Dépendance sexuelle

Bienvenue sur le forum d'entraide pour les co-dépendant(e)s et dépendant(e)s au sexe sous toutes ces formes (tchat, porno, escorte, etc.). Vous y trouverez des espaces de partage et d'entraide, ainsi qu'un espace collaboratif (wiki) et des vidéos. N'hésitez pas à vous inscrire et partager votre histoire en toute confidentialité.

Pourquoi autant de violence.. dans la porno

pikmin

Administrator
Membre du personnel
Hello,

Cela faisait des semaines que je n'avais pas mis mes yeux sur de la porn, j'étais bien avec ça, mais dès que l'on commence, c'est dur d'arrêter.

Bref, quand on regarde tout ça a froid, car quand on est dedans, on est comme hypnotisé, on ne peut pas, en tout cas moi avoir une distance et juger ce que l'on voit, ou alors durant une petite lueur d'espoir pas assez forte pour nous en faire sortir. Par contre, après coup quand on y pense, c'est complètement dingue la violence que l'on retrouve dans la porno ! C'est hallucinant, que des femmes acceptent de se faire traiter comme des merdes. S'il n'y avait pas l'argent, je me demande bien si ca irait aussi loin. Oui je sais et j'ai appris au fil des années, que des femmes aiment se faire dominer, humilier, mais dans la plupart des cas ceux qui décident les scènes ce sont des hommes, pour la plupart, n'est-ce pas ?

Donc ma question est naive, presque idiote, pourquoi passer par la violence pour amener le plaisir aussi fort !?

Merci
 
Je pense que la violence (au demeurant pas systématique dans la pornographie) c'est une surenchère visant à compenser l'absence de sensation tactile, gustative et olfactive par un débordement des stimulis visuels et auditif.
OU en langage simplifié:
comme on peut pas toucher les seins, sentir le parfum et mettre la langue, on compense en écoutant des nanas hurler plus fort et faire des trucs visuellement plus spectaculaire.
et bien sûr pour le pornographe, c'est plus facile et économique de montrer une actrice qui crie en se faisant gifler ou fesser que de l'habiller avec de la lingerie incrustée de diamant dans un palais pendant un feu d'artifice prendre du réel plaisir avec des caresses.

C'est un peu comme l'industrie agroalimentaire qui plutôt que de prendre des fruits qui ont poussé en pleine terre sous le soleil pour avoir une intensité naturel de goût prouvant leur qualité se contente de rajouter du sucre violent pour les dents, le foie et le diabète.
 
Ça pourrait être un début d'explication, ça a du bon sens mais d'après moi c'est une partie de la réponse. 

Il doit y avoir aussi une corrélations avec la demande des consommateurs? À force on sait bien qu'il faut que ce soit de plus en plus hardcore donc j'imagine que les pornos doivent s'adapter aussi? Quoi qu'en écrivant cela et en te lisant nos théories ne tiennent pas sinon pourquoi ça n'était pas présent dans les années 80?

Est ce que cela serait une norme imposé par les pornos amateurs? Les petits producteurs qui ont pu se faire connaître sur internet et donc imposer le ton?

Bref
 
Pikmin, je trouve étonnant que tu poses cette question sur la violence, comme si tu faisais de l'auto-trollage dans tes efforts pour te libérer des chaines de l'addiction, mais je veux bien rajouter une petite contribution à ton étude. Je vais faire court, et mettre ça à la première personne, bien que je ne sois pas fan de la violence, ni dans le porno ni au cinéma, sauf que au cinéma je peux me dire qu'elle est simulée, alors que dans le porno j'aurai toujours un doute. 
J'essaye de regarder les choses d'assez haut. En même temps, c'est mon expérience perso (pas de seconde main, lol)
Qui consomme de la pornographie ? je parle de la période pré-industrielle, avant que les robinets à porno coulent dans toutes les maisons (à condition toutefois de mettre les mains dessous)
Au départ, des garçons, qui ne trouvent pas de satisfaction dans le réel. Qui n'ont pas de sexualité épanouie avec des filles -> qui ne parviennent pas à construire de relation assez positive pour mener à la sexualité interpersonnelle, si tu vas par là. Le porno est pour eux une consolation, mais ça ne marche jamais de façon vraiment satisfaisante, puisque c'est comme boire de l'eau salée quand on a soif, on se rappelle qu'il existe de l'eau douce mais on n'y a pas accès, comme à Gaza en ce moment. Et la consolation tourne à la désolation, et qui est responsable de cette situation ? les filles, bien sûr, qui ne me trouvent pas assez séduisant, trop ceci et pas assez cela pour me fréquenter, et peut-être enfin coucher avec moi. Il ne me vient pas à l’idée que pour être aimé, faut être aimable, non, « j’en veux à la première qui m’a laissé tomber » (Thiéfaine) et je me venge, ou plutôt je suis vengé, par cette violence envers les femmes que je trouve dans certains contenus. Et si j’éprouve du ressentiment envers les femmes dans leur ensemble, et si je prends mon pied à regarder des séquences de domination parce que ça me défoule de ma frustration, ça ne fait que resserrer les liens de mon malheur.
voilà voilà…
 
Hello, 

C'est triste de te lire car tu sembles écrire mon mode de fonctionnement car cette dernière année c'est bien ce que j'ai compris de mon mode de fonctionnent inconscient. 

C'est tellement en contradiction avec l'être que je suis dans la vie de tous les jours. 

Si l'homme fonctionne ainsi, qu'en est il de la fille qui accepte ça? Est elle en train de se punir de ne pas être une fille à la hauteur?

Bonne journée
 
C'est pour moi la vieille loi de l'offre et de la demande.

Du côté de l'offre, il faut sans cesse que le contenu soit de plus en plus transgressif.
Dans les années 80, faire un simple film porno était transgressif, aujourd'hui, il y en a tellement qu'il faut produire le contenu qui sera susceptible de capter l'attention du spectateur, quitte à le choquer.

Et du côté de la demande, je suis complètement d'accord avec John, cela permet de réaliser une  vengeance par procuration.

Moi la violence qui me dérange le plus est celle que l'on rencontre sur les sites de webcam amateurs, où les femmes sont maltraitées par leur compagnon ou mari.
Et comme pour les films pros ou semi pros, c'est à ceux qui iront le plus loin.
 
Ouais je vois, malheureusement même en étant conscient de tout cela, rien ne m'empêche aujourd'hui encore d'y être retourné aujourd'hui pour me nourrir de cette violence gratuite :(
 
Au moment où tu consultes cette violence, ta conscience se met en off, il n'y a que la recherche du plaisir qui compte.
Par contre, une fois le but atteint, là ta conscience se réveille et c'est dur.

Bon courage et n'hésite pas à échanger,ça peut faire du bien parfois.
 
C'est pour ça que je dis que c'est une discussion de troll : pour moi, ça ne sert à rien de discuter de la couleur du vélo, à partir du moment où j'ai décidé de ne plus en faire. (le porno est comme un vélo sans selle dans les fesses de l'amour, si je puis me permettre cette image délicate, et je préfère la marche à pied. Malgré l'inconfort de la station debout, et d'avoir à mettre un pied devant l'autre. Et de recommencer.)
Tout plutôt que cette triste gymnastique de prolétaires de l'uberisation de la sexualité. 
Tout, c'est à dire rien.
 
Haut