j'étais, mais la réalité est plus complexe. J'ai l'impression d'être resté bloqué dans une faille spatio temporelle, que je n'ai pas avancé dans ma vie amoureuse et sociale et qu'aujourd'hui j'en paye le prix.

C'est ainsi, je ne veux pas m'apitoyer sur mon sort, mais j'ai compris et décidé que cela ne pouvait plus continuer. Alors, j'ai décidé d'entamer ce sevrage, de site de rencontres, qui aujourd'hui deviennent très compliqués à appréhender et à utiliser. J'ai besoin d'un nettoyage profond de mon être, de mon âme, je n'ai plus de compte, et déjà, je me sens mieux, beaucoup mieux, un peu plus libéré, plus présent, plus conscient.


Je me sens un peu seul face à l'inconnu, avec peut-être le plus grand défi à relever pour moi, pour me sortir de ces comportements et retrouver une forme de dignité que j'avais perdue. Seul face à moi-même, mais avec l'envie d'avancer malgré la peur/
 
Hello Asmyr



Je suis heureux de te lire ainsi, décidé à reprendre le contrôle de toi-même. 

Tu as tellement raison! Tu te sentiras tellement mieux. Je ne sais pas quelle tactique tu adopteras pour t’en sortir, personnellement, j’adopte le petit pas, et le jour après jour. Choisis ta voie, et tiens y toi. Je te conseillerais d’y aller tout doux pour commencer, de manière à cibler ce qui te réussis, et ce pourquoi tu as échoué jusqu’alors. Jour après jour, semaine après semaine, les réponses viendront d’elles-mêmes, et les solutions émergeront. Mais le temps qu’elles arrivent, constitue toi un vrai capital confiance, en remportant déjà de vraies premières petites victoires. Tu as une personnalité à reconstituer. Commence par te détacher de la racine la plus pourrie. Pendant plusieurs mois. Puis arraches-en une deuxième, et ainsi de suite. De la sorte, peu à peu, tu recouvreras ta liberté. 

C’est ainsi que je procède, et je ne saurai conseiller rien d’autre à personne. Nous fonctionnons tous différemment. Mais si j’ai trouvé cette voie, tu sauras trouver la tienne. 

En six mois, soir après soir, j’ai déjà accompli de grandes choses, dit au revoir à des pratiques nocives, renoncé à des amitiés bancales et inégales, fausses et qui ne faisaient que me faire replonger après quelques secondes d’extase hormonale. Tu y arriveras aussi. 
 
Bonjour


bcp de mal en ce moment. Je me rends compte que je n'ai plus la force de rien tout simplement pcq je suis seul.
Y a pas grand chose à dire. Si je vaus sur du porno, c'est pcq je suis célibataire. Si je vais sur les sites de rencontre c'est aussi pcq je suis celibataire.

Je souffre d'une grosse addiction aux sites de rencontres. Il faut déployer une énergie monstrueuse pour espérer trouver quelqu'un, bcp de temps passé en ligne.

Je me mets à dialoguer pour passer le temps avec un peu n importe quelle femme que je vois connecté, même celles qui habitent l'autre bout de la France avec plusieurs enfants. Comme si c'était réaliste, comme si j'allais ou elle allait déménager.

Le soir je reste connecté tardivement, parfois dans le lit, le matin le premier geste que je fais, c'est de vérifier mes messages. Je drague des jeunes femmes de 18/20 ans qui se laissent draguer en retour.

Je fantasme sur des femmes inaccessibles. Je souffre de ce que l'on appelle dating fatigue. Hier j'ai essayé de lire qlqs pages d'un livre, après chaque page je checkais l'application. Je vais même consulter le profil de nana à l'étranger.

Je n'ai plus de vie sociale ou très peu. Rupture en 2014, puis à nouveau en 2021. L'impression que toutes les femmes bien sont prises, et qu'il ne reste que les cassos.

Les amis, ils sont tous en couple ou partis en province. Je n'ai plus de cercle. Je vais au sport, tout seul, je mange tout seul, je fais mes activités tout seul. Pourtant j'habite à 20 mn en train de Paris.

JE regrette cette femme avec qui j'aurai pu faire ma vie il y'a 10 ans. Je remarque que je n'ai pas réglé mes problèmes profonds.

En ce moment je suis comme un petit chien avec une nana, qui me donne des miettes de présence, elle m'a bien allumé lors des 1ers échanges, et me dit qu'elle a des pbs perso ce qui est vrai (pb financiers notamment), mais aucune logique dans sa démarche et je reste suspendu à elle tel un petit chien à attendre ses messages.

J'ai aussi une formation que je prépare avec des examens debut juillet, j'ai rien foutu.

Je n'y arrive pas. Je ne vois pas ce qui peut changer ma vie.

Asmyr.
 
Salut,

Cela fait plus d'un mois que je n'ai pas posté et je commence par te répondre ;) Fait plaisir de te voir ici, bien qu'en y pensant un petit peu, le plaisir ce serait de ne jamais revoir de membres ici, et espérer que c'est pour les bonnes raisons que vous êtes parti, parce que tout va bien, etc.

La solitude, tu l'exprimes bien, c'est ce qui nous ronge je pense, ce sentir seul, s'ennuyer et vouloir combler ce vide par notre addiction. Je n'ai pas de remède miracle, dans tout ce que tu décris, tu ne sembles pas t'impliquer dans des groupes pour faire des activités ? Activités sportives, de la marche, jeux de société, que sais-je, pour rencontrer du monde, gars, fille, etc.. et voir ce que cela va donner. 

Je me souviens que j'allais au Ping Pong tous les samedis environ, c'était le fun, je voyais des gars, on s'entendaient bien, cela me sortait de mon train train et certains avaient même une oreille attentive quand ca allait mal.

Bon courage !
 
Haut