Dépendance sexuelle

Bienvenue sur le forum d'entraide pour les co-dépendant(e)s et dépendant(e)s au sexe sous toutes ces formes (tchat, porno, escorte, etc.). Vous y trouverez des espaces de partage et d'entraide, ainsi qu'un espace collaboratif (wiki) et des vidéos. N'hésitez pas à vous inscrire et partager votre histoire en toute confidentialité.

Dexter Sevrage

Ptn dur aujourd'hui... En télétravail de chez moi, comme chaque jeudi. Je pourrais avoir deux jours par semaine, je n'en n'ai pris qu'un, car franchement, c'est tellement dur quand je suis seul. Ce matin encore, j'ai crisé au moins 3 heures. Mais bon, un mail urgent de mon boulot m'a subitement remis les pieds sur terre, tant mieux! Comme si un de mes partenaires de boulot m'avait vu ne rien faire, ça a été un électrochoc. Je suis passé du mode zombie au mode boulot en 1 seconde, quel réveil!!

Bon je m'y mets, après 6 jours de vie familiale et de travail normal, tant mieux. Après, je serai plus loin dans mon travail, et je sais que ce sera moins dur!
 
Bon, chute hier. C'était vraiment devenu difficile. 

Que je suis fragile ces jours-là... le moindre imprévu, la moindre occasion, me rend fébrile, et cette fois-ci, j'ai cédé. Je n'ai plus qu'à me relancer, je ne suis pas très sûr d'en avoir immédiatement envie.

En fait, quand je suis dans une phase d'arrêt, je suis tout le temps en tension. Tout le temps. Donc la moindre situation me rappelant de près ou de loin la dépendance peut réactiver de mauvais réflexes. Et faire monter la tension, jusqu'au point de chute.
 
Pour rebondir sur ton précédent message, je regarde de mon coté, des journées à me faire chier dans ce boulot, je traine, je me sens coupable d'être payé à rien foutre, du coup je déprime et boom la rechute.

Etre occupé toute une journée, ça change la donne, y'a pas à dire non ?
 
Ah oui absolument, c'est bien plus facile quand on a pas un instant à soi, et tellement dur quand on se retrouve face à soi-même...

pourtant, c'est bien dans ces moments que se forge la volonté et, au final, l'indépendance.
 
Ce matin, j'ai tout raconté à quelqu'un...

Quel étrange moment, une étrange parenthèse de ma vie, où la parole se libère, ou tout à coup, tout sort, petit à petit. Des tas de choses que je n'avais jamais racontées à quiconque. Et puis, vous ne savez pas pourquoi, les digues lachent, et les mots vous viennent. Quelqu'un qui sait vous mettre en confiance, quelqu'un qui veut savoir, peut-être parce que cette personne, aussi cherche des réponses. 

A travers notre échange, j'ai su qu'elle cherchait dans ce que je lui racontais à en savoir plus sur moi, à me comprendre, et ainsi, sans doute, à comprendre aussi ce qui avait pu lui arriver, le pourquoi de l'âme humaine. 

Je lui ai parlé de moi, je l'ai un peu écoutée aussi. Il n'est pas facile d'avoir une total confiance, ni une totale proximité. Il n'est pas facile non plus de tout dire, sans risquer à un moment donné, d'aller trop loin et de dire n'importe quoi, des choses qui pourraient blesser, des choses qu'on n'aurait pas dû dire. Je me suis rendu compte qu'elle en savait bcp sur moi, aussi. J'ai été assez impressionné par cela. A force d'écrire ici, depuis plus de 10 ans, on ne se rend plus vraiment compte de tout. 

J'aurais aimé pouvoir, en me racontant, me trouver mystérieux, nappé d'une aura envoutante, l'homme à la double vie, l'homme à la double personnalité... C'est tellement bien vendu, ce type de profil, dans la littérature, le cinéma... Faust, Dexter justement, la damnation... Mais je ne me suis jamais senti ni mystérieux, ni hypnotique... Tout juste honnête, et encore n'ai-je pas tout dévoilé, inconscient, encore une fois, de ce qui aurait pu choquer et de ce qui aurait pu intéresser. 

Mais j'ai été mis en confiance et j'ai apprécie ce moment. Ils sont trop rares, ces moments où l'on peut tout dire. Et rien que pour cela, merci à elle.
 
Tu racontes un très beau moment.
Et c'est bien cette sincérité épurée, dénuée d'artifices comme on peut en voir dans la littérature ou au cinéma, qui est la plus belle.
Je fais parti de ceux qui pensent qu'on a tout a gagner à s'ouvrir.
Bravo !
 
Merci pour ce retour cher ami. Et en effet, ces moments de sincérité sont rares, si rares qu'ils ne peuvent que marquer. Et la manière dont j'ai été écouté m'oblige à ré-essayer de me sortir de nouveau de tout cela. Je ne peux pas rester indéfiniment dépendant, parce que je n'ai pas envie de décevoir, ou de décourager. 

Cette personne m'oblige. Je dois saisir cette occasion. Et même si ces derniers jours ont été particulièrement difficiles, parce que l'effort imprévu, me voici aujourd'hui sur une nouvelle lancée. J'espère qu'elle me mènera loin.
 
9e jour en cours et je tiens toujours. Je ne dis pas que tout se passe sans heurt, mais bon, je tiens le coup... Tant mieux, c'est tellement mieux, lorsque l'on est abstinent.
 
Bonjour à tous

Je démarre mon 15e jour. Franchement, la série commence à prendre forme, je suis content. Mais au milieu de tout ça, que de conneries... Je ne franchis pas la limite de l'orgasme, mais j'ai été rattrapé par les chats et autres forums indécents... Je dois absolument porter mon effort là dessus, sinon, ma série actuelle n'ira pas bien loin. 

qu'ai-je à gagner à y aller? pourquoi est-ce que j'éprouve ce besoin de parler cul avec d'autres mecs, de parler de mes copines, de déblatérer sur d'autres filles, pourquoi est-ce que Morgane, mon double féminin, a ressurgi si fort ces dernières semaines? C'est ridicule!! je me vois en parler autour de moi, non mais, qu'est-ce que l'on dirait? C'est complètement con! Dexter le jour se fait passer pour une meuf la nuit! Tu parles d'une fierté!...

La colère s'empare de moi quand je me relis... Mais le Dexter de jour n'est pas le Dexter de nuit, et le Dexter de jour s'épuise à se combattre lui-même... Mais je n'ai aucun choix. Seule ma vie "normale", est viable sur le long terme, l'autre n'est que ruine...

Mais c'est bien beau ces belles paroles, ça sonne bien, ça claque à lire, mais dans les faits, je suis un gros naze... Un naze obsédé, pathétique et ridicule

Je n'ai plus qu'à me mettre au boulot
 
Allo Dexter,

Cette Morgane de la nuit t'apporte quelque chose que tu n'arrives pas à trouvrer dans le réel. Tu le sais déjà, tu la connais tellement bien cette double de toi, tout ce qu'elle t'apporte et tout le contrôle et les confidences que tu reçois des mecs en rutes.

A toi de voir pourquoi tu as tant besoin d'elle. Si tu te sens comme une merde, c'est que tu sais que tu as mieux à faire que cela, que tout ce que tu fais, tu le fais en cachette et que tu préférerais faire des choses dont tu es fier et que les autres peuvent remarquer.

Que fais tu dont tu peut être fier ces temps-ci ?
 
Hello, et désolé, boss, si je ne t'ai pas répondu... J'étais pas au mieux...

LEs jours ont passé depuis, j'ai chuté, et déjà, j'entrevois un nouvel arrêt. En fait, je me sens mal lorsque je ne me sèvre pas, je suis devenu dépendant au sevrage lol et aux sensations positives que j'éprouve lorsque je m'arrête sur une longue durée. 

J'attends le 1er février pour repartir de l'avant, ou plus sûrement le samedi 3 (plus facile de démarrer un week-end...), et ce sera l'occasion d'un nouveau départ. Un de plus, vers l'indépendance, je l'espère.
 
Hello à tous

Je suis reparti de l'avant le 31 janvier, avec un peu d'avance sur mes prévisions. L'occase est passée, il fallait la saisir. Pour l'instant, ça va, nous sommes dans les premiers jours. L'impulsion des tous premiers jours est souvent difficile, je suis désormais sur ma lancée et ça se passe plutôt bien. 

Je sais cependant ce qui va se passer ensuite. D'ici quelques jours, le besoin hormonal va diminuer, mais la phase "psychologique" va arriver. Toute sles mauvaises habitudes de ces dernières années, tous ces moment où je suis devant mon écran, tous ces moments où j'ai l'habitude d'admirer des femmes, tout cela va devenir des moments d'occasions, des moments de tentation, qui seront de plsu en plus difficiles à affronter à mesure que les jours passeront. Cette collègue en jupe, les sourires d'une serveuse... 

pfou, ça va pas être facile. Mais comme j'ai l'habitude de dire, si c'était facile, je m'en serais sorti depuis longtemps! 

Je dois limiter au maximum toutes ces occasions, pour limiter les tensions et les moments difficiles qui m'usent sur le long terme. J'aborde une période de l'année, où le travail diminue, je peux me détendre, je peux m'autoriser des activités de "dérivation" que je ne pouvais guère pratiquer à l'automne, à moi de me changer les idées ainsi, pour ne pas rechuter. En général, mars, avril, mai, juin, sont des périodes bénies pour l'abstinence... J'aimerais tant me regarder, dans trois mois, et me dire que, oui, je suis sur la bonne voie, après 90 jours d'arrêt...
 
Salut Dexter !

O que je connais ce moment crucial, ce moment
de tension, mon dernier sevrage de 8 petits jours c'est terminé
Hier soir lamentablement avec la fatigue et la colère.


Courage à toi, en pensées avec toi . Cède à ta force supérieure ! Car ce n'est par ta propre force ni par ton intelligence ni par ta bravoure
 
Hello à tous... Etrange ce midi, je ne retrouvais pas mon fil de discussion en page de garde du forum... Pourquoi donc? 

Je suis en 12e jour d'effort, pas facile, j'ai eu une jolie crise ce matin, ce n'est pas la première et sûrement pas la dernière. Cela me fait sentir encore si fragile, cela me fait dire aussi que je ne dois absoluement pas me mettre en danger. Mais les occasions sont si nombreuses et arrivent par tant de chemins différents...!
 
Bon courage à toi.
Douze jours, c'est déjà très beau.
Mais il est vrai qu'à la moindre étincelle, le feu peut repartir.
 
Bonjour, 

Bon, mon effort du début février s'est arrêté le jour même de mon dernier message, d'où mon silence suivant... En fait, j'avais déjà à cette époque réactivé de grosses difficultés, chats, etc, que j'ai été incapable de juguler tout en me sevrant. 

Lorsque je me sèvre, le besoin est si fort que, souvent, je vais chatter, pour tromper le manque, mais au final, le chat m'y ramène, et c'est la fin de tout... Donc là comme prévu, plus dure fut la chute... 

Ont suivies plusieurs semaines très noires, où rien n'a été de ce plan là. De nouveau, chats, nuits sans sommeil, partage d'images, fréquentations très sombres, journées entière sans travail, la cata... Et j'ai dû, une nouvelle fois, reprendre mon bâton de pélerin, et me relancer, en partant de rien... 

Ce matin, cela fait 11 jours que j'ai cessé les chats... Et depuis ce matin, je suis sur un nouvel effort... Mon intention est de couper de nouveaux tous ces fils qui me lient à la dépendance, toutes ces habitudes qui, une fois prises, sont presque impossibles à stopper sans des mesures très fortes...

Me voilà donc de nouveau sur la route, je me donne le temps de repartir de zéro, de revenir... Un jour après l'autre, un pas après l'autre... J'espère que j'arriverai à mes fins, mais pour l'instant, je suis juste fatigué.
 
Les démons essayent toujours de revenir quand on les éjecte, parce que lutter contre eux, ça les renforce. C'est pour ça, que t'es fatigué. Si je me surprends à repartir vers un comportement périmé, je dois juste écouter la petite voix intérieure qui me dit "ça va pas, non ?"  et passer à autre chose, sinon les démons se repointent pour la baston, avec leurs sacs de couchage et leurs rangers qui puent quand ils se déchaussent au milieu du salon, attirés par l’odeur de sang et mes soi-disant promesses de carnage. Si je les ignore, ils finissent par se lasser et aller squatter ailleurs. C'est pas les candidats qui manquent. Je veux dire, il faut savoir s'incliner pour vaincre. 


"Esprit de l’Univers, épargne-moi l'ivresse de la défaite !"
(vieille prière cyber-chamanique)
 
Quelle  sagesse ce John. À ce demander comment les démons ont réussi à s'imprégner dans ce cerveau si brillant, bref c'est une autre histoire. 

Dexter, cela me rappelle une chose, quand je viens poster que tout va bien, pratiquement toujours c'est la rechute qui arrive juste après. Comme si l'on venait ici après un certain temps dire que tout va bien, au moment même on l'on commence à baisser les bras, juste au moment où l'on doit redoubler de vigilence. 

Bon courage, à un moment quand tu sera vraiment quelle manque tu essayes de combler en agissant ainsi, tu pourra commencer le vrai travail
 
Bon courage DEXTER,

Je suis complètement d'accord avec PIKMIN, on vient ici quand nous sommes au bord de la falaise.
Je pense qu'Un petit passage lorsque on a dépassé le bord peut être parfois bien utile, alors l'ami si tu as besoin d'une main pour te retenir, n'hésite pas.
 
Salut à tous 

Et tout d'abord merci pour tous vos messages de soutien. c'est important pour moi. Vous avez tous raison, ces démons contre lesquels ils ne faut pas lutter frontalement mais qu'il vaut mieux ignorer, ces manques que l'on essaie de combler sans vraiment les connaître, ces mains secourables qui nous manquent...

Depuis mon dernier message, j'avance, pas à pas, je me reconstruis, sans savoir si cela marchera, en me disant, après chaque échec, qu'il s'agit probablement de ma dernière chance, et que la prochaine chûte m'entrainera trop loin... mais c'est tellement mieux lorsque l'on est sur une pente douce de retour à la normale... pour l'instant, je suis mieux. pas bien. juste mieux. Je vous tiendrai au courant. 

merci
 
Haut