Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-10-2006 13:10:36

après 9 mois de vagabondage sur les topics des uns et des autres, je me décide à créer un sujet, où tout ne sera que calme, luxe et volupté.
Je commence aujourd'hui par un texte d'une amie qui m'a bien dessillé les yeux (façon polie de dire que ça m'a sorti les doigts du cul.)

Le choc des pensées

Comprendre que nous appelons nos malheurs (aussi bien que nos bonheurs) afin qu’ils nous tiennent compagnie est une réalisation qui change radicalement la vie. Pour les bonheurs, c’est évident. Pour les malheurs, ça l’est moins, mais sans cette réalisation, nous ne pouvons pas avancer dans notre compréhension.
Prenez un enfant qui a été élevé avec de la bonne nourriture bio. Plus tard, il mangera bio. Prenez un enfant qui a été élevé avec des gâteaux et des sucreries. Plus tard, il aura le plus grand mal à s’en débarrasser. De même, un enfant élevé dans une atmosphère de tristesse ou de violence recherchera plus tard cette atmosphère. Nous sommes tous addict à ce que nous avons connu dans notre enfance. Ricercar soulevait d’ailleurs cette question dans son blog en parlant des enfants élevés dans un pays en guerre. Non pour dire qu’ils veulent forcément la guerre ensuite. Mais pour dire qu’une fois adultes dans un pays en paix, ils se sentent bizarrement décalés. De même, on peut imaginer qu’un enfant élevé dans un taudis ayant eu ses terrains de jeu dans les décharges publiques pourrait ensuite se sentir attiré par ce genre d’endroits. Bref, quelqu’un qui dans son enfance se sera construit autour du rôle de la victime produira dans son âge adulte des situations dont il sera la victime, parce que c’est sa première identification. C’est ce qui le nourrit, et même, ce qui lui plaît. Celui qui s’est construit dans la solitude se débrouillera de même pour se retrouver seul. Si nous regardons bien, nous pourrons constater que nos pires malédictions sont des addictions contractées durant la petite enfance, voire plus tôt. Et, comme de toute addiction, nous n’avons pas très envie de nous en défaire. Ni la possibilité, en tous cas pas à court terme. C’est un peu notre langue maternelle, celle qu’il nous est le plus facile de parler.
Partant de cette constatation, il est très intéressant de l’appliquer à chaque situation. Par exemple, quand ma concierge remue les poubelles en hurlant comme une furie, au lieu de me dire par la nième fois qu’elle me fait chier, ce qui n’a jamais rien arrangé, je peux me demander en quoi ça me plaît de pester contre elle. Et c’est sûr que je vais trouver. C’est ma façon d’exister à ce moment. De me sentir en contact avec moi-même – ou le monde, ce qui est la même chose -. La plupart de nos contacts sont assez durs – sans doute parce que nos parents ont appris très tôt à nous contrarier, ce qui d’ailleurs est une bonne chose, sinon nous ne nous serions jamais différenciés d’eux. En fait, si l’on y réfléchit, les deux formes de contacts que l’on peut avoir avec le monde en tant qu’individu sont le conflit et la satisfaction – qui d’ailleurs ne peut pas durer. Et notre forme de conflit privilégié sera la forme que nous aurons apprise dans notre petite enfance. Pour en revenir au quotidien, nous expérimentons des conflits sans cesse. Souvent, les éléments en sont apparemment extérieurs, mais on peut toujours les résumer à « moi et ma pensée ». Moi et ma pensée de ma concierge qui fait du bruit. Moi et ma pensée du froid qu’il fait. Moi et ma pensée du ministre insecticide… Le principe est qu’il y a toujours un choc entre les deux, et que ce choc est précisément ce que nous recherchons.
On va me dire que si on me tire dessus, ça ne sera pas une pensée. Je répondrai que s’il n’y a pas de pensée associée, l’expérience sera sans problème. Mais qui veut d’une vie sans problème ? C’est par les problèmes que nous existons. Bref, si lorsqu’un problème s’élève, nous examinons les sensations qui lui sont associées, et si nous nous libérons de la croyance que nous voulons nous en débarrasser, nous allons retrouver des choses extrêmement familières. Ce matin, a contrario, j’entendais des gens gueuler dans le cour pendant que j’étais dans mon lit, mais, par un fait extraordinaire, c’était une sensation inhabituelle en la circonstance, quelque chose de tout à fait jouissif énergétiquement. Et là, fugitivement, j’ai vu la déception qui l’accompagnait. « Quoi ? Je ne peux même pas m’énerver contre ces connards ? Que vais-je devenir si ça continue ? ». Quand on est addict au choc produit par deux pensées, ça n’est pas si facile de s’en débarrasser. Ces chocs, nous en créons à chaque instant. « J’ai faim / Oui non mais j’ai la flemme d’aller me faire à bouffer / Tu fais chier avec ta flemme / En plus il te manque 300 calories aujourd’hui / Demain quand tu vas te peser tu auras encore perdu 200 grammes / Oui mais j’ai sommeil / La cuisine ou le lit ? Grave dilemme / Putain de perrok qui gueule / Je vais en faire une brochette / Je ne dois pas m’énerver / ça m’énerve de m’énerver… ».
Si je crois que je ne veux pas de tout ça, vraiment je suis foutue.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 03-10-2006 14:10:03

et bien ton amiE elle en a sous le pied,
mais je te remercie john officiellemnt pour te talents de decouvreurs.
voici ce que je retiens de ce post flamboyant qui je pense va ma marquer pour un bon bout de temps :
"nos pires malédictions sont des addictions contractées durant la petite enfance"
"les deux formes de contacts que l’on peut avoir avec le monde en tant qu’individu sont le conflit et la satisfaction"

j'ai appris une chjose forte en therapie (depressif j'étais de plus en plus agressif envers mes gamins) et ce texte me le rapelle nous n'avons pas à excuser nos passages à l'acte mais à les comprendre. le but etant de parvenir de cesser de transgresser sous quelconque pretexte.

le post de john est né sur le forum de Pikmin

déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 03-10-2006 14:10:38

doublé désolé
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 07-10-2006 09:10:01

"avec tous les un mois que j'ai fait depuis ces dernières années je compatbilise pas mal de sevrage du coup." nous dit déclick dans le topic des moisis ;-) il utilise le lapsus juste : "compatbilise" : on compatit quand on comptabilise.
déclick, tu me rappelles bernard blier dans sa célèbre réplique (il parlait de toi) "Mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi, les dingues, je les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère. Je vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé par p'tits bouts, façon puzzle.
Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile !"

ce que je veux dire, c'est que ton sevrage éparpillé façon puzzle, ben t'as plus qu'à rassembler les morceaux en nous en faisant un bon gros vrai qui tache au lieu de postuler sur la probabilité d'être encore parmi nous dans un mois. Avec tous les mois par ci par là que tu collectionnes, tu pourrais être déjà... on s'en fout, l'important c'est ton moisi d'aujourd'hui.
tu sais très bien que pour sortir de l'EntredeuzeauX, tu auras sans doute besoin de nouvelles "quarantaines" comme celle que tu t'es récemment imposée, dès que tu sentiras que t'as le moteur qui chauffe.
Effectivement, ça ne pose de problème à personne que tu postes comme un ouf, tant que tu ne nuis pas à la santé d'autrui. Et même si quelqu'un venait s'en plaindre.... faut-il vraiment en faire cas ? est-il nécessaire de vouloir préserver à tout prix une certaine sérénité sur le forum ? bien sûr que la colère, ou n'importe laquelle des émotions perturbatrices, est dangereuse pour les pornoïques et peut les rapprocher de la rechute "par dépit" et vain espoir de consolation infantile. Et nous ne sommes plus des enfants.
Ou alors de vieux enfants tristouilles, qui rêvent d'une dernière petite pipe de la Mère Noëlle (avec ses bottes) Et les querelles & controverses (rares il est vrai) qui peuvent nous diviser ou nous jeter les uns contre les autres, sont autant d'occasions d'apprendre le recul :
apparemment il y en a qui vont mettre du temps à comprendre qu'autrui n'est jamais responsable de nos actes. Sinon c'est la porte ouverte à toute justification et il n'y a aucune libération possible dans la justification. Notre état émotionnel perturbé, nous en sommes seul responsable.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 08-10-2006 17:10:28

beug
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 08-10-2006 17:10:34

beug bis
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 08-10-2006 17:10:04

et oui je ne crois pas au font pouvoir sortir de ma misere. je crois même que j'en ai pas le droit. merci en tout cas.
demain commence pour moi une nouvelle vie, beaucoup plus simple, beaucoup plus saine.
avec moins d'espoir aussi, comme ça je ne risque pas d'çetre deçu par la vie.
je vais appliquer mon conseil donné à pikmin :
ma famille, ma recherche d'emploi, ma santé, mes amis ,et le reste on verra plus tard.
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 08-10-2006 17:10:22

"je ne crois pas au font pouvoir sortir de ma misere. je crois même que j'en ai pas le droit." oui mais si tu te rends compte que c'est la confusion et l'opacité mentale dûes à tout un tas de démons du bas-astral qui trouvent en toi leur terrain de jeu rêvé, tu comprends que l'essentiel c'est de leur couper les vivres, non ?
j'avais les mêmes pensées que toi.
Elles se dissolvent comme une brume matinale avec l'abstinence.
Pas moyen de leur péter la gueule.
Juste les laisser te traverser sans donner prise, comme on regarderait un spot de pub avec lequel on serait en désaccord et sur le fond et sur la forme, mais qui ne mérite même pas notre indignation, sachant que le programme va bientôt reprendre.
Tu as raison, le reste on verra plus tard.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-11-2006 18:11:24

P'tain j'ai une sacrée forme, aujourd'hui, moi, ça doit être la solitude réparatrice.
Vous connaissez l'ennéagramme ? J'ai trouvé ca marrant au début, et puis au fur et à mesure, je lui trouve beaucoup de pertinence, et les descriptions sont frappantes.
En clair, c'est un schema qui représente 9 personnalités types en fonction du conditionnement de la petite enfance.
Quel est votre type d'après vous? attention, défendu de se blesser en jouant entre deps et codeps ;-)

Le Un – Le Perfectionniste - Centre instinctif
La caractéristique dominante du UN est celle du perfectionniste,
son énergie est celle du législateur.
``J’aime faire les choses le plus parfaitement possible jusque dans les moindres détails``


Les UN furent de "bons enfants". Leur éducation fut en général consistante. Ils étaient punis pour leurs fautes et récompensés pour leurs bonnes actions. Mais ils furent fortement critiqués et développèrent le besoin de devenir parfait. Le UN exige de lui-même une position juste.
Pour compenser, ils choisissent de ``mériter l’amour`` en devenant sages et en corrigeant eux-mêmes leurs erreurs. Ils développent un esprit critique afin de prévenir les blessures dues aux remarques. Quand je tends vers la perfection, je me sens digne d’être aimé. Mais à force de réprimer ses besoins, une forte colère intérieure se développe.
Comportement visible : Exigeants, ils sont soigneux, réalistes, consciencieux, ordonnés et l’imperfection les agace. Ils aiment que chaque chose soit à sa place. Méticuleux, ils travaillent correctement. Ils ont peur de commettre une erreur. Ils sont dotés d’un haut sens de la morale, mais ils évitent de se mettre en colère.
Perception et décision de l’enfant : On punit ma spontanéité et ça me fait mal. Il veut mériter l’amour en corrigeant ses erreurs. Il développe son esprit critique afin de prévenir les remarques blessantes.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter la colère.
Image de soi : Je suis droit et vertueux - Pour cela ses valeurs sont : la loi, l’ordre et s’améliorer - la rigueur et l’intégrité - la discipline, le sens de l’effort - l’amour du travail bien fait.
Son attention est accaparée par : Ce qui est correct et incorrect chez lui, chez les autres ou dans une situation - Le bien ou le mal - L’exactitude - La morale et le respect des règles.
Comportement principal ( sa préoccupation) : La critique - L’importance du jugement de l’autre - La peur de faire une erreur.
Mécanisme de défense : Formation réactionnelle. C’est-à-dire : réagir autrement que ce qui est attendu de lui. Contrôle ses émotions et sa spontanéité pour tendre vers la perfection. Lorsqu’une impulsion ou émotion émerge du subconscient, elle est changée avant d'atteindre le conscient.
Ce qu’il aime : Se comporter correctement, mettre de l’ordre, avoir raison, bien faire son travail et s’améliorer.
Ce qu’il n’aime pas : les tricheurs, les critiques injustes, le désordre.
Style de langage : Prêcher. Faire des sermons.
Son piège : La perfection. Sa motivation inconsciente est de tendre vers la perfection. Il utilise cette motivation pour s'échapper de la réalité.
Quand il transmute sa passion dévorante (son ombre) la colère refoulée, il découvre : Patience et sérénité.
Son apport au monde : Rigueur personnelle et idéaux élevés
Carrières types : Ingénieur, comptable, contrôleur, scientifique, militaire, syndicaliste, ministre du culte, gestionnaire de vente, conseiller en ressources humaines...
Personnalités célèbres : Martin Luther King, Margaret Thatcher, Commandant Cousteau, Rika Zaraï,
Pays et organisation : La Hollande – La Suisse - Les Mormons.
Animal totem : En intégration : la fourmi – En désintégration : le fox-terrier.

Le Deux – l’Altruiste - Centre émotionnel
La caractéristique dominante du DEUX est celle de l’altruiste,
son énergie est celle du sauveur.
``Si ce n’est pour s’occuper des autres, à quoi bon vivre``


Croyant qu'il ne peut pas être aimé pour ce qu'il est, le DEUX se rendra constamment utile pour être reconnu. Il aidera, se surchargera de travail et se sacrifiera. On remarque dans son enfance des stratégies de compétition pour gagner l'amour d'un parent contre l'autre. Avec habilité, il devint souvent "l'enfant préféré".
Comportement visible : Ils sont chaleureux et empathiques. Ils aiment rendre service et ils apprécient qu’on ait besoin d’eux. Ils sont chaleureux, attentionnés et ils voient facilement ce dont l’autre a besoin. Pour eux, les relations humaines comptent plus que tout. Ils aiment réconforter les autres, leur porter assistance. Ils répondent aux désirs des autres et font passer les besoins des autres avant les leurs.
Perception et décision de l’enfant : Le monde m’ignore, j’ai l’impression de manquer d’amour. Ayant un énorme besoin affectif, il décide de gagner l’amour par la force de sa volonté avec répression et l’oubli de ses propres besoins. Il donne aux autres ce qui lui manque dans l’espoir de recevoir en retour. Il développe une intuition de ce dont l’autre a besoin. ``C’est quand je m’occupe des autres, quand je les aide, que j’ai l’impression d’exister``.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter ses besoins.
Image de soi : Je suis utile - Pour cela ses valeurs sont : Rendre service - Relations et chaleur humaine - Les sentiments et l’écoute.
Son attention est accaparée par : ``Qui a besoin de moi ?`` Comment se rendre indispensable afin d’être apprécié et aimé.
Comportement principal : S’adapter et maintenir une image de Saint Bernard.
Ce qu’il aime : Donner des conseils, des encouragements, plaire, faire des cadeaux, deviner ce dont l’autre a besoin, être au centre de la vie du groupe.
Ce qu’il n’aime pas : Dire non, être seul, n’avoir personne qui ait besoin de lui, devoir attendre.
Mécanisme de défense : Répression de ses propres besoins au point de n'en être pas conscient. Il n'est conscient que du désir de prendre soin des autres.
Style de langage : Conseilleur. Le DEUX a le don de créer de bons rapports avec les autres. Une fois la relation établie, il peut guider, diriger, orienter en donnant des conseils.
Son piège : L'ignorance de ses propres besoins crée l'illusion de libre choix d'aider les autres.
Quand il transmute sa passion dévorante (son ombre) l’orgueil (d’éviter ses besoins), il découvre : L’humilité et la véritable compassion.
Son apport au monde : L’amour et l’intuition.
Carrières types : Infirmier – Travailleur social – Coiffeur – Secrétaire – Médecin – Serveur – Cuisinier...
Personnalités célèbres : Mère Thérésa, Lady Di, Romy Schneider, Madona, B. Bardot, Ginette Reno, Mel Gibson, Henri Dunant, le modèle de la mère juive idéale.
Pays et organisation : L’Italie - UNICEF, Croix-Rouge
Animal totem : En intégration : le chat – En désintégration : l’âne


Le Trois – Le Gagnant - Centre émotionnel
La caractéristique dominante du TROIS est celle du gagnant ou battant,
son énergie est celle du magicien
« J’aime fréquenter les gens compétents et importants »

Comportement visible : Ce sont des gagneurs, fiers de leurs réussites. Ils sont d’une efficacité redoutable; ils savent motiver les autres et ont à cœur de voir les objectifs atteints. Ce sont de bons vendeurs, ils aiment pouvoir mesurer leurs progressions et cultiver les relations d’affaires. Leur apparence et l’image qu’ils donnent sont importantes, surtout celle de leur réussite.
Perception et décision de l’enfant : Enfant, il réalisa qu'il ne pouvait être aimé pour lui-même mais pour ce qu'il produisait. Les enfants prodiges, les premiers en classe, les gagnants, sont souvent de cette fixation. Le monde ne m’aime pas pour ce que je suis, mais pour ce que je fais; je vais gagner l’amour par la performance. C’est quand je gagne, quand j’atteins mon objectif, que je me sens exister.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter l’échec. Sa motivation sera d’éviter compulsivement l’échec.
Image de soi : Je réussis. - Pour cela ses valeurs sont : la confiance en soi - la performance - le prestige - l’image de la réussite.
Son attention est accaparée par : L’approbation. Que faire pour être approuvé ? En donnant éventuellement une image de soi différente à chaque personne.
Comportement principal : Rechercher les opportunités pouvant favoriser la réussite - S’adapter à l’attente de l’autre. Mensonge / tromperie. Elle se manifeste ici en créant un rôle pour son entourage. Il s'identifie à ce rôle, peut en changer selon la situation et crée donc l'image qui semble être désirée.
Mécanisme de défense : Identification. Ce qu'il fait est ce qu'il est. Il s'identifie très fortement à sa profession et à l'image parfaite qu'il produit pour son entourage.
Ce qu’il aime : Réussir, être efficace, accroître son standing et son prestige et vivre la compétition.
Ce qu’il n’aime pas : Parler de sentiments, ne rien avoir à faire, les réunions qui s’éternisent, rater un objectif, une bonne occasion, devoir patienter.
Style de langage : Propagande. Il vous dira combien il réussit dans la vie. Il adopte un style de propagande. Le son de sa voix sera parfois agressif et impatient.
Son piège : Efficacité. Fait en général plusieurs choses à la fois. Cette efficacité peut l'amener à une certaine froideur et un manque de scrupule vis-à-vis des autres, pour parvenir au sommet.
Quand il transmute sa passion dévorante (son ombre) mensonge / tromperie. Il découvre : L’authenticité.
Son apport au monde : Capacité à agir et à réussir.
Carrières types : Conférencier, vendeur, gestionnaire de vente à caractère public, haut cadre et politicien, acteur, chanteur, patineur professionnel, esthéticienne, top-modèle, animateur de radio, avocat...
Personnalités célèbres : Bill Clinton, Anthony Robbins, Jean-Marc Chaput, John F. Kennedy, Rock Voisine, Jimmy Connors, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Sharon Stone...
Pays : Etats-Unis, Principauté de Monaco.
Animal totem : En intégration : l’aigle – En désintégration : le paon.


Le Quatre – Le Romantique - Centre émotionnel
La caractéristique dominante du QUATRE est celle du romantique, son énergie est celle de l’artiste.
« Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur »


Dans son enfance, il a ressenti un rejet, un abandon émotionnel. Il en déduit qu'il est marqué d'un défaut fatal et ne mérite pas d'être aimé. Le besoin d'être unique apparaîtra afin de regagner l'amour du parent.
Comportement visible : Ils sont originaux, soucieux de la beauté et de l’esthétique. Ils sont sensibles aux émotions jusqu'à rechercher l’intensité et la dramatise. Ils sont hyper sensibles aux critiques avec, d’ailleurs, un côté théâtral. Ils se sentent différents, à part. Ils sont sujets à la déprime. Ils ont d’ailleurs une fibre nostalgique et mélancolique tournée vers le passé. Ils ne se sentent jamais vraiment "chez eux" en harmonie avec leur environnement. Le Quatre paraît attendre que la vie commence.
Perception et décision de l’enfant : On m’a abandonné. Il y a comme un grand vide. Leur vie est marquée par ce sentiment d’abandon. Pour être aimé, il doit être « spécial ». Il a imaginé qu’il pourrait combler ce sentiment de manque en recherchant la plénitude qui existait avant cet abandon. Aime-moi parce que je suis en dehors de la norme.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter la banalité.
Image de soi : Je suis une élite. Marqué par cet abandon, et le ressentant intensément, il se croit unique, au-dessus de la normale. Il veut être aimé pour son élitisme. - Pour cela ses valeurs sont : Exprimer ses sentiments - Sens de l’esthétique - Trouver un sens à la vie.
Son attention est accaparée par : Ce qui manque ou ce qui n’est pas disponible (objet, amour, emploi...) - La beauté de ce qui est loin, parti ou à venir - L’intensité des sentiments.
Comportement principal ( sa préoccupation) : Valoriser les émotions, les états d’âme - Ne rechercher que ce qui est unique, intense, élitiste - Éviter la morosité du présent.
Mécanisme de défense : Introspection. Il sent l’ambiance par l’introspection, il absorbe son entourage. Se sentant indésirable, peureux, souffrant d'un manque d'amour pour lui-même, il absorbe toutes les négativités de son environnement et s'en trouve responsable (mécanisme de défense contradictoire.
Ce qu’il aime : Partager ses états d’âme, utiliser sa créativité, vivre des moments uniques, intenses, exceptionnels.
Ce qu’il n’aime pas : Le banal, la routine, la critique, le manque d’égard, l’obligation de suivre une procédure à la lettre.
Style de langage : Lamentation. Le ton de voix est mélancolique. Il peut changer d'humeur rapidement au contact de quelqu'un et devenir drôle et plein d'esprit.
Son piège : L’authenticité. Il a horreur de la fausseté et de l'ennui. Il désire paraître naturel et authentique.
Quand il transmute sa passion dévorante (son ombre) L’envie. Il découvre l’équanimité (égalité d’humeur).
Son apport au monde : Créativité et sens artistique.
Carrières types : musicien, chef d’orchestre, danseur de ballet, artiste peintre, créateur de haute couture, psychologue, décorateur d’intérieur, paysagiste, médium, architecte, astrologue.
Personnalités célèbres : Edith Piaf, Jacques Brel, Van Gogh, Joan Baez, Maria Callas, Gilles Vigneault, Jean-Pierre Ferland, Jacques Parizeau, Chaplin, Dalida, Marylin Monroe ..
Pays et organisation : France, Québec... Culture gay de San Franscico.
Animal totem : En intégration : l’étalon – En désintégration : le basset.


Le Cinq – l’Observateur - Centre Mental
La caractéristique dominante du CINQ est celle de l’observateur,
son énergie est celle du philosophe.
« Il y a beaucoup à apprendre, rien qu’en regardant »


Le CINQ est l'être le plus sensible de l’Ennéagramme. Il possède peu de défense contre le monde extérieur. Son enfance fut envahie par un parent excessivement protecteur ou au contraire, il s’est senti abandonné ou s’est retrouvé dans un environnement où il a manqué dramatiquement d’intimité. Ne pouvant avoir de vie privée, il se retira dans ses pensées. C'est un grand solitaire et il peut se rendre invisible.
Comportement visible : Les Observateurs ont soif de connaissance; ils sont introvertis, curieux, analytiques et fins. Ils aiment observer, plus que participer ; ils privilégient la réflexion à l’action. Rester longtemps avec les autres les fatigue. Ils sont analytiques et logiques, aiment comprendre et avoir une vue d’ensemble ; ils ont du mal à exprimer leurs émotions.
Perception et décision de l’enfant : Le monde est envahissant Je vais me protéger des intrusions extérieures et je vais comprendre le monde.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » Éviter le vide intérieur. Et aussi éviter l’intrusion des autres dans son espace personnel.
Image de soi : Son message, je sais., je comprends… l'aide à garder ses distances et à se sentir sécurisé.
Pour cela ses valeurs sont : Penser et savoir - Connaître et comprendre - Observer et déduire - Protéger son espace vital. Acquérir des connaissances est une barrière contre ce sentiment d’intrusion et de vide.
Son attention sera accaparée par : Observer, conceptualiser, segmenter les choses - Contrôler ses sentiments.
Comportement principal (sa préoccupation) : Limiter ses besoins, être autosuffisant - Gérer ses émotions - Bien prévoir les choses, anticiper les demandes - Ne pas gaspiller ses énergies.
Mécanisme de défense : Isolation. Le contact des autres l'épuise. Il a besoin de son propre espace, petit, bien rangé, bien défini, bien étudié. Il se retire dans un monde intérieur et peut perdre tout contact nourrissant avec le monde extérieur.
Ce qu’il aime : Vivre dans l’intimité, la discrétion, le silence, observer, prendre du recul, connaître, comprendre, réfléchir.
Ce qu’il n’aime pas : L’intrusion dans son espace vital, les mondanités, le superflu, le bruit, les imprévus, les décisions hâtives.
Style de langage : Faire des traités. Jargons techniques et complexes. Voici une autre façon de créer de la distance et d'éviter l'intimité
Son piège : L’observation. Il observe pour ne pas s'engager dans le moment présent. Il peut donc ainsi être détaché de situations qui pourraient l'envahir et l'effrayer.
Quand il transmute sa passion dévorante : l’avarice (de son savoir et de ses émotions), Il découvre : Le détachement.
Son apport au monde : Connaissance et précision.
Carrières types : gestionnaire et haut cadre, philosophe, astronome, réalisateur, écrivain, vendeur, comptable, ingénieur, scientifique...
Personnalités célèbres : : Krishnamurti, Freud, Bouddha, Nietzsche, Abraham Lincoln, Richard Gere, Lao Tseu, Dustin Hoffman, René Descartes, Charles Darwin, Emmanuel Kant...
Pays : la Grande-Bretagne
Animal totem : en intégration : le hibou – En désintégration : le renard.


Le Six – Le Loyaliste – Centre Mental
La caractéristique dominante du SIX est celle du loyaliste, son énergie est celle du héros.
« J’aime les situations claires et la prudence est une de mes grandes qualités »


Le Six est capable de changer d’avis, d’émotion, d’attitude en un cours instant. Il est un des types qui se contredit le plus. Il est souvent un mystère pour lui et les autres. Souvent il se reconnaît dans tous les types.
Enfant, il eût un parent incompétent, rigide ou imprévisible. Il a été puni sans trop savoir pourquoi et en a déduit qu’il ne pouvait pas faire confiance. Souvent le père était incapable, absent, alcoolique.... Ce fut un secret familial. C'est ici qu'apparaît la loyauté du SIX, mais aussi son esprit suspicieux (perte de confiance envers l'autorité). Très jeune, il essaya de compenser l'absence du parent, mais ne fut pas assez compétent pour la tâche. Le sentiment d'agir comme un adulte devient la source du doute du SIX.
Comportement visible : Les Loyalistes sont responsables et dignes de confiance; ils accordent beaucoup d’importance à la loyauté envers la famille, les amis, les groupes et les causes. Leur personnalité possède une large gamme d’expressions, depuis la réserve et la timidité jusqu’au franc-parler et la confrontation. Ils sont du genre prudent, motivés par le besoin de sécurité, et parfois imprudents (le contre phobique). Souvent ils doutent et tendent à s’inquiéter de déboires éventuels et à imaginer le pire scénario en surévaluant les dangers. Ils préfèrent les choses prévisibles et tendent à demander conseil. Ils ne font pas confiance à priori, mais une fois en confiance, ils ont un haut sens de la loyauté
Perception et décision de l’enfant : On m’a trahi ; le monde est menaçant et instable. Je serai vigilant.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : La déviance. Cherche à respecter les règles, moyen idéal pour trouver la sécurité.
Image de soi : Son message est : Je suis loyal. Je fais mon devoir. Pour cela ses valeurs sont : Loyauté envers la famille et les organisations. Il restera loyal tant qu'il percevra un sens de loyauté dans le groupe, mais quand il pense avoir été trahi, il peut justifier sa propre trahison.
Son attention sera accaparée par : Le danger éventuel (souvent amplifié) - La recherche des vices de forme ou des ambiguïtés - La relation avec l’autorité - L’identification avec les faibles et les opprimés.
Comportement principal (sa préoccupation) : Se prémunir contre toute forme de danger - Se méfier du succès, synonyme d’exposition - Imaginer les futures conséquences d’une décision - Imaginer les pires scénarios.
Mécanisme de défense : La projection. Il projette ses craintes dans l’avenir et ses doutes sur les autres. Il projette des motifs cachés dans le comportement des autres. Une vigilance constante peut l'amener à l'épuisement.
Ce qu’il aime : Les situations claires, la sensation de sécurité, la loyauté, avoir le temps de s’adapter. Se faire l’avocat du diable, pour vérifier la sincérité de l’autre.
Ce qu’il n’aime pas : L’autorité floue. La trahison, le mensonge, les situations ambiguës, les beaux parleurs, les arguments superficiels, commencer quelque chose sans savoir où l’on va.
Style de langage : Créer des limites. Sa façon de parler exprime le besoin de garder les choses en proportions maîtrisables. J'ai besoin de savoir où je vais
.
Son piège : Vouloir trop de sécurité. Connaître les limites des risques d'une action. Déterminer à l'avance les options et les conséquences possibles va lui apporter un sentiment de sécurité.
Quand il transmute sa passion dévorante : Le doute. Il découvre : Le courage.
Apport au monde : La loyauté et le courage.
Carrières types : chef d’équipe, banquier, professeur, coordonnateur de projet, agent de voyage.
Personnalités célèbres : Jeanne d’arc, Fabrice Lucchini, Robert Redford, Georges Bush, Céline Dion, Lénine, Woody Allen, Hitler.
Pays : l’Allemagne.
Animal totem : En intégration : le chevreuil – En désintégration : le lapin.


Le Sept – l’Épicurien - Centre Mental
La caractéristique dominante du SEPT est celle de l’épicurien,
son énergie est celle de l’enfant magique.
« On ne vit qu’une fois, profitons-en »


Voici la demeure de la "pensée magique". Tout comme Peter Pan apprend aux enfants que "penser de bonnes pensées peut vous faire voler", le SEPT s'attache aux bonnes pensées et remonte le moral des autres pour éviter la peur et la douleur. Il aime jongler avec des idées nouvelles. Voici la pensée de synthèse et d'association. Mais il s'ennuie vite quand il lui faut se concentrer et approfondir ses idées. Le SEPT est le penseur du futur. Le présent lui est tolérable à cause de l'avenir qui lui paraît plein de promesses.
Comportement visible : Ils recherchent constamment le plaisir. Ils ne supportent pas d’être enfermés. Ils ont du mal à finir ce qu’ils ont commencé. Enthousiastes et optimistes ils tendent à s’emballer pour le nouveau. Ils aiment avoir plein de projets et être continuellement en mouvement. Ils ont tendance à sous-estimer le danger ; même dans des situations difficiles, ils tendent à positiver.
Perception et décision de l’enfant : Je souffre des limites de ce monde contraignant. Je vais fuir la souffrance. Il a eu très souvent une enfance heureuse et brusquement le bonheur lui a été enlevé. Il en a retiré une certaine incapacité à aimer les autres de peur que ce qu’il aime lui soit ôté.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter la souffrance. Il maintient des pensées positives du futur. Il se déplace beaucoup, recherchant de nouvelles expériences. Il ne s'engage pas et garde des relations superficielles. La peur de la douleur est pour lui bien plus terrifiante que la douleur elle-même.
Image de soi : Son message est : Je suis bien - Je suis heureux. Il peut être enfermé dans un narcissisme profond. Il a créé une structure égotique qui lui paraît illuminée. Pour cela ses valeurs sont : Profiter de l’existence - Multiplier les plaisirs - Rechercher la diversité - Voir le bon côté des choses.
Son attention sera accaparée par : Penser à plusieurs choses en même temps (pensée du singe) - Faire des projets afin de préserver des choix multiples - Prendre du plaisir - Relier les informations.
Comportement principal (sa préoccupation) : Rechercher l’excitation, la nouveauté - Ne voir que le côté positif, même dans les situations pénibles - Charmer,pour désarmer ou par plaisir.
Mécanisme de défense : Rationalisation. Puisque tout fait partie d'un plan cosmique, tout peut être rationalisé. Tout est la volonté de Dieu, tout court à une conclusion plaisante. Donc "ne vous attristez pas, décontractez-vous et amusez-vous bien".
Ce qu’il aime : L’aventure, les voyages, la rigolade, charmer, faire des projets, accumuler des plaisirs.
Ce qu’il n’aime pas : Se sentir enfermé, fignoler les détails, l’ennui, la routine, les réunions qui traînent.
Style de langage : Raconter des histoires. C'est un charmeur. Il peut tourner n'importe quelle situation en histoire ravissante. Il sait envoûter par la parole et peut vous vendre un rêve.
Son piège : Idéaliste. Se croyant "éveillé" il utilise son idéalisme pour justifier son état.
Quand il transmute sa passion dévorante : Intempérance / gloutonnerie. Gloutonnerie pour de nouvelles expériences. Il découvre : Tempérance / sobriété
Apport au monde : La joie de vivre et l’optimisme.
Carrières types : coordonnateur de projet, clown, gardien d’enfants, animateur, animateurs de jeux télévisés, professeur et entraîneur de sport d’équipe...
Personnalités célèbres : Jean Chrétien, Yvon Deschamps, Robin William, Jacques Prévert, Yannick Noah, Peter Pan, Michel Galabru, Peter Ustinov, Pierre Perret, Walt Disney, Mozart, Osho…
Pays : Brésil, l’Irlande.

Animal totem : - En intégration : le papillon – En désintégration : le singe.



Le Huit – le Chef - Centre instinctif
La caractéristique dominante du HUIT est celle du chef, son énergie est celle du guerrier.
« On ne mendie pas un juste droit, on se bat pour lui »
« Ni Dieu, ni maître »


Le HUIT est souvent bruyant, exigeant et coléreux et défie souvent l'autorité. Il perçoit souvent le monde comme une jungle. Il a perdu son innocence à un très jeune âge, et a dû paraître mûr et robuste afin de survivre et protéger l'enfant meurtri et peureux qu'il était. Enfant, il a eu un besoin d’amour non satisfait et son environnement était compétitif ; on valorisait la force. Il était puni pour des choses dont il n'était pas responsable mais souvent n'était pas réprimé lorsqu'il était coupable. Ceci créa un penchant à accuser les autres et à prouver son innocence.
Comportements visibles. Il sera fort et confiant en ses moyens, il sait ce qu’il veut et il est direct dans ses propos. Il aime contrôler les situations et prend des décisions rapides. Combatif, il apprécie une opposition consistante, il respecte la puissance. Il aime imposer ses règles, il est parfois excessif. Il se voit comme un justicier, protecteur des faibles.
Perception et décision de l’enfant : Le monde est dur, injuste et dangereux. On a abusé d’un de mes moments de faiblesse, je serai fort et puissant et j’aurai un impact sur le monde.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Éviter la faiblesse.
Image de soi : Son message est : Je suis fort et compétent.
Pour cela ses valeurs sont : Force et courage - Justice et détermination – Énergie et production.
Son attention sera accaparée par : Évaluer les forces en présence et déterminer les rapports de force - Concentrer son énergie dans une direction c’est le style ``tout ou rien``.
Comportement principal (sa préoccupation) : Dominer et contrôler - Engager l’action - Corriger l’injustice et protéger le faible - Montrer sa puissance - Considérer la colère comme une protection forçant le respect.
Mécanisme de défense : Dénégation. Il nie la peur et peut se retrouver en danger. Il nie les émotions considérées comme étant un signe de faiblesse. Il nie l’impact que son attitude peut avoir sur les autres, la culpabilité lui est inconnue.
Ce qu’il aime : Corriger l’injustice, protéger le faible, foncer droit devant, se battre, gagner une épreuve de force.
Ce qu’il n’aime pas : l’inconsistance, la mollesse, ceux qui louvoient.
Style de langage : Accusation. "Le problème avec toi c’est... ". Il accuse, se décharge sur les autres, impose ses opinions. Il pense toujours avoir raison. Même s'il a tort, vous êtes fautif. Il peut prendre plaisir à vous ridiculiser et à vous déstabiliser.
Son piège : La justice. Ayant été maltraité dans son enfance, il devient le champion des opprimés. Il se dresse et combat le système au nom de la justice.
Quand il transmute sa passion dévorante : L’excès (boire, manger, sexe, pouvoir...), il découvre : La simplicité et la véritable compassion
Apport au monde : la puissance, le courage, la justice.
Carrières types : Maire – Vendeur – Chef d’entreprise - Gestionnaire – Joueur de football – Syndicaliste – Boxeur – Chef d’état – Gardien de prison – Directeur d’école – Professeur d’éducation physique ...
Personnalités célèbres : Beethoven, Wagner, Gurdjieff, Charles de Gaulle, Picasso, Napoléon, Bernard Tapie, Robert de Niro, W. Churchill, Pierre Péladeau ..
Pays et organisation : Les Émirats Arabes-Unis – Espagne – Pologne... La mafia.
L’animal totem : le taureau – En régression : le rhinocéros – En intégration : le tigre.


Le Neuf – Le Médiateur – Centre instinctif
La caractéristique dominante du NEUF est celle du médiateur,
son énergie est celle du saint.
``Plus il insiste, plus il attendra``


Enfant, il s'est senti rejeté à l'arrière-plan, éclipsé par ses frères et sœurs. Il a ressenti fréquemment le dilemme entre la complaisance et l'expression de sa colère. Cette dernière sera donc exprimée de façon passive-agressive. Le NEUF apparaît comme un être doux, gentil et parfois lent. Il lui est très difficile de refuser quoi que ce soit ; mais quand il est contraint d'agir, il est souvent buté et tarde à mettre un projet à exécution.
Sa personnalité se manifeste comme une personne attirée par l'esprit, mais en cherchant de manière superficielle sans faire l'effort de se tourner vers son monde intérieur. Cela le condamne à osciller souvent entre la croyance aveugle et le scepticisme. Son domaine fort est la morale et les lois avec lesquelles il n'a aucun problème, ce qui lui permet d'éviter beaucoup de conflits; il est bien inséré dans la société à ce niveau-là. Il est sensuel et c'est de cette manière qu'il élimine son trop plein de tensions.
Comportements visibles. Il a une présence apaisante, des habitudes bien enracinées et une bonne écoute. Il recherche l’harmonie et fera tout pour éviter les conflits et la confrontation. Indécis il aura du mal à choisir et à se faire une opinion par lui-même. Il n’aime pas qu’on le stresse et préfère une vie paisible.
Perception et décision l'enfant : Le monde me rejette quand j’exprime mon opinion et cela peut être source de conflits. Je vais engourdir ma conscience, je n’aurai pas d’opinion et, avec le temps, les choses s’arrangeront.
Compulsion : Sa motivation la plus puissante « son ombre » : Eviter l’inconfort. Pour cela il est tolérant. Il accepte les choses comme elles sont, ne prend pas de position.
Image de soi : Son message est : Je suis confortable. Pour cela ses valeurs sont : La paix et la patience - La tempérance - L’attention à l’autre.
Son attention sera accaparée par : Maintenir l’harmonie - Être agréable à l’autre - Contenir son énergie et sa colère.
Comportement principal (sa préoccupation) : Éviter les conflits et rester neutre - Ne pas dire non ou prendre une position trop tranchée - Écouter l’autre et le comprendre - Garder une vie paisible avec des habitudes rassurantes - Laisser passer la colère quand elle vient.
Mécanisme de défense : Engourdissement de soi qui amène l’obstination, l’inertie, le non faire. Comme les conflits sont fortement évités, il lui est difficile de se mettre en colère et de l'exprimer.
Ce qu’il aime : La tranquillité, l’harmonie, le confort, la nature, la routine, les compromis, écouter l’autre, prendre le temps de vivre.
Ce qu’il n’aime pas : Devoir prendre position, avoir à se bagarrer, dire non, sentir l’impatience de l’autre.
Style de langage : Raconter des sagas. Il se perd dans des détails innombrables et dans la narration de longues sagas.
Son piège : Chercher. Pour éviter de faire face à l'essentiel et de s'engager, il cherche à comprendre le fonctionnement des choses, leur structure, leur mécanisme… il cherche, il ne trouve pas forcément!
Quand il transmute sa passion dévorante : La paresse (en ``baissant les bras`` très facilement.), il découvre : L’action juste. Apport au monde : La paix, sa capacité d’acceptation et de soutien.
Carrières types : chercheur, thérapeute, chiropraticien, masseur, acupuncteur, notaire, diplomate, médecin...
Personnalités célèbres : Gandhi, Ph. Noiret, C. Jung, C. Rogers, Peter Falk (dans le rôle de Columbo), A. Hitchcock.
Pays : L’Inde, le Mexique.
Animal totem : En intégration : le dauphin - En désintégration : l’éléphant.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 04-11-2006 00:11:37

Alors la, chapeau.
J'avais assisté à un exposé dans le cadre de mes études sur la communication, et l'intervenant nous avait parlé de 6 comportements, qui rejoignent les 9 ci-dessus.

C'est difficile de se situer, il y a des catégories que l'on élimine immédiatement, ensuite, il faut faire un mix avec ceux qui restent.

Pas mal aussi est de rechercher ou se situe nos proches...et éventuellement de leur demander ensuite ce qu'ils en pensent.

Sinon, pourquoi ne pas demander au dépendant et/ou ex-dépendant les catégories qui ne les concernent pas ?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 11-11-2006 23:11:17

La première blague sur la cyberdépendance, par John W., de l'Institut.
C'est l'histoire d'un mec qui se tirait trop sur la nouille et qui est devenu éjaculateur précoce à force de se branler sur internet. Pour retrouver des rapports sexuels normaux avec sa conjointe, il essaye des préservatifs à effet retardant, mais ça marche aussi sur elle donc il n'arrive pas à la satisfaire. Il en essaye des "stimulation des 2 partenaires", mais ça l'excite deux fois plus et il arrive tout aussi vite à l'orgasme. Un jour il a l'idée de génie : en mettre deux l'un sur l'autre, "effet retardant" dessous et "double stimulation" par dessus. Mais curieusement, il jouit en trente secondes. Sa femme, qui a fini par observer ses ratages avec une tendresse amusée, lui demande ce qui s'est passé. Il vérifie sa stratégie : il avait interverti les deux boites.
(cette blague sera drôle vers 2023)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 12-11-2006 08:11:03

en attendant 2023 j'en ai une pour aujourd'hui,

moi j'aime bien celle du compulsif sexuel fatigué devant son docteur:
le patient enumere de façon chronologique sa journée et la serie de rapports sexuels qu'il a avec sa femme, ses collegues, ses maitresses et enfin sa femme. comptez au moins quinze rapports en une journée et racontez l'histoire en faisant en sorte qu'on comprenne que le doc arrive facilement à la conclusion suivante :
- ne cherchez plus mr, cette fatigue provient effectivement de ces rapports nombreux, il va falloir ralentir le rythme.
-vous etes bien sure doc, c'est bien ça qui me fatigue?
- oui sans aucun doute
-ouf et moi qui pensais que c'était à cause de la masturbation
:sceptic:

bon dimanche
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 29-11-2006 23:11:53

Aujourd'hui je bossais à france 3, où il faut amener de la lecture ou son tricot, parce qu'on peut passer une bonne partie de la journée à attendre que les journalistes rentrent de tournage, et après on bosse comme des tarés pour démouler le sujet -montage et mixage - avant 19 heures, heure de la diffusion du journal. Bref.

Un sujet d'actu à monter me tombe dessus, et c'est sympa parce que c'est le portrait d'un ancien curé (mais il se soigne :lol: )-peintre septuagénaire et non conformiste qui dit des choses comme "la prière pour moi c'est pas une suite de mots, c'est une espèce de présence à l'indicible, à ce qu'on a de plus profond en soi. On est plus grand qu'il ne parait et plus petit qu'on ne pense." en souriant doucement, et n'importe quel bouffe-curé se laisse avoir par la connivence qu'il installe. C'est l'instant magique de ma journée.
Je ne me sens pas en position favorable pour parler d'humilité (l'est-on jamais ?), quand je vois les difficultés auxquelles je suis confronté pour entrer dans les pratiques bouddhiques (visualisations, récitations de mantras en tibétain) bien que je sois d'accord sur le fond du truc, que les moines que j'ai rencontrés cet été soient géniaux et que j'aie besoin de m'ouvrir à ce "quelque chose de plus grand que moi" si je veux pas tourner en rond dans l'abstinence comme je tournais en rond dans l'addiction. Même si le cercle est plus grand et l'air moins vicié.

Je sors d'une prise de tête un peu pénible avec une nana des AA qui me courait après dans le réel et le virtuel, et qui heureusement ne m'attirait pas du tout sur le plan sexuel, cette fille qui s'est rendue malade à force de crier au secours et de se rendre compte qu'elle importunait les membres de la fraternité plus que de raison. J'ai fini par lui dire que je ne répondrais plus à ses mails de détresse dont elle pouvait me harceler plusieurs fois par jour. Il y a des gens qui s'arrangent pour que vous ne puissiez les secourir parce qu'ils ne peuvent exister que dans la souffrance et dans la négation de leur potentiel de rétablissement.
Je poste ça là parce que si je le mets sur mon blog, elle va refaire un coup de calgon.
Bonne nuit à tous.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
scavo @ 30-11-2006 14:11:25

J'étais passé à côté de la ré-ouverture de ton topic et j'en ai profité pour relire le précédent chez Orroz (en partie pour l'instant car il est long, ça fait mal aux yeux et à la tête). Il y a plein de choses intéressantes, j'y reviendrai plus tard. Juste un détail : j'ai cru comprendre que ton premier avatar était celui que j'avais également choisi en arrivant ici (piqué sur ton site, j'avoue) : le Tintin drogué. La mise en abîme de ce gentil héros innocent dans une vie de camé est terrible. On pourrait imaginer la même chose avec Casimir ou Mickey. Bref, cette image m'a piqué au vif et a sérieusement renforcé mon envie de m'en sortir, je me suis dit : "ouvres les yeux, t'es pareil que lui !". Voilà pour le petit flash-back, passons au sujet du post.

Par rapport à la classification des personnalités et plus précisement sur les troubles qu'on peut y associés, j'ai lu, relu et digérer celui de Lise Bourbeau : "Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même", il est conseillé par Orroz sur son site.
Il m'a ouvert les yeux sur mes blocages et les attitudes que j'adopte malgré moi et que j'aimerai changer. Pour ceux qui ne l'ont pas lu : elle y décrit cinq "blessures" (le rejet, l'humiliation, la trahison, l'abandon et l'injustice) qui sont associées respectivement à cinq comportements (fuyant, masochiste, contrôlant, dépendant, rigide). Chaque cas est décrit au travers de situation de la vie courante, on identifie très vite celui qui nous correspond. On y apprend que l'attitude que l'on adopte est un refuge (un masque) pour se protéger de peurs qui remonte à notre enfance (la blessure). Il vaut mieux lire le bouquin mais le point important est qu'on fait aux autres ce qu'on ne veux pas qu'il nous fasse et qu'on leur reproche ce que nous leur faisons mais refusons de voir. Exemple : le "fuyant" fuit les autres parce qu'il a peur d'être rejeter. Comment il se sort de là ? En reconnaissant et acceptant que c'est lui qui rejète les autres, ainsi sa peur d'être rejeter disparaîtra et il arrêtera de fuir.
Elle fait aussi le lien entre la morphologie et la blessure associée, ça me semble correct mais on n'est pas obligé d'adhérer à cette théorie pour bénéficier de son enseignement.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-11-2006 22:11:19

Tu viens de me donner une idée.
Je vais offrir ce bouquin, que j'ai lu du temps d'orroz, à la nana en question.
on avait des rapports épistolaires assez SM dont j'étais tout aussi incapable qu'elle de réfrener les ardeurs; le fait qu'elle s'enferme dans son rôle de victime m'incitait à jouer les Brice de Nice.
Ca ne peut marcher qu'avec ceux à qui les baffes stimulent l'esprit critique. Pas ceux qui interprètent la vie comme une souffrance sans fond (qu'elle l'ait été ou non)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-12-2006 10:12:21

Allez, tiens, j'ouvre la rubrique "l'enterré vivant de la semaine".
J'ai repris contact avec alie, un vieux de la vieille du premier forum
http://orroz.forumactif.com/ftopic96.pas-vers-la-lumiere.htm
lui son problème c'est l'érotisme, il ne peut se faire à l'idée du manque à venir (il consomme depuis 20 ans) et la peur du manque semble lui interdire de se confronter à la réalité du sevrage de façon continue, qui prise par tranches de 24 heures, est bien moins affreuse qu'une alternance de shoots et de périodes sans.
il m'écrit :"Salut mon vieux sage,
C'est idiot, et étrange ... je continue la dérive lente, faite de ressacs.
Je crois que fondamentalement, l'idée de l'abstinence ne passe pas dans ma tête.
Je ne me sens pas de taille. J'espère me lasser, sans y croire. Je tiens, dans une vie qui tient un peu par miracle, aux limites, avec une bonne dose de mensonge par ommission. Tout ca est bien fragile. Néanmoins, je m'intéresse
aussi à autre chose niveau loisir, ca c'est mon vieux côté passionné. Je ne suis donc pas dépressif aigü, bien que malheureux.
C'est idiot, et étrange ... j'attends surement un événement, en actionnant les manettes à ma disposition : changement de vie, ... c'est déjà énorme ! J'aurai déménagé 2 fois et changé 4 fois de statut en 1 an 1/2 (boulot 1, chomeur,
boulot 3, boulot 3 à venir). Peut être faut-il s'exiler loin, mais loin de toute connectique ? et alors, pourquoi ne pas l'envisager ? sinon, des médicaments. je commence à me poser sérieusement la question ...

Bien à toi, la warsenure !

je lui réponds :
"t'as vraiment décidé de mourir la bite à la main et les bottes aux pieds comme un vrai cowboy ?
ton truc, c'est comme visiter le salon de l'auto sans pouvoir jamais acheter une seule voiture.
Se condamner au lèche-vitrines perpétuel, c'est de la cruauté mentale envers soi-même.
C'est un truc de smicard, pas d'ingénieur. (il va décrocher ce nouveau job, mais comme il s'est interdit internet à la maison, il ne surfe qu'au boulot et est un peu inquiet de se rendre compte que demain, il n'aura pas "droit à l'erreur" qu'il s'accorde aujourd'hui)
anyway, l'abstinence, c'est que pour aujourd'hui : hier c'est trop tard, et demain est hors de portée.
"J'espère me lasser, sans y croire." là franchement, j'ai trouvé mon maître dans le sophisme.
Je m'incline. Mais pas devant ma bécane.
J'ai accepté mon impuissance.
Lis la première étape du 12/12. (un bouquin des AA que je lui ai offert http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=572)
le premier médicament de l'addiction, c'est l'abstinence, un jour à la fois.
un dépendant m'écrit aujourd'hui :
"j'ai arrêté de fumer il y a 8 ans en gros. C'est bien pour mes poumons mais je sens au fond de moi que ce n'est pas une victoire car je n'ai pas réglé le pb - que je connais encore bien mal - qui m'amenais à cloper 30 lucky strike par jour parfois... (le plaisir de sentir ses bronches brûlées)"
donc comme ça tu peux te dire "à quoi bon me sevrer si ça ne règle pas le ploblème ?"
:lol:

à part ça, et pour ne pas donner l'impression de ne progresser que sur le dos des autres, je vous annonce que après avoir mis mon blog en veilleuse, je vais raréfier mes interventions et ma présence sur le forum. Sinon ça sera pas raccord avec ma démarche de sevrage global d'ordi, prochaine étape du rétablissement du pachyderme que ça.
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 14-12-2006 22:12:53

échange avec une codep :
elle : "Pour ta question "Est-ce que ton homme fréquente le forum?", et bien, non. Il n'est pas inscrit. Au début, je lui ai avait proposé. Je lui ai fait lire quelques témoignages et aussi des choses que j'avais écrit. Après quelques jours, il m'a dit qu'en lisant les témoignages de dépendants, ça lui ramenait toutes les images dans la tête, que ça lui fesait repenser à ce qu'il fesait devant l'ordi. Et que pour l'instant, ce dont il avait besoin, c'était de ne plus se retrouver devant l'ordi.
Je ne connais pas grand chose à l'ordinateur et lui, encore moins que moi. Alors, dès que j'ai apprit comment, j'ai mis le contrôle parental sur l'ordi. Sur son entrée à lui. Car nous avons chacun notre entrée, avec notre mot de passe. Je connais le sien, il ne connait pas le mien. C'est dur pour lui, mais il accepte et comprend pourquoi c'est ainsi. Un jour où il ne travaillait pas et que je devais partir pour la journée, j'ai cédé à sa demande et j'ai enlevé le contrôle parental. Je lui avais écrit un petit mot, lui disant que je lui fesais confiance. Quand je suis revenue à la maison, je lui ai demandé si tout s'était bien passé. Il m'a dit oui, qu'il avait été sur des sites genre "National Géographique", "Discovery Channel". À la télé, il écoute ce genre d'émissions documentaires.
Bien entendu, en bonne "co-dep", je suis allée vérifier l'historique. Et là, je suis tombée sur une page où il y avait des femmes en tenues "très légères". Mon coeur a fait trois tours et s'est retrouvé coincé dans ma gorge. Pour faire une histoire courte, il n'est pas allé plus loin que cette page. Ce n'était pas trop dramatique mais c'est tout ce qui s'en est suivi dans sa tête qui m'a fait très peur. Nous avons discuté et je lui ai dit ce que je ressentais. Nous nous sommes mis d'accord pour que je remette le contrôle et il m'a dit qu'il préférait que je sois là quand il voudrait se servir de l'ordi. Et c'est comme ça depuis ce temps. Je sais que c'est dur pour lui. Il me dit, de temps en temps:"toi,tu peux y aller quand tu veux, mais moi pas". Quand il me dit ça, je comprend que c'est parce qu'il traverse un moment difficile. Alors, je l'entoure de mes ailes et ça lui fait du bien. Pas de cris, quelques fois des larmes et beaucoup d'amour.
Il voudrait tellement pouvoir être libre dans sa tête. Si sa tête était délivrée, il pourrait utiliser l'ordi n'importe quand. Ça viendra peut-être un jour! Voilà!
moi : "salut !
Tu peux dire à ton chéri de ma part que reconnaitre son handicap, c'est mettre beaucoup de chances de son côté pour le rétablissement. Accepter de te remettre les codes parentaux, et bien le vivre, c'est chouette. Mal le vivre, c'est chouette aussi, l'important c'est de le vivre. Un jour peut-être il n'en aura plus besoin. Reconnaitre son impuissance devant le porno et s'en souvenir, c'est balèze.
J'ai filé mon modem à ma chérie lors de mon premier sevrage; pas longtemps, 8 jours je crois, mais ça m'a aidé.
C'est vrai que lire les messages des dépendants, ça maintient dans une sorte de dynamique addictive. Beaucoup le supportent mal. Heureusement qu'il y en a qui ont la fibre pédagogique ;-)
Rester devant mon ordi à poster tous ces messages, c'est avant tout pour continuer d'avancer, et constater qu'on est vraiment tous pareils, donc qu'il y a pas de quoi en faire un flan personnel, la maladie est très démocratique, c'est tout. D'un autre côté ça m'arrange sans doute, je suis encore devant ma bécane, me croyant en sécurité comme un bateau qui reste au port alors qu'il n'est pas prévu pour, donc maintenant c'est à la cyber-addiction que je vais démonter la gueule, et pour ça faire comme ton chéri, m'éloigner de mon écran.
D'un autre côté, ça peut maintenir en éveil, de se creuser le ciboulot pour aider les autres à se sortir de la merde quand ils y sont jusqu'au cou alors que t'en as plus que jusqu'au genou.
Il faut du temps pour renoncer à la jouissance-mensonge. Les témoignages des nouveaux arrivants nous rappellent constamment d'où nous venons.

Après, être libre dans sa tête, c'est d'abord avoir chassé le poison depuis assez longtemps de son corps pour reconnaitre de loin sa nature, son entêtant parfum de glace ( à deux boules et à deux balles ;-))

un jour où j'en avais plein le cul d'en avoir marre, et où j'ai fait la remarque suivante à une copine bouddhiste, "Si on n'est pas complètement écrasé par la tyrannie des pulsions au goût sauvage, on ne peut s'empêcher au bout d'un moment de chercher à s'en extraire..."
elle m'a répondu : A s'en extraire ou à les utiliser ?
Si un oiseau dit : mes ailes sont tordues, je m'en extrais - il est mal parti.
Là c'est pas pour contredire, c'est juste que j'ai expérimenté que si on ne s'en sert pas comme support, ça ne marche pas. Et j'ai l'impression de voir la même chose autour de moi, dans la mesure où, disons le, 80% des forces vives de l'individu résident dans ses pulsions. S'en extraire (pacifier) c'est fonctionner à 20W au lieu de 100W, et on n'y voit plus grand chose avec 20W."

donc, je suppose que ça veut dire que parfois, le chemin est long, comme disait Thierry Lermitte dans le père Noël est une ordure.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-12-2006 12:12:31

Je serai absent du forum jusqu'à début Janvier. Je pars en vacances en famille et à la neige. (que n'ai-je fondu sur ton balconnet ! chantait Bashung en manque...)
Je vous souhaite à tous de poursuivre vos efforts et de passer des fêtes de fin d'années heureuses loin de cette saloperie d'addiction qui ne mérite même pas les torrents d'encre que nous lui jetons pour nous en délivrer.
Heureusement qu'aucun arbre n'a été abattu pour y imprimer nos souffrances !
Mention spéciale à Pikmin, que je voulais remercier perso de tout ton boulot de cette année, qui voit grossir nos rangs de nouveaux membres en cours de rétablissement. Et meilleurs voeux à tous de vous toucher...les bénéfices du sevrage. :lol:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 22-12-2006 19:12:33

john sur des skis je veux voir le film!
et oui pikmin fait un boulot enorme et le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire c'est pendant cette période de fête, nous apporte que du bonheur
mais gaf les amis, ce genre de fête noel en rapport à la famille et le nouvel an en rapport avec la fin de quelque chose, c'est pas si simple à négocier. (tien je vais faire un un topic là dessus)
surtout pour nous assez fragile du coté de l'émotion et de l'affection
allez je vous souhaite à tous bonne dinde au marron.
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 07-01-2007 00:01:20

Puisqu'on en cause ce week-end et qu'on est tous de bonne humeur, j'ai rechuté aussi un p'tit peu en novembre/décembre; un peu de porno et de branlette pour Johnnie la Warsenure. Yo.
Je n'en ai pas parlé sur le forum parce que je ne voulais pas me prendre pour une catastrophe nationale, et que j'avais peur que ça discrédite mon discours, auquel je tiens moins qu'à mon rétablissement, mais quand même :-(
Une fois la veille de ma rencontre avec un membre du forum, qui m'a bien requinqué.
Une fois le mois dernier.
Pas de motif particulier.
Je suis dépendant sexuel.
Je connais le tarif.
A part me dire "fuck" (plus imagé que le "fait chier" de bruno) et refaire le constat que je suis peut-être un peu trop collé à l'ordi depuis le début de mon sevrage, j'ai serré les fesses, et je continue actuellement.
c'est Bruno justement qui disait "moins nombreux on est sur un forum de cyberdépendants, meilleur signe c'est"
C'est marrant, cette nuit j'ai rêvé que Bruno était mort. Pas celui du forum, mais un autre, que je vois tous les lundis en réunion AA. On allait tous à son enterrement, c'était comme dans Six Feet Under (moins le fun).
C'est drôle, les rêves.
C'est pour ça que je suis allé remettre le nez dans les posts d'orroz que j'ai indiqué à Xanadu sur son topic.
Parce qu'il me semble que sans le Grand Schtroumpf on a quand même dérivé, le nez dans le guidon.
On a pas le recul.
Il se plaignait que la gestion du forum lui gardait le nez au chaud dans une problématique d'addiction.
Je suppose que nos crampes lui donnent raison.
Ca sera pas pour vous requinquer, mais Nostrawarsen avait prévu de longue date que les plus gros posteurs seraient de bons candidats à la rechute.
On peut donc avoir raison et être en tort.
Finalement, ça ne me fait ni chaud ni froid d'avoir remis le nez dedans.
Je sais où mènerait le ressentiment - ça, je m'en rappelle bien.
Je pense que les membres présents depuis moins longtemps peuvent en tirer une leçon, mais j'hésite à la formuler. Vous serez gentils de me donner un coup de main.

sinon, une blague de AA :
c'est Bill qui dit à Bob : "au moins, on n'a pas rebu aujourd'hui".

Mwahaha.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 07-01-2007 00:01:47

j'oublie un truc.
Bruno dit "merci d'être là".
Je pense qu'il est inutile de se voiler la fesse : pour s'en sortir, il faut se rendre à l'évidence qu'on n'est pas là. Nous n'avons pas plus de consistance les uns pour les autres que nos sirènes n'en ont pour nous une fois l'écran éteint et le sopalin dans la poubelle.
Sauf quand nous nous rencontrons physiquement. En vrai.
J'en ai croisé 3/4 du forum dans la vraie vie, ça a été de bons moments. Ca se reproduira.
Quand le bonheur ne rend ni fou ni con, il rend philosophe.
Mais le philosophe cyberdépendant devant sa bécane n'est pas moins prédisposé au grand coup de mou que celui qui ne l'est pas (philosophe) (ou devant sa bécane)
so, comme je le disais sur mon blog, je vais retourner prier Notre-Dame des Motherfuckers, quoi que ça veuille bien vouloir dire.
Bonne nuit à tou(te)s.
Je vous embrasse ectoplasmiquement. :-)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 07-01-2007 00:01:53

John, tu es donc un être humain.... :mur: ;-)

Minche alors !

Sinon, une seule possibilité : :zen2:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-01-2007 10:01:13

merci, Stauton.
C'est exactement ça.
Il est temps que je cesse de prétexter mon indispensabilité sur le forum si je veux traiter ma cyberdépendance, antérieure à ma pornoaddiction.
Rechute hier. Pendant 4 heures.
Je vais me la jouer super-warsen 3000.
Bises à tous.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
scavo @ 09-01-2007 12:01:25

Mais qu'est-ce qui c'est passé ? Y'a eu des nouveautés dans ta vie ? Comment, après tant de mois de sevrage, peut-on vaciller ?

A propos de tes interventions sur le forum, ne confonds pas "utile" et "indispensable" car le premier sentiment est gratifiant alors que le deuxième apporte la culpabilité.

Trop de présence sur le forum dis-tu ? Peut-être... mais n'est-ce pas plutôt la lecture qu'on fait du forum qui détermine son influence, bonne ou mauvaise.

Quoi qu'il en soit, ces petites rechutes ne m'inquiète pas, tu as l'expérience pour redresser la barre et lâcher le barreau.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 09-01-2007 14:01:22

Qu'est-ce qui s'est passé ? Le produit addictif est le plus fort, et il nous le rappelle, tout simplement. J'en ai aussi vécu l'expérience tout dernièrement. L'important c'est de se souvenir que nous avons les outils nécessaires pour ne pas aller nous bruler ou nous approcher de trop près. Le meilleur moyen de ne pas se connecter sur un site porno, c'est de ne pas faire le premier clic. Si on allume pas son ordi, il ne peut rien nous arriver, et peut-être qu'on fera à la place quelque chose qui nourrira notre cerveau d'une manière plus joyeuse.
La durée d'abstinence donne de l'expérience, mais ce n'est pas la garantie absolue. Le poison est toujours là, au coin de la rue. Et si on ne change pas de trottoir, même après plusieurs années, mieux vaut se souvenir qu'à l'époque, il nous avait une fois encore térrassé.
Bon courage John.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Polo @ 09-01-2007 15:01:04

Je n'ai rien à ajouter, si ce n'est peut-être répéter une n-ième fois que plus rien ne pourra être comme avant.

Ça me rassure de voir qu'on en est tous au même point, simplement humain avec nos travers et nos efforts pour tendre vers quelque chose de meilleur.

Moi aussi j'ai rechuté plusieurs fois, d'ailleurs j'ai cessé de venir ici pour ne pas multiplier les promesses d'ivrogne. Aujourd'hui je ne compte plus. 1 jour à la fois, dixit Bruno, et passé un certain stade je crois que c'est tout ce qui compte.

Partagé sur le partage, il l'est aussi le Polo, il faut dire que je doute de tout. Je préfère penser au chemin parcouru, aux heures gagnées, aus petites victoires qui font de nous de "moins mauvais" dépendants qu'avant.


Polo
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 09-01-2007 18:01:51

Salut Polo ! Tu sais, je pense que l'on peut faire des promesses d'ivrognes. On est là pour partager ce que l'on vit, et évacuer un peu cette pression qui peut nous compliquer la vie. Un jour à la fois, cela doit nous rappeler que tout se joue à l'instant "t" de notre vie. C'est pas demain, ni dans un mois, ni dans dix ans, qu'on appréciera le fait de vivre librement, sans le produit. Mais maintenant. Car c'est maintenant qu'on peut choisir. Clic ou pas clic ?
Ceci étant, je ne crache pas sur les mois, et les années qu'on peut accumuler. Je crois vraiment que nous pouvons, patiemment, mettre autre chose à la place de ce qui nous détruit dans le cerveau. Et puis cette abstinence dans la durée est là aussi pour donner de l'espoir. Mais sans plus. Ne pas cacher que ce n'est pas simple, que des efforts sont nécessaires, mais oser dire que c'est possible.
En fait, je dis cela parce que je nbe veux pas me trouver l'excuse pour rechuter un jour sur deux. :lol:

Bon courage tout le monde.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
free @ 09-01-2007 20:01:51

bsr,
je ne voudrais pas trop m'insimmer dans un dialogue de dépendants, parce que je suis codep.Mais:
çà fait un bout de temps que j'ai accepté l'idée chez le mien(de dep) de ne pas pouvoir accepeter l'idée d'un sevrage à sens unique, d'un sevrage sans faille.
Il me l'a dit dès qu'il a pu lui, m'en parler, et çà m'a paru la plus saine des solutions.
Pas de mensonges.Déjà.
C'est un grand pas.
Vous étiez(êtes) mes héros.Mais les héros, s'ils sont humains, c'est qu'ils ont des failles.
Et je voudrais juste vous soutenir, dans le rôle que allez détermier vouloir être, devenir.
Pourquoi vouloir être sans défauts à tout prix?
Nous ne sommes que des êtres humains.
Je vous soutiens de tout ce que j'ai pu lire de vous, et de ce qui a pu m'aider à tenir dans ma galère.
Je vous(je me permets)de juste vous dire, faites ce que vous pouvre, du moment que c'est dans le respect.
Voilà
Je vous fais fais des bises.
Soyez vous.
Laure :trefle:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-01-2007 23:01:15

merci à tous de vos partages.
Free, c'est marrant, ta réponse se rapproche de celle de Flo sur mon blog, qui a bac + 12 en bouddhisme.
Tout cela me touche vraiment.
J'ai fait un peu de claustrophilie. Ca va mieux aujourd'hui.
Hier soir en réunion AA y'avait un thème chouette "embrassez qui vous étiez, devenez qui vous êtes."
All is now.
Bises.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
free @ 10-01-2007 09:01:30

le truc drôle est que j'aimerai m'y interesser au bouddhisme depuis pas mal de temps, mais que je ne l'ai pas encore fait!
je vais aller voir ton blog .....
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 14-01-2007 18:01:18

depuis ma rechute de lundi, j'ai réfléchi au rôle dont je m'étais investi ici et sur mon blog.
Et à celui que je tardais à incarner ailleurs.
Je n'ai pas de fantasmes, ça fait un bon moment que je n'en avais plus... je suis sevré du porno, pas de l'ordinateur. déplacement de symptôme. Je suis un peu déprimé avec des crises d'angoisse, mais que je résous en posant des actes (faire un gâteau dans ma nouvelle cuisine, ranger le garage...)
On me fait comprendre que c'est dangereux de regarder trop souvent ceux qui pataugent dans la boue après s'en être sorti. Ou alors, comme Mère Térésa sans doute, il faut être TRES HAUT au-dessus pour ne pas se faire polluer !
Et il faut aussi tenir ses engagements...
donc j'ai figé mon blog, qui tournait un peu en rond - pas envie d'y psalmodier des fragments de spiritualité venue d'ailleurs - et je m'astreins à nouvelles rêgles ici : deux heures de forum par semaine - le temps que je passe aux AA.
Le côté positif d'une rechute après le sevrage, c'est qu'elle conforte dans la voie choisie. On sait que, raisonnablement, on ne peut revenir en arrière (ou alors on est maso à vie!) donc ça renforce la détermination et la volonté.
Il est temps pour moi de continuer d'évoluer.
bises à tous.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
scavo @ 15-01-2007 09:01:49

Tu as apporté beaucoup d'aide et je peux affirmer que tes posts ont sérieusement contribuer à mon amélioration.
Alors je te soutiens à 100% dans cette démarche, tu ne dois pas te sacrifier et je ne te vois pas rentrer dans les ordres pour devenir père John...ce serait gâcher ton talent ;-)
Je compte sur toi pour nous dire si il y a de la vie après le sevrage.
:Hello:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 18-01-2007 20:01:24

2 heures par semaine...Je vais donc faire court : bon courage pour la suite, et vive les indégivrables que j'adore !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-01-2007 10:01:54

en fait, je suis carrément passé à deux heures d'ordinateur par semaine. C'est hard mais ça me change la vie. Merci les djeun'zs de vos amabilités.
Le sacrifice, c'ets un fantasme récurrent chez moi et la seule façon de le déconstruire c'est d'agir, et chez moi agir c'est l'ordinateur éteint comme préalable.
Le "père John" c'est encore un autre boulot : je viens de trouver une bonne collection de films pornos planqués dans la session de mon fils de 14 ans sur l'ordinateur familial. J'ai donc de quoi travailler sur nous sans ADSL.
Je veux dire qu'il est plus que temps de retrouver le gout des joies simples en famille.
J'ai aussi cessé de fumer du tabac cette semaine. Sevrage d'ordi + clope, j'ai été traversé d'envies de cesser de respirer pour perdre 70 kilogs d'un coup (le sevrage définitif de tout) mais je les ai laissé passer, et je bricole dans la maison.
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
marion @ 19-01-2007 17:01:13

Bravo pour 2 heures d'ordi par semiane, moi ça serait déjà un défi deux heures par jour! (note à moi-même: vérifier une cyberdépendence possible...)
Tu parles de ton fils de 14 ans. Lorsque mon copain m'a dit être porno-dépendent, ça n'a pas pris une heure et j'ai commencé à penser à toutes les personnes possiblement dans le même état ou possiblement vulnérable. Rapidement, j'ai pensé à mon frère de 14 ans qui est souvent à la maison seul avec Internet...
Quoi faire quoi dire? Bien sûr, ce peut qu'être mes peurs infondés de co-dépendante, mais je sens que je dois dire quleuqe chose à ce sujet à mon frère, parce que je l'aime pour le protéger de cette merde, le faire réfléchir du moins. Parce que sérieusement personne en société ne lui en parlera! Mais je sais pas comment faire, où commencer...
Toi John, tu l'approcheras comment ton fils (le mien n'a que 3 ans, j'ai encore le temps d'y réfléchir)? Et la prévention on fait ça comment?
Marion
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 20-01-2007 08:01:58

la prévention c'est donner l'information minimale à la presonne qu'on veut prévenir d'un danger ensuite c'est accepter que tout individu est libre d'en faire ce qu'il veut. c'est le libre arbitre qui se construit entre autre par le dialogue avec c'est parents par exemple. le mieux est d'attendre qu'un ocacasion se présente. interdire, surproteger, provoque très souvent l'effet inverse du but recherché. prévention va aussi avec modération.

pour john bein...bonne année tout de même, mais je ne me fais pas de souci pour toi, à te lire je sens beaucoup de positivité et de claivoyance sur ta glissade du lundi matin. je comprends pas y'a pourtant pas de verglas en ce moment?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 20-01-2007 16:01:32

Marion, la prévention à mon niveau c'est facile : bien sûr que je ne vais pas lui révéler mon passé de dépendant, il a déjà assez de pbls avec l'image du père comme ça, je suis loin d'être constant dans mes manifestations. Il me suffit de lui dire que
1/ça lui donne une image tout à fait faussée de la sexualité et que
2/c'est une offensive des gros capitalistes pour opiumer le peuple (il est dans une panoplie anar)
le 3/ ça crée une dépendance je le lui épargne pour l'instant, je lui dis que je comprends la curiosité sexuelle sans bornes de son âge, mais que ce n'est pas la bonne réponse.
Et puis il y a la sanction : plus de session perso pour lui sur l'ordi, interdiction d'effacer l'historique. Ca s'appelle le flicage "la confiance n'exclut pas la vérification" j'ai le droit de ne pas lui faire confiance, je n'ai pas le droit de le lui dire.
Salut déclick. Tu sais, après l'alcool, l'ordi, le porno, le forum... je crois que je suis vraiment mûr pour le bouddhisme ce coup-ci. N'importe quoi qui ait un discours crédible sur la souffrance, en fait. La rechute du 8 janvier, c'est juste un avertissement pour me dire de bouger mes bottes plus loin.
:-)
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-01-2007 23:01:38

déjà une semaine sans ordinateur et sans clopes.
p'tain j'aurais dû commencer par là.
Je relève le spam sur mes boites mails en fin de semaine et c'est bien suffisant.
J'entends déjà mon psy me dire "oui mais là vous mettez encore du moins dans votre vie, où est-ce que vous mettez du plus ?" au delà d'un certain point je ne peux lui expliquer mon "addiction à l'addiction" bien qu'il soit addictologue.
Ni guère m'en vanter ici.
Je vais partir bosser à paris quatre semaines. Le mois de janvier fut assez morne à nantes, et on me propose un documentaire à la capitale.
Soyez sages, et expérimentez ce que les anciens ont testé pour vous : penser à autre chose, faire autre chose. devenir autre chose.
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
marion @ 25-01-2007 21:01:37

MErci vous deux...


par déclick sur 20/01/2007 07:43:58
"la prévention c'est donner l'information minimale à la presonne qu'on veut prévenir d'un danger ensuite c'est accepter que tout individu est libre d'en faire ce qu'il veut. c'est le libre arbitre qui se construit entre autre par le dialogue avec c'est parents par exemple. le mieux est d'attendre qu'un ocacasion se présente. interdire, surproteger, provoque très souvent l'effet inverse du but recherché. prévention va aussi avec modération."

Pas évident de savoir quelle dose, en plus venant d'une grande soeur... je vais être crédible? Et le sexe qui est tellement tabou dans la famille ... Enfin passons. Je vais essayer de trouver un moment pour lui en parler dans le privé, mais je garde vos conseils en tête. Surtout:
"1/ça lui donne une image tout à fait faussée de la sexualité"

merci, marion
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 29-01-2007 22:01:17

Hi hi ! Spiceguid tu es mûr pour le blog de Dado, en lien sur le mien, si ce n'est déjà fait. Mais ça fait du bien de te lire. J'avais jamais songé que les Rolling Stones étaient des musiciens quantiques quand ils braillaient Can't get no Satisfacton (qu'ils avaient piqué à Otis Redding)
ceci dit, c'est pas parce que t'es handicapé à 80 % que tu vas t'en tirer comme ça : "il suffit de regarder là où la dualité a tranché et de marcher sur la ligne de fracture, la liberté n'est présente que sur la frontière" c'est une figure de style. La dualité (sujet/objet) ce n'est pas elle qui tranche, c'est toi qui renonces à instruire le procès du monde, ou qui rejoins le rang des plaignants.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-01-2007 23:01:19

Paris. Des blackettes partout. Dans la rue, dans le métro. Evidemment, elles sont comme elles sont, le mécanisme d'attraction-répulsion qui me les rend sublimes (et les autres indifférentes) est une poutre apparente dans mon cerveau.
Ca fait marrer le gars avec qui je bosse, lui-même très attiré par les jolies filles, mais sans culpabilité ni souffrance. Il m'a assuré qu'il n'hésiterait pas à me consulter si ça arrivait. En attendant, mon délire est transparent : être aimé d'une jolie femme (noire, pourquoi ? c'est un détail et une autre histoire) ça serait vraiment la super-cacahouete pour l'égo qui permettrait de compenser cette souffrance, cet attachement "qui pend dans le vide". mensonge de l'orgueil qui s'enfle pour contrebalancer l'évidence de l'insignifiance.
Ca ne marche pas comme ça. Mais j'aurais tort de nier que "ça" se produit encore en moi, donc qu'il y a encore du boulot.
Ce soir j'étais parti en pélerinage dans le groupe AA qui m'a vu poser mon verre en 1992, mais j'ai trouvé porte close. Groupe "exceptionnellement" fermé, m'a assuré le portier de l'immeuble.
Ca c'est Paris !
J'ai marché une heure pour rejoindre l'appartement que je squatte et me retrouver sur le forum au lieu de pratiquer "mon" bouddhisme tibétain.
Demain est un autre jour.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
forget @ 31-01-2007 22:01:33

Disse:
John Warsen a écrit:
mensonge de l'orgueil qui s'enfle pour contrebalancer l'évidence de l'insignifiance.


C'est très intéressant... En effet il me semble que l'orgueil se dégonfle à mesure qu'on accepte l'insignifiance : ce qui signifie être humble finalement.

Mais dis moi : n'y a-t-il que ton orgueil qui enfle quand tu poses ton regard sur des blackettes insignifiantes ?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Cielazur @ 01-02-2007 12:02:57

salut John!

Les contretemps du style porte close, rendez-vous annulé c'est trés frustrant et contrariant surtout quand on en attend le plus et qu'on en a le plus besoin. Ca me fait ça quand ma psy me fait faux bon lors de notre rendez vous mensuel. Le truc que j'ai trouvé avec le temps, c'est d'essayer de mettre à profit ce temps soudain libéré pour un plaisir non freulaté en général une ballade dans la nature en ce qui me concerne, mais ce peut etre aller acheter un bon bouquin ou un cd, prendre un verre dans un endroit nouveau etc etc...
Ps: le boudhisme ca fait longtemps que cette philosophie m'interpelle aux travers de bouquins de vulgarisation et alors la en ce moment je dis ouaaaaah qu'est ce que c'est bien!;-)
Je voulais te dire aussi que ton analyse de la focalisation sexuelle et fantasmatique sur un idéal de profil je la partage aussi et grace a ta demonstration j'en comprends le ridicule et le mécanisme (flatter l'égo). Moi c'est les jeunes sportifs minces et mal rasés... Je relie ca au souvenir d'un amour de jeunesse qui etait pur et "vrai". Qu'en penses tu? N'as tu vraiment aucun souvenir d'une jeune blakette dont tu n'aurais jamais fais le deuil? heeeein?! ;-)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-02-2007 19:02:38

Jim, le seul truc qui enfle quand je croise une blackette c'est mon insignifiance et l'évidence que je n'ai vraiment rien qui puisse l'attirer- je suis donc branché "frustration" voire "auto-punition" un peu plus que la moyenne.
Cielazur, bien sûr qu'au départ il y a une blackette indeuillable (bien que j'aie volontairement rompu les liens avec elle depuis longtemps pour justement faire ce deuil) elle n'était pas black, d'ailleurs. Elle a noirci avec le temps, comme le vieil or trop porté à même la peau. ;-)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
forget @ 03-02-2007 20:02:44

Disse:
John Warsen a écrit:
je suis donc branché "frustration" voire "auto-punition" un peu plus que la moyenne.


Ce doit être cela, la tectonite des blacks...
Mais tu as raison, il faut aller au-delà de la frustration, se laisser transpercer par elle comme une lame de fond viendrait s'écraser sur la digue. Sauf que là, la digue, elle serait comme transparente. La vague ne pourrait pas l'atteindre. Je crois que c'est la notion d'extinction du moi, de totale vacuité qui fait que rien ne peux plus nous faire mal. Et en même temps qui permet de rester ancrer dans la réalité.
Je crois que c'est l'épreuve du deuil et la confrontation avec le principe de réalité qui doit nous guider;
Bon, j'ai écrit celà sans m'arrêter pour respirer. Je ne sais pas si c'est cohérent mais bon...
à bientôt,
Jim Kana
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Cielazur @ 06-02-2007 13:02:26

Mais pourquoi t'as rompu aussi toi !?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 11-02-2007 14:02:25

parce que je tournais en rond sur le forum, que j'aurais dû lâcher depuis longtemps.
Et le rond pue.
Rechute le 30 janvier. Ca m'apprendra à allumer un ordinateur la nuit dans un appartement vide alors que j'ai dit que je les laissais éteints. Comme dit un ami, j'ai pris conscience de ma recherche de plaisir immédiat mais dans la souffrance. Accro au stress, accro à la souffrance... j'ai trouvé un livre de Desjardins qui en parle très bien sur la table de nuit de cet appartement vide. Desjardins... Accro à ce qu'on connaît, par peur du reste. Même si on ne connaît que les émotions négatives et les promesses sans suite de la littérature de développement personnel. Le 1er février, rencontre avec un ami dépendant. On passe quatre heures à échanger sur l'addiction sexuelle. Chouette soirée, on compare nos traumas et nos façons d'y réagir. Et kicékia la plus grosse dépendance. On se programme une réunion DASA sur Paris la prochaine fois qu'on se voit. si vous tapez "réunions DASA" sur google vous les trouvez.
Bizatous.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Addict @ 11-02-2007 18:02:35

Disse:
John Warsen a écrit:
Le côté positif d'une rechute après le sevrage, c'est qu'elle conforte dans la voie choisie. On sait que, raisonnablement, on ne peut revenir en arrière (ou alors on est maso à vie!) donc ça renforce la détermination et la volonté.


D'accord avec toi John sur le fait qu'une rechute renforce l'idée qu'on ne peut revenir en arrière.
Cependant, ma rechute à moi m'a complètement pulvérisé : je n'ai plus aucune volonté (ou alors très très très, voire très, enfouie tout au fin fond de moi...).
Voilà, tout ça pour me plaindre de ma situation... Ha oui ! Ma rechute a également exterminé le peu de confiance que j'avais en moi... Fait chier !!!

Addict
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 11-02-2007 23:02:00

moi si je replogeait je sais ce que je ferais je dirais et merde et je reprendrais un sevrage
pourquoi ?
parce qu'il n'y a rien d'autre à faire.
inutile de se flageler ( ça donne des erections à certains en plus), inutile aussi de se chauffer la cafetière avec des pourquoi sans parce que,
il faut simplement remonter en selle et continuer sa vie en faisant gaf à ne pas la simplifier à notre dépendance.
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 11-02-2007 23:02:00

merci déclick
la vie réduite à la dépendance ne vaut effectivement pas la peine. A moins de se dire qu'on est addicts à la souffrance (ce qui est une des données du pb mais pour en arriver à le formuler comme ça il faut déjà avoir lâché son bâton de berger depuis un certain temps)
addict, même si tu te prends pour un cas désespéré, tu verras qu'il n'y a qu'en remettant ça encore et encore qu'on s'en sort, et que personne ne peut le faire à notre place. Et qu'on ne se satisfera jamais plus de cette vie au rabais. De cette misère. En ce moment je n'ai pas la dispo pour voir un psy, alors je fais avec les moyens du bord, mais je t'incite vivement à entamer une démarche si tu te sens "annihilé".
Y'a vraiment pas de quoi se la mordre.
Juste se dire "bon alors maintenant je la joue comment pour m'en sortir ?"
la rechute nous oblige à être créatifs.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 12-02-2007 14:02:56

Addict, ta volonté, même enfouie très loin, elle esf toujours là car tu viens poster ici. À partir du moment où tu postes, il y a encore un sentiment de confiance. Oui, accroche-toi (et n'abandonne pas ton idée de voir un psy), c'est le seul moyen de rendre toujours plus intense la petite lumière de confiance et d'espoir que tu possèdes toujours.

Bon courage !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Addict @ 12-02-2007 15:02:37

Disse:
Bruno59 a écrit:
Addict, ta volonté, même enfouie très loin, elle esf toujours là car tu viens poster ici. À partir du moment où tu postes, il y a encore un sentiment de confiance. Oui, accroche-toi (et n'abandonne pas ton idée de voir un psy), c'est le seul moyen de rendre toujours plus intense la petite lumière de confiance et d'espoir que tu possèdes toujours.

Bon courage !


Merci de ton soutien Bruno59 !!!

Ce qui est paradoxal dans ma situation actuelle c'est que j'ai acquis pas mal d'expérience vis à vis de mon addiction depuis que j'ai pris conscience du Mal et que je viens dialoguer ici (en cela merci à tous !); mais malgré cette expérience, j'ai l'impression de n'avoir jamais été aussi fragile...

Il faut dire que ces temps-ci il y a pas mal de chamboulement dans ma vie, et étant donné que le porno constitue une sortie de secours vers la fuite de la réalité (et que chez moi chamboulement=problèmes=refus des problèmes donc de la réalité), la rechute est très facile. D'ailleurs c'est ce qui me fait penser que ce qui est très important pour la sauvegarde du sevrage c'est une certaine stabilité dans la vie, l'expérience acquise sert en cas de rechute mais ne préserve en rien de celle-ci.

Addict
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 12-02-2007 20:02:19

j'en ai de l'experience et je ne me suis pas fait de cadeau. j'ai voulu regarder ma dépendance les yeux grands ouverts. psy, télé, radio le forum, rencontre en vrai avec des dépendant et pourtant rien à faire je rechutais. mais une petite voix me disait "c'est ton chemin".
l'idée c'est de ne jamais perdre de vue qu'on va s'en sortir ainsi à nos echecs on donne peu de poid dans notre histoire de future homme libre.
la fragilité dont tu parle elle m'a souvent fait peur et découragé. mais maintenant je sais qu'elle fait partie de moi alors je l'accepte.fragile on en ai pas moins homme.
ai confiance en toi et le reste viendra
courage addict
et aux autres merci pour vos textes
vous m'avez manqué ces dernières semaines
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-02-2007 16:02:23

Salut à tous. Un p'tit mot juste en passant. Toujours à paris, et toujours "renonçant" à mes rapports malheureux avec mon ordinateur. Je travaille sur l'absence de joie comme présupposé de la dépendance.
C'est un article d'une amie qui m'a mis la puce à l'oreille - comme si je n'avais pu voir par moi-même là où le bât blessait : les dégoûtés de la vie, qui le sont trop pour trouver l'énergie de se sortir les doigts du cul, mais pas assez pour entrer dans une vraie renonciation.
Ceux qui restent entre deux eaux.


"Bouddhisme et dépression
Par Sherlock, mardi 30 janvier 2007 à 08:13 - Entomologie humaine

Récemment le Lévrier était préoccupé par un sujet dont je vais maladroitement tenter de parler. C'est le fait que ce qui amène les gens au bouddhisme, ce n'est pas la joie qu'on y perçoit. D'ailleurs si l'on faisait un sondage pour demander aux bouddhistes la façon dont ils perçoivent le bouddhisme, à mon avis, on retrouverait plus souvent sérénité et austérité que joie ou béatitude. En conséquence de quoi ce qui a attiré les gens vers le bouddhisme, c'est plus probablement cette austérité perçue que la perspective de la grande béatitude simultanée. Certes, il y a le désir d'être heureux, mais en passant par des études austères, difficiles... comme si la joie pouvait être le résultat de 10 ou 20 années passées à la Trappe, avec l'esprit sinistre qui lui correspond. D'après le Lévrier, le problème vient de ce qu'il y a chez les occidentaux une espèce de base culturelle de culpabilité et de détestation de soi qui n'existe pas chez les orientaux (et que je ne perçois pas en effet chez mon traiteur chinois). Les chinois et les tibétains, eux, ils savent ce qu'ils veulent : gagner plein de pognon, réussir dans la vie, être admirés et ça, pour eux, c'est BIEN. Donc, quand on leur dit que ça n'est pas bien, mais que c'est futile, et qu'il faut s'en détourner, cela ne fait que produire un sain rééquilibrage. Maintenant, prenez un français moyen qui pense qu'il est un nullos, qu'il est coupable de la dépression de sa vieille mère, que la vie de toutes manières ne l'intéresse pas parce que c'est de la merde, et que lui même c'est de la merde aussi, et dites-lui de se détourner de cela. Le résultat sera la dépression. Ce type n'a déjà aucune vitalité à la base, le bouddhisme ne fera que lui enlever le peu qui lui reste. D'où cette atmosphère sinistre des centres bouddistes. Nous sommes les bénéficiaires de tout ce joyeux héritage judéo-chrétien comme quoi la vie doit être difficile, qu'il faut se punir parce que par définition nous sommes mauvais, et ainsi de suite.
Je n'exagère pas. Cette discussion était partie d'une phrase du dalai-lama, comme quoi il avait mis très longtemps à comprendre que les occidentaux se détestaient, et dans quel état cette détestation de soi les plongeait. Car ça ne lui serait même pas venu à l'esprit que ça pouvait exister. Ce qui explique aussi que Chepa se marre quand quelqu'un lui dit "je ne m'aime pas". Il répond rigolant "mais si, tu t'aimes, tu joues du piano, tu manges bien"... Il ne s'agit pas de cela évidemment. Un tibétain n'a pas d'arrière-pensée. Quand il mange bien, en effet, c'est qu'il s'aime. Tout va bien pour lui. Un français, quand il mange bien, pour commencer on lui a dit au catéchisme que le plaisir était illicite et qu'il fallait vivre une existence austère. Donc déjà, il se sent coupable. Il n'est pas en train de gagner sa vie à la sueur de son front. Il n'est pas à l'hôpital en train d'aider les mourants. En plus il pense à tous les enfants qui meurent de faim dans le monde. Et quand il essaie de prendre l'air content de lui, on voit que c'est complètement faux. Les plaisirs de la vie n'ont jamais été permis pour lui. Alors si en plus on lui dit qu'ils sont illusoires, il va déprimer, et la dépression n'est pas du tout un état correct pour pratiquer. Donc sa pratique ne donnera pas de résultat, et il va déprimer encore plus et ainsi de suite. Alors que le tibétain, lui, il pratique sur une vitalité. La pratique ne fait que détourner son énergie vers des buts plus nobles que l'accumulation d'argent. Mais quand on n'a déjà plus d'énergie parce que rien ne vaut la peine ? Sur quoi va-t-on pratiquer ? Sur le néant ? Sur le désir de se punir ?
Bien sûr, tout le monde n'est pas comme ça, il y a des gens qui ont une vie sympa (dans leur perception) et qui en sont contents. Mais le problème, c'est que ceux qui sont attirés par le bouddhisme sont principalement les dépressifs, les coupables, ceux qui pensent que la vie ne vaut rien et qu'eux-mêmes ne valent rien, ceux qui veulent aller s'enterrer dans le froid et la neige. Ils vont vers le bouddhisme car ils pensent que le bouddhisme dit la même chose qu'eux, qu'en effet la vie et eux-mêmes ne valent rien. Mais la réalité c'est que le bouddhisme dit cela à des gens qui ont une haute estime d'eux-mêmes. Un jour, un grand lama disait à un traducteur :"Cessez de vous sous-estimer, et de croire que vous ne valez rien !". Il avait perçu cette tendance, assez marquée chez cette personne au demeurant.
Le problème, c'est maintenant d'arriver à gérer l'orgueil bien réel qui résulte du sentiment de sa propre nullité, car plus une personne se trouve nulle, plus en général est aura développé de l'orgueil par-dessus pour arriver à survivre. Et que faire aussi de cette énorme tendance à la distraction qui est la fuite de tout cela ? Un chinois qui travaille 14h par jour dans son magasin fera un bon pratiquant si on arrive à le détourner de son compte en banque. Mais un gars qui passe 14h par jour devant un jeu video ?
L'esprit occidental est vraiment compliqué.
(...) Bref, le dépressif chronique (au moins 90% du public des sanghas), manquant d'identifier la Joie comme élément fondamental de la pratique, est capable de tout foirer en s'imaginant réussir. Donc, la conclusion de cela, c'est de dire que si ce qui vous a amené au bouddhisme, c'est le dégoût de la vie, la culpabilité, et l'auto-punition, il y a quelque chose à réviser d'urgence. Il qu'il ne s'agit pas simplement de devenir "content", car tout le monde prétend être content tout en étant extrêmement mécontent, mais d'identifier le mécanisme qui interdit d'être heureux. Mécanisme qui s'apparente à un coffre-fort de la Banque de France (avec la Joie à l'intérieur). "
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
labardo @ 17-02-2007 17:02:01

[size=small][font=Verdana]Merci John,[/font][/size]

pour ce "Partage" extrèmement véridique. Il ne rejoint pas que les dépendants, mais tous ceux qui souffrent, tous ceux qui ont au plus profond d'eux, un mal de vivre incompréhensible. Ton écrit a traversé mon âme! Grâce à toi, j'ai certainement mit le doigt sur une plaie ouverte et j'essaierai de faire en sorte qu'elle se cicatrise, enfin!

Merci d'être là! labardo! :love2:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
biophil @ 19-02-2007 17:02:11

Je me permet de répondre à ton message underscore pour soulever quelques inexactitudes.

Tout d'abord tu identifies le mahayana (grand véhicule) et le vajrayana ( véhicule de diamant). S'il est vrai que le vajrayana appartient au mahayana, le zen appartient tout autant au mahayana.

Concernant la sokka gakkai, il s'agit purement et simplement d'une secte qui n'a strictement rien à voir avec le zen.

Ayant pratiqué pendant quelques années vipassana, pratiquant actuellement le vajrayana, je considère les pratiques bouddhistes, mais il me semble que cela est vrai des pratiques spirituelles en général, comme une aide trés importante dans le sevrage.

Concernant ton jugement sur le véhicule de diamant, il est vrai que certaines personnes sont plus intéressés par le gain financier que par l'aspect spirituel, mais il me semble que cela se retrouve un peu partout.

J'arrête là ma réponse, de peur d'être taxé de faire du prosélytisme. ;-)

:zen2: :zen2: :zen2: :zen2: :zen2:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 19-02-2007 19:02:38

moi je pratique le zen gourmant à base de purée d'oeuf de poisson c'est le tarama
:-x
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
forget @ 24-02-2007 13:02:32

Au risque d'enfoncer un peu le clou je rappelle que Bouddha himself n'était pas un ascète. Remenber : la voie du milieu. Alors que le jeune prince Siddharta (qui a connu l'opulence) s'est rapproché des ascetes pour rechercher l'éveil il surprend une conversation : un prof de musique explique à son élève que s'il veut obtenir une note juste, la corde ne doit pas être trop tendue... mais pas non plus trop molle.
C'est là que le futur Bouddha prend conscience que la libération ne se trouve pas dans l'ascetisme et l'austérité, pas plus que dans la recherche du plaisir immédiat... mais entre ces deux pôles : c'est la voie du milieu !
Le bouddhisme (enfin celui auquel je suis attaché et qui est le même qu'_underscore_) ne dit pas que le désir est mauvais (ça ce serait judéo-chrétien à la rigueur puisque gourmandise et luxure entre autre font partie des 7 péchés capitaux) mais que l'attachement au désir même à la souffrance.
Ce sont là les deux premières nobles vérités : la vérité de la souffrance et l'origine de la souffrance.
Désolé de la longueur du message
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-02-2007 22:02:09

c'est marrant, roul, que tu trouves ma prose cynique. D'abord parce que c'est pas la mienne, et puis parce que je trouve que ça décrit assez bien certaines sanghas. Mais c'est vrai que le sujet est polémique, et qu'on va pas se fâcher entre amis partageant les mêmes préoccupations. Ce que l'article souligne c'est que nous nous tournons parfois vers la spiritualité pour de "mauvaises" raisons (être délivré de la souffrance, alors qu'il faut d'abord voir de quoi elle nous cause) ce que jim a joliment résumé par "l'attachement au désir" mêne à la souffrance.
En ce moment je m'interroge sur cette addiction à la souffrance, qui ne nous désigne pas comme masos, je suis allé voir un tibétain à paris la semaine dernière (http://dzogchenparis.free.fr/enseignants/atong/atong.htm)qui rappelait vigoureusement que les soi-disant "masos" ne recherchaient pas la souffrance en soi mais qu'ils avaient pris "l'habitude" de faire de la saisie sur la souffrance une recherche de plaisir, que tout le monde recherche le bonheur, quoi...
sinon j'ai un nouveau koan : la cigarette crée le manque qu'elle prétend soulager.
Et je vous encourage vivement à vous rapprocher des réunions DASA s'il y en a dans votre région.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 01-03-2007 10:03:50

en pointillé, parce que je suis résolu à ne pas redevenir un "pilier de forum" : à moyen terme, le sevrage, passage obligé des pornoïques, tabagiques et autres compulsifs n'est pas une politique de vie. Ajouter du vide au vide c'est favoriser angoisse et dépression. Je dois être à 45 jours sans clopes, j'ai survécu à mon blog :-) et traverse des moments de flip et de déprime "biologique", mais rien que je puisse relier au porno, vu l'important travail fait en amont.
J'accueille donc ces angoisses comme un passage obligé vers un nouvel équilibre. Si je survis à mon personnage, y'a forcément de l'espoir.
Pensées émues envers vous tou(te)s.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 01-03-2007 11:03:40

personne ne saura qu'elle role et place tu auras dans l'avenir de ce forum, même pas toi. je crois que ce forum est important pour toi car il t'a apporté beaucoup. donc tu es en dette.
je crois qu'il ne faut rien forcé, si tu te sens d'intervenir interviens. et si tu compost leves le pied et arretes toi sur une aire de repos.
désolé pour ton ego mais tu as déjà une statue parmi nous. et une statue c'est plus impressionnant qu'un pilier ;-)
forcer les choses c'est au départ une motivation négative, voilà un truc que j'ai pigé. etre autovigilant c'est cool, s'autosencuré j'y crois plus. mais plus du tout.
super pour la clope moi je rame dure et y'a du courant marin, que c'est dure.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 01-03-2007 17:03:14

En dette ? est-ce que je suis en dette envers le forum ? moi qui ai tant fait pour lui, môssieu Astérix ? :-o si la question se pose comme ça, elle ne se pose pas, ou je choisis de ne pas y répondre.
Quand j'allais pas bien le mois dernier, je me disais que j'avais perdu 18 mois de ma vie sur le forum à me prendre pour un sevré qui ne l'était pas, alors que maintenant je le suis mais je n'y crois plus.
C'est normal que l'orgueil se mange une banane après ce genre de vautrage.
Si je rechute après un an, faut surtout que j'en fasse pas une catastrophe nationale, et pas me dire que mes messages sont périmés comme les yaourts au goût vulgaire.

Je n'ai donc plus les moyens d'avoir des "idées" sur la question. Donc je n'ai pas de "pensées", et encore moins à partager. Quelque chose s'est défait. S'il y a souffrance, dépression et plaintes, (essentiellement silencieuses) c'est qu'il a dû y avoir beaucoup d'orgueil et de j'me-la-pête sans m'en rendre compte.

En restant dans mes 24 heures, je finirai bien par assécher le lac.

Je pense que si chacun ici a l'impression d'avoir reçu plus qu'il n'a apporté, il faut bien que le reste vienne de quelque part. C'est ce qu'on dit aux AA pour évoquer la "puissance supérieure" à l'esprit des incrédules.

J'ai beaucoup de mal à faire jouer la carte "spiritualité" face à mes préférences affectives et émotionnelles m'inclinant à tomber du côté de la confiture. Peu de liberté de choix dans cet enchevètrement de déterminismes.

Mais à part accepter d'être gaulé comme ça pour le moment et voir ce que je peux faire avec ou à côté, ma liberté consiste surtout à me confronter à l'action, qui seule me préserve de la peur d'agir.

D'où cet éloignement du forum, même si j'ai un mal de chien à ne pas y revenir traîner ma couenne, sachant que si j'l'avais pas eu y'a 18 mois je n'aurais pas mis cette distance infiniment sécurisante entre moi et les famapouals.
Je reste membre du club. Mais je n'ai plus grand chose à fourguer, et n'aime pas les redites.
See you !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 01-03-2007 18:03:23

ok avec ton analyse, mais je me dis que c'est un putain de message : "on" me signale que j'ai fait mon temps comme animateur, ou modérateur, ou héros du forum, ou c'que tu veux, et que la crampe du forum ne vaut pas mieux pour moi que l'autre puisqu'elle ne m'en préserve plus. Ceci dit, pas d'envie de q et je suis clean depuis un mois.
et les rencontres dans le réel avec les dep's sont 10 fois plus enrichissantes que ces pings-pongs dactylographiques. Je veux dire qu'elles ont plus d'impact.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-03-2007 10:03:21

c'est juste la p'tite voix dans ma tête
qui me dit que j'suis obsolète...
ça me passera peut-être
mais à force de bramer mon malêtre
de cyber(johnny)depp
il vaut mieux que je sorte par la fenètre
bien sûr que le forum est un formidable tremplin de rencontres et de partage sur le fléau pornoïque, je ne remets pas ça en cause.
Ca fait quand même bientôt deux ans que j'dis
qu'il faut que je m'éloigne de mon ordi !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 28-03-2007 14:03:52

Je sors de la déprime POST-tabagique (je n'ai pas envie de fumer et c'est le cadet de mes soucis apprès les sévères remontées d'huile dans le carbu de ces derniers mois) et c'est pas forcément mieux, mais c'est forcément mieux quand même. ce matin, gros coup de colère envers mon fils ado qui multiplie mensonges et provocations, mais pas forcément pour me faire réagir : simplement parce qu'il est à l'âge où...
et moi qui m'apprétais à faire un post "la colère m'a quitté" ouARF OUARRF;
je le disais en mp, je le répète ici, je suppose que je dois au sevrage l'absence de fantasmes sexuels malgré mes rechutes récentes. Le plus dur à accepter, et c'est donc le truc à accepter d'urgence et plusieurs fois par jour s'il le faut - c'est la disparition totale du "confort" résultant du sevrage précédent. Difficile de laisser l'ordinateur vraiment éteint, j'ai quelques conversations en cours, et pourtant, rien qu'être assis devant, ça commence à picoter, donc il faut rapidement l'éteindre.
lisez donc éric loonis (bien qu'on y reste un peu le nez dans le caca : en gros, au rang du soin, il suggère de "varier les plaisirs" et eckardt tolle, (bien que le caca y perde au passage sa nature merdique) ... respirez à fond, relisez Orroz, ne vous laissez pas asphyxier par l'obsession de sevrage (remplaçant l'obsession du porno)... phrases maintes fois répétées, que je pratique au quotidien.
Ici plein de nouveaux, quelques anciens, des fantômes affamés qui cherchent à sortir de leur statut...
j'ai repris une démarche "psy" avec une praticienne du rebirth, parce que sur le plan intellectuel j'étais à bout. Cuit.
Avec son aide je respire, je pleure, j'essaye de contacter mon enfant intérieur, celui qui est resté en rade et qui menace de faire couler la boutique si on ne s'occupe pas de lui...
salut fraternel
christophe
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 02-05-2007 03:05:40

A propos de cette démarche psy, je fais ça depuis a peu près 5 ans, avec quelques interruptions et un changement de thérapeute.
En France les seuls praticiens remboursés sont les médecins psychiatres (libre à eux de pratiquer autre chose en séance). Beaucoup sont aussi psychanalystes, ceux que j'ai consultés le sont et la séance consiste en un entretien face à face d'une vingtaines de minutes (certains c'est 15, d'autres ça va vers 45). Ce qu'on appelle un psychothérapie analytique, pas sur le divan. En général ces thérapeutes sont réputés pour pas parler beaucoup et c'est pourquoi j'ai changé, celle actuelle le fait un peu plus mais on ne peut pas parler d'échange, elle intervient ponctuellement.
En me retournant j'ai un peu de mal à voir ce que ça a changé, à la base j'ai consulté pour cette anxiété qui prend différentes formes comme angoisses, TOC et maux de ventre, j'ai enfin réussi à parler de mon addiction mais je n'arrive pas à voir en quoi c'est lié aux améliorations légères que j'ai observées ces derniers temps.
C'est clairement plus avec ce que j'ai découvert et essayé d'appliquer l'enseignement de Prajnanpad que le changement global dans ma personnalité est intervenu. D'ailleurs quand j'ai lu "L'expérience de l'unité", je me suis dit que j'avais enfin trouvé un bouquin compréhensible sur la psychanalyse. Et pour cause, ce sont les retranscriptions d'entretien avec un de ses disciples indiens, en face à face, avec finalement peu de références aux textes sacrés anciens, et toujours pertinentes et argumentées. Note qu'il était assez élogieux sur Freud et qu'il pratiquait aussi ce qu'on est venu a appelé des lyings, c.a.d l'expression allongée d'émotions refoulées en revivant en immersion le traumatisme.
Mais la différence, de taille et cruciale, c'est que le but visé est beaucoup plus profond que les thérapies occidentales classiques, qui visent à nous faire retrouver notre autonomie pour naviguer dans la société. Là on parle de transformation intérieure radicale. Je sais pas si c'est vraiment atteignable pour nous mais "Si tu veux tracer ton sillon droit, accroche ta charrue à une étoile". Avec ça, c'est ma vision de la vie qui est devenue infiniment moins négative.

En tout cas, lors des séances avec ma psy, je vois bien les limitations de ce genre d'entretiens. Finalement on essaie de trouver avec seulement la tête une solution à un problème dont la racine qui se situe à un niveau corporel-émotionnel (qui vient ensuite colorer les pensées). Et surtout, entre les séances, on est pas incité à pratiquer cette tentative de lucidité.
D'ailleurs je pense qu'elle est plus ou moins sur la même longueur d'onde, me disant au détour d'une phrase sa boulimie. Pour moi quand même l'utilité de cette démarche c'est d'essayer de faire ressurgir un certain nombre de choses du passé et de connecter mes réactions présentes aux évènements de l'enfance. Apprendre à vivre au quotidien, maintenant que sur un plan psycho-énergétique je tiens sur mes pieds, j'y arrive seul et j'essaie de comprendre mes frustrations et désirs immédiats à la lueur de ce que dit Prajnanpad. Hormis l'addiction et ce qui fait lever une réaction émotionnelle que je ne comprends pas, je lui parle assez peu des évènements du quotidien, en tout cas pas pour avoir un conseil.

Ce que tu dis du rebirth a l'air tentant (c'est quoi la méthode ?), on parle peu de ces thérapies. Ce serait bien d'avoir l'avis de ceux qui en pratiquent d'autres. Le sexologue que j'ai vu semblait clairement prendre la parti des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) par rapport à celle que je viens d'évoquer.

Sinon Eckhart Tolle c'est vachement bien, Radio Ici et Maintenant diffuse ses talks sur le net en anglais de 6 à 7 le matin.
Je l'ai écouté sur mon baladeur en partant et retournant du boulot intensément pendant 10 jours, j'ai retrouvé un peu ce calme qui m'avait envahi après ma retraite. Il ne donne pas vraiment de méthode mais il pointe pas mal de choses intéressantes.

Mais à certains moments d'énervement ou d'excitation, je devient totalement hermétique à ce qu'il raconte.
Il dit souvent qu'une astuce pour bien l'écouter c'est prendre conscience de l'espace entre les mots, et pour moi c'est un bon indice. Si j'y arrive pas, j'arrête au lieu d'écouter mécaniquement.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-05-2007 10:05:39

petit bilan de rebirth, après 3 séances espacées de 15 jours chacune + 1 après-midi en piscine. C'était assez drôle parce que j'étais le seul homme, entouré de 5 femmes amochées par la vie je ne sais pas jusqu'à quel point, c'était pas un concours mais l'idée de pratiquer "en groupe" en piscine nous oblige à sortir le nez de notre douleur pour accompagner celle de l'autre.
Praticienne trouvée sur http://www.psycho-ressources.com
Je ne voulais plus d'une thérapie en face à face (déjà plusieurs entreprises, avec des succès, des progrès, mais le mental étouffe tout chez moi, donc je voulais autre chose : travailler directement sur les émotions; très durement ébranlé ;-) par l'arrèt du tabac et les rechutes porno récentes, sans parler de sérieuses difficultés professionnelles. J'ai failli me flinguer. En tout cas j'ai été sérieusement squatté par des images de suicide avec mise en scène et tout. J'avais beau les mettre à distance en les mettant au crédit du dépit narcissique...
...enfin bref, ça calme. En rebirth
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rebirth
on travaille sur l'émotion, et ça c'est sûr que j'ai beaucoup pleuré, pendant et parfois entre les séances. Est-ce que j'ai vidé le lac ? je ne sais pas. Les détracteurs disent que c'est une thérapie de la régression. c'est possible. En tout cas la femme qui m'a "accompagné" pendant ce travail, si elle ne m'a rien asséné de révolutionnaire, m'a bien fait comprendre qu'a part accueillir et pardonner, au lieu de me prendre pour une catastrophe humanitaire, l'a fait de façon honnète.
Je ne sais si je vais refaire de séance tout de suite, j'en ai un peu marre de chialer au risque de renaitre. Faut dire que pour se frustrer et refouler, le porno c'était top-moumoute. Ca se décante doucement, et le constat que j'en fais c'est que si je veux dissoudre l'aspect dépressif faut éviter de le nourrir, donc réduire toute station prolongée devant un écran.
à vous les studios.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
gaelititot @ 02-05-2007 13:05:33

C'est tout de même génial que tu sois parvenu à arrêter le tabac!!
j'ai rechuté dans le tabac depuis 2 jrs et je me suis arrêté sur demain pour arrêter cette mauvaise manie!

Reprendre alors la marche puis le jogging.

Cela m'attriste que tu sois en souffrance alors juste te dire que vue de l'extérieur (ou disons lue de l'extérieur)
sur ce forum tu es quelqu'un que j'apprécie franchement, car tu sais les mots juste à dire et à placer la ou il faut!
Le fait que tu sois dans la panade ne raye en rien tout le bien déja donné à tous ces gens

501, ce n'est pas la marque de mon jean mais bien le nombre de message que tu as posté!

Hein???... Oui un, c'est bien le nombre de rechutes que tu as effectué depuis le 08.10.2005
(infos prises sur ton profil) tu imagines le temps sinon qu'il m'aurait fallut pour compter tes interventions!


je n'ais pas lus tout ce post et même si je n'ai que répété ce que d'autres ont dit.

Ceci dit peut être qu'effectivement il ne serait pas néfaste pour toi de t'éloigner de ton ordi.
:idea: :idea: :idea:
Prendre des cours de théâtre, n'y as tu jamais songé???
Je te verrais très bien la dedans!

ou des cours d'autres choses, de ce que tu aimes, la vidéo???
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
forget @ 11-05-2007 13:05:02

Disse:
John Warsen a écrit:
En rebirth
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rebirth
on travaille sur l'émotion, et ça c'est sûr que j'ai beaucoup pleuré, pendant et parfois entre les séances. Est-ce que j'ai vidé le lac ?


Vider le lac est peut-être moins grave que de noyer le poisson.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 18-05-2007 22:05:38

Chez moi le poisson c'est le mental, et à défaut de le noyer - en vidant le lac ! - le rebirth l'a un peu redimensionné en lui taillant un short. En plus l'été arrive, c'est cool les shorts, à condition d'être guéri de la trique cosmique et de ne pas avoir d'érection monstrueuse à dissimuler.
Orroz disait : "Attention au piège du mental, car il fait le jeu de l'ego. Et comme votre ego fait le jeu de la "bête", vous risquez de tourner en rond dans votre problématique de base sans jamais trouver de solution. Et pourtant, la solution vous la connaissez : regarder droit devant sans rien regretter." J'écris à un ami qui ne vient plus sur le forum : "Quand le désir devient malédiction...
ça serait bien que tu lises le livre de Loonis que je t'ai envoyé, tu y découvrirais qu'à force de baiser avec notre imaginaire, puisqu'il s'agit de cela, et seulement de cela, finalement on se fait baiser par lui (on s'en doutait un peu)
Quand ça me gratte, j'évite de me gratter, parce que je sais d'expérience que ça serait sans fin : comme boire de l'eau salée quand on a soif.
Un ami me racontait hier le cas d'une personne qui, après avoir cessé de fumer pendant 9 ans, a eu un obscurcissement de conscience passager au cours duquel il a cru qu'il pouvait se risquer à en allumer une. Prévisible : sa consommation est maintenant supérieure à celle d'avant son sevrage.
Et ainsi de nous : un ou deux dérapages autour du jour de l'an, et c'est trois mois de dépression carabinée qui me sont passés dessus avec une joie sans mélange.
Bref.
Tu sais que c'est vide mais il y a quelque chose qui ne peut être raisonné en toi et qui croit que c'est plein; il n'en disconvient que lors des quelques instants qui suivent la fin de la masturbation, dans un grand cri de dépit étouffé qui ne mérite pas le nom de jouissance, et il usurpe vaguement ton identtité pour satisfaire ses besoins, mais tu ne lui prètes pas l'attention suffisante pour désamorcer le subterfuge; tu ne cherches pas à détailler les traits de ton ravisseur dans la pénombre parce que la "possession démoniaque" (ou "des moniques" ça marche aussi) au terme de laquelle tu te retrouveras plus vide qu'avant d'héberger cette tension désagréable commence à prendre forme, c'est à dire à prendre "ta" forme puisqu'elle doit passer par toi pour se satisfaire)
donc tu ressens ce vide, et tu cherches une fois de plus à le remplir, et tu sais que c'est peine perdue, mais mû par l'habitude de la défaite et prèt à tout pour éprouver le soulagement maudit, impossible de combler ce trou de ressenti par des images, qui ne sont que des représentations sur lesquelles tu projettes tes vieux fantômes affamés, et plus tu constates que c'est impossible à remplir et plus tu essayes, et plus l'inanité, l'absurdité de tes efforts te fait flipper : tu ne vois plus du tout comment t'en détacher maintenant, cette mécanique qui t'asservit sans t'apaiser. Ce poison qui crée le manque qu'il prétend combler mais qui le fait de plus en plus imparfaitement.

Et toutes ces reculades parce que tu as peur de perdre ton identité en lâchant ces désirs.
C'est plutôt une pulsion : pour qu'il y ait désir, il faudrait qu'il y ait quelqu'un de désirant, et si tu regardes bien ce n'est pas cela qui t'arrive quand tu cèdes à marée haute.
Au fond, il n'y a "personne" qui puisse éprouver ce désir pour de la viande pixellisée. Ce qui ne l'empèche pas de s'élever en toi. Impersonnel. Tu ne participes à la fête que comme dommage collatéral.

Il y a deux façons de s'extraire durablement d'un trou noir (avec ou sans poils autour) :
soit à reculons : on le garde ainsi au centre de son champ de vision en espérant que ce soit une sécurité suffisante pour qu'il ne nous saute pas à la figure, qu'il se résorbe petit à petit au fur et à mesure que l'on s'en éloigne.
Pas de surprise, mais on reste durablement obsédé.
soit en lui tournant le dos (méthode Superguerrier 3000 et autres) : Regarder droit devant sans rien regretter, ce qui ne nous dispense pas d'établir le contact avec les zones irradiées. A défaut d'une indifférence réelle on peut la feindre c'est à dire la cultiver, puis en récolter les fruits : au bout de x mois on est guéris."

à deux jours près, ça fait deux ans que je poste sur des forums de dépendant sexuel.
Je suis content d'avoir lu récemment qu'on pouvait se remercier pour même la pire journée d'abstinence car elle est toujours moins pire qu'une journée sous addiction, je trouve ça très vrai, l'abstinence ne m'a jamais fait souffrir comme l'addiction et on devrait s'en rappeler quand on trouve ça difficile".
Ni dieu ni maitre ni Internet ? finalement, ce ne sont que des outils au service du mieux-être et du progrès spirituel.
Loin de moi l'idée d'instrumentaliser Dieu, Orroz... et d'anthropomorphiser les famapouals :-? :-?
je me rappelle un témoignage chez les SA d'un gars qui racontait s'en être sorti en offrant ses couilles à Dieu. Ca me faisait rire, moins maintenant.
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 27-05-2007 15:05:49

bien ce texte que je classerai au rayon bilan et expérience et j'aime bien cette idée que le sevrage est une belle aventure et pas si pénible que "ça" en définitive.
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-06-2007 00:06:47

si j'avais conservé mon blog, j'aurais mis dessus cette vidéo qui arrache tout :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/sad%2Bkermit/video/x25en2_kermit-muppet-show-et-nine-inch-nai"
et met en boite la complaisance et la morbidité avec une salubrité et une clarté imparables, en permettant à beaucoup de toxicos de prendre un peu de distance par rapport à leurs délires. En tout cas, moi qui ai beaucoup écouté Nine Inch Nails et leurs ancètres Cure et consorts, ça me parle bien.
Quelle belle illustration de ce que disait le dalaï-lama :
"Il est des souffrances inévitables, et d'autres que nous nous créons. Trop souvent, nous perpétuons notre douleur, nous l'alimentons mentalement en rouvrant inlassablement nos blessures, ce qui ne fait qu'accentuer notre sentiment d'injustice. Nous revenons sur nos souvenirs douloureux avec le désir inconscient que cela sera de nature à modifier la situation - en vain.
Ressasser nos maux peut servir un objectif limité, en pimentant l'existence d'une note dramatique ou exaltée, en nous attirant l'attention et la sympathie d'autrui. Maigre compensation, en regard du malheur que nous continuons d'endurer."
C'est sûr qu'il a dit ça à force d'observer des occidentaux, il n'a pas pu l'inventer.
Comment peut-on devenir accro au stress, accro à la souffrance... en fait on devient accro à ce qu'on connaît, par peur du reste. Même si on ne connaît que les émotions négatives et les promesses sans suite de la littérature de développement personnel. Sans suite parce qu'en général on n'a aucune idée de la façon de les mettre en pratique.
J'ai trouvé un livre de Desjardins "Pour une Vie Réussie, un Amour Réussi" qui en parlait très bien sur la table de nuit de l'appartement vide que je squattais à Paris en Février.
Et puis une petite phrase chez Eric Loonis : hédonisme = nécessité de conforter tout au long de sa vie ses états psychologiques (sans rien dire de la nature de ces états)
si c'est pas de l'asservissement, ça ! :lol:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 13-06-2007 03:06:56

http://www.dailymotion.com/relevance/search/cash%2Bhurt/video/x6xi0_johnny-cash-hurt

Même chanson, ambiance un chouia moins morbide, un peu plus lumineuse. Juste un homme (et sa femme qu'on aperçoit) qui arrive au bout d'une vie bien remplie.
Ce que pointe le Dalaï-Lama est effectivement très présent dans l'art et en particulier dans le rock, une certaine forme d'exaltation adolescente. Je me suis toujours demandé pourquoi je me sentais mal quand je lisais Rock and Folk ou les Inrocks (je blague pas, une vraie sensation physique). C'est juste que cette recherche de déferlement d'émotions est assez épuisante au final.
En ce qui concerne les livres d'Arnaud Desjardins, j'ai un peu de mal avec le style, surtout ces dernières années (à part Bienvenue sur la voie, très bien pour découvrir son enseignement).
Ses anciens comme les différents tomes de A la recherche du Soi ou Approches de la méditation (plus large que ce que suggère le titre, vraiment très bien) me parlent plus . Je les ai en Pdf ...

Je préfère de loin Prajnanpad, plus dépouillé, c.a.d. justement s'éloignant du style "développement personnel", qui au final lui aussi fait aussi intervenir ce côté émotionnel, même si de façon subtile.
Un excellent livre pour faire le lien entre les deux c'est Les formules de Swami Prajnanpad, où des citations de celui-ci (qui font souvent l'effet d'un uppercut) sont commentées et éclairées par des extraits de livres de Desjardins.

A part ça, je patauge en pleine addiction donc je vais pas faire long sur le sujet pour l'instant.

PS: le correcteur orthographique de Firefox ne connaît pas le mot "addiction" :-) .
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
marie-jean91 @ 13-06-2007 07:06:28

bonjour,

si je puis me permettre :

offrir ses couilles à Dieu Amour : joli saut dans la foi !
J'offre en prime : ma libido, mes manques, mon éducation affective et sentimentale, ma solitude mauvaise et maline.

En son Nom. Au nom de sa victoire sur toute emprise, de son autorité sur tout démon.

C'esr marrant : lycéen, j'écoutait Cure en boucle jusqu'à Pornography ; j'ai eu plus tard une période Metal, Metallica, Slayer; ado, je lisais bcp Rock and Folk, jeune actif les Inrocks (bobo branchouille révolté en chambre). Je lisais aussi J. Baudrillard. Je devais être bien mal barré, et comme vous, je le sentais!

Avant que le coeur de Jésus me fende le coeur...
Le relèvement est lent et long, n'a rien de magique ou d'automatique : tous les jours épuisé, tous les jours épousé
par le Grand Amoureux. Tous les jours à terre, tous les jours son Visage qui descend dans ma boue et se pose sur moi tel qu'il me veut et me voit dans sa gloire inaltérable et inaliénable.
Je le confesse comme Thérapeuthe, santé = sainteté = salut.

Jésus veut guérir, mais ne le veut ni ne le peut sans moi. Mes mains de masturbateur, il les a prises et clouées; ma chair faible, il l'a prise pour me la rendre résistante (déja) et un jour impassible . Mais il ne le peut ni ne le veut sans ma participation effective.
Le tragique, c'est qu'il me respecte et m'aime à tel point que je puis le mettre en échec, par mes complaisances, mon autopitié, mes habitudes malines.

Ce n'est que mon intime conviction et je peux me planter.

Bien à toi en Lui.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 13-06-2007 13:06:48

en effet elle arrache tout cette vidéo. génial! elle prend aux trippes surtout, et diffcile dans notre cas de ne pas trouver un peu de nous en effet.
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-06-2007 14:06:13

Salut les gars.
Plouf, Swamiji a dit "“La satisfaction du désir est le seul moyen d’en épuiser l’énergie (...) Pour s’affranchir du désir, il faut le satisfaire, tout en sachant qu’aucun désir ne peut être satisfait (...) Un désir ne peut disparaître de lui-même sans recevoir la satisfaction qui lui est due. La nature du désir est telle que vous devez le satisfaire, sinon il prendra sa revanche et vous détruira. Vous ne pouvez pas le repousser toujours.”
ce qui montre les limites de la pertinence de la sagesse appliquée à la folie de la compulsion. (attention de ne pas nous réfugier non plus derrière cette inculrabilité non plus)
de toutes façons on va pas se battre à coups de citations, on est déjà assez ridikuls comme ça :lol:
le clip de kermit déguisé en nine inch nails, je ne le trouve pas morbide, je trouve qu'il enterre toute morbidité, mais je ne suis pas en rechute (moi, môssieur Astérix, etc... :-? :-( :-x :evil: )
marie-jean, tu ne jouissais pas de la liberté de ne pas sauter sur la mine dégoupillée de "offrir ses couilles à dieu". Profites-en pour méditer sur ce libre arbitre dont tu fais un usage contre-nature, petit galopin.
Me revient une formule dont je n'ai pu faire usage, et pourtant elle m'aurait foutrement servi :"Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres"...
Ce n'est pas Lui que tu mets en échec, par tes complaisances, etc... c'est toi. Et c'est ballot.

Qu'on lutte avec pour support Prajnanpad, Jesus, Bob Dylan ou Baudrillard, c'est pour sa propre peau qu'on se bat, et pour sauver ce qui encore peut l'être après ce naufrage.
Sinon y'a plus qu'a se laisser couler et becqueter par les petits & gros poisons du pornobusiness...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
forget @ 13-06-2007 15:06:30

Disse:
John Warsen a écrit:
Salut les gars.
Qu'on lutte avec pour support Prajnanpad, Jesus, Bob Dylan ou Baudrillard, c'est pour sa propre peau qu'on se bat, et pour sauver ce qui encore peut l'être après ce naufrage.

J'ai même le sentiment que tous ces "supports" doivent également être abandonnés à leur tour. On devient alors son propre support, on accède à la serenité d'être soi, tout simplement. Ce lac est en nous, réservoir inépuisable, peuplé de bêtes horribles mais également merveilleuses.
Quand on va à la pêche on ne sait pas ce qu'on va ramener. Dans mon cas jamais grand chose... Du coup je ne vais plus à la pêche.
Mais au fait, pourquoi tenter le diable ?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 13-06-2007 15:06:22

pour le tirer par la queue peut être?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 13-06-2007 18:06:36

Et en retirer la substantifique moelle...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 15-06-2007 01:06:08

merci les gars, si je forme un groupe de rock je sais où trouver les choeurs...
En cherchant autre chose j'ai trouvé ça : http://stelladimare.oursin.net/nouveau/post/2007/05/07/Ma-lutte-a-moi
c'est intéressant sur "le deuil du plaisir" qui attend tous les sevreurs. Qui est en fait un deuil imaginaire devant lequel on recule (chimie des endorphines engendrant terreur du manque dans le cerveau) puisqu'en coupant l'alim' de la pompe à joie on en ouvre forcément d'autres.
Une codep' m'avait dit "le porno c'est comme la clope" et je trouvais qu'elle minimisait, mais sur le processus (une seule photo donne le mal du "pays auquel on n'arrive jamais" puisque le porno en est une carte sans territoire... ) elle avait raison. Les "trucs" d'Allen Carr sont donc méprisables (si vous préférez des nourritures plus élevées, mais n'oubliez pas que vos "préférences" vous limitent gravement et que le porno les ignore royalement) mais bien utiles
http://johnwarsen.blog.lemonde.fr/2006/09/06/2006_09_des_sductions_d_1/
"la cigarette crée le manque qu'elle prétend combler, et qu'elle finit par ne plus combler du tout..."

Je reviens aussi sur cette pitite phrase de loonis isolée de son contexte "gestion hédonique = nécessité de conforter ses états psychologiques", ce n'est pas pour servir d'alibi à ma pulsion fataliste ;-) mais ça m'a aidé à comprendre pourquoi après un parcours dans l'alcool, la dope, le tabac et le cyber, je m'étais finalemnet retrouvé les mains prises dans le cul virtuel, où qu'c'est vraiment comme visiter le salon de l'auto sans pouvoir jamais acheter une seule voiture, et se condamner au lèche-vitrines perpétuel, bref de la vraie cruauté mentale, mon pauv' monsieur.
En relisant mon parcours à la lumière de cette poignée de mots loonisiens, je comprends que tout état suffisamment ancré vise à sa survie, donc à se reproduire, (en l'occurence chez moi ce vieux fond dépressif qui passait par des addictions pour qu'il y ait ensuite matière à manque, matière à geindre), en faisant peu de cas du couillon qui l'abrite/qu'il habite. Et qui lui manifeste d'ailleurs autant de tendresse que mettons, Alien par rapport à son z'humain conçu comme site hébergeur, quoi... Comme le disait marie-jean "je crois fermement aux influences, emprises, infestations démoniaques en matière de sexualité perturbée."
...si je trouve une façon moins alambiquée de le dire, et qui puisse prétendre à l'universalité, je n'hésiterai pas à vous en faire part, nonobstant l'indifférence explosive que vous sussiez peut-être me témoigner.
...tout ça déclenché par le matage de la vidéo de kermit se branlant sur piggy la cochonne au rythme de la mélopée malade de nine inch nails, dépressif professionnel.
Comme quoi la beauté est vraiment dans l'oeil de celui qui sait voir.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 29-08-2007 09:08:58

Je lis ce matin dans Le Monde "Repli des Bourses asiatiques après Wall Street" mais rien sur le soulagement de celles des francophones. Si les nippons et les ricains y arrivent, pourquoi pas nous ? ;-)
Comme à chaque retour de vacances, je trouve le ciel du forum aussi bas que dans "le plat pays" de Brel, alors je dégaine mon sourire, triste et nécessaire. Je n'oublie pas que si je n'avais pas fait long feu sur celui-ci et sur celui d'orroz, je serais encore en train de me tirlipoter le schmilblick.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
marie-jean91 @ 29-08-2007 09:08:03

Bonjour,

merci de me citer, c'est un honneur.

J'apprécie également Loonis dont le concept de gestion hédonique me parait très opératoire, quoique je n'ai pas potassé son site ou ses livres. C'est assdez lointain dans ma tête, mais interessant : du bon usage du plaisir, à l'adresse des addicts.

un sevrant (rechutant) parmi d'autres.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 31-08-2007 10:08:30

et mainténant, oune pétite dialogue sélectionné pour vous par JW (Jacques Wabre) dans un autre cyber-café de gringos et de chiquitas : (je reviens d'Espagne et l'accent a du mal à partir) :

"Je connais une jeune femme qui, chaque fois qu'elle est confrontée à des difficultés pense "je suis un samouraï, je peux l'affronter", et une autre qui dans le même cas pense quelque chose du genre " moi je ne peux pas me débrouiller toute seule parce que mes parents ne m'ont pas aimée", et je constate que la vie de la première est incomparablement plus riche que celle de l'autre.
On pourrait se demander dans quelle mesure ces interprétations sont réalistes, mais c'est bien plus marrant de s'amuser soi-même à changer les siennes pour constater un changement énergétique intérieur immédiat!"

-La deuxième, ce ne serait pas plutôt : "je ne veux pas me débrouiller seule parce que le manque et la blessure sont le centre de mon cri" ? Si elle parvenait à s'en sortir sans papa maman virtuels, ce serait s'avouer qu'elle pouvait vivre sans le soutien refusé... tout un manque qui s'écroule... ouah le trou à la place !"

je me suis dit que ça pourrait vous parler.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Math13100 @ 31-08-2007 12:08:47

a moi de jouer maintenant ...
Je viens de lire sur un forum la formule suivante :
"Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer" Guillaume le Taciturne

Je l'ai reprise en signature car je trouve cette expression extrèmement puissante.

Cela peut nous faire méditer ..

Math13100
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-09-2007 10:09:42

Je ne sais pas si Guillaume le Taciturne était au courant des réalités psychologiques de notre époque, mais tu te vois entreprendre un travail d'aussi longue haleine que le sevrage sans en espérer quelque chose ? il est clair qu'il est nécessaire de persévérer pour réussir, y'a qu'à voir les scores de la population du forum dans la rubrique moisiversaires : y'en a beaucoup qui semblent avoir lu Guillaume le Taciturne mais un peu vite, genre "il n'est pas nécessaire d'entreprendre pour espérer ni de persévérer pour réussir"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 16-09-2007 11:09:00

Bizarre ce Guillaume le taciturne...
J'ai pas tout compris.
Par contre, il est nécessaire d'y croire, et de se dire que rien n'est figé.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 16-09-2007 12:09:16

Bon alors pour les mal-comprenants je vais souligner l'essence du truc, parce que la citation de Guillaume le Taciturne est très équivoque (rien que son pseudo j'ai cru que c'était un fake mais je suis allé voir sur wikipédia et effectviement il existe )et qu'un dépendant peut bousiller ses chances de s'en sortir en répétant cet ambigû mantra : celui qui n'est pas vraiment motivé ("Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre") est encore moins bien loti que celui qui accepte de se lancer dans l'aventure de croire qu'il peut s'en sortir au prix d'efforts vigoureux et réitérés - sur le forum, on est une poignée à s'être sortis du bouillon et ça s'est pas fait tout seul. Bien sûr qu'il est inefficace de se suggestionner avec des idées aussi floues.
Certes, "il n'est pas nécessaire de réussir pour persévérer" ç'est simplement une façon tordue de dire qu'il ne faut pas se décourager devant les rechutes, mais il est plus utile de rappeler qu'il est nécessaire de persévérer pour réussir !
Bien sûr qu'il faut y croire, mais ce n'est pas suffisant : la foi sans les actes, ça marche pas. Ce qui marche, c'est ce qu'en condensait déclick il y a quelques jours : "malgré ces rechutes à répétition douloureuses, j'ai en fait très tôt pigé que les conseils d'orroz et son élucidation du phénomène était bonne. il était dans le vrai.
donc j'ai suivi le modèle de sevrage proposé et adopté son approche face à ce fléaux.
après il faut s'approprier ces méthodes en tenant compte de soi, de sa vie, son histoire."
Et heureusement, oui,"rien n'est figé" dit par Héraclite ça donne "on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve" et il faut se sortir de la tête l'irrémédiabilité de notre condition.

ps : "vigoureux et réitérés", si, si, ça vous rappelle forcément quelque chose, vous en fûtes capables. Il faut simplement rassembler l'intention avec l'énergie au lieu de les croire irréconciliables.
Johnnie l'Ex-Turgescent
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 16-09-2007 13:09:42

Arf, mince je croyais que le "rien n'est figé" venait de moi 8-)

Et j'append qu'un certain Héraclite en a déjà causé !
Pfff, quelle déception.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 16-09-2007 15:09:29

Tu devrais plutôt te sentir fier de redécouvrir des choses déjà dites et vécues par un tel précurseur d'Orroz !
C'est bien moins fatiguant de suivre des rails que d'avoir à creuser le chemin tout seul (j'attends d'avoir lu le bouquin d'Orroz pour vérifier)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
folsomcash @ 16-09-2007 22:09:26

salut de folsomcash :) je commence a faire des efforts, j'ai supprimé toutes photos classées X de l'ordi; reste encore a nettoyer a fond les quelques fichiers cachés...
C'est dur, trés dur... Je rechute souvent mais je me rend compte de mes faiblesse; c'est déjà ca.
Je vais bientot partir en vac:) je pense que ca va me faire du bien; éloigné du net et de la tentation. J'ai réellement besoin de changer; je pense pas que je suis un 'véritable addict' pour le moment mais vaut mieu prévenir que guérir; d'autant plus que je commence à prendre des cours par correspondance et je sais que mes pulsions ne peuvent pas s'accorder avec les études. amicalement folsomcash
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-10-2007 11:10:26

J'ai commandé le bouquin d'Orroz il y a trois semaines sur Amazon, et aujourd'hui ils m'annoncent qu'il n'est pas disponible avant mars 2008... :-(
...alors je vais le commander chez manuscrit.com (sa maison d'édition) mais comme je suis sur macintosh, une ligne de code microsoft beugue au moment du règlement de la commande... :-?
ça va finir par devenir aussi excitant qu'avant l'adsl, c't'histoire, quand on voyait les photos s'afficher du haut vers le bas à une allure d'escargot lubrique, ce qui nous mettait l'imagination en ébullition ! :-)
un dépendant regrettait qu'il n'existe pas sur le forum de dépendant sevré qui fasse un rappel synthétique de ce qui marche/ce qui marche pas, ben en fait si, c'est Orroz - il n'est pas au dessus du lot (en étant thérapeute en même temps, par exemple) sinon par la durée de son sevrage (y'a qu'à lire ses commentaires sur son forum pour s'en convaincre)
donc lui c'est deux psys + chi kung + détermination à sortir du cycle "sevrage/rechute", enfin plein de trucs à lire, quoi !
sinon, un petit dialogue lu sur un autre forum, et qui m'a bien plu :

"Je connais une jeune femme qui, chaque fois qu'elle est confrontée à des difficultés pense "je suis un samouraï, je peux l'affronter", et une autre qui dans le même cas pense quelque chose du genre " moi je ne peux pas me débrouiller toute seule parce que mes parents ne m'ont pas aimée", et je constate que la vie de la première est incomparablement plus riche que celle de l'autre. On pourrait se demander dans quelle mesure ces interprétations sont réalistes, mais c'est bien plus marrant de s'amuser soi-même à changer les siennes pour constater un changement énergétique intérieur immédiat!

"-La deuxième, ce ne serait pas plutôt : "je ne veux pas me débrouiller seule parce que le manque et la blessure sont le centre de mon cri" ? Si elle parvenait à s'en sortir sans papa maman virtuels, ce serait s'avouer qu'elle pouvait vivre sans le soutien refusé... tout un manque qui s'écroule... ouah le trou à la place !"

__________________

Réflexions profondes (vous allez voir :lol:) du lendemain : vaut-il mieux tourner autour du pot que du trou ?
au fond, le trou n'est-il pas dans le pot ?
comment apprendre à faire à côté du pot sans finir au trou ?
pourquoi tant de difficultés à s'éloigner des trous qui pourtant nous mènent au fond ?
john, en pleine crise de non-dualisme, suite à des lectures tendancieuses :
http://www.omalpha.com/

sinon, j'ai essayé de commander le bouquin d'Orroz sur alapage.com (c'est le libraire on-line qui est proposé sur son site) et ça a l'air de mieux marcher. Pourquoi faire compliqué ???
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-11-2007 21:11:35

Accroupi
Près du bocal
Les yeux mi-clos
Le chat répète
"je n'aime pas le poisson"


(petit haïku)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Diamond @ 24-11-2007 02:11:07

Disse:
C'est bien moins fatiguant de suivre des rails que d'avoir à creuser le chemin tout seul (j'attends d'avoir lu le bouquin d'Orroz pour vérifier)


c'est comme ça que je t'aimes, John!

Pour ce qui est du Haiku, cependant, je ne te suis pas trop.... :sceptic:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-11-2007 11:11:29

Y'a l'explication sur mon blog, mais on s'en fout un peu : j'ai enfin reçu le bouquin d'Orroz.
Tout est dedans.
Loué soit le Facteur.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 01-12-2007 23:12:37

Disse:
John Warsen a écrit:
Accroupi
Près du bocal
Les yeux mi-clos
Le chat répète
"je n'aime pas le poisson"


(petit haïku)


Déja vu quek part c'lui la, mais je n'y comprend fichtre toujours rien....
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-12-2007 18:12:38

C'est parce que t'es trop près du bocal.
Regarde, j'ai posté 97 messages dans le bocal,(enfin ça c'est parce que Pikmin n'a pas remis la base de données à jour depuis le crash de l'été dernier, en réalité je dois tourner autour de 500, comme Bruno), je t'ai mis l'indice 2 posts plus haut "y'a l'explication sur mon blog" et toi tu dis que tu vois rien.
Même si ça clignotait en rouge dans une taille de caractères = 200, tu te demanderais ce que j'ai voulu dire.
L'effet bocal, y'a pas à dire, c'est balèze.
Les meilleurs résultats s'obtiennent quand on l'éteint.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 02-12-2007 23:12:20

Ok, Ok, je vais refaire un tour sur ton blog pour percer le mystère du chat qui pense tout haut !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 02-12-2007 23:12:27

Bon après avoir lu l'explication, qui m'a permis de comprendre que Dieu ressemblait à un poisson, et que les chats peuvent avoir 4 genoux dans l'empire japonnais, il ne me reste plus qu'à vous quitter, en fermant ce site et son support d'ordinateur.
Les règles élémentaires sont les plus importantes
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-12-2007 23:12:47

naaan, c'est rien, c'est juste pour le fun super-poilant d'arriver à poster parce que j'avais mis un topic dans les favoris,
LIEN BRISÉ
que je voulais dépiauter plus tard, alors que quand on passe par la page d'accueil elle est en vrac, mais nos techniciens sont sur le coup.
Ca caille pas trop dehors ? :lol:
il est de notoriété publique que je suis enfermé dedans :lol:
et puis ça vous permet de mesurer votre dépendance au forum.

(c'était la blague pas drôle du jour où on ne pouvait plus se connecter sur le forum, sauf ceux qui avaient une page spécifique dans leurs favoris)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 01-01-2008 15:01:51

Bonne année 2008 à tous les branleurs (et les quelques branleuses) qui souhaitent lâcher prise et sortir de l'addiction.
Puissions-nous cesser de confondre l'effroi sacré du transport amoureux avec les contractions prostatiques de l'excitation sexuelle.
Puissions-nous apprendre à discerner, comprendre, accepter, et passer à autre chose.
Amen.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-02-2008 22:02:52

A ce sujet, et à l'occasion de mon post mensuel sur mon topic à moi que j'ai, je voudrais rapatrier un petit mémo sur la branlette, car je crois utile de rappeler les faits, tels qu'ils sont décrits ici par un sympathisant non pratiquant - j'eus été incapable d'une telle objectivité scientifique, et pour cause :lol:
"d'abord, se rappeler que comme pour tous les cas de dépendances - j'ai vu ça aussi chez des junkies - il y a une surestimation impressionnante de l'effet produit, du plaisir engendré et en conséquence de leur propre situation personnelle. Et c'est justement cette surestimation incroyable qui me semble rendre le sevrage difficile.
Pour ma part, je ne vois pas ce qu'il y a d'extraordinaire dans une branlette - pour parler cru. L'orgasme est court et violent et il est accompagné immédiatement d'une redescente. C'est extrêmement décevant. Quant à ce qui précède l'orgasme, c'est loin d'être désagréable, mais c'est toujours plus ou moins gâché par l'attente, la projection, l'espérance d'un plaisir supérieur et idéal qui finalement est détruit au moment même où on croit l'atteindre, et n'est jamais réellement goûté, puisqu'à ce moment précis, la conscience est presque inexistante.
l se peut que mon vécu de la sexualité soit différent de celui des autres hommes, ou peut-être de celui des "porno-deps", quoique j'en doute un peu. Quoi qu'il en soit, il n'a rien à voir avec "cette puissante dose de plaisir qui s'apparente au fruit défendu de la Génèse" et qui "n'a pas d'équivalent dans le bas-monde". Pour moi, tout ça c'est du flan, ou plus précisément, justement encore de la branlette.
Maintenant, il se peut que ce discours soit précisément celui qu'attendent des personnes qui elles même surestiment leur expérience, que le fait de surestimer soit justement le problème des dépendants, et que si on leur dit autre chose, ils vont repartir déçus avec leur problème sous le bras.
En ce qui me concerne, je pense avoir connu des plaisirs supérieurs à ceux de la sexualité, en particulier le plaisir esthétique, que ce soit devant certaines oeuvres ou devant un paysage. A un degré moindre, j'éprouve un plaisir à comprendre ou à inventer des idées. Ces plaisirs sont beaucoup plus stables et durables, et pour tout dire, plus satisfaisants. En comparaison, la sexualité et surtout les fantasmes qui l'accompagnent me semblent être une forme d'agitation forcenée et désagréable. Et c'est sans doute aussi le cas des "dépendants", sinon ils ne chercheraient pas à s'en écarter."


"saisir=s'accrocher=avoir une obsession.
C'est ce qui bloque tout, dans tous les cas. C'est le contraire de la créativité.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 26-03-2008 14:03:39

Je suis en retard pour mon post mensuel. Pas grave et plutôt bon signe.
Hier soir j'ai regardé un bout de "Heima", film sur la tournée de Sigur Ros dans des petits villages islandais, avec des paysages beaux à pleurer.

Sigur Ros, cette conjuration d'anges venus du froid qui joue du Pink Floyd sous prozac... quand on est réceptif, ça détend toujours plus qu'une bande de singes jouant du Motorhead sous viagra, bien qu'il en faille pour tous les gouts et qu'il m'arrive de triturer mon électrique dans le garage, mais c'est une autre histoire.

Après j'ai écouté leur disque au casque, que je venais d'acheter au Leclerc, parce que c'est quand même la honte de voler les artistes qui nous donnent tant de bonheur, et les subtilités de cette pop planante et spirituelle ne passent pas à travers le sanibroyeur du mp3... je me suis tellement relaxé que je me suis endormi sur la banquette, baigné d'harmonies célestes... du coup cette nuit j'ai rêvé que j'avais une relation très calîne avec une jeune femme que je ne connais ni d'eve ni d'adam, dont il me reste au réveil une impression de tendresse apaisée, rien à voir avec la cyber-gueule de bois...

et ni malentendu ni malaise, je sais que c'est des émotions et des sentiments qui m'appartiennent en propre qui se remettent doucement en place, aucun besoin d'aller chercher à l'extérieur cette exquise extase que le rêve traduit sous forme de "romance" - même si c'était sexuel, les sentiments primaient.

Et ce film gratuit et sans pop-ups, je le dois au sevrage et à mes maitres, mesdames et messieurs.
A qui je suis reconnaissant pour aujourd'hui.
Yop.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
inch @ 26-03-2008 16:03:17

j'ai fait une petite recherche sur Sigur Rós,
c'est effectivement très détendant,de la musique d'ambiance, dans le bon sens du terme bien sur!!! :zen2:
j'étais stressé tout à l'heure et ça m'a un peu calmé!!!
en revanche faut bien dire que ça sonne pas joyeusement,
c'est souvent le problème avec ce genre de musique,
ça pousse un peu à la mélancolie...
mais c'est très très bien quand même!!!

on va me traiter "d'inculturé" à la botte des majors, mais dans le genre musique douce, AIR est pas mal du tout,
notamment la BO de Virgin Suicides, mais là c'est très très mélancolique, limite dépressif, surtout si on a vu le film et encore plus si on a lu le livre (mon cas... :mur:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
inch @ 26-03-2008 16:03:56

j'ai fait une petite recherche sur Sigur Rós,
c'est effectivement très détendant,de la musique d'ambiance, dans le bon sens du terme bien sur!!! :zen2:
j'étais stressé tout à l'heure et ça m'a un peu calmé!!!
en revanche faut bien dire que ça sonne pas joyeusement,
c'est souvent le problème avec ce genre de musique,
ça pousse un peu à la mélancolie...
mais c'est très très bien quand même!!!

on va me traiter "d'inculturé" à la botte des majors, mais dans le genre musique douce, AIR est pas mal du tout,
notamment la BO de Virgin Suicides, mais là c'est très très mélancolique, limite dépressif, surtout si on a vu le film et encore plus si on a lu le livre (mon cas... :mur: )
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 27-03-2008 09:03:32

Hi ! Je ne vais pas te faire la morale, parce que je me suis cartonné la tronche pendant des années avec Gérard Manset, Cure et autres Thiéfaines dépressifs en me disant que je soignais le mal par le mal.
Evidemment, ça ne marche pas : on amplifie le problème au lieu de le circonscrire.

D'où l'utilité de suggérer une hygiène musicale et spirituelle : privilégier les aliments sonores et intellectuels dont on peut deviner l'incidence positive (ou simplement neutre, parce qu'il y a des jours où notre "volonté d'être positif" peut nous paraitre ridicule) sur notre humeur.
Sinon, ton ego a vite fait d'instrumentaliser ta mélancolie à son profit, en te balançant le message defaitiste suivant "et puisque c'est la merde absolue, je vois pas pourquoi j'essayerais d'en sortir aujourd'hui"...

La philosophie dépressive (="à quoi bon se raser puisqu'on va tous mourir?") est un des nombreux luxes hors de prix de l'occident, dont on se console avec les moyens du bord, en l'occurence inadaptés.
Ca ne saurait durer, car au sortir de l'adolescence, ça devient nettement moins attractif.
Mais dans notre monde moderne, il arrive que l'adolescence se prolonge quelques décennies...
En fait, c'est comme l'histoire de ce type qui a passé 50 ans dans le coma et en émerge au seuil de la vieillesse. Je l'ai entendue racontée par Emmanuel Carrère, et ça le terrifiait, à juste titre. Je ne le souhaite à personne, et ça peut faire une métaphore potable de notre addiction.
donc si on ne veut pas se réveiller de notre mauvais sommeil de songes glauques, autant commencer tout de suite.
Une chose est claire, ça s'en va pas tout seul.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
inch @ 27-03-2008 14:03:20

john, t'es impayable, j'ai encore rien compris à ton post!!!! :-?
plus sérieusement, c'est vrai que se complaire dans la douleur et la mélancolie ça ne fait pas avancer dans la vie...
mais ça plait tellement aux filles au lycée... :lol:
et puis suffit de mettre la radio en route, et on est servi,
mais la musique triste n'est elle pas la plus belle??????
(je m'embarque dans un sujet ardu là...)

pour les environnements sonores intellectuels, le classique m'a l'air sympa, mais j'ai pas eu le temps de m'y mettre,
y'aurait il une compil' de classique pour les "nuls"????
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 31-03-2008 18:03:05

Inch, le "Stabat Mater" de Pergolèse est d'une profondeur divine. Mais je t'avoue que pour draguer les filles, c'est moyen. :lol:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-06-2008 15:06:59

cette nuit, j'ai révé de ma bite.
Proportions, couleur, texture, tout y était, sauf que elle était "détachée du contexte" (le mec au bout, moi, lol)
et pourtant aussi raide que mon chat quand je l'ai enterré avant hier (et pourtant j'étais pas accro, re-lol)
le fait notable, c'est que ça m'en touchait une sans faire bouger l'autre, je veux dire qu'il n'y avait aucune coloration émotionnelle à ce songe obscur, en tout cas ni lucide, ni humide. Indifférence polie.
Est-ce que c'est un rève sur le "détachement" promis et dû ?
J'ai une copine qui dit que l'erreur des dépendants sexuels consiste à dire (et à penser) "MA femme" au lieu de "ma FEMME" mais là, j'ai beau me dire "ma BITE" au lieu de "MA bite", ça change pas grand chose.
Bref, me voilà bien plus serein que je ne le pensais. A me dire que les rêves des fois vraiment faut pas chercher midi à 14 heures !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Addict @ 25-06-2008 17:06:45

Salut John !

Disse:
John Warsen a écrit:
J'ai une copine qui dit que l'erreur des dépendants sexuels consiste à dire (et à penser) "MA femme" au lieu de "ma FEMME" mais là, j'ai beau me dire "ma BITE" au lieu de "MA bite", ça change pas grand chose.
Bref, me voilà bien plus serein que je ne le pensais. A me dire que les rêves des fois vraiment faut pas chercher midi à 14 heures !


Cette copine s'appellerait pas E. Tolle par hasard ? ;-) Nan, parc'que c'est aussi un peu ce qu'il raconte à propos des pièges de l'ego.

C'est marrant parce que moi aussi cette nuit j'ai fait un rêve qui avait l'air très réaliste. Cependant, au contraire du tiens, il ne m'a pas laissé de glace.
J'ai rêvé de mon ex copine. Le scénario : on se remettait ensemble et on vivait toute sortes de situations dans ce rêve. Bizarre... D'autant que cela fait plus d'un an maintenant que la rupture a eu lieu. Et pourtant j'étais très ému ce matin à mon réveil, car vraiment, je me serais cru un an en arrière, avec les même sensations, sauf que là, c'était mon oreiller à ma droite :lol:

Du coup, j'y ai repensé au lever en me regardant dans le miroir, cherchant une explication, et puis je me suis dit que le mieux c'était encore le détachement...
Piège de l'ego qu'i'disait ? Alors même le "MON ex-copine" est une erreur.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
flywing11 @ 26-06-2008 11:06:58

ccc les gens
moa j arrete pas de faire des reve erotique pendant la periode de sevrage mais c hors de mon controle est ce que c normal :sceptic:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 27-06-2008 16:06:32

bien sûr les rêves érotiques en période de sevrage c'est normal et il ne faut pas t'en affoler (ton inconscient se sent bien moins coupable que toi et il a raison)
imagine que tu bouffes que des macdo pendant 3 mois comme dans le film supersize me
tu vas pas te mettre à maigrir tout de suite quand tu cesses cette alimentation déséquilibrée, il faut le temps que ton organisme évacue toutes ces mauvaises graisses
creuse un peu ce parallèle, il est riche.
roul, merci pour ton comm' toujours limite compréhensib' (mais je suis pas le roi de la clarté non plus) qui me donne une idée positive (poster sur un rève de zguègue n'était peut - être pas le signe de la visite récente de ma muse) c'est que c'est justement le moment où on se dit "le porno me tient par LES couilles - que j'ai en commun avec tous les males de l'espèce - " qu'on peut desserrer son étreinte.
au lieu de se dire MES couilles, MA bite, effectivement c'est LES et LA.
Quelle poésie dédramatisante et ô combien rafraichissante.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 10-07-2008 10:07:23

Je pars en vacances jusqu'au 15 aout.
La liste des pharmaciens de garde sera publiée dans Ouest France, lol.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
paprika @ 10-07-2008 11:07:39

Excellente étude et conclusion intelligente, vive ls montagnes russes
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 10-07-2008 19:07:12

Passe de bons moments et prends soin de toi, John. On garde la boutique et on fait en sorte que ça marche ! :lol:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Addict @ 10-07-2008 20:07:05

Bonnes vacances John !

ça tombe bien y'a Sud Ouest chez moi ;-)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Polo @ 11-07-2008 08:07:07

Bonnes vacances John,

Un vieux de plus pour tenir la boutique pendant tes congès :lol:
Et bon courage à tous, que vous soyez au travail ou en vacances, à la mer ou à la montagne.

:-)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 11-08-2008 20:08:56

je suis de retour, après 4 semaines en californie/utah/nevada...
aaah les grands espaces... 3500 milles a travers des paysages fantastiques, au volant de mon gros 4*4 de location, et tant pis pour la couche d'ozone, bien loin des laideurs et du stress que nous avons inventés pour échapper à l'ennui...

aux états unis, je n'ai pas fréquenté de réunion Sexoliques Anonymes, mais il y a sans doute de quoi faire, vu la quantité de sex shops.
et puis faut pas désespérer, là bas eckart tolle est une star depuis qu'il est passé chez oprah winfrey
http://exdisciplesleblog.unblog.fr/2008/06/18/interview-deckhart-tolle-par-oprah-winfrey/
et on trouve son bouquin en tête des bestsellers dans toutes les librairies d'aéroports !
plus de news quand j'aurai un peu atterri
chaleureuses pensées
a+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Addict @ 11-08-2008 21:08:50

Salut John !

Content de te revoir par ici ! ;-)

En parlant d'Eckart Tolle, j'arrive au bout de la lecture de "Nouvelle Terre". ça me fait un peu peur de le finir tant je m'y suis accroché à ce bouquin, c'est marrant ça :lol:
En tout cas, j'y ai appris pas mal de chose et je crois que je vais essayé de me trouver quelque chose qui soit dans le prolongement, peut-être encore du côté de chez Tolle tiens ;-)

A+
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Polo @ 12-08-2008 08:08:04

Salut John,

Alors en pleine forme ? Content de te lire de retour :Hello:
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 12-08-2008 11:08:08

Merci de votre accueil, ça me fait chaud au coeur, bien que j'hésite une fois de plus à rentrer dans un club qui m'accepte aussi chaleureusement pour membre :lol: :lol:
oui je suis en bonne santé physique et mentale, et pas très inspiré pour redévelopper ici les idées que j'y machouille depuis déjà un certain nombre de 24 heures...
pour reprendre l'image de roul, le taulier c'est celui qui a le plus de chance de finir dans la taule... nulle envie de m'y recoller pour le moment :
il faut plutôt écarter la taule, c'est à quoi sert la lecture d'écarte-tolle, ouarf ouarf...

si Orroz a monté son site et son forum, c'est pour maximiser les chances de s'en sortir, en s'occupant des autres on se délivre soi.

Mais sachant qu'il y a un risque d'addiction au forum, ce ne peut être qu'un objet transitoire, un programme méthadone de substitution...
si vous avez les moyens de partir en vacances, ou de cesser de focaliser sur vos dépendances, vous verrez qu'elles se dissolvent si vous lâchez prise...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 05-09-2008 12:09:25

Je n'écris quasiment plus sur mon blog, qui avait coulé corps et biens, mais j'ai entrepris sa résurrection.
...Pendant mon sevrage ça m'a bien aidé d'écrire mes petites théories, malgré ou grâce à l'effet "larsen" (warsen ?) - une variante des engagements que l'on peut prendre ici avec ses coreligionnaires : il y en a que ça a sauvé de venir clavarder ici plus souvent qu'à leur tour.
On peut toujours susciter les vocations et renforcer la sienne; n'attendez néanmoins pas le rétablissement du seul partage sur ces forums, enfin je veux dire, mon expérience est que après un déballage en règle, la reconnaissance de l'universalité du mal, on peut se recoller une dépendance aux forums, ça m'est arrivé ici même, certes moins nocive mais plusieurs fois je me suis replanté en partir à cause de ça. Enfin, il y a des gens pour qui l'ordinateur est quasi contre-indiqué ... on peut troquer la pornodépendance pour la cyberdépendance, ça déplace le problème et diminue sa gravité.
Ce qui m'aide au quotidien, c'est les différentes thérapies que j'ai suivies depuis 2002, et surtout les actes que je pose dans ma vie de famille, professionelle, sociale...dans ma vie tout court. Pour l'inspiration, le programme en 12 étapes est toujours le bienvenu, surtout quand je le mets en pratique.
Bien sûr y faudrait songer à sauver le monde.... pour l'instant je sauve mes fesses, et c'est suffisant.
Je ne peux pas plus.
bref, je remets des bouts de mes monologues en ligne ici :
http://johnwarsen.blogspot.com/
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Beaubonhomme @ 24-09-2008 03:09:10

Bonjour,

je suis en train de lire un livre qui parle de ça. Un merveilleux malheur de Boris Cyrulnik. C'est mon médecin de famille qui me la passé quand je lui ai dit que je venais de porter plainte pour abus sexuelle que j'ai subis à 13 ans. J,en ai 40 maintenant. Je suis heureux de voir ce topique. En fait je viens de m'inscrire parce que je veux arrêter. J'ai partagé sous le pseudo de sphinx il y a quelques années sur le forum d'orroz. Je suis retourné dans cette enfer et la j,ai réussi en m'en échapper car je sent que ça n'ira vraiment pas bien pour moi si je continu. J'ai fait du chemin depuis quelques années mais je suis encore prie avec ça et ça me tue lentement. Je suis content de voir que John qui était la quand j'étais sur orroz y est encore et de voir que s'est possible de se rétablir.

Salutations
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-09-2008 12:09:45

Salut à toi.
Honnètement, c'est de savoir et de comprendre comment Orroz s'était rétabli qui m'a permis d'y croire et de suivre la même route. J'étais aux AA depuis de nombreuses années, j'ai bien vu l'idée du truc. Après, j'ai fait le truc. Que tu connais. Un jour à la fois, se protéger, nettoyer sa maison, s'investir ailleurs...
En 2005, tu disais "c'est con qu'il y ait pas de sevreur de longue date, comme aux AA, comme ça on saurait comment c'est."
Alors, comment c'est ? :lol:
J'ai assidûment fréquenté un psychiatre qui ressemble beaucoup à Cyrulnik.
Je te souhaite d'en rencontrer un parce que tout seul, j'aurais pas vu le bout du tunnel.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
déclick @ 25-09-2008 00:09:13

john m'a fait un petit coucou voilà quelques jours. il a un coté chien de berger avec notre troupeau de sexoliques, n'est ce pas? un œil aiguisé sur ceux qui s'éloignent du groupe.
moi j'aime bien les chiens de berger donc j'aime bien john.
je ne suis pas loin de vous, car je fais à jamais partie de la communauté des dépendants au porno bien qu'aujourd'hui abstinent depuis bientôt deux ans(et oui).
désolé si je ne passes plus mais j'ai compris un jour que le lien au forum était pour moi un fil à la patte qui me ramenait là où il ne faut pas.
quoi dire d'autre...
je vais bien et le site m'a énormément aidé... et la thérapie aussi.
éternelle et discrète reconnaissance
déclick
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-10-2008 10:10:51

Le chien de berger qui sommeille en moi te salue d'un vigoureux Arf !
si j'avais une queue je la remuerais :lol: de lire si bonnes nouvelles... pour rester en toute humilité après toutes ces léchouilles je souhaite ajouter qu'en plus du forum et d'un travail psy, je tire de grands bénéfices d'exercices quotidiens de respiration type sophrologiques
http://www.psycho-ressources.com/bibli/respirer-cest-vivre.html
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-10-2008 09:10:28

Je mets ça là parce que j'arrive pas à éditer un lien correct vers mon blog (aah, les problèmes techniques...)<h2 class="date-header">16 février 2006</h2> <h3 class="post-title entry-title"> Souffrir dans la Joie</h3>On désigne sous le terme de "littérature AA" l'ensemble des livres, revues et brochures qui circulent dans le mouvement et transmettent à qui veut bien les lire l'esprit du programme de rétablissement qui nous est suggéré. Bien qu'elle n'ait rien de littéraire à proprement parler et semble souvent traduite de l'amerloque par des serbo-croates, qu'elle charrie son lot d'opinions indémontrables, contradictoires et vieillottes, de foi pléonastiquement aveugle et d'optimisme béat, sans oublier sa lourde dette au protestantisme, la littérature AA, du fait même de l'agacement qu'elle suscite chez le nombrillidé rationaliste et sevré ou en sevrage d'alcool, lui permet d'éprouver les limites de son ouverture d'esprit et de sa soif de changement; de plus, elle fournit une mitraille quasi-inépuisable de thèmes de réunion au modérateur déserté par l'inspiration."Attentes ou Exigences ?Les attentes constituent un sujet fréquemment discuté dans les réunions. Il est normal de s'attendre à progresser, à recevoir de bonnes choses de la vie, à être bien traité par les autres. Par contre, ces attentes tournent mal quand elles deviennent des exigences. Il se peut que je ne sois pas à la hauteur de ce que je souhaite être, que les évènements prennent une tournure que je n'aime pas, que les autres me laissent tomber. Dans ces moments-là, que puis-je faire ? Pleurer de rage ou m'apitoyer sur mon sort ? Me venger et envenimer la situation ? Ou m'en remettre à la puissance de Dieu tel que je le conçois et le prier de combler de sa grâce le pétrin dans lequel je me retrouve ? Lui demander de m'indiquer ce que je dois apprendre ? Est-ce que je continue de bien faire ce que j'ai appris à faire, peu importe les circonstances ? Est-ce que je prends le temps de partager avec d'autres ma foi et les bienfaits que j'en retire ?"in "Réflexions de quelques membres à l'intention de tous."Le soir où j'ai fait cette lecture en préambule à la réunion, les quarante visages qui me faisaient face ont tous apporté qui leur pierre, qui leur gravillon, qui leur plume, qui leurs boules, qui leurs coeurs, qui leurs trouilles, qui leurs pleurs, à cette communion de 90 minutes au cours de laquelle les récits de vies se succèdent, se répondent et s'entrechoquent."La tendance à exiger des autres ce qu'on n'arrive pas à obtenir de soi-même n'est pas propre aux alcooliques&hellip;mais c'est vrai que nous, dans ce domaine on a quand même bien chargé la mule.-Maintenant que je suis rétabli, j'essaye d'apprendre à attendre sans exiger, mais c'est dur&hellip;-Si je lâche la peur, je ne peux entrer que dans l'amour&hellip;-Ben moi je n'attends plus rien, et ça va beaucoup mieux&hellip;-Ce serait manquer d'honnèteté que de prétendre que je n'attends pas de récompense à mes efforts, même si l'exigence serait une crispation et une promesse de déception : les attentes que je nourris sont peu nourrissantes&hellip;-Moi quand je suis arrivé ici j'exigeais d'être sauvé de moi-même, en fait ça n'a pas vraiment marché comme ça.-Quand mon attente est déçue, je dois faire l'inventaire : sur quoi était-elle fondée ? la dépression est fille de la déconvenue, mais mes exigences n'étaient-elles pas déraisonnables ?"Dans l'assemblée, il y a des chevaliers à la triste figure, mais aussi des naïfs, des rancis, des recuits rouge brique qui savent qu'ils vont crever s'ils n'entendent pas ce soir la parole qui les convaincra de renoncer au feu liquide, de vieilles pommes ridées au fond des orbites desquelles brûle une espièglerie retrouvée, des sages d'occasion, des fous devenus étrangers à eux-mêmes, des rechuteurs qui n'y croient plus mais qui reviennent quand même, bref "tout ce que la ville produit de sportif et de sain" chantait Lavilliers en parlant d'autre chose. Le produit est partout, ils apprennent que leur salut réside dans le fait de s'enfermer à l'extérieur. Ma voisine en sort une qui m'éclate : "je suis nulle, cette semaine j'ai encore pas réussi à maîtriser le lâcher prise&hellip;" elle ne peut aligner deux phrases sans y glisser ses mots-fétiches : culpabilité, honte, orgueil, colère, minable&hellip;comme des tics de langage qu'elle psalmodierait pour épuiser la veine. Elle souffre, c'est évident, mais comment lui faire entendre que c'est inutilement ? Il y avait un swâmi qui disait ça, "pourquoi souffrez-vous inutilement ?" Elle parle pour s'entendre parler, pour reprendre pied dans l'existence. Acharnée de l'auto-flagellation, il faudra qu'elle brûle toute son essence dans ce domaine. Après la réunion, je la prends à part, pour ne pas risquer de la blesser devant les autres, avec sa sensibilité de serpillère mal rincée (j'ai la même, mais c'est tellement facile de voir chez elle les traits saillants et à peine caricaturés de mon propre théatre intérieur, et puis elle dit n'avoir pas d'humour mais j'arrive toujours à la faire rigoler de ses malheurs, ça dure ce que ça dure mais pendant ce temps elle est pas à remâcher son ressassement) elle a peine à croire qu'elle ait pu dire ça, "maîtriser le lâcher prise" ça lui paraît énorme. Dans la semaine on s'appelle plusieurs fois, elle se retartine de culpa, je lui explique que ça ne marche pas comme ça, et que c'est juste une habitude à déconstruire, qu'elle veut briller dans le noir puisqu'elle est fâchée avec la lumière, mais qu'il s'agit toujours de se distinguer des autres, et que c'est un rêve d'une grande banane alitée. Avec elle, je n'ai ni attentes ni exigences, et j'ai l'impression de servir à quelque chose, ça me fait des vacances.<p> <img id="BLOGGER_PHOTO_ID_5218292922211104882" style="cursor: pointer" src="http://bp3.blogger.com/_KIGhc-O4804/SGsZw9pT-HI/AAAAAAAAAFg/YXN455_ef8o/s400/solitude.jpg" border="0" alt="../../../a><br /><span style=../../../a></p><p> </p><p> </p><p>On désigne sous le terme de ../../../a></p>On désigne sous le terme de "littérature AA" l'ensemble des livres, revues et brochures qui circulent dans le mouvement et transmettent à qui veut bien les lire l'esprit du programme de rétablissement qui nous est suggéré. Bien qu'elle n'ait rien de littéraire à proprement parler et semble souvent traduite de l'amerloque par des serbo-croates, qu'elle charrie son lot d'opinions indémontrables, contradictoires et vieillottes, de foi pléonastiquement aveugle et d'optimisme béat, sans oublier sa lourde dette au protestantisme, la littérature AA, du fait même de l'agacement qu'elle suscite chez le nombrillidé rationaliste et sevré ou en sevrage d'alcool, lui permet d'éprouver les limites de son ouverture d'esprit et de sa soif de changement; de plus, elle fournit une mitraille quasi-inépuisable de thèmes de réunion au modérateur déserté par l'inspiration.<br />"Attentes ou Exigences ?<br />Les attentes constituent un sujet fréquemment discuté dans les réunions. Il est normal de s'attendre à progresser, à recevoir de bonnes choses de la vie, à être bien traité par les autres. Par contre, ces attentes tournent mal quand elles deviennent des exigences. Il se peut que je ne sois pas à la hauteur de ce que je souhaite être, que les évènements prennent une tournure que je n'aime pas, que les autres me laissent tomber. Dans ces moments-là, que puis-je faire ? Pleurer de rage ou m'apitoyer sur mon sort ? Me venger et envenimer la situation ? Ou m'en remettre à la puissance de Dieu tel que je le conçois et le prier de combler de sa grâce le pétrin dans lequel je me retrouve ? Lui demander de m'indiquer ce que je dois apprendre ? Est-ce que je continue de bien faire ce que j'ai appris à faire, peu importe les circonstances ? Est-ce que je prends le temps de partager avec d'autres ma foi et les bienfaits que j'en retire ?"<br />in "Réflexions de quelques membres à l'intention de tous."<br />Le soir où j'ai fait cette lecture en préambule à la réunion, les quarante visages qui me faisaient face ont tous apporté qui leur pierre, qui leur gravillon, qui leur plume, qui leurs boules, qui leurs coeurs, qui leurs trouilles, qui leurs pleurs, à cette communion de 90 minutes au cours de laquelle les récits de vies se succèdent, se répondent et s'entrechoquent.<br />"La tendance à exiger des autres ce qu'on n'arrive pas à obtenir de soi-même n'est pas propre aux alcooliques&hellip;mais c'est vrai que nous, dans ce domaine on a quand même bien chargé la mule.<br />-Maintenant que je suis rétabli, j'essaye d'apprendre à attendre sans exiger, mais c'est dur&hellip;<br />-Si je lâche la peur, je ne peux entrer que dans l'amour&hellip;<br />-Ben moi je n'attends plus rien, et ça va beaucoup mieux&hellip;<br />-Ce serait manquer d'honnèteté que de prétendre que je n'attends pas de récompense à mes efforts, même si l'exigence serait une crispation et une promesse de déception : les attentes que je nourris sont peu nourrissantes&hellip;<br />-Moi quand je suis arrivé ici j'exigeais d'être sauvé de moi-même, en fait ça n'a pas vraiment marché comme ça.<br />-Quand mon attente est déçue, je dois faire l'inventaire : sur quoi était-elle fondée ? la dépression est fille de la déconvenue, mais mes exigences n'étaient-elles pas déraisonnables ?"<br />Dans l'assemblée, il y a des chevaliers à la triste figure, mais aussi des naïfs, des rancis, des recuits rouge brique qui savent qu'ils vont crever s'ils n'entendent pas ce soir la parole qui les convaincra de renoncer au feu liquide, de vieilles pommes ridées au fond des orbites desquelles brûle une espièglerie retrouvée, des sages d'occasion, des fous devenus étrangers à eux-mêmes, des rechuteurs qui n'y croient plus mais qui reviennent quand même, bref "tout ce que la ville produit de sportif et de sain" chantait Lavilliers en parlant d'autre chose. Le produit est partout, ils apprennent que leur salut réside dans le fait de s'enfermer à l'extérieur. Ma voisine en sort une qui m'éclate : "je suis nulle, cette semaine j'ai encore pas réussi à maîtriser le lâcher prise&hellip;" elle ne peut aligner deux phrases sans y glisser ses mots-fétiches : culpabilité, honte, orgueil, colère, minable&hellip;comme des tics de langage qu'elle psalmodierait pour épuiser la veine. Elle souffre, c'est évident, mais comment lui faire entendre que c'est inutilement ? Il y avait un swâmi qui disait ça, "pourquoi souffrez-vous inutilement ?" Elle parle pour s'entendre parler, pour reprendre pied dans l'existence. Acharnée de l'auto-flagellation, il faudra qu'elle brûle toute son essence dans ce domaine. Après la réunion, je la prends à part, pour ne pas risquer de la blesser devant les autres, avec sa sensibilité de serpillère mal rincée (j'ai la même, mais c'est tellement facile de voir chez elle les traits saillants et à peine caricaturés de mon propre théatre intérieur, et puis elle dit n'avoir pas d'humour mais j'arrive toujours à la faire rigoler de ses malheurs, ça dure ce que ça dure mais pendant ce temps elle est pas à remâcher son ressassement) elle a peine à croire qu'elle ait pu dire ça, "maîtriser le lâcher prise" ça lui paraît énorme. Dans la semaine on s'appelle plusieurs fois, elle se retartine de culpa, je lui explique que ça ne marche pas comme ça, et que c'est juste une habitude à déconstruire, qu'elle veut briller dans le noir puisqu'elle est fâchée avec la lumière, mais qu'il s'agit toujours de se distinguer des autres, et que c'est un rêve d'une grande banane alitée. Avec elle, je n'ai ni attentes ni exigences, et j'ai l'impression de servir à quelque chose, ça me fait des vacances.<br /><p>P'tain j'arrive à récupérer des images de mon blog sans faire exprès, je crois que je vais m'évanouir de joie </p><p> </p><a mce_thref=" />
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-10-2008 13:10:19

pikmin, je te mets là le résultat d'un post sans avoir activé les tags(on fait des recherches pour savoir où ça beugge encore) 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Jean jr. Landry @ 19-10-2008 05:10:22

Eh ben, John... je sais pas si c'est du copier-coller ces longs messages mais si c'est écrit au clavier, je te prédit que tu es à l'abri de l'arthrite jusqu'à tes 108 ans.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-10-2008 18:10:55

quand j'étais petit et que j'ai arrété de boire, je me suis mis à l'ordinateur, c'était pour moi les temps heureux de la SAO (Sobriété Assistée par Ordinateur) et j'ai trouvé un logiciel pour apprendre à taper sans regarder le clavier. Dactylo, quoi. Ca prend quoi, 3 mois, à raison d'une demi-heure par jour. C'est un investissement qui m'a bien servi. Le plus dur, ça a été de trouver le logiciel qui imite ma pensée quand je ne suis pas en forme pour pondre sur le forum. Mais je connais des gens par rapport à qui ma logorrhée s'apparente à du mutisme. On est toujours en quète de modèles qu'on ne puisse imiter, comme ça on a une bonne excuse pour retourner à nos petites affaires. Mais les excuses ne font pas bouillir l'eau des nouilles, comme il est dit dans Kung-Fu Panda.  Il est vrai aussi que tu ne passes pas souvent nous voir, et que je n'ai pas tout écrit entre hier et aujourd'hui.<p>La vraie question, c'est "est-ce que ce que j'écris a des chances d'aider quelqu'un, ne serait-ce que moi ?"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-10-2008 23:10:03

tiens, pour que tu voies la différence avec du copier-coller, là je vais en faire un, qui m'apparait assez sensé, que j'ai lu ailleurs. D'ailleurs, on sent bien la différence de style. Moins d'effets de manche ;-)<p>"Le grand secret, c'est d'accepter sa fragilité, dans le sens de cesser d'alimenter en vain cette partie de soi qui refuse la faiblesse, et qui se montre faible justement par sa dépendance vis-à-vis d'une image idéalisée de soi. Dans ce cas, accepter sa fragilité, c'est alors couper le problème en plus petits morceaux, pour pouvoir le digérer: car tant qu'on porte en soi une partie qui refuse l'autre et qui réclame à son profit toute l'énergie pour poursuivre contre soi-même un combat sans fin, on n'est pas prêt d'arriver. Alors qu'en cessant ce combat-là, on récupère son énergie pour réellement avancer.Il n'y a pas d'autre solution pour sortir d'une dépendance, que de cesser de vouloir se croire plus fort que le produit. Il faut accepter son impuissance, accepter que le produit est le plus fort. On peut alors commencer à être vraiment fort, aussitôt qu'on n'est plus dépendant d'une victoire sur le produit. Entendons-nous bien: vouloir être plus fort que le produit, c'est vouloir en consommer de manière maîtrisée, c'est vouloir se prouver qu'on est capable de le contrôler, alors qu'accepter que c'est lui le plus fort, c'est cesser de le fréquenter, c'est ne plus rechercher dans l'impossible victoire sur lui l'image d'un moi fort que seule cette victoire pourrait fournir, c'est sortir de cette quête illusoire qui entretient le cercle infernal de la dépendance."<p>et pourquoi tu viendrais pas papoter avec nous ? 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Jean jr. Landry @ 25-10-2008 06:10:17

lol... bon...Comme tu vois je papote un peu.  Je fais mon effort de guerre.  Mais est-ce que les forums aident vraiment?  J'imagine.  Je sais que Pikmin et sa douce moitié mettent beaucoup d'effort pour ce forum et c'est tout à leur honneur.  Merci à vous.Mais en même temps... des fois je me dis que ce qu'on peut donner par l'intermédiaire des pixels est si limité.  Il faudrait peut-être tous jeter nos ordis par la fenêtre, se rue à l'Église pour en louer le sous-sol et se rencontrer afin de se prodiguer l'écoute, le soutien, les câlins et les tapes sur la gueule nécessaires au recouvrement véritable et définitif!
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-10-2008 09:10:52

bien sûr, les forums, blogs et autres prothèses électroniques ne sont que des ersatzs de l'outil de base du rétablissement, dont nous avons pu constater combien il fonctionne efficacement : la réunion entre dépendants. (à défaut de sous-sol d'Eglise, et par égard pour ceux qui peuvent penser qu'il est déjà sous-loué par la Sainte Inquisition Espagnole, la maison de quartier marche aussi)On le sait depuis 3 ans 1/2 qu'on est orroziens. Tu avais même monté ton propre forum sur ce sujet. Les SAA et autres DASA, pour ceux qui ont la chance d'en avoir près de chez eux, ou qui sont prèts à monter leur propre groupe, c'est vraiment de la balle. Ce qui marche, c'est de se rappeler que personne ne va cesser d'entretenir des rapports névrotiques avec des foufounes pixellisées à notre place, de persévérer dans un sevrage qui aille assécher la racine de l'addiction, au besoin en s'accompagnant d'un psy.Ce qui marche, c'est de témoigner, et de s'entr'aider. <p>Le problème assez net du cyberdep c'est qu'il est totalement et complètement centré autour de "je". JE vais mal. JE me suis négligé. JE suis un horrible personnage (=je suis quelqu'un de SPECIAL, de spécialement mauvais). JE vais m'occuper de MOI. JE vais aller mieux. JE vais m'occuper de MA femme (et non je vais m'occuper de ma FEMME).Sa maladie, c'est l'égocentrisme. S'il décide de faire du sport, d'aller voir un thérapeute, de se comprendre... c'est toujours et encore la même maladie qui continue. Et moi et moi et moi... Il faut que leur femme suive leur progrès, que leurs potes les encouragent - et cette maladie du forum est assez symptômatique -. On leur dirait "arrêtez de ne penser qu'à vous, ça irait déjà beaucoup mieux".Est-ce qu'on a déjà vu un cyberdep qui ait un intérêt réel pour une autre personne ? (je pose la question). Qui au lieu de s'occuper de son propre programme va fait du bénévolat pour s'occuper d'autres gens ?Quand toutes tes pensées sont autocentrées tu ne peux qu'aller super mal, cyberdep ou pas. C'est pour ça d'ailleurs que même s'ils arrêtent ils ne se sentent pas tellement mieux.Et c'est peut-être pour ça qu'Orroz s'en est sorti, plutôt que grâce à une bonne méthode. Parce que semble-t-il, il pense aux autres. Remarque, peut-être que sa méthode exige de penser aux autres, justement, mais si c'est le cas, elle n'est pas appliquée souvent.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 27-10-2008 19:10:39

Quand je ne me "décentre" pas, je rumine. Et même la foi n'est dans ce cas qu'un objet utilitaire. C'est tout l'intérêt des réus AA ou DASA. Aller à la rencontre des autres. Écouter, surtout. S'ouvrir. Pour se reconnaître réellement. L'égocentrisme est une plaie.Bill, un des fondateurs des AA, grands dépressif devant l'Eternel, explique que lors de ses moments de dépression, il faisait l'effort d'aller à l'hôpital, rencontrer d'autres alcoolos. Je trouve que la dernière livraison du Passant Anonyme tombe à pic :http://unpassantanonyme.blogspot.com/20../../../je-suis-aussi-unique-que-tous-les.html 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 10-02-2009 22:02:27

Ouh là là, ça fait longtemps que j'ai pas posté ici... faut dire qu'entre les autres posteurs, mon blog, sans parler de ma Destinée, femme et enfants (pas nécessairement dans cet ordre-là) je suis assez occupé.Hier, donc, sur un blog branché évolution spirituelle dont je ne donnerai pas le nom, le tenancier du site propose son aide en direct à ceux qui lui en feront la demande.Gratoche, il se propose d'évaluer les-Pourcentage d'émotionnel refoulé à régler-Pourcentage de mental à régler-Pourcentage de karma réglé par rapport à ce qu'on a amené.Lisant le bonhomme depuis un moment, difficile de mettre en doute sa démarche, qui force mon admiration (le nombre de personnes en souffrance de ceci ou de cela dépasse à mon avis largement ses capacités d'intervention, malgré des aptitudes assez évidentes chez lui )bref une occasion comme ça de se faire faire les niveaux, ça ne se refuse pas.Je lui envoie un mail depuis le boulot. Zyva, tâte mes chakras !<p>Il me répond "Je suis désolé je me suis fait remettre en place par mon guide spirituel qui ne veut pas que j'intervienne davantage. (...) On ne peut pas évoluer à la place des gens et chacun doit affronter ses propres leçons et les apprendre pour grandir. (...) Si je libère quelqu'un de ses problèmes en apparence, et même si je respecte le libre arbitre de la personne, il va peut etre passer à coté d'une expérience qui l'aurait fait évoluer, et il devra peut etre s'y recoller pour plusieurs vies.Ca ressemble un peu à ce que j'ai appris ici, alors je vous le partage. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 15-02-2009 12:02:23

<p>J'ai récemment retrouvé un grand texte sacré -p'tain, c'est d'la rediff, mais qu'est ce que c'est bon  de revenir aux fondamentaux !<p>LIEN BRISÉ
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 29-04-2009 22:04:41

p'tain il a fallu que ce soit un pote du forum qui m'apprenne que y'avait des réunions DASA dans ma ville...j'te dis pas la looze... c'est vraiment les cordonniers les plus mal chaussés !<p>Tiens, je vais aller y faire un tour.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 18-05-2009 15:05:24

Je ferai mon reportage DASA plus tard. Une séance ne permet pas de bâtir des généralités, surtout à partir d'impressions subjectives. bien qu'en général, c'est pas ça qui me freine.<p>A part ça, je retrouve des messages du temps où je passais mon temps à tanner les dépendants sur le forum, wouah la vache !LIEN BRISÉ dans deux jours, ça fera quatre ans que je suis sur les forums. Et trois ans que j'ai cessé de compulser sexuellement. Ca nous rajeunit pas. <p>Quatre ans que j'ai écrit en débutant mon premier topic d'orroz "<span class="postbody">j'ai très peur en m'inscrivant sur le forum de provoquer la rechute, qui est à la portée d'un simple clic. C'est un peu comme si on organisait des réunions Alcooliques Anonymes au bistrot : dans l'enthousiasme des débuts, le risque de commander une tournée générale est grand."</span>Qu'est-ce que j'avais raison ! Ailleurs, j'ai dit un jour d'inspiration "Dès qu'ils sont entre eux, les garçons ont du mal à ne pas se la mesurer.Ce que vous devez vous rappeler, c'est qu'on a tous commencé par 24 heures d'abstinence, et que le lendemain on a remis ça.Relisez les 2 forums en creusant les partages d'orroz, et revenez nous dire.On a tous aussi commis l'erreur de se sentir "minable" devant l'abstinence de truc ou untel. Ca nous a pas servi à grand chose, à part comprendre que l'égo se foutait encore de nous. Quand l'homme ne peut se mesurer dans la grandeur, il trouve un dérivatif. "Si je ne puis être le plus ceci ou le plus cela, je serai le plus malheureux, le plus nul, le plus coupable..."Soyez ce que vous voulez mais cultivez l'abstinence au quotidien, et vous goûterez les fruits de la libération.Commment cultiver l'abstinence ? par l'abstinence, la patience et le choix de porter nos pensées sur autre chose que notre addiction.On a de la chance de vivre dans une société où les loisirs et les centres d'intérèt sont méchamment variés.On peut tout à fait limiter son usage d'internet à la consultation du forum, et aller prendre son pied (et consulter des psys si on n'y arrive pas) ailleurs que sur la toile, surtout avec un karma moucheron." "ma chérie m'a trouvé deux phrases de coluche en me disant "c'est pour toi"je pense qu'elles peuvent te servir aussi ces jours prochains :Si un jour tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu étais le spermatozoïde le plus rapide de tous.Je suis capable du meilleur et du pire. Mais, dans le pire, c'est moi le meilleur.Ca ne sert à rien de refouler, mais à rien de défouler non plus. Il faut regarder le truc avec un nouvel oeil. Le troisième, celui qui pousse quand on est abstinent et qu'on se met en quête de secours (psy, amis compréhensifs, lecture des grands philosophes du passé...mwahaha, là j'ai pas pu m'empècher d'imaginer ta tête)bonne journée à toi"ah là là l'esprit souffle où il veut !je me souhaite un bon anniversaire de cyber-baratineur, tiens. <p>  
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Tall&Dark @ 20-05-2009 17:05:49

Bon anniv' John ! http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil3dbd4dbc14f3f.gif"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-06-2009 10:06:36

j'ai mis un nouveau média icitte parce que je n'arrivais pas à le poster ailleurshttp://jesuisunetombe.blogspot.com/je ne peux pas mettre l'adresse directe parce que l'éditeur html du forum est tout nazebroque<p>il faut aller chercher dans les archives du blog  : mai 2009 : accro au cyber-porno 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-06-2009 10:06:26

j'ai encore mis un nouveau média sur mon blog parce que je n'arrivais pas à m'en empêcherhttp://jesuisunetombe.blogspot.com/je ne peux pas mettre l'adresse directe parce que l'éditeur html du forum est tout nazebroqueil faut aller chercher dans les archives du blog  : <p>juin 2009 : à l'école du X
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 27-06-2009 10:06:03

j'ai encore mis un nouveau média sur mon blog parce que je n'arrivais pas à m'en empêcherhttp://jesuisunetombe.blogspot.com/je ne peux pas mettre l'adresse directe parce que l'éditeur html du forum est tout nazebroqueil faut aller chercher dans les archives du blog  : juin 2009 :  Zone interdite Alcool, cannabis, jeux vidéo, porno : nos enfants en danger<span>Présenté par : Claire Barsacqdiffusé le Dimanche 08 mars 2009<a href="http://2.bp.blogspot.com/_KIGhc-O4804/SkM-iPHQNZI/AAAAAAAAA4s/No828Xr7214/s1600-h/12245798.jpg" onblur="try {parent.deselectBloggerImageGracefully();} catch(e) {}"><img id="BLOGGER_PHOTO_ID_5351189540139709842" style="margin: 0px auto 10px; display: block; text-align: center; cursor: pointer; width: 352px; height: 272px" src="http://2.bp.blogspot.com/_KIGhc-O4804/SkM-iPHQNZI/AAAAAAAAA4s/No828Xr7214/s400/12245798.jpg" border="0" alt="../../../a>woualou la meuf de la zone<br />qu'elle est pas autorisée<br /><b../../../div><span style=../../../a>  Malgré le titre un brin racoleur du sommaire, Claire Barsacq et les équipes de Zone Interdite reviennent, avec sérieux, sur les interdits auprès des jeunes entre alcool, drogue et sexe. Chez les collégiens, la beuverie express est devenue une mode et on peut compter 300 000 jeunes de 12 à 15 ans déjà consommateurs de cannabis ! Sur leurs écrans de télévision, d'ordinateur et de console de jeux, il est possible d'avoir accès à des images violentes, voire pornographiques. Certains ados en perte de repères deviennent accro ou passent à l'acte : 3 000 mineurs ont ainsi été condamnés l'an dernier en France pour agressions sexuelles et viols. <span style="font-style: italic">Pour les besoins du reportage, certains jeunes racontent leur « descente aux enfers ». Comme 41% des élèves de leur âge, Peggy et Julie consomment de l'alcool en semaine, entre les cours, à deux pas de leur collège. « Avant deux heures de français on se boit une petite bière. Les profs le remarquent, on rigole tout le temps (...) c'est ça le fun dans l'histoire », confie le binôme. En province autant qu'à Paris, le nouveau rituel festif est de s'enivrer le plus vite possible, en ingurgitant un maximum d'alcool</span> <span style="font-style: italic">Sophie, 14 ans, boit, quant à elle, depuis l'âge de 10 ans ! « Je le fais pour planer, pour ne plus être dans la réalité », avoue-t-elle à visage flouté. En effet, la jeune fille a plongé dans l'alcool suite à la séparation de ses parents, afin d'oublier les problèmes familiaux. Aujourd'hui, sur les conseils de sa mère, l'intéressée consulte une psychologue.</span> <span style="font-style: italic">Horaire de diffusion oblige, Zone Interdite propose en fin d'émission son dernier sujet sur les conséquences du porno sur les jeunes. En effet, les images les plus hard sont désormais accessibles à tous sur internet et deviennent omniprésentes dans le paysage urbain. Avec leurs portables, les ados font leurs propres films et les diffusent sans aucun contrôle ! A la Brigade des Mineurs de Marseille, on constate même une augmentation des agressions sexuelles impliquant de jeunes enfants.</span> <span style="font-style: italic">A 13 ans, Delphine a subi des viols collectifs à répétition. Un traumatisme qui aurait pu lui coûter la vie. Malgré l'intervention de sa mère, l'enquête a piétiné pendant plus de 8 ans... « Je me suis fait violer 3 à 4 fois par semaine pendant 3 mois », confie-t-elle sans détour aux caméras de M6.</span> (source : AOL)je n'ai encodé que la partie jeux vidéo/porno, c'est un screener fait avec les moyens du bord, le conteneur étant à la hauteur du contenant :c'est un peu le foutoir cette émission, ils mélangent un peu tous les concepts, mais y'a de bonnes interventions de psy et la partie blogs/ados/porno n'est pas mal. </span>
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-08-2009 21:08:45

mi aout, j'ai encore mis un nouveau média sur mon blog parce que je n'arrivais pas à m'en empêcherhttp://jesuisunetombe.blogspot.com/je ne peux pas mettre l'adresse directe ici parce que l'éditeur html du forum est tout nazebroqueil faut aller chercher dans les archives du blog  : juin 2009 :  I am a sex addict mondom en dit grand bien, moi aussi sans doute si j'avais le temps de le regarder  EDIT : en fait on peut voir toute la collection ici : http://jesuisunetombe.blogspot.com/search/label/sexaddict  <div class="b18" style="text-align: justify">comme il n'y a pas de chiffre dans cette url, je peux le copier dans le post et ça passe.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-09-2009 19:09:37

Je suis content, j'ai retrouvé le post de Xanadu avec le best of des messages d'Orroz dedansLIEN BRISÉ j'ai pas retrouvé Xanadu, ni Rosebud, mais j'ai fini aujourd'hui même le montage du film de mes vacances en Californie à l'été2008, dont une soirée magique à jouer à cache-cache avec des dauphins sur la plage de San Simeon en Californie, au pied du chateau érigé par Randolph Hearst, le magnat qui avait inspiré Orson Welles pour Citizen Kane.Vacances de rève et montage vidéo bien concentré devant mon ordi, et tout ça grâce à un sevrage du porno (qui m'a rendu l'usage de mes mains, mais aussi de mon zguègue et de ma raison, pas forcément dans cet ordre) réussi depuis plus de 3 ans avec la méthode d'Orroz ® et le soutien de mes petits camarades ! <p>C'est dingue. <p> La pensée du jour : "j'ai visité le salon de l'autosatisfaction, et il y avait foule" Pierre Etaix (il ne connaissait pas le forum et ses soul pleureurs)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-10-2009 15:10:35

Nouveau média sur mon blog tombal :http://jesuisunetombe.blogspot.com/search/label/sexaddictun film espagnol qui met en scène des Sexaddicts anonymous.C'est pas la peine de venir me voir pour le SAV, je l'ai vu y'a longtemps et ne m'en rappelle plus bien. C'est la rançon de la civilisation de l'image, qui nous rend tous amnésiques, et d'ailleurs qui êtes-vous ?. <p>Ca me rappelle l'histoire de monsieur et madame Déplousséyététoue qui ont un fils, comment s'appelle-t-il ?  <p>Anselmo.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-12-2009 19:12:18

Décidément, je vais bien mieux sans user de pornographie ni de masturbation.Je recompile des trucs que j'ai pensés et écrits ici et là durant mon rétablissement, mais surtout je retombe sur des topics d'Orroz de derrière les fagots, comme celui-là :http://orroz.forumactif.com/temoignages-de-dependants-f4/le-sevrage-c-est-hard-t30.htm bon évidemment, lui il est psy, alors question de prendre du recul, ça aide.Sans psy, je n'y serais pas arrivé. Gratitude, donc.<p>Courage et persévérance font plus que force ni que rage.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 28-03-2010 20:03:31

Salut à tous.pour info, un article intéressant au milieu de la bouillasse du net (enfin, je la sens vachement moins depuis que j'ai cessé de m'y vautrer)<p>http://www.le-tigre.net/Au-magasin-des-curiosites.html<p>déniché au milieu d'un autre, moins sérieux mais amusant<p>http://hippopotable.blogspot.com/
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 07-04-2010 23:04:16

Salut John, Je retombe sur ce post un peu par hasard (interdit de rire, hein !)...Bon, juste une question : ou as-tu trouvé l'ennéagramme de la page 1 de ce post, que je conseille à toutes et tous (surtout tous, en fait..) pour avoir la joie ou l'effroi de se dire : c'est moi, ça ?Sinon, bon courage à ceux qui savent éteindre leur ordinateur avant qu'il n'attaque leur temps de cerveau disponible. <p> 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 08-04-2010 00:04:23

....je l'ai trouvé sur une mailing liste super-secrète à laquelle j'étais affilié en tant que Grand Ancien du Tantra de la Main Gauche.Heu... en fait, je suis incapable d'en retrouver la source, mais ce qui est certain c'est que ça ratisse large.Comprends-tu l'intérêt de cesser de cultiver des réactions émotionnelles (la "joie " et l "effroi" sont soeurs jumelles en valeur absolue) qui ne feront que resserrer les noeuds - que nous saluons t-au passage - de l'identification ? c'est dépersonnaliser le problème qui marche le mieux, c'est à dire après avoir décortiqué les tenants et aboutissants personnels avec un psy, tu prends du recul et tu vois bien que c'est des problêmes qu'on est un paquet à partager - et quand je sens vibrer mon premier chakra, sur lequel je suis actuellement assis, je ne me sens pas concerné personnellement : le moteur et son carburant font partie du pack de base. Sloterdijk en parle dans un jargon ampoulé dans un article que j'avais mis sur mon blog :http://johnwarsen.blogspot.com/20../../../clinique-de-la-raison-si-nique.htmlJ'ai cessé d'envoyer ma voiture dans le mur parce qu'à un moment donné, j'ai vu que mon désir m'arnaquait. Et que j'étais moins prisonnier de l'habitude que je le pensais, dès lors que je l'observais se manifester sans lui céder tous ses caprices.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
sven @ 09-04-2010 16:04:43

Disse:
John Warsen a écrit:
....Et que j'étais moins prisonnier de l'habitude que je le pensais, dès lors que je l'observais se manifester sans lui céder tous ses caprices.


Merci pour cette phrase lumineuse, John. J'en suis là en ce moment.
Je vois la manifestation de la pensée du désir. Que se passe-t-il
si je lui cède ? Je la satisfait, cette pensée : sur mon temps et
mon énergie. Et puis elle disparaît. Que se passe-t-il si je l'accueille
et l'observe ? Je la vois, puis je perd sa trace. Elle a disparu.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-04-2010 23:04:23

Entendu hier soir en réunion DASA : "le plus dur, c'est pas de quitter une dépendance, c'est de ne pas s'en recoller une autre par la suite" c'est à la fois vrai, un peu déprimant si on a la trompe dans le bol, et ça m'a rappelé cet épisode de Desperate Housewives, et pourtant je n'aime pas tellement cette série que je trouve trop artificielle :LIEN BRISÉ
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 18-05-2010 14:05:52

Toujours dans le journal Le Tigre, cité plus haut, il y a un gars qui me rappelle Michaux, Cioran et la bande des joyeux littérateurs disparus avec l'avènement du net, plus quelque chose de personnel plus narquois que dézespéré, il s'appelle Eric Chevillard et écrit de succulents paragraphes quand il est en forme, exemples : <span style="font-size: 10pt; font-family: "Arial","sans-serif"">[color= #808080]Voilà pourtant ce qui fera défaut à toute vie : le jour des explications &ndash; non seulement la réponse à toutes nos questions touchant les grands mystères mais aussi l'élucidation de nos petites affaires privées (m'a-t-elle aimé ? qu'est devenu le chat ?).[/color]</span> <h2> </h2> <p style="margin: 0cm 0cm 0pt; line-height: normal; text-align: justify"> <span style="font-family: arial,helvetica,sans-serif">[color= #808080]<span style="font-size: 10pt">La pédophilie est confrontée depuis quelque temps à une grave crise des vocations. Dans certaines régions, il ne reste plus qu'un pédophile en activité sur qui pèse la charge de cinq ou six cantons ! Et c'est pitié vraiment de voir ces vieux pédophiles souffreteux, souvent arthritiques, obligés de parcourir les routes en toute saison et par tous les temps dans des véhicules hors d'âge pour exercer vaille que vaille jusqu'au fin fond des campagnes leur vacillant ministère.[/color]</span></span></p><p style="margin: 0cm 0cm 0pt; line-height: normal; text-align: justify">(ça marche aussi avec "pornographie" au lieu de pédophilie, ndlr) <p style="margin: 0cm 0cm 0pt; line-height: normal; text-align: justify"> </p>C'est terrible sans doute, mais nous ne pouvons prétendre connaître une personne que le jour où elle nous confie sa détresse, sa blessure secrète. Toute relation qui s'approfondit accouche de cet aveu d'un malheur enfoui, d'un tourment incessant, d'une incapacité à vivre.   http://l-autofictif.over-blog.com/ <p>quel rapport avec la choucroute ? ben on réfléchit, on se marre, et pendant ce temps là on prend de la distance avec le cyber-merdier... bien qu'ici, je me sente un peu comme l'ancien buveur qui vient faire de la résistance au bistrot.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
VisionAddict @ 20-05-2010 21:05:02

Salut John. J'ai un peu l'impression que sans la dépendance au porno, je deviens plus dépendant à mes schémas de dépendants affectifs. Ce serait l'autre addiction qui prend le dessus.... Ce qu'il me semble étrange c'est que personne n'a témoigné de ça jusqu'à présent. As tu déjà entendu parlé de ça en réunion dasa ou autre ?Content en tout cas que ça se passe bien pour toi...<p>A plus
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
hibou_67 @ 22-05-2010 10:05:24

bonjour, VA je suis d'accord avec toi, lorsque je suis en sevrage depuis plusieurs jours j'éprouve un sentiment mêlé de fierté mais aussi un certains vide. Ce vide je crois est à comblé par un travail sur soit, je veux dire une reconstruction pour modifier les schéma de pensée. Par exemple faire une lecture j'ai été en bibliothèque pour consulter des livres genres sur l'estime de soit, sur le site parlant de cela. une ouverture vers quelque chose de supérieure. Alors bien sur il y a à gérer l'environnement immédiat avec ces pressions et ces leçons. Mais je crois avant tout que l'on peut évoluer qu'à travers ça propre expérience et en cela le sevrage nous transforme et nous permet de nous remettre en question.  Hier j'étais mal car j'ai rechuté, mais en fait j'essaie de positiver. Et de me dire qu'un moi c'est déjà une victoire. Amicalement.<p>Hibou
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 16-07-2010 21:07:03

Je pars en vacances. Je ne sais pas qui est de garde.A ceux d'entre vous qui passent leur vacances derrière leur ordi et qui rêvent d'avoir très beau temps, je rappelle qu'<span style="font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman""> il faut trouver de nouvelles joies, car les anciennes puent du bec. Le plus dur c'est qu'il faut qu'elles soient radicalement différentes : terminé le « remplissage » du vide par un néant à chair rose. <!--[if !supportLineBreakNewLine]--></span>J'avais un pote qui disait dans ces occasions "don't do anything I Wouldn't " (ne faites rien que je ne ferais) et je trouvais ça un peu gonflé.N'empêche que c'est ça l'idée. D'ailleurs,on reste sans nouvelles de viewtopic.php?topic_id=788&viewmode=flat&order=ASC&type=&mode=0&start=0 .viewtopic.php?topic_id=2452&forum=3&post_id=28301#forumpost28301<p>Mais on n'est pas obligé d'en manger à tous les repas, quand même.
===============================================================================================================================================
mes adieux au music hall
John Warsen @ 01-09-2010 18:09:24

1er septembre. Je reviens de vacances, heu... en fait je suis rentré depuis un moment, et je m'aperçois que je n'ai plus la fibre du fofo (qui m'a bien servi pendant quelques années, quand même) Est-ce que je fais ma rentrée sur le forum ? non. Ca fait 5 ans que j'anime, que je modère, que je tempère et obtempère aux idées semées par l'ami Orroz&hellip; Début Aout, j'ai revu un copain que je croise de loin en loin, il est modérateur depuis 5 ans d'un forum consacré à tout à fait autre chose que nous, mais dans un domaine qui lui tient très très à coeur. Et je le tiens pour une personne très brillante sur le plan intellectuel, et plus clair que moi sur pas mal d'autres plans.C'est aussi lui qui m'a appris à relativiser les propos des gens que je rencontrais sur le net, que j'avais parfois tendance à prendre pour argent comptant, avant qu'il me fasse remarquer que tant qu'on n'a pas la personne en face, on ignore à qui on a affaire. On est face à un fantôme.Du bon sens, oui, mais en quantités telles que j'ai été assez surpris d'apprendre que depuis notre dernière rencontre, qui remonte à deux ans, il n'avait quasiment fait que s'occuper de son fofo, à en perdre le boire et le manger, en négligeant de rechercher un nouvel emploi, de se vêtir proprement et tout et tout, tout ça parce qu'une bande de trolls de 12-13 ans lui salopait ses topics et qu'il se sentait forcé de tout nettoyer, pour maintenir le bazar à peu près nickel, d'enrichir en contenu et de se lamenter sur le fait que personne n'était là pour reprendre le travail après lui.Du coup, il n'arrivait même plus à pratiquer l'activité à laquelle son forum était dédiée !Ca ne vous rappelle rien ?et pourtant, rien ne prédisposait ce gars à se faire ainsi dévorer tout cru par son hobby et son prosélytisme.Je pense donc que l'outil n'est pas neutre, puisqu'il provoque les mêmes crispations chez les "non-addicts", et qu'il faut cesser de vouloir lui faire accomplir des tâches trop complexes, genre être la boite à outils interactive en temps réel (et bientot en 3D) qui va permettre au petit peuple toujours grandissant des dépendants de se sortir les doigts du fion grâce à notre équipe de super-anciens rompus à toutes les ruses et n'ayant rien de mieux à faire de leur vie.Je lui ai expliqué qu'à mon avis, il avait aujourd'hui mieux à faire de sa vie, qu'il était sans doute dommage qu'il suffise d'une poignée de cons prépubères pour paralyser la démocratie électronique, mais que c'était peut-être aussi un signe pour mon ami de lâcher prise sur ce bel outil qu'il avait créé, et je me suis rappelé la décision d'Orroz de "geler" son forum quand il lui avait semblé qu'il ne pouvait plus rien faire d'autre.A ma grande surprise, j'ai appris hier qu'il a effectivement gelé son forum, et il m'écrit : "le bon sens de cette décision m'a été confirmé immédiatement par des discussions concernant sa clôture qui ont pu fleurir sur d'autres lieux, et qui m'ont montré que la plupart des membres les plus présents se fichaient royalement de nettoyer la crotte de leurs bottes en entrant mais attendaient par contre avec le plus grand naturel que d'autres la nettoie à leur place, ne cherchaient même pas à se faire la moindre idée du travail que ça représentait, enviaient avec la plus minable jalousie les modérateurs qu'ils se croyaient tous capables de remplacer au pied-levé, et en plus d'être d'affreux fainéants irresponsables étaient des ingrats finis ; ce qui ne m'a pas vraiment surpris mais a eu le bienfait de m'ôter tout regret que j'avais pu avoir."Re-Fichtre ! Je ne pensais pas pouvoir avoir autant d'influence sur un être humain, et il m'a presque convaincu d'ouvrir un nouveau blog, lol.En tout cas, ça m'a convaincu de la mettre en veilleuse, ça serait quand même le comble que mes amis profitent de mes suggestions et moi pas !Je repasserai de loin en loin.En vous souhaitant de nager vers le rivage, même avec bouée.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
thump @ 01-09-2010 19:09:19

Ca trolle pas des masses sur entraide au Quebec. Ceci dit, je verrai pas trop l'intérêt de troller ici. Personnellement, mes interventions je les fais bien sûr parce qu'un dialogue est possible avec d'autres, mais je les fais parce que j'y trouve un intérêt personnel -comme tout le monde. Personne n'est naïf sur le pourquoi de son temps passé sur ce forum, je pense. <p>Bonne route alors Mr W. 
===============================================================================================================================================
Re: mes adieux au music hall
Morbach @ 02-09-2010 09:09:31

Disse:
John Warsen a écrit:Je repasserai de loin en loin.
Merde alors, notre John national s'en irait-il sous de meilleures latitudes ? C'est vrai que ça pue ici, et même si les trolls se font ( relativement ) rares, le déni est omniprésent, de même que la tentation de faire de son voisin le responsable de tous ses malheurs. Tant qu'il n'y a pas de langue de bois ça baigne mais une fois qu'on commence à avoir peur de se dire les choses en face sous prétexte qu'untel s'énerve ... Et puis c'est toujours le même cirque pas vrai ? Les nouveaux qui postent un coup et qui se disparaissent, les dépendants qui refusent de voir les choses en face et qui viennent pleurer qu'ils se sont encore fait du mal, les anciens du fofo qui en ont marre et qui mettent les voiles ... espérons que ce ne soit pas pour de bon.<p>A plus alors ...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Grany @ 02-09-2010 10:09:21

Salut John W. moi personnellement ce qui m'emmerde avec le forum c'est les gens qui s'inscrivent et qui post 1 fois avec une description nul d'informations , qui reviennent plus pendant 3 mois , et une fois revenue dise avoir eu une révélation ou quelque chose , c'est chiant et sa remplis le forum de sujet inutile.Sa trolle pas sur ce forum , enfin c'est mon avis car moi j'y connais pas grand chose en forum. <p>Sinon bon voyage John , je me souviens des précieux conseils que ta laisser sur mon sujet  , sa va manquer de plus en plus de pilier sur ce forum ; surtout de membres actifs......
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Mondom @ 02-09-2010 10:09:00

Il y en a eu plus d'un qui a fait ses adieux à la scène et qui est revenu une dernière tournée (hips)...Je pense que tu as fait plus que ton dû, tu as payé ta dette à la dépendance (dette inversée sans doute) et tu as bien &oelig;uvré pour le bien commun.  Au nom de ma pomme déjà, je te remercie bien bas et la voix vibrante d'émotion. Tu vas rejoindre ta place au panthéon des anciens branleurs, c'est la grande classe j'espère qu'un jour il y aura un strapontin pour moi.Ta sortie avec cet edit sur le lien vers le rivage d'Orroz est formidable de pertinence.Un tonnerre d'applaudissements pour Monsieur Warsen. Sinon, des trolls il y en a peu mais ça arrive, on veille au groin noutres les modérateurs, et parfois on leur fous une de ces branlées (en connoisseurs n'est-ce pas, on sait faire...) qu'ils ne reviennent pas toujours.Jim, je comprends qu'il y a des trucs qui rendent moroses sur le forum. Mais la liberté de poster y est un garant de son intérêt.  Je trouve que cela pourrait être bien pire. Répondre à un post unique ne mène pas loin, mais ne prend pas non plus des heures. On arrive sur ce site généralement un peu désemparé, perso comme nombre d'inscrits au début je ne savais même pas comment ça fonctionnait et me promenais dans des rubriques sans même savoir où j'étais ni comprendre les noms, les dates, etc... Peu à peu la lucidité s'est faite en moi, on ne peut pas attendre que le nouveau ait déjà fait son alphabétisation forumesque avant même d'y avoir mis les pieds.Oui, sans doute, il y a énormément de gens qui ont l'occasion des'approcher par ce forum ou ailleurs de prendre conscience pour de vrai, voire de commencer un parcours vers la sortie de leur dépendance, et puis qui rebroussent chemin et retournent s'y vautrer. Les conjoints des co-deps inscrites sont nombreux dans ce cas, de façon troublante, d'ailleurs. Mais il ne faut pas laisser ceux-là nous affecter, en ce sens qu'on n'est pas en croisade mais en rétablissement avant tout chacun. Le carrefour entre l'individuel et le collectif est complexe... Et il n'est matérialisé de la façon qu'on le voit qu'ici, sur chaque écran, donc avant tout de façon électronique voire virtuelle... Il est important, c'est pour ça qu'on le serine, de sortir aussi de l'écran pour voir d'autres intersections, à ce titre les réunions DASA sont très intéressantes par exemple.Oui le forum est repli de sujets parfois discutables, mais c'est comme ça qu'il est, un jour peut-être le site migrera vers un autre genre de moteur de forum et l'architecture sera un peu différente, il y aura toujours des échoués par hasard, des inscrits qui s'en vont, des qui reviennent sans avoir rien à dire, etc... Avec Pikmin, on discutait tout récemment: il y a quelque chose comme 2000 inscrits, dont la moitié qui n'a jamais écrit une ligne... Cela n'empêche pas ceux qui décrochent de décrocher, ceux qui causent de causer.John va se faire rare ici, ses réponses inspirées pleines de leçons souvent difficiles à entendre du premier coup manqueront sûrement, on va forcément trouver un autre moyen de continuer, n'oublions surtout pas que ses posts sont eux toujours là et qu'ils continueront de parler sans limite de temps ni de bon sens. A consommer sans modération, le JW à la trompe dans le bol de lait!
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nuage @ 02-09-2010 14:09:17

<p>Que dire...toi qui m'a fais tellement rire avec ton humour bien a toi..toi qui m'a fait réfléchir quand j'étais plus que mélangé..qui dit blanc quand c'est blanc, bleu quand c'est bleu..Les joies de l'internet c'est d,avoir la chance de rencontrer des gens, de connaitre leur histoire, malgré la distance..de communiquer malgré la distance..la vie est ainsi faite, on fait notre chemin, on poursuit sa route http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil3dbd4d6422f04.gif"mais john warsen, n'est pas seulement un avatar sur un forum de dépendant, john warsen, on ne le croise pas que sur un forum de dépendant, par chance http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil43aa210b02519.gif"s'il y a une chose parmis tout l'enseignement de ce forum que je retient et qui est si frappant avec toi c,est ce pouvoir de changer les choses d'avoir la maitrise de sa vie tout en restant soi-meme.. tout en gardant son coeur d'enfant..combiens de gens ont peur, peur de ce perdre, de perdre leur identité (mais sont déja perdu) peur de grandir (mais sont deja (trop) vieux enterré dans l'amertume).. j,ai suivis ton parcours avant meme de participer ici, depuis l'ancien forum jusqu'ici, sur tes blogs etc.. et je t'ai vu te rafiner et rajeunir.. si les gens savaient que plus on a la tete hors de l'eau, plus on a le coeur jeune.. tu en est un bel exemple http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil3dbd4dbc14f3f.gif"en 3 petits mots qui veullent tout dire...M'sieur Warsen.. merci http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil43aa2370cb1f9.gif"grosse bise du quebec http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil43aa20b6d1d83.gif"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
VisionAddict @ 03-09-2010 14:09:50

Merci pour tes conseils, pour ton engagement et pour la légèreté (et la sagesse) de tes propos...Je te comprends tout à fait Warsen, quand moi-aussi j'abuse du forum, il est nécessaire parfois de prendre un peu de distance avec le forum.Bonne continuation dans la vraie vie !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
AlwaysD @ 05-09-2010 04:09:40

olala, c'est triste, une source de lumière qui s'éloigne dans ce sombre vide... t'as été le premier avec qui j'ai parlé en MP ici... merci pour toutes tes interventions, ton partageMerci pour toutPrenez soin de vous surtout et bon courage et bonne route et a très bientôt peut être, Mister Warsen aux liens magiques dans tes écrits qui apportent beaucoup quand on se débrouille bien en français ;p http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil43aa2265b9a94.gif"
===============================================================================================================================================
Ca arrive à des gens très bien
John Warsen @ 30-11-2010 08:11:56

Alerté par de bien mauvaises nouvelles, j'ai sauté dans un train pour Montpellier vendredi 19 novembre, et j'ai bien fait : j'ai passé la nuit au chevet de maman, qui s'est éteinte entourée de nos soins (papa, mon frère et ma soeur) samedi 20 au matin à 6h40 des suites d'une courte maladie, comme diraient les journalistes.Merci à Orroz d'avoir été là, grâce à lui et à d'autres humains de son acabit, j'ai pu vivre cette épreuve à hauteur d'homme, et non à genoux comme les Adorateurs Malchanceux de la CyberFoune.Avant, pendant et après, on a partagé des choses fortes : c'est important de se tenir les coudes, entre survivants. Et je rentre juste de chez mon oncle, sur la table duquel trône l'urne funéraire contenant les cendres de sa soeur, à quelques centimètres de l'endroit où elle est née, puisqu'en 1935 c'était la chambre de leur mère.Va comprendre.La mort n'est pas le contraire de la vie, mais de la naissance. Un passage.Ce qui est le contraire de la vie et sa négation, c'est rester devant son ordinateur. Pas étonnant qu'après, on se sente mal : c'est la vie qui nous suggère de déguerpir de ce faux refuge qui n'est que le terrier d'apeurés lapinous en manque de leur môman ! N'oubliez donc pas de vous rétablir avant de partir !<p>Je peux vous promettre que ça change tout...
===============================================================================================================================================
Re: Ca arrive à des gens très bien
nuage @ 30-11-2010 14:11:46

Toute mes sympaties John...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Bruno59 @ 30-11-2010 14:11:11

Merci de nous partager cela, John. Toute mon amitié fraternelle et les condoléances.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
létudiant @ 30-11-2010 19:11:28

très beau témoignage John, bon courage à toi pour la suite et merci pour cette réalité que tu nous apportesBon courage 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 04-03-2011 22:03:34

Ce con de Thiéfaine chante sur son dernier album "Je rêve tellement d'avoir été / Que je vais finir par tomber" punaise spécial dédicace aux keums du forum !Bon moi j'avais même pas osé vous dire que j'ai repris à fumer des clopes en mettant ça sur le dos de ma mère, si elle me voit de là-haut elle va pas être contente.<p>Alors demain, j'arrête.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Mondom @ 04-03-2011 23:03:02

Méfie-toi, je compte relire ton message dans exactement 9 minutes, et demain sera largement aujourd'hui.Peut-être que tu peux éviter les signaux de fumée pour lui faire signe...? Ou pour la rejoindre plus vite? Il y a plein de gens qui ont encore envie que tu restes un peu voire beaucoup ici-bas. Ça m'emmerderait de ne pas avoir l'occasion de te voir en face à face un jour. <p>Laisse tomber tes vannes sur la procrastination, y a que toi qui les comprennes de toutes façons ici ou presque...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Morbach @ 05-03-2011 11:03:11

Allez Johnny, tu nous as suffisamment fait de bonne morale pour comprendre que le tabac c'est tabou n'est-ce-pââââs ? Certes la perte de ta mère y est sans doute pas pour rien, mais tu trouves pas dégueulasse de la part de la dépendance d'aller se mêler de ce qui ne la regarde pas, d'aller fourrer ses sales pattes dans ta dignité en te privant d'un deuil honorable ? N'oublie pas qu'avec cette bestiole là, tous les coups sont permis, surtout les plus bas ... Allez Mr Warsen, on ne se laisse pas fumer par l'industrie tabagique, on relève la tête et on va de l'avant : n'oublions pas non plus que de la baguette à la braguette il n'y a qu'un pas ...
===============================================================================================================================================
on a les Nietzsche qu'on peut
John Warsen @ 16-03-2011 23:03:44

- PROBLEME TECHNIQUE -
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Morbach @ 18-03-2011 11:03:34

Merdouille. Je me suis planté de bouton et ai édité le message du sieur Warsen au lieu de lui répondre ... quelqu'un aurait-il une idée pour récupérer le post d'origine ? <p>Edit : bon ben apparemment c'est foutu. Désolé John, j'espère que de l'éléphant tu as aussi la mémoire, et pas seulement la trompe baladeuse (!). En attendant, je vais aller casser des poteries ailleurs ...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-03-2011 13:03:54

Merci les gars.Finalement, je suis plutôt content que maman n'ait pas eu à subir Fukushima, elle ne s'en serait pas remise, elle qui était si sensible aux gens et à leurs souffrances.Elle disait toujours "mon pauvre Christophe", ce que je lui interdisais, agacé qu'elle me plaigne sans savoir vraiment de quoi, et je n'avais pas besoin qu'on aiguise mon côté plaignos, dont je pressentais le côté handicapant.Un cyber-pote me fait savoir que ma citation célébrissime "la réalité, c'est ce qui fait mal quand on éteint l'ordinateur" est au frontispice (dessus) d'un aggrégateur de blogs rezo.net. D'ailleurs le temps que vous lisiez cela, elle a changé, prouvant la véracité du diagnostic de Warhol "en l'an 2000, chacun sera mondialement célèbre pendant un quart d'heure."Je lui réponds que je ne suis pas peu fier d'avoir contribué à l'enrichissement du savoir de l'humanité, qui nous préservera à coup sûr de connaitre le sort de ces pauvres nippons.La réalité, c'est ce qui fait mal quand on n'arrive pas à éteindre le réacteur.Quelle saillie drôlatique ! Beau temps prévu demain et les jours suivants pour les prophètes de l'Apocalypse. Et je m'immerge dans Thiéfaine et ses noires complaisances, plus Cioran de bistrot que Nietzsche.Et les manufactures ont beau se recycler, y'aura jamais assez de morphine pour tout l'monde, surtout qu'à ce qu'on dit vous aimez faire durer...(Alligators 427)J'ai passé la journée en tournage dans une maison de retraite, bulle hors du temps et des contingences terrestres, où l'on élève des enfants du 4ème âge en les raccompagnant tendrement vers la porte de sortie de la maternelle de la Vie..Sur l'accompagnement de la fin de vie, tous les soignants sont catégoriques : la morphine ne peut rien contre la peur de mourir seul, le plus efficace c'est de leur tenir la main, à tous ces papys gâteux que nous serons demain si notre conjoint perd le revolver chargé que nous lui avions confié dans le but d'éviter de faire durer...Et ça me ramène aux mensonges du porno : pourquoi nous tenir la bitte quand nous rêvons qu'on nous tienne la main ? il vaut mieux comprendre que le bon chemin, c'est de se remettre sur le marché, pour être aimé faut être aimable, se reconstruire sur de l'humain.Et qu'ont bien pu faire ces pauvres nippons pour mériter cela, et nous pour le subir en direct ?On peut toujours tourner le bouton. Ou se perdre dans la contemplation des jonquilles qui ont éclos en 2 jours, exubérantes au jardin d'un printemps précoce. Mais on sait qu'à l'autre bout de la terre, ces pauvres bougres en chient des sushis.L'esprit connaît aussi ses effondrements et fuites radioactives.Quand je laisse le silence s'installer en moi, cette présence qui n'est pas je, infiniment patiente, ne demandant rien d'autre que ce que nous pouvons lui offrir, devine qui c'est ?Si je me surprends à repartir vers un comportement périmé, comme avec le tabac en ce moment, juste écouter la petite voix qui dit "ça va pas, non ?"  et passer à autre chose, sinon les démons se repointent avec leurs sacs de couchage et leurs rangers qui puent quand ils se déchaussent au milieu du salon.  http://www.youtube.com/watch?v=y3l2WrzZ0Fs
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Morbach @ 22-03-2011 20:03:02

pourquoi nous tenir la bitte quand nous rêvons qu'on nous tienne la main ?  Très juste Johnny. Il est difficile de trouver réponse à cette question : la faiblesse de la chair, ce qu'il y a de misérable et de bête dans la condition humaine, qui plus est en ce crépuscule de l'Humanité que pourrait bien être l'aube du 3e millénaire ?  A point aussi, la blague youtubesque sur Fukushima, enfin je trouve : de même que quand le confrère Burno prie pour le salut des premières victimes de l'industrie du sexe - à savoir les prostituées et autres "actrices" - , ça l'éloigne de son ego, moi je prierais pas que pour les nippons, mais pour tout le monde. Tu dois bien le savoir, Johnny, que ce qui leur arrive tardera pas à nous tomber à nous aussi sur la gueule : ce n'est pas inhérent aux tremblements de terre, mais à la logique du système, qui est le même d'un bout à l'autre de la sphère Occidentale. On paiera tous pour nos erreurs, c'est juste une question de timing.  Donc t'as re-arrêté la clope pour la quinzième fois ? Cela doit nettement moins sentir le jus de chaussette dans ton salon, déjà, non ? Allez, bonne route, et prends le temps de respirer  !( c'est un féru joueur de flûte qui te parle )
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-03-2011 19:03:37

C'est en tant que joueur de pipeau que je te réponds.<p>Mon frangin m'a envoyé une vidéo géniale, qui vaut largement les 7 minutes qu'on passe à la regarder : http://www.youtube.com/watch?v=NVoVmDHXjI4Tu vas voir, à partir du moment ou tu commences à rigoler avec eux, c'est foutu.C'est vraiment un ovni, ce truc.Sans doute pas récent, mais intemporel. Une expérience unique de cinéma et d'empathie positive.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-05-2011 07:05:28

Ton ombre te suivra où que tu ailles. Tant que la lumière te précède, et que tu la vois, ce n'est pas un problème. S'il advient que tu ne voies plus que ton ombre, et qu'il te semble que tu as la lumière dans le dos, voire plus bas encore, n'oublie pas de te retourner et de repartir (à moins que tu aies juste enfilé ton pantalon à l'envers)(Illumination du 15/5, en sommeillant au soleil dans la pelouse.)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-05-2011 09:05:51

Un vieil ami de ma chérie squatte à la maison depuis 1 mois, il est mécanicien aéronautique, il était chez air littoral à M*** et depuis 7 ans que la compagnie a déposé le bilan, il enchaine les missions d'interim, 3 mois à lille, 3 mois à lyon... il est marié 2 enfants, sa femme est venue passer une semaine à la maison, et comme il n'arrivait pas à se connecter au réseau wifi de la maison je lui ai proposé d'utiliser mon ordinateur.Quelle ne fut pas ma surprise de m'apercevoir dans l'historique de navigation qu'il fréquentait assidûment les services d'Escort girls dans la région nantaise ! j'ai laissé pisser 3 semaines, je me voyais difficilement aborder le sujet avec lui, et puis le jour où sa copine est retournée à M***, j'ai vu que 10 minutes avant de lui trouver un taxi par internet, il était en train de réserver une fille pour le soir même, alors je lui ai écrit un petit mot que j 'ai laissé discrètement dans sa chambre, qui disait en substance que je ne comptais pas en parler à ma femme, que c'était entre lui et moi, que je pensais qu'il avait un problème avec les escorts vu la fréquence de ses recherches, que j'avais eu le même genre de problèmes, et que s'il voulait en parler j'étais open. Depuis, on a passé deux jours à bricoler ensemble au jardin, (j'ai acheté un poulailler en kit chez jardiland, la poule rousse se laisse caresser, normal ma femme est rousse, mais la noire refuse de se faire attraper) et il me lance des regards appuyés genre "je sais que tu sais", mais n'a pas abordé le sujet. Par contre, mon historique de navigation est d'une fraicheur éclatante et j'ai perdu 4 kgs grâce à la croix Vitafor.Merci Orroz !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-05-2011 06:05:56

Dimanche, 7 heures du matin. Je m'apprête à aller arroser le jardin, qui a soif. J'entends le réveil de mon fils (19 ans la semaine dernière) sonner dans sa chambre, j'ouvre sa porte, ouhlà, une épaisse odeur de bière digérée flotte dans l'air, une couche de 20cm de fringues ni sales ni propres recouvre tout espace disponible, sa lampe de chevet est allumée (depuis tout petit, il fait des crises d'angouasse et allume sa lampe la nuit sans s'en rendre compte) et un numéro de la revue photo spécial playboy gît au pied de son lit. La fièvre du samedi soir, ça a dû être kek'choz, hier. Je lui signale cordialement que son réveil sonne, il me lance un regard peu assuré, qui de fait me rate de 50 cm sur la gauche, marmonne une excuse, tripote les boutons de son réveil et se rendort. Je referme la porte sur ses remugles. Aaah, c'est beau d'être jeune, tiens.Si vous voulez mon avis, il est temps qu'il se trouve une petite amie, celui-là.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 11-06-2011 15:06:40

Saines relectures, à l'occasion d'un accrochage avec un membre du forum dont j'ai voulu stimuler l'esprit critique à coups de tatanes. Ca ne marche jamais, car "Le problème, c'est maintenant d'arriver à gérer l'orgueil bien réel qui résulte du sentiment de sa propre nullité, car plus une personne se trouve nulle, plus en général elle aura développé de l'orgueil par-dessus pour arriver à survivre."<p>LIEN BRISÉ
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 12-06-2011 01:06:51

Peut-être que la raison supplémentaire pour laquelle ça ne marche pas c'est qu'en donnant des tatanes tu stimules plutôt l'esprit de crainte qu'autre chose. Ca rappelle tout à fait les pères qui filent des torgnoles à leur fils, soi disant pour l'éduquer mais tu vois qu'en fait c'est juste qu'ils enragent qu'il ne soit pas comme ils voudraient. D'aileurs s'ils manifestaient tant que ça le Bien, on peut supposer que leur progéniture en serait puissamment inspirée et qu'il ne serait absolument pas question d'imposer les choses par la violence.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 12-06-2011 08:06:21

Oui, sans doute. Ce que je n'arrive absolument pas à voir, c'est la crainte que je puisse engendrer. Je me rappelle que la crainte, je la réservais à la rechute. Quand à la violence, je la relativise, puisque c'est moi qui l'inflige, et que je sais bien que les menaces ou provocations auxquelles je peux me livrer ont une incidence zéro sur le petit peuple des dépendants. Et que si quelqu'un me menaçait de quoi que ce soit ici, ça me ferait doucement rigoler. Par contre, le regard que me renvoie le membre du forum sur mes interventions, une fois dégraissé de ses invectives, a quelque chose de juste. C'est toujours ça de pris.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 15-06-2011 00:06:17

Il me semble que le problème principal est que tu n'arrives pas à percevoir les autres dans leur altérité (pardon du gros mot), et que tu les cantonnes à des excroissances récalcitrantes de ta petite personne. En conséquence de quoi tu ne perçois strictement aucune problème à t'adresser à eux sur ce mode scato violent qui revient régulièrement.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 15-06-2011 06:06:59

Damned ! me voila percé à jour. Dans le réel, je suis beaucoup plus tempéré, et la dimension humoristique (le corps, le ton de la voix) ne laissent planer aucun doute sur mes intentions pacifiques. Ici, il y a une certaine forme de plainte qui m'exaspère, oui. Les dépendants qui ne voient pas qu'ils ont des problèmes de riches qu'ils peuvent déconstruire, à condition d'appliquer la même ténacité qu'ils ont eu pour se le créer.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 16-06-2011 23:06:01

Concernant certaines personnes, je peux comprendre ton énervement. Il y a à intervalle régulier des loustics qui débarquent en semblant prendre ce forum et les autres comme le réceptacle idéal de leurs déjections mentales. Le tout avec une satisfaction et un petit ton narquois qui, je le conçois aisément, peut irriter. C'est son but d'ailleurs.   
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-06-2011 14:06:12

Ah bon ? Tout d'un coup, je me demande si tu arrives bien à percevoir les autres dans leur altérité (radicale et poétique.)
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Logray @ 17-06-2011 23:06:01

Arf ! J'ai relu les messages à la lumière de tes éclaircissements et je dois dire que tu as raison. Ca ressemble plus à de la catharsis qu'autre chose. <span style="font-size: 12px" class="Apple-style-span">Après c'est clair que c'est qq chose qui ne me convient pas, c'est comme cette manière que tu avais jusque une époque récente de systématiquement parsemer tes messages de l'évocation des diverses parties de l'anatomie ou excrétions qu'on peut trouver dans un slip. Ca entre autres choses. Pour moi c'était l'équivalent de balancer ses saletés sur les autres et  ça semblait singulièrement te réjouir. Après tu avais beau jeu de tempérer quand ça faisait partir la personne en vrille. </span><span style="font-size: 12px" class="Apple-style-span">Mais bon, ça nous fait aussi nous interroger sur nos rigidités. Je me souviens que c'est après un pétage de plomb ,quand justement tu t'étais proposé (fort amicalement toutefois) de me tirer une balle dans la nuque pour abréger mes souffrances, que je m'étais rendu compte qu'au fond ce que je rejetais chez toi c'était un certain mode d'expression spontané, là où moi j'étais obsédé par contrôler tout un tas de pulsions violentes.</span> (Pardon pour ceux qui comprennent pas tout mais la discussion s'est faite pour partie en privé).
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 19-06-2011 22:06:08

Il est possible que j'aie allumé sur le forum. J'aime bien me faire allumer, c'est une habitude prise chez la mère Flo, et il me semble que c'est souvent l'occasion d'apprendre quelque chose, au moins sur ses réactions à l'allumage. Et j'aime bien une certaine vulgarité, quand elle permet d'aller à l'essentiel. Et qu'elle va à l'encontre de tout ce que j'ai appris, bien qu'en y réfléchissant bien, il y en avait aussi une forme admise et légitime dans mon héritage. Mais je manque de contradicteurs membrés dans leur argumentation. Et il faut faire attention à ne pas se retrouver comme Jeff Bridges au début de Fisher King. De plus, n'est pas Mère Teresa qui veut, c'est de plus en plus clair, ici comme ailleurs.Sur les pulsions, le problème de contrôler quelque chose de déchaîné par nature, autant c'est important sur le plan social pour avoir la paix avec ses voisins, autant par rapport à soi ça me rappelle la figure de rhétorique qu'avait lâchée une amie AA en réunion, qui se plaignait de ne pouvoir maitriser le lâcher prise. Je canalise, je temporise, et surtout je m'investis ailleurs, là où ces pulsions ne sont pas requises ou sollicitées.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-07-2011 22:07:27

P'tain j'ai retrouvé ça dans mes archives, c'est cool.dieu" title="dieu" width="800" height="593 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-09-2011 07:09:37

Vu à la devanture de mon buraliste, un journal de fesse avec en titre la promesse d'un article de fond : "toutes les astuces pour surfer sur des sites coquins au bureau sans se faire choper".Je ne sais pas si le masque de Zorro est offert à l'intérieur, comme un vulgaire Pif Gadget. Ou le masque des Hackers Anonymous, très en vogue actuellement, inspiré de celui de Guy Fawkes dans V pour Vendetta. <p>Jusqu'à présent les journalistes sportifs étaient ce que je concevais de plus médiocre sur le plan rédactionnel, il va falloir que je rajoute des graduations négatives à mon échelle de valeurs.  Nous vivons une époque moderne et je vous souhaite le bonjour, comme disait Philippe Meyer.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-09-2011 08:09:12

En ce moment je lis "2666", un roman de Roberto Bolano qui prend pour cadre la ville mexicaine de Ciudad Juarez ( plus de 400 femmes assassinées dans des conditions atroces depuis 1994 et peu d'affaires résolues ), plus de 1200 pages en folio, curieusement écrites avec un détachement émotionnel absolu... J'ai laissé tomber les Ellroy et plus généralement les polars, je trouvais ça inutilement affreux et mal écrit, un truc pour effrayer le bourgeois à peu de frais, peu d'intérêt nutritionnel (c'est important de trouver de quoi se mettre sous la dent sur le plan spirituel dans ce qu'on lit), là je me demande si je ne me suis pas fait enfler par mon libraire sous le couvert de littérature générale et exotique.Depuis un an ou deux, je reviens à mes premières amours : avant d'être un geek, j'étais un gros animal lecteur (lol) de romans, trapus et parfois peu engageants, redécouvrant que la littérature et ses mensonges ciselés, y'a vraiment que ça de vrai, à partir du moment où tu acceptes le pacte implicite passé avec l'écrivain de rentrer dans son univers, lui pénétrant dans le tien&hellip;alors que j'ai 1500 films et séries téléchargées dans mon disque dur qui n'attendent que d'être vues d'un simple click...Je résiste à cette saloperie de "vie digitale intense" telle qu'elle est décrite dans la dernière publicité d'Orange. Dépéchons-nous de lire du papier avant qu'ils nous mettent des livres électroniques jusque dans les chiottes !En plus on peut facilement lire dans les chiottes.Alors que pour se torcher le cul avec un  e-book&hellip;Bref.Du coup je retombe sur le webdocumentaire produit par Upian sur Ciudad Juarezhttp://www.lacitedesmortes.net/ et sur le site d'Upian, j'en découvre d'autres, dont un assez réussihttp://www.thanatorama.com/et ça me fait penser que le support cd-rom est devenu obsolète avant que les plate-formes soient prêtes pour en accueillir les contenus, et finalement c'est tout fluide sur l'internénette haut débile&hellip;Autre genre, la Science Fiction va mal, rongée par une crise du lectorat, qui vieillit, passe à autre chose, meurt&hellip; et les éditeurs passent à la fantasy ou à la bit-lit, qui n'est pas ce que vous pensez et qui se vend mieux que Philip K. Dick (dont tout pornographe repenti devrait avoir lu Le Dieu Venu du Centaure, au minimum.)Je lisais beaucoup de SF quand j'étais petit.Sur le forum du cafard cosmique, des auteurs reconnus et des lecteurs tenaces échangent des propos acidulés et décalés dont cet échange à propos des excès de la vie digitale : "Le fait qu'il y ai de bons acteurs pourrait encore à la rigueur donner envie d'aller voir le film afin qu'ils soient rémunérés en conséquence, et que cela leur donne la motivation de continuer, mais l'écart entre leurs bénefs et ceux des grands pontes est tellement terrifiant que je préfère garder mon fric. Toutefois ce n'est pas pour ça qu'il ne faut pas aller le voir, j'ai toujours bien aimé les Harry Potter....Téléchargés.- Je ne comprends pas... Tu ne veux pas payer pour les films Harry Potter, mais tu les aimes bien? Genre tu vas aux putes, tu t'amuses bien, et au moment de payer tu t'enfuis en sautillant, le pantalons sur les chevilles, parce que les macs c'est vraiment des connards ? je suis choqué."L'esprit souffle où il veut et l'intelligence est toujours un régal pour l'intelligence, où qu'elle se manifeste. C'est comme si la conscience se reconnaissait elle-même et se saluait.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
libredesoimeme @ 06-09-2011 13:09:36

Toujours un plaisir de lire ta prose, Monsieur Warsen, que ce soit pour parler de notre problème ou plus généralement littérature. Je ne connaissais pas la Bit-Lit, ce qui n'a rien d'étonnant au regard de ce que je viens d'en apprendre. Mes lectures ont toujours été trop sérieuses, et mes lectures actuelles sont un peu mono-sujet : Mieux se comprendre. Heureusement, il reste quelques auteurs dont je me délecte toujours !!!J'ai arrêté de télécharger le jour ou je me suis aperçu que je ne regardais même pas les films que je téléchargeais...Je privilégie maintenant de façon consciente cette salle noire où flotte un parfum indescriptible, que l'on appelle cinéma.
===============================================================================================================================================
Petit conte de Noel dont on se serait bien passés
John Warsen @ 08-01-2012 07:01:15

Salut les filles.(lol)Des news de moi-même, avec ces rogatons de romantisme échevelé qui font mon style (mais le style ne fait pas tout.) Opéré cette semaine sous anesthésie générale, me voilà débarrassé de 3 dents et d'un kyste dans l'os de la mâchoire pour alléger ma traversée de 2012, l'année de la Tarlouze.Lointaines conséquences d'un accident de voiture en 1983 dont tous mes fans se souviennent avec émotion.Our sins cast long shadows, disent les Anglais.Our karma got big bollocks, ajoutent les tibétains.Je n'étais même pas sinner à l'époque, sinon par inadvertance, Poil à la repentance.Petite baisse de régime en fin d'année 2011 : tous les détails en pages intérieures.A force de trop bosser, d'être flippé, perfectionniste, de me dire que j'étais largué techniquement (mon associé a le tort d'être très brillant et beaucoup plus jeune que moi) et de me prendre pour un minable (mon péché pas mignon du tout)  j'ai fait une petite dépression, parce que j'avais pas le temps d'en faire une grosse, qui s'est finie par une quasi - tentative de suicide, une hospitalisation en psychiatrie, puis anxiolytiques, antidépresseurs et somnifères, comme dans une vieille chanson de Thiéfaine (sans la bière ni le mezcal, mais j'ai trouvé un vieux mexicain aux Alcooliques nanonimes qui jouerait bien mon nouveau père spirituel dans le biopic qui ne manquera pas de m'être consacré un jour où les scénaristes hollywoodiens seront en manque d'inspiration), bref une totale.C'était il y a un plus d'un mois et demi.Depuis, j'ai relu quelques notes manuscrites de ces dernières années. Comment ai-je pu oublier cette prière auto-concoctée comme une ordonnance : "mon Dieu, préservez-moi de me prendre pour un minable ?" que j'y ai trouvée à plusieurs reprises ?Aujourd'hui ça va mieux, et je m'aperçois que j'ai le droit d'être petit sans être minable.Comme j'ai fait ma crise des 50 ans avec un an d'avance, c'est cool je vais pouvoir passer à autre chose.Bref, après une semaine d'hospitalisation au CHU avec des dépressifs profonds auprès desquels je ne suis qu'un aimable plaisantin bricoleur de l'auto-apitoiement, avec le suivi très distancié qu'offre la psychiatrie publique dont j'ignorais tout, j'ai passé une sale semaine à la maison, même pas en état d'amener mes gosses au lycée, complètement ensuqué par les médicaments, à passer des heures à pleurer dans mon lit, déchiré par des vagues d'angoisse, de culpabilité, à me dire que je ne pourrais plus jamais retravailler ou fonctionner normalement, à essayer de faire de la respiration apaisante qui n'apaisait rien du tout et surtout pas la douleur de me prendre pour un tas de merde sanguinolente, un de ces matins épouvantablement crépusculaires donc s'est imposé cette question à mon esprit dans sa désarmante simplicité : - Tu es par terre. Est-ce que tu es mieux par terre, ou est-ce que tu as envie de te relever ?A partir de là, je me suis entendu répondre que j'avais envie de me relever, et j'ai commencé à poser des actes dans ce sens.Parce qu'il ne faut jamais perdre de vue ses objectifs. Quinze jours avant (ah oui parce que c'est un récit éclaté pour répondre aux canons de la narration en vogue actuellement qui correspondent grosso modo aux impératifs de cerveaux habitués à zapper de page en page sur internet) je m'étais quand même  précipité chez mon généraliste, parce que ça faisait 15 jours que je ne dormais plus du tout, et que je regardais la hauteur des immeubles en calculant mes chances de me rater, mais il était déjà tard. Je lui ai décrit mes humeurs et mon parcours avec tant de précision qu'elle m'a prescrit des anxiolytiques et antideps, mais le dimanche suivant je suis allé au bord de la falaise parce que ne ne voyais plus comment m'en sortir (je m'étais mis dans des situations que je pensais indémerdables au boulot, et ça m'avait décidé à en finir... bonjour la lucidité !)J'étais terrorisé par ma propre peur, et attiré par le vide et la promesse illusoire d'un repos que je souhaitais éternel.Résurgence souterraine de la rengaine nihiliste "tout est vain" énoncée sous acide avant Jesus-Christ.Finalement, au bout du compte et au bout du quai je n'ai pas sauté, en me disant que j'avais quand même une femme et des gosses épatants et que je serais damné de leur faire un tel chagrin, et le lendemain je suis allé voir le psychiatre qui me suivait pour ou plutôt contre la porno-addiction entre 2002 et 2006, qui voyant mon état a cru bon de me proposer un séjour en hôpital de semaine, du lundi au vendredi, en psychiatrie légère. C'était assez dur, surtout pour mon orgueil, mais ça m'a fait du bien.45 jours plus tard, je ne prends plus d'anxio, ni de somnifères, les antideps j'en ai pour 6 mois (c'est un traitement de fond) et j'ai un suivi avec un psychiatre plutôt freudien, mais sympa quand même. Et grâce à l'élixir fumigène du bon docteur Cannabinol (cf photo, en fait ça n'est plus vraiment mon truc...) j'ai rajeuni de 20 ans et j'ai retrouvé mon équilibre, il est 5h30 et je monte un gros film institutionnel' à la maison pour avant-hier sans faute, bref c'est la patate ! Je me demande si j'entreprends quelque chose avec un thérapeute gestalt, et dans cette attente j'ai repris à bosser et j'ai fait de gros progrès dans le lâcher prise de mon autominabilité et de mon autoapitoiement. Finalement, ça m'aura bien vidé les ballasts, cet arrêt dans la poussière.C'est cela qui nous empêche de commettre l'irréparable, ce désir qui est la Vie même en nous, et qui s'insurge contre notre capacité à nous nuire, cette appétence à la liberté qui contrecarre nos plans méthodiques ou désordonnés d'autodestruction, cette aspiration à la fluidité, à la légèreté, même prostré alors qu'on vient de tenter de se trancher les veines psychiques avec un tesson de bouteille d'amertume et de dépit, ou de se chier dans les bottes ou de foutre en l'air 5 mois ou 5 ans d'abstinence.Et je viens de passer la semaine à Paris pour apprécier mon bonheur d'être nantais, avec ma compagne et ma fille, je me suis attaché à combler leurs désirs les plus secrets pour leur faire oublier le mauvais quart d'heure que je leur avais fait passer le mois précédent. C'était pas bien compliqué : leurs désirs les plus secrets consistaient essentiellement à claquer tout notre pognon dans des boutiques de fringues du quartier Montparnasse et à faire la queue devant le centre Beaubourg pour y contempler brièvement des oeuvres d'artistes bourgeois décadents.Je me suis aussi rendu compte que claquer 153 euros de comics en vo en 10 minutes dans une librairie spécialisée de  Saint Michel avait des effets positifs et durables sur la dépression.Tout Finit Donc Par Rentrer dans l'Ordre et le Happy End n'Est Pas du Tout Tiré par les Cheveux, la France Respire !Des bises, les filles. Dieu vous garde. J'ai du plutonium sur le feu, si je ne le touille pas il va attacher.https://s.gks.gs/img/img/01-2012/mystiqu_de_chiotte.jpg
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
diabolovert @ 08-01-2012 15:01:25

Salut John,Je viens de lire rapidement ton texte :la première impression que j'en ai est la suivante : cette auto-destruction ne nous lâchera-t'elle donc jamais la grappe ?Sommes-nous condamnés à (re)vivre de temps à autres des épisodes aussi douloureux que tu le décris ici ?Comment garder le courage, la force et l'espoir...sans véritablement craquer pour de bon un de ces 4 !?Oui, avec des actes qui prennent sens en nous, 24h à la fois...Par moments, tout cela me semble que blabla...en même temps, c'est un déprimé qui te cause...Bon vent
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nuage @ 08-01-2012 17:01:16

Toujours aussi décapant John  <img src="../../../uploads/smil3dbd4d6422f04.gif" alt="Content../../../p><p> 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nuage @ 08-01-2012 17:01:16

Toujours aussi décapant John  <img src="../../../uploads/smil3dbd4d6422f04.gif" alt="Content../../../p><p> 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 08-01-2012 22:01:49

Le problème, diabolo, ce n'est pas la dépression, c'est de saisir cette expérience et d'en faire sa nourriture par le biais du mental. Peu de chances d'en sortir tout seul, mais il n'est pas interdit de demander de l'aide. J'ai la chance d'être entouré de gens positifs, et de pouvoir relativiser mes coups de mou. <p>Ca m'a fait du bien d'aller très mal, parce que j'ai dû aller chercher des solutions innovantes. Je ne sais pas si le carrosse va se retransformer en citrouille quand j'arrêterai les antidépresseurs, mais je ne crois pas, parce que je n'ai aucune envie de retraverser ça, et que ça m'a ouvert les yeux sur pas mal de trucs à traîner ici et là, que je vais rêgler de ce pas, un jour à la fois.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
diabolovert @ 09-01-2012 17:01:31

 Le problème, diabolo, ce n'est pas la dépression, c'est de saisir cette expérience et d'en faire sa nourriture par le biais du mentalj'comprends pas bien....comment se nourrir de pensées et/ou de jugements qui tendent vers l'auto-destruction...qui me flinguent sur le plan de l'estime et de la confiance en soi ????Accepter d'être faible et vulnérable...non seulement par rapport à la dépendance mais aussi au regard de son mal-être, sans se juger au lieu de se débattre avec sa propre volonté qui de toute façon ménera à la rechute...c'est peut-être une piste que tu sous-entendsSe faire aider : cela semble salvateur (je vois 2 psy, je fréquente 1 mini groupe DASA -sommes 2 à 3 par réunion-)...mais je reste encore un anoréxique social (là, il est souhaitable que je me bouge)Assez ruminé : vais essayer de vivre ma vie, dans l'instant, parce qu'elle est à moi et que si je veux l'apprécier, faudrait aussi que je prenne un peu soin de moi, jour après jour, sachant les fragilités qui me caractérisent
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-01-2012 22:01:58

Une amie écrivait ""Il y a deux façons d'exister : être une star, ou une victime. Les deux à la fois c'est encore mieux. Donc si tu vis avec un mec addict, ça fait vraiment de toi une super victime, et si en plus t'es capable de le supporter, alors en plus t'es une star. Il y a aussi des gens qui se font des cancers pour ça, pour avoir le plaisir de montrer à tous que leur situation est vraiment terrible, et qu'en plus, ils survivent. (&hellip;) Quand elles (les codépendantes) en auront marre de souffrir, elles ouvriront les yeux, mais pas avant. Il y a bien trop d'avantages." Je l'ai aussi pris pour moi, et je me le suis mis là, à l'époque c'était pour allumer personne, ni les co- ni les deps, je trouve qu'on peut l'essayer sur soi avant de s'étouffer d'une vertueuse indignation, en tout cas moi ça m'a bien parlé et j'en ai été très content. <p>Aprés, si t'es un anorexique social, c'est sûr que c'est pas ici que tu vas reprendre du poids.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Hatt @ 09-01-2012 23:01:43

Je suis d'accord, peut être que ce qu'on découvre c'est qu'on a une part de responsabilité dans nos ruminations. Mais je me souviens avoir eu beaucoup de ruminations, et si quelqu'un était venu me dire ça à ce moment là ça se serait peut être fini avec un coup de boule, parce que c'était vraiment quelque chose de puissant que je ressentais, et j'aurais eu l'impression qu'on me prenait pour un ado qui fait sa crise et qu'on minimisait ma souffrance. Parce que je savais bien que j'étais attiré par les ruminations, mais le fait de le savoir ne m'aidait en rien. Et je pensais que c'était parce que cette force était trop forte, que les autres qui me donnaient des conseils n'avaient jamais connu ça et faisaient de leurs "petites déprimes" un cas général. Mais ça n'est pas le tout de savoir qu'on est attiré par les ruminations, il faut aussi le réaliser, sentir en quoi c'est vrai, "où" c'est vrai, arriver à le vivre comme une certitude etc... et je pense que de sortir, au moins pour un petit moment, de la déprime (par exemple avec des médocs) doit pouvoir aider à voir plus clair dans les problèmes et aider à réaliser ce qu'on sait peut être déjà mais qu'on n'arrive pas vraiment à voir quand on est secoué par les ruminations. Mais peut être que je débloque, quand une idée est trop abstraite c'est jamais bon signe. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 10-01-2012 05:01:23

Bien sûr, Hatt : si je n'étais pas actuellement sous antidépresseurs, je n'aurais pu prendre cette distance (un peu affectueuse quand même) avec mes dysfonctionnements les plus criants (et quand on crie, surtout de dépit, on est aliéné par sa propre souffrance.Les dépendants sont flippés, auto-dépréciatifs dépressifs...- le mieux est sans doute de leur faire comprendre que c'est une traversée du désert, que quand on est dans un sentiment, on croit que la situation que l'on vit est "éternelle" - ce qui est particulièrement désagréable lorsque ces sentiments sont négatifs. Mais que finalement, ça change et on arrive à une oasis. On a vécu une saison en l'enfer, mais une fois sorti de là, ça a enrichi le point de vue.<p>A ce titre, pour aujourd'hui les médocs sont de bénies béquilles, qui évitent de continuer à ramper par terre. N'empêche que : une vigoureuse introspection m'a permis de réaliser pour moi la vérité de ce qui se disait là, dans cette complaisance subie du malêtre. Après, tu choisis tes outils : pour moi ça a été abstinence + psy + changement de mode de vie. J'avais la chance de n'être pas seul, d'avoir un boulot, une famille, des amis à qui je pouvais en parler...Ca ne sert à rien d'essayer de décrire la couleur bleue à des aveugles de naissance, c'est vain et cruel. Accepter sa faiblesse, ce n'est que la première étape.Comme je le disais il y a 6 ans en ouvrant mon blog, à partir du moment où j'ai compris l'enchainement des causes et des effets, (et le désir s'accroit quand l'effet se recule, disait Corneille je crois) j'ai perdu la liberté de surfer sur les sites de cul. Mais j'ai gagné celle de ne pas y perdre ma vie, mon estime, ma compagne et mes roubignolles...Que j'aie parfois momentanément perdu de vue ce fondamental en dit long sur mes limitations (plutôt que de repartir dans un trip &ldquo;trahison, mensonges & goût immodéré du drame&rdquo;)... mais quoi faire du passé, sinon le reconnaitre pour ce qu'il est et aller de l'avant ? un jour de post-rechute, une amie bouddhiste me disait : "Prenons une analogie. Je me suis fixée tant de pratique par jour. Il y a des jours, rares, mais existants, où je n'y arrive pas. Je pourrais me dire &ldquo;bah c'est trop dur, fais ce que tu peux&rdquo;. Non, le lendemain, je m'y remets comme s'il n'était rien arrivé. Comme s'il n'y avait jamais eu d'accroc. Cela préserve le sentiment de continuité d'une pratique sans accroc. Ce qui n'est finalement pas un mensonge, car rétrospectivement, un accroc par-ci par-là n'a rien changé. Tout est question de l'interprétation que nous en faisons. Si nous lui accordons la moindre importance, il a des chances de se reproduire. Etrangement, le déni dans ce cas est une bonne chose. C'est le déni de sa faiblesse, qui débouche sur une force qu'on s'ignore. Parce que si je me dis &ldquo;je suis faible, je vais faire ce que je peux&rdquo;, je ne vais plus rien faire. J'entretiens donc l'illusion de ma force afin de lui permettre d'exister, et ça marche. Et à la fin de l'année, je vois qu'il y a très peu de jours de rechute. Mais il faut que ça soit clair. Dans l'idée, AUCUN n'est permis. Si ça arrive, on oublie et on continue comme avant : AUCUN n'est permis." j'ai mis le temps, mais aujourd'hui je vois tout à fait ce qu'elle voulait dire. Comme disait Coluche, Si un jour tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu étais le spermatozoïde le plus rapide de tous.
===============================================================================================================================================
Droit d'inventaire
John Warsen @ 12-01-2012 00:01:25

Y'a un copain à qui j'ai envoyé le récit circonstancié et apocalyptique de "MA" dépression qui me répond :Et sinon, à part ça, ça va?Mais il a raison, évidemment.L'essentiel est ailleurs.Ou alors je lui réponds un truc du genre :Non.Bien sûr que non, ça ne va pas.Et là je recentre dans mon petit mythe perse de mythe, à l'âge où l'on commence à décompter toutes les choses qu'on n'a pas faites, et qu'on ne fera probablement jamais :- coucher avec une noire- (progresser dans l'intention de) pratiquer le bouddhisme- être chef de rayon végétal au Gamm Vert de Pornic (justement, je suis en train de monter leur film)- demander à Louis-Jacques de ses nouvelles plutôt que l'abasourdir avec les miennes, dont on se demande toujours si c'est de l'art ou du cochon...-jouer de la guitare correctement- renoncer à la jeunesse...Henri Michaux disait que l'enfance, c'est le temps des premières fois : plus ça va, moins on fait de choses pour la première fois. Ce n'est qu'à moitié vrai (bien que j'aime beaucoup ce qu'il écrit par ailleurs)Car je peux tout aussi bien commencer à compter les choses que j'ai faites très récemment pour la première fois :-m'épiler les sourcils pour enlever ceux qui blanchissent-nourrir les poules au toutaliment (elles n'aiment que le maïs et laissent les granulés de côté, mais quand j'oublie de les nourrir pendant 2 jours du fait de mes allées et venues tardives, elles n'en laissent pas un atome&hellip; à méditer)-faire 1000 km en conduite accompagnée avec mon fils-être invisible aux yeux des jolies femmes dans le bus (un des nombreux super-pouvoirs qui m'ont été offerts avec l'âge)...-Lire un livre sans lunettes (quand il y a assez de soleil)-Avoir des rapports sexuels satisfaisants pour chacune des parties en présence-Lire une bande dessinée de Super-Héros dans la langue de Shakespeare et la trouver chouette-Réussir des galettes au sarrasin-Regarder un documentaire sur les lobbys pharmaceutiques (proposé hier soir par Hugo) et le trouver pertinent et bien fichu-Remercier les antidépresseurs pour leur efficacité-Aller passer 8 jours à Paris et trouver ça agréable de faire la queue à Beaubourg pour voir une expo moche sur Munch-Entamer 8 fois d'affilée un bouquin de SF et n'y plus rien comprendre-Dérusher deux heures d'interviews de cadres d'une coopérative agricole et y prendre un certain plaisir...Toi aussi, tu peux créer ta propre liste ! Tu y découvriras des trucs surprenants sur toi-même !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-01-2012 00:01:58

Essaye les galettes au sarrasin, tu te feras moins de noeuds dans les chakras.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Hatt @ 13-01-2012 02:01:49

Je suis entièrement d'accord avec cette idée que les émotions se donnent l'air d'être éternelles. Et je pense que si elles avaient pas l'air éternelles on les ressentirait pas vraiment. Un plaisir qui dit qu'il est éphémère c'est déjà un peu chiant. Et sinon je trouve ça vachement moche cette histoire premières fois, cette histoire de compter le nombre de choses qu'on a fait dans sa vie. Le plaisir ne vient jamais du passé je crois. Personne ne se dit jamais "ah putain, qu'est ce que je suis heureux aujourd'hui d'avoir fait ça hier !". Je dis bien personne ne SE dit. Parce qu'évidemment beaucoup de gens adorent dire ça autour d'eux. Et justement c'est à ça qu'on reconnaît les gens qui sont victimes comme nous de cette angoisse de rater sa vie. Et ça n'arrive pas qu'à 50 ans, ça commence déjà très fort à 20 ans chez beaucoup de gens.Vous noterez à quel point il est amusant de voir que nos accomplissements ont toujours l'air totalement merdiques quand ils sont comparés à ceux des autres. Comme si tous nos rêves étaient magiques et qu'il suffisait qu'on les touche pour qu'ils deviennent merdiques. Et on se dit que, mince, les accomplissements des autres sont si bien alors pourquoi les nôtres sont si pourris ? Alors on essaye de faire de nos accomplissements des accomplissements "d'autres". C'est à dire qu'on va voir un type qui est comme nous, qui aime les accomplissements, et on lui explique à quel point on est satisfait d'avoir la classe d'avoir accompli un truc en particulier (au fond merdique pour nous) il y a 10 ans. On regarde l'horizon et on prend un air rêveur et on dit au type que, ah putain, on est quand même bien satisfait, et du coin de l'oeil on attend sa réaction. Il a l'air dégouté ? C'est gagné ! Notre accomplissement est donc jugé génial par un autre. Mais au final on ne croit pas à notre mensonge. On croit toujours que tout est pourri au dedans, et on se demande encore pourquoi et on se sent tout seul et on se demande quel est notre problème. Mais la réponse est toute simple. Un accomplissement passé ça n'est pas censé apporter du plaisir dans le présent. JAMAIS. C'est juste normal. Un accomplissement dans le passé c'est zéro plaisir dans le présent. Ca n'existe pas. Aucun cerveau ne s'amuse à libérer de la dopamine quand le lobe de l'accomplissement lui envoi un signal. Et ça me fait toujours bizarre de voir des gens que je connais prendre cet air fier, ce regard vers l'horizon, et me montrer de façon la plus théâtrale possible à quel point leur satisfaction est grande. "Non mais tu te rends compte ? J'ai fait ça mec !!" Genre eux même n'arrivent pas à y croire. (et en effet, ils n'y croient pas). Et c'est dingue de voir l'énergie qu'ils mettent pour jouer leur rôle de mec satisfait. Et ces gens là traînent souvent avec des gens comme eux. Ils se mettent en groupe de gens satisfaits, et ils essayent de soigner leur détresse en détressifiant encore plus les autres. Et au fond ils sont tous tout seuls. Dans les écoles d'ingénieur, par exemple, on vous apprend beaucoup à être comme ça (les gens sont au taquet, là dedans). En fait c'est comme si les mecs se frottaient l'avant bras gauche en disant partout à quel point ça leur donne un plaisir sexuel intense. Et nous on se touche l'avant bras et on sent rien. Alors on croit qu'on est pas normal. Que notre vie est merdique. Qu'on va mourir. Mais c'est normal, y'a rien dans l'avant bras. C'est normal de ne pas ressentir ce plaisir, c'est simplement un plaisir qui n'existe pas. C'est un mythe. Alors évidemment on a l'impression de rater quelque chose. Le plaisir de l'avant bras on l'aura jamais, c'est horrible. Mais je suis désolé mais c'est horrible pour tout le monde. On n'aura jamais non plus l'orgasme de l'orteil droit. Jamais. Personne sur Terre ne connaîtra jamais ça. Songez à quel point on est tous en train de rater notre vie. Saloperie d'orteil. En même temps je dis ça, mais il m'arrive quand même de la ressentir cette détresse à la con. Donc là je fais semblant de ne pas souffrir de cette détresse pourrie, d'avoir tout compris, juste en espérant être jalousé. Mais moi je suis con pareil, évidemment.  
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-01-2012 08:01:12

Disse:
Hatt a écrit:En même temps je dis ça, mais il m'arrive quand même de la ressentir cette détresse à la con. Donc là je fais semblant de ne pas souffrir de cette détresse pourrie, d'avoir tout compris, juste en espérant être jalousé. Mais moi je suis con pareil, évidemment.
N'avoue jamais ta connerie ! Monte une secte, en prétendant partager avec les autres les secrets de l'orgasme de l'orteil ! Je suis prêt à devenir trésorier !On se fera plein de tunes, et des gonzesses à la pelle ! Il faut vivre dans le vrai, c'est à dire ne pas faire semblant de savoir ce que vous ne savez pas vraiment, ni faire semblant d'ignorer ce que vous savez parfaitement. Si vous n'êtes pas fidèle à ces deux exigences, votre vie est un mensonge et le contenu prétendument vrai de vos idées n'est qu'une partie de la farce totale - cette part de vérité dont le mensonge a besoin pour paraître plus vraisemblable. Donc Dieu ne peut plus vous croire. <font size="3">Une autre petite citation fera l'affaire pour aller dans ton sens, empruntée sur le vieux blog de Izno :"C'est très simple d'ouvrir le c&oelig;ur, pas besoin du kamasutra. Il suffit de regarder l'autre comme une fin en soi, et non comme un moyen (pour reprendre l'expression de Kant). De le voir comme un individu, comme une totalité, au lieu de le voir comme le moyen d'obtenir quelque chose pour soi (de la reconnaissance, des sous, du plaisir&hellip;). C'est d'ailleurs pour cette raison que les nanas sont frustrées. Elle sont là comme des huîtres et c'est les mecs qui doivent les ouvrir. Dès ce moment, le mec est considéré comme un moyen (le couteau qui va ouvrir l'huître), donc ça ne risque pas de marcher. D'où la frustration. On a juste pété le bord de la coquille, mais l'huître est toujours fermée. Si l'huître pouvait voir qu'elle a en face d'elle un individu, un vrai, ça irait beaucoup mieux. Et vice-versa. Si les mecs arrêtaient de voir les nanas comme des poubelles où déverser leur frustration, ça irait mieux aussi.Les centres énergétiques s'ouvriraient naturellement si on arrêtait de les fermer et de les verrouiller comme les coffres-forts de la Banque de France. Bon. Quant au post de ** qui accuse ses parents d'en avoir fait un anormal, on atteint là le comble du ridicule, mais comme le dit ***, quand on est pris dans l'émotionnel, on fait des bouffées délirantes. ** est atteint du même mal que **** qui croyait le mois dernier que tout le monde sur terre était heureux sauf lui. On ne peut croire ça que si on n'a jamais regardé personne. Si on regarde bien, on voit bien que tout le jeu social consiste à faire croire à l'autre qu'on est plus heureux que lui, et qu'en réalité tout le monde est très malheureux. Et pourquoi ne peut-on voir cela ? Parce qu'on ne peut regarder à la fois le monde et son nombril. Sans compter que le fait d'être l'unique anormal au monde, ou encore l'homme le plus malheureux de la terre, fait vraiment de nous quelqu'un d'exceptionnel." <span style="text-decoration: underline"> </span>Ceci dit, Sid a aussi raison d'attirer ton attention sur le positif en toi plutôt que de focaliser sur le négatif. Il s'en branle, le négatif, que tu le mates et que tu râles devant, ça l'arrange, même. Ca lui fait de la pub gratuite.<b../../../font>Penses-y.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Hatt @ 14-01-2012 01:01:57

Bah, je sais pas, moi même mes meilleurs souvenirs ne m'apportent rien, mais c'est vrai que je suis encore jeune et il y a peut être des trucs que je verrais plus tard. Mais j'ai toujours vu la crise de la cinquantaine non pas comme un problème de manque de vécu, mais comme une mauvaise vision des choses. Mais je peux me tromper, c'est peut être plus compliqué que ça. Mais collectionner les accomplissements en prévision du futur n'est pas vraiment une bonne chose non plus. On se retrouve dans notre vie un peu comme un touriste japonais (j'utilise le cliché parce qu'il est là, mais moi j'ai rien contre les touristes japonais) qui collectionne les photos pour marquer le coup mais voit tout au travers de son objectif. A la fin, il a un album bien rempli, plein de preuves, mais quelque part il a raté son voyage.Et même si on a eu une vie triste, je sais pas si on doit le regretter. On a appris ce qu'on a appris parce qu'on a traversé ce qu'on a traversé. Et donc regretter ce qu'on a vécu c'est surtout vouloir être quelqu'un d'autre. Ca c'est bien aussi, je vais le garder sous le coude pour la secte de l'orteil (à nous les meufs !). Sur www.01psy.com ils disent que le syndrome de peter pan peut nous amener à regretter notre vie sur le tard. Je suis pas sûr de comprendre pourquoi, mais c'est peut être parce que dans les dépendances on veut arrêter le temps, on ne veut pas ajouter du positif mais enlever du négatif. On veut retourner dans l'utérus de maman, là où personne nous fait chier et où le cordon ombilical s'occupe de nous mettre à l'abri du manque. On fuis et on enlève plutôt que de chercher et d'ajouter (en sagesse et en bonheur je veux dire). Et après on ouvre les yeux et on se rend compte non sans surprise que l'horloge continuait de tourner même quand on avait les yeux fermés. Et je suis encore en train de lire mon bouquin sur le bouddhisme et les dépendances, et ils disent la même chose que vous. Selon eux il faut voir le positif dans la dépendance, dans ce qu'elle nous apprend. Que la paix, le bonheur et l'altruisme en général (mais que fait raël) qu'on découvre après moultes efforts en sortant de la dépendance sont des choses que beaucoup de gens (même non dépendants) ne connaîtront peut être jamais (mais interdiction d'aller frimer chez eux). Grâce à la dépendance il y a des valeurs qu'on est obligés de développer. Et c'est vrai qu'il faut que je me calme un peu avec les histoires de tuyaux, d'orteils et d'avant bras. Mais je pense que c'est à force de vivre reclus dans l'abstrait, je cherche à rendre matériel tout ce à quoi je pense et c'est pour ça que j'écris des romans à rallonge en réexpliquant 15 fois la même chose. C'est parce que j'espère qu'à la fin de la 15 ème fois, mon idée deviendra matérielle et je pourrais enfin marcher sur du concret. Je sais ce que tu vas dire sid : que c'est de la connerie. Et évidemment quand tu vas dire ça t'auras raison. Et c'est pour ça que je vais sortir dehors toucher des vrais trucs concrets avec mes vraies mains. Maintenant.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 18-01-2012 02:01:48

Disse:
Hatt a écrit: il faut voir le positif dans la dépendance, dans ce qu'elle nous apprend. Que la paix, le bonheur et l'altruisme en général (mais que fait raël) qu'on découvre après moultes efforts en sortant de la dépendance sont des choses que beaucoup de gens (même non dépendants) ne connaîtront peut être jamais (mais interdiction d'aller frimer chez eux). Grâce à la dépendance il y a des valeurs qu'on est obligés de développer.
Oui, c'est ce qu'on entend beaucoup dans les réunions de 12 étapes. Le pouvoir pédagogique de la souffrance, qui fait qu'on ne peut pas revenir en arrière (ce qui n'empêche pas certains d'essayer quand même, pour voir) parce que les effets cumulatifs de la douleur finissent par dissuader certaines expériences répétitives et nous incitent vivement à préférer évoluer consciemment et volontairement, après 'avoir compulsé dans la terreurdu changement.<p>Lundi soir en réunion AA un ami a fait un beau partage là-dessus, il disait qu'il méditait souvent sur la bienveillance, qui était une qualité qui lui semblait très désirable, après lui avoir fait longtemps défaut.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 27-01-2012 07:01:23

C'est reparti, je veux dire c'est revenu, enfin bref ça bouge encore.<p>http://jesuisunetombe.blogspot.com/
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 31-01-2012 13:01:18

&ldquo;I've always believed, Josef, that we are more in love with desire than with the desired!&rdquo; (Irvin D. Yalom, from When Nietzsche Wept)... ah oui, je suis assez d'accord avec Irvin, et moi quand j'étais petit j'ai toujours pensé que les journaux de fesse, c'était pour s'essuyer le derrière, mais je ne sais si cette pensée passera à la postérité postérieure.Et qu'il est long, le chemin pour retrouver cette innocence "Perdue-Vendue" aux marchands de Q...Mais la maturité, c'est bien aussi : après avoir tout essayé, dans mes cabinets je n'utilise plus que Lotus, le Velours de l'Anus.Bon appétit, surtout si vous êtes à table pendant ce message de notre sponsor.  Je poste ça là parce que sur mon blog, ça ferait désordre, et puis il faut apprendre à ne venir ici qu'en cas de besoin pressant. viewtopic.php?topic_id=2841&viewmode=flat&order=ASC&type=&mode=0&start=150
===============================================================================================================================================
Ca s'arrange ou pas ?
John Warsen @ 05-02-2012 09:02:00

C'est dimanche, je vais fêter ça à l'annexe !http://johnwarsen.blogspot.com 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-02-2012 13:02:01

oooh punaise j'ai trouvé un nouvel exutoire <p>http://johnwarsen.tumblr.com/et je ne m'en lasse pas. <p>Enfin heureusement que parallèlement, j'ai une vie sociale riche et variée, sinon je finirais par me suspecter d'être un peu Guik sur les bords...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
corvus @ 24-02-2012 03:02:56

le comment...c'est le contrôle...le refoulement d'un acte négatif en le remplacant par des actes naturellement plaisant et utile (la base des dogmes stoicien et épicurien...dans leur sens grec et antique du sens....)Salutbonne chance...moi ca marche.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-02-2012 23:02:13

pas de refoulement : l'acte négatif, tu le conçois, tu le vois arriver de loin, tu l'acceptes comme venant de toi ou de ton rapport maladif avec ton passé, mais tu un en vois un autre qui arrive de ton futur et qui aura des conséquences plus heureuses, alors le choix est vite fait. Et tu passes à l'acte, évidemment. Parce que si tu restes tes bras dans tes manches...<p>Faut pas rester la victime consentante d'une prise d'otages de tes gonades, non plus.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 24-02-2012 23:02:09

john bouge encore ! Enfin une bonne nouvelle http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil3dbd4d6422f04.gif"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 26-02-2012 01:02:04

c'est vrai que quand je ne bougerai plus, j'aurai du mal à vous tenir informés.Faudra surveiller la rigidité cadavérique de mon blog sépulcral...Nan, pas çui-là, l'autre.<p>Et toi, tu bouges encore ?
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nimes @ 02-03-2012 16:03:17

moi quand je refoule un sentiment negatif en le remplacant par un acte naturellement plaisant (la mb) et ben aprés je deprime.Il est vrai que pendant l'acte naturellement plaisant mon sentiment negatif je m'en branle mais aprés il revient encore plus fort accompagné de mon fidel  compagnon sentimental : "mais qu'est ce que tu es con "
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-03-2012 20:03:02

J'ai vu qu'il manquait des mots dans mon post du 24/2 alors je l'ai réédité rien que pour toi, nimes.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nimes @ 04-03-2012 00:03:16

merci John.Quel branleur je suis 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 07-03-2012 21:03:44

LolQuel branleur je fus... 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 18-05-2012 10:05:09

En ouikende à la mer, je tombe sur "les sex-addicts" sur le présentoir de la librairie du coin.Peut-etre un complément d'info, et des pistes de soin, j'ai trouvé ce lien qui présente l'ouvragehttp://www.ladependancesexuelle.fr/le livre, que je n'ai pas lu, est préfacé par Marc Valleur, gage de sérieux (il est référent dans le domaine des addictions, notamment sexuelles)a+ les gars et les filles 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
diabolovert @ 18-05-2012 10:05:36

Salut J.W.,merci pour l'info.Il me semble que c'est le bouquin auquel fait allusion Déclick dans son dernier postJ'irai faire un tour à la librairie histoire d'y jeter un oeil (surtout voir si ce n'est pas une copie + ou - conforme du livre d'orroz...car au bout d'un moment les témoignages, c'est bien, mais bon, cela ne fait plus trop avancer le schmilblick)Ciao
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Stef @ 18-05-2012 13:05:10

Merci pour la référence. Et si quelqu'un ici (diabolovert ou un autre...) se sent à l'occasion de nous donner son avis sur ce livre cela m'intéresserait vraiment!Et je ne pense pas que je serais le seul! Je n'ai pas le livre d'orroz personnellement donc je ne vais pas pouvoir comparer les deux livres. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 21-05-2012 18:05:26

Pour Orroz, il en dit quasiment plus sur son site et sur son forum que dans son bouquin.Ca, c'est fait.Pour le livre dont auquel j'ai causé, je pense qu'on peut s'attendre à un panorama de l'addiction sexuelle sous toutes ses formes, assorti de quelques conseils pour commencer à se rétablir... extrait de son site :"N'oubliez pas que vaincre une addiction est une des choses les plus difficiles que l'homme ait à réaliser. Cela demande énormément d'énergie, de volonté, et ... d'aide. Ne restez pas seul(e) avec. L'intérêt, dans les addictions, c'est qu'on y cherche coûte que coûte une sortie de secours alors qu'on s'y enferme plutôt à double tour! Lorsqu'on développe une addiction, c'est qu'on ne souhaite pas ressentir certaines émotions, parce qu'elles sont trop douloureuses. Travailler sur ces émotions et sur leur provenance peut aider à se libérer de notre addiction."  Rien de révolutionnaire on le voit, sinon les évidences de base.Ca, c'est fait aussi.Si tu te balades à partir du site que j'ai indiqué, tu tombes rapidement sur des émissions de radio auxquelles il a participé :http://www.jeanbenoitdumonteix.com/lahaie-l-amour-et-vous/dont je ne dirai rien vu que je ne les ai pas écoutées mais qui ont l'air pleines d'infos.Mais tu sais, des livres sur l'addiction, tu peux en lire des caisses, l'important c'est d'être fermement décidé à te rétablir (cf "le dernier message d'orroz" sur son forum) et de trouver un psy avec qui tu peux avancer.comme je ne peux pas mettre en lien l'article que j'ai mis sur mon blog vu que dès qu'on met des chiffres dans une ligne html ça fracasse le lien, je le recopie bètement :Week-end de l'ascencion à la mer.Pas très beau temps.Du coup, lu plein de livres, dont "Blankets" de Craig Thompson.Profondément ému par cette histoire, la plus belle que j'aie pu lire sur l'adolescence.L'auteur restitue magistralement les transes de cet âge où l'on idéalise l'autre, et où l'imaginaire n'a pas encore été gangrené par l'idée de "possession", qui fera plus tard les choux gras de l'ego et des pornocrates.Ce récit autobiographique, étiré sur 600 pages qui se lisent d'un trait fluide et délié, me restitue mes 17 ans dans ce qu'ils ont eu de meilleur (théophanie sentimentale sans dépit insurmontable) Merci Craig. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-07-2012 13:07:51

Salut les copains, je viens déposer ma petite gerbe ici : Orroz a récemment inhumé son ancien forum dans l'Océan de l'Oubli, parce que ça nuisait à la fréquentation et au référencement de son site, du fait des tags volontairement anti-porno de Google...Moi qui caressais le projet d'éditer un jour un best-of, j'observe une minute de silence à la mémoire de tous ces cyber-potes disparus en mer... et j'aimais beaucoup certains de mes messages, aussi...<span style="font-size: 10pt; font-family: Arial">J'ai été un acharné de la première heure sur son forum, et j'ai passé plusieurs années sur celui-ci  (son fils illégitime) à remonter le moral des croupes, à être l'activiste militant parfois dogmatique et pénible, parfois inspiré-rigolo à secouer les puces de ce tas de branleurs dont je suis... sauf qu'évidemment, maintenant je suis un branleur abstinent.</span><span style="font-size: 10pt; font-family: Arial">J'avais provoqué la rencontre dans le réel avec Orroz, et ça avait été déterminant, tout en sachant que pour moi c'était une méthode de rétablissement un peu imbécile, qu'on ne peut pas plus se rétablir de cyber-dépendance (sexuelle, mais ce n'est qu'une des variantes de la maladie de la compulsion ) derrière un écran qu'on ne peut organiser de réunions AA au bistrot... j'haranguais les foules et apostrophais les individus, j'étais dans une Juste Colère contre les Illusions Captivantes, et ça m'a au moins permis de consolider mon abstinence, mais ce qui m'a vraiment aidé, bien entendu, c'est les relations suivies avec des psys, des thérapeutes, des rencontres dans le réel avec d'autres dépendants... compulser sur le forum, ce n'est jamais que gesticuler en pyjama de chevalier blanc. On ne peut s'envoler en tirant sur ses lacets, c'est pourquoi il faut se résoudre à demander de l'aide, même s'il y a une force du Verbe auto-proclamé qui peut aider dans les premiers temps à s'arracher à la Gravité de la planète Branlor (Orroz a quand même fermé son forum au bout de 6 mois quand il s'est rendu compte qu'on devenait accros&hellip; et que lui aussi)</span>Observez avec moi cette minute de silence : il ne va rien se passer. si vous poussez le bouton du volume jusqu'à 11, vous entendrez peut-être un vieux Steve Roach, c'est tout.<p> 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 25-12-2012 22:12:35

50 ans aujourd'hui même. Un peu improbable, mais à force d'être resté jeune trop longtemps, que veux-tu, ça finit par arriver.Longtemps que je n'ai pas posté ici.Ce qui ne change rien à mes engagements passés, à leur respect dans le présent, et je l'espère dans le futur.Quelle galère, d'avoir cru voir le paradis !C'était vraiment l'enfer.Chaleureuses pensées, comme dirait Lucifer. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
fritzecat @ 26-12-2012 00:12:50

salut johnny !je te souhaite un bon "réceptionnement"  pour ce déjà demi-siècle de vie ! ainsi tu serais né le même jour que Jésus, mithra, et toute la longue liste des sauveurs de l'humain ! ne me dis pas que toi aussi tu es né d'une vierge ! je commence à mieux comprendre maintenant ce syndrome du chevalier blanc dont tu sembles (semblait) atteint pour le plus grand bonheur des pauvres sevreurs. merci pour ton travail passé qui reste d'actualité par la magie de l'écrit, et auquel j'ai essayé de donner une suite, ramener mon petit grain de sel, histoire de me motiver en "donnant l'exemple" de ce qu'il faut faire : réussir moi aussi. comme toi, comme les "grands ainés", comme orroz avec qui je communique tous les jours par la magie d'Internet.mon sevrage se porte bien, actuellement. j'ai choisi de ne pas thésauriser les jours ni les mois de sevrage, pour faciliter le passage à autre chose, donc je ne sais pas le nombre de semaines exact et ne veux pas le savoir, c'est ma méthode pour prévenir la rechute. chacun doit trouver la sienne. au plaisir d'autres échanges, ici ou ailleurs, mon frère...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 26-12-2012 10:12:45

Ben oui, je suis né le 25 décembre, j'ai pas fait exprès. Cinquante ans, c'est le bel âge pour un homme : quand une femme lui dit oui, il est flatté, et quand elle lui dit non, il est soulagé. (David Lodge) Heureusement, depuis que je ne suis plus pornodep, et quand je suis assez aimable pour être aimé, ma femme me dit souvent oui, et parfois aussi non, et dans ces cas-là, je m'endors. Salut à toi, la bise à ton sevrage.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
nuage @ 28-12-2012 17:12:23

bon anniversaire john.. avec une grosse bise quebecoise qui croule sous la neige ;)comme ca, la 50ene, c'est encore plus de folie dans la sagesse?? ca m'encourage puisque je vois mes 50 ans arriver a grand pas lolll 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
Trzia @ 30-12-2012 01:12:09

Joyeuse anniversaire John'sJohn's 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-01-2013 16:01:15

Meilleurs voeux de prompt rétablissement à tous les porno-tricards de chez pernod ricard.Comme disait un petit nouveau avant Jean-Claude, "il faut en finir." Chaleureuses pensées, et bises à tou(te)s. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-03-2013 11:03:24

<p class="p1">Demain, y'a école : à la demande du CHU, je vais témoigner dans un groupe de parole de dépendants sexuels, il parait que je leur ai fait une forte impression l'an dernier. </p> <p class="p1">C'est le psychiatre spécialisé addiction que j'avais sollicité en 2002, quand j'avais découvert qu'il y a avait quelque chose de Pourri au Royaume du Porno, et surtout de mes Rapports Compulsifs avec Lui, qui me demande cette apparition en guest-star du sevrage réussi. </p> <p class="p1">Pour voir ce que je vais leur raconter, je commence par jeter un oeil aux 1395 messages que j'ai déposés sur le forum du site, rassemblés en un seul fichier word à une époque où Pikmin avait mis cette fonction à disposition. </p> <p class="p1">J'ai dû jeter les notes que j'avais prises l'an dernier, c'est malin.</p> <p class="p1">Et puis, ça me saoule vite. </p> <p class="p1">J'ai du mal à me regazéifier avec mon propre gaz.</p> <p class="p1">Mon parcours, je peux le résumer fastoche :</p> <p class="p1">Une liste variée de subterfuges pour échapper à cette vérité apparemment insoutenable : </p> <p class="p1">de la naissance à la mort, nous sommes indiciblement seul (c'est pourquoi je retranche le s) dans notre pyjama en peau.</p> <p class="p1">Quand j'ai fini par accepter cette solitude comme une donnée de base plutôt que de la craindre comme une malédiction, et de vouloir la fuir à coups de compulsions paniques, l'équation a été plus facile à résoudre.</p> <p class="p1">Evidemment que la dépendance de base, elle est affective et sexuelle :</p> <p class="p1">Tout plutôt que la solitude, tout plutôt que la liberté et la responsabilité de donner un sens à sa vie.</p> <p class="p1">Une fois ce gros morceau bien indigeste avalé, reste la question des outils.</p> <p class="p1">La réponse que je me suis donnée, c'est de les essayer tous, jusqu'à trouver ceux qui me convenaient.</p> <p class="p1">Un psychiatre, le sevrage, la rencontre d'Orroz, le costume de chevalier blanc sur les forums, une thérapeute, du bouddhisme, des blogs, le travail, le jogging, le rebirth, les rencontres avec des dépendants, les comics en VO&hellip; je mesure bien la chance que j'ai, et je comprends bien que je reste fragile et puis redevenir la proie du tigre de l'addiction, prêt à me sauter dessus si je bouge, disons si je lève le coude ou si je commence à dégrafer mon ceinturon devant mon ordinateur, comme un vrai cow-boy fraichement arrivé en ville et qui se dit qu'il va se taper une cyberpute au saloon parce que ça fait 3 mois qu'il est dans le désert depuis trop longtemps, et que les vaches ça va bien un moment mais qu'elles ont une conversation somme toute limitée...</p> <p class="p1">Un jour à la fois.</p> <p class="p1">Le plus dur à trouver, c'est l'équilibre entre prudence et névrose. Je retrouve une note où une amie me rappelle que "L'addiction est plus ou moins le sort de chacun, bien que certains comportements compulsifs reçoivent des compliments, ce qui les fait passer pour autre chose. Il y a en effet des addictions à son travail, ou à la propreté dans la maison, p.ex. qu'on peut facilement observer autour de soi. </p> <p class="p1">Un autre point qui m'est venu à l'esprit, c'est que le simple fait de vouloir en finir avec l'addiction provoque une tension qu'il va forcément falloir relâcher, et comme la manière habituelle de décompresser est justement l'addiction, il est parfaitement normal que ça reprenne de plus belle.</p> <p class="p1">C'est pourquoi je pense que le conseil de *** proposant de remplacer l'addiction par une autre moins gênante est un excellent conseil. Reste à le mettre en pratique, et là l'obstacle peut paraître insurmontable, vu qu'on n'a pas l'impression que le nouveau jouet vaille l'ancien, impression qui se confirme aux premiers essais.</p> <p class="p1">Bref, en pratique, après avoir soigneusement noté tous les détails possibles sur le sujet, (&hellip;) l'obstacle ici est fait de prendre les choses au sérieux. En effet ce comportement compulsif qu'on a bâti à partir de rien, a l'air d'une montagne, et c'est là que les observations glanées aux trois niveaux peuvent nous venir en aide, pour décider de ce qu'il en est réellement.</p> <p class="p1">Comme dit Castaneda, les gens ne savent pas à quel point il est facile de laisser tomber une habitude; et s'ils ne le savent pas, ils savent autre chose au sujet de ce qui nous occupe, à savoir p.ex. que c'est difficile, long, qu'il y a des échecs fréquents, bref toutes sortes de choses très sérieuses. </p> <p class="p1">Ce sérieux, c'est le fait de prendre nos idées pour une réalité de solide et immuable. Elles sont solides, en effet, ces pensées, pour peu qu'on leur prête vie, et immuables, si on les entretient, mais on peut parfaitement jouer à en inventer d'autres, qui seront non moins solides, et je suppose que c'est ce que font les bouddhistes tantriques qui en arrivent à prendre le thé avec leur yidam. </p> <p class="p1">Jouer avec les pensées, ça permet de faire un petit peu bouger les noeuds qui nous lient à cette réalité bien précise qui est la nôtre, car nos prisons commencent avec une pensée.</p> <p class="p1">Après cette prise en mains des pensées, il convient de choisir une autre "addiction pour jouer", et là il suffit de choisir parmi nos penchants naturels, quelque chose de non gênant. Si on a l'impression que ça ne marche pas, il faut se rappeler que c'est un jeu; on fait semblant en attendant de voir qu'on a fait semblant beaucoup auparavant, pour en arriver à créer cette réalité qui nous embête. "</p>
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 26-03-2013 19:03:04

Suite à mon passage en guest-star du rétablissement dans un groupe de dépendants sexuels constitué sous l'égide de l'antenne addictologie du CHU, je mets en ligne des ouvrages qui m'ont bien aidé à me relever, et à ne pas trop me gaufrer après.Ces livres sont en français et au format pdf.Il y a : la_gestion_hedonique et la_structure_des_fantasmes_erotiques d'Eric Loonisle Livre d'Orroz par... Orroz !et le Livre blanc des Sexoliques Anonymes, transmis par Mondom à la Grande Epoque.          
https://www.dropbox.com/s/gr99wwimrk636yh/jailu.zip
De saines lectures, je vous l'assure.Enjoy ! 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
fritzecat @ 30-03-2013 14:03:05

merci pour cette littérature pas très romanesque mais certainement utile, john.je recommande fortement d'intégrer tous ces outils d'analyse pour avoir de quoi nourrir l'argumentaire du petit ange blanc sur l'épaule droite...
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-04-2013 07:04:53

<p class="p1">"La vie est un roman d'aventures policières d'épouvante, tragi-comique et romantique, avec des cow-boys de science-fiction. Et deux doigts de pornographie, si vous avez de la chance." (Alan Moore)</p> <p class="p1">Je connais un gars qui a eu beaucoup de chance, mais ça ne lui a pas porté bonheur pour autant.</p><p class="p1">Tout est dit, non ? </p>
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
fritzecat @ 06-04-2013 08:04:51

yes it is !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-04-2013 07:04:05

Encore un bouquin qui m'a bien aidé : "le pouvoir du moment présent " de Eckart Tollehttps://www.dropbox.com/s/hqtwr0myitit85s/Eckhart_Tolle_Pouvoir_Du_Moment_Present.zip 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-06-2013 19:06:40

Y'a des nouveaux articles assez bien vus chez http://www.pornodependance.com/index.htmlDe temps en temps, je lui envoie 10 euros par paypal, c'est un gars bien, et ça serait cool qu'il soit un peu payé de ses efforts bénévoles.On est tous des David Vincent, qui tentons de convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé. Et qu'on peut en sortir.
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
cmb @ 29-08-2013 16:08:49

Pour ce partage et tes interventions qui me permettent d'y voir beaucoup plus clair : MERCI !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 01-09-2013 22:09:31

Je rentre d'un mois aux USA, où nous avons parcouru 8000 km en famille et en voiture.Utah, Wyoming, Montana, Colorado, Dakota, Nouveau Mexique. J'ai trouvé les américains plus désenchantés qu'en 2008, mais leur pays reste le territoire magique de tous les possibles. Comme nous : dès qu'on sort la tête de la poubelle, on s'aperçoit que le monde est grand et qu'on peut y trouver sa place !
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
corvus @ 05-09-2013 20:09:49

 http://www.dependance-sexuelle.com/uploads/smil3dbd4d6422f04.gif"
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 12-10-2013 23:10:25

<p class="p1">Des orgasmes à n'en plus finir</p> <p class="p2">"Les autres femmes se demandent comment atteindre l'orgasme. Moi, je me demande comment arrêter les miens. » Kim Ramsey, une infirmière britannique de 44 ans, a vu sa vie basculer en 2008 quand elle a rencontré un nouveau petit ami. « Pendant quatre jours, j'ai eu des orgasmes en permanence, j'ai cru devenir folle », a-t-elle raconté aux médias britanniques. Le moindre mouvement de son bassin (au cours d'une simple tâche ménagère) peut déclencher une excitation génitale irrépressible, et Kim Ramsey subit ainsi jusqu'à cent orgasmes par jour.</p> <p class="p2">Il y a encore vingt ans, son trouble était inconnu. Le premier cas de ce qui est désormais nommé syndrome d'excitation génital permanent (SEGP) a été publié en 2001 par deux sexologues américains. Depuis, les connaissances évoluent... lentement.</p> <p class="p2">« Ah, si seulement ma femme avait cela »,</p> <p class="p2">s'entendent dire les spécialistes dans des congrès médicaux. Pourtant, ces sensations de forte excitation génitale survenant en l'absence de désir ou de stimulation sexuelle sont bien loin de la nymphomanie. Les symptômes engendrent une grande inquiétude avec des sentiments de frustration, de culpabilité et de honte qui peuvent conduire à la dépression, écrit Pierrick Hordé dans son livre Diagnostics incroyables. Cent cas extraordinaires de la médecine (Flammarion, 457 p., 19,90 &euro;).</p> <p class="p3">« Trouble cauchemardesque »</p> <p class="p2">Les patientes « sont probablement infiniment plus nombreuses que les cas rapportés, notent le docteur Thibault Thubert et le professeur Gérard Amarenco (groupe de recherche en neuro-urologie de l'université Pierre-et-Marie-Curie) dans un article publié dans Progrès en urologie en 2012. La méconnaissance des praticiens de cette pathologie pousse certains d'entre eux à considérer comme folles des patientes qui ne le sont pas ». Le docteur Irwin Goldstein (San Diego) dit avoir parlé « à des centaines de femmes et à quelques hommes atteints de ce trouble cauchemardesque ».</p> <p class="p2">Des cas ont été rapportés à des anomalies artério-veineuses de la région génitale, d'autres à la prise de médicaments. Une origine nerveuse est suspectée, d'autant que les symptômes sont associés dans deux tiers des cas à un syndrome des jambes sans repos ou à une hyperactivité de la vessie. L'équipe de Gérard Amarenco, qui suit une trentaine de patientes, tente d'établir une corrélation entre une atteinte du nerf pudendal (qui innerve le périnée) et la survenue de cette pathologie.</p> <p class="p2">De multiples traitements sont à l'essai, qui permettent de soulager certaines femmes. Gretchen Molannen n'a pas eu cette chance. Atteinte à l'âge de 23 ans, cette Américaine active est devenue une ermite incapable de travailler, contrainte de se masturber pendant des heures pour trouver quelques instants de repos. « J'espère que mon témoignage fera comprendre aux gens que cela existe vraiment et que c'est grave. Et j'espère que d'autres femmes qui souffrent en silence auront le courage d'en parler à un médecin », avait-elle confié au Tampa Bay Times. Le 1er décembre 2012, le lendemain de la mise en ligne de la vidéo, elle s'est donné la mort. </p> <p class="p2">Sandrine Cabut, dans Le Monde du 4 aout 2013</p><p class="p2"> </p><p class="p2">J'ai lu ça dans l'avion pour Salt Lake City, et je m'en suis rappelé au retour. </p>
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 28-01-2014 21:01:21

Et c'est déjà quasiment l'heure de mon <span style="line-height: 19.5px; background-color: #efefef">passage annuel en guest-star du rétablissement dans un groupe de dépendants sexuels constitué sous l'égide de l'antenne addictologie du CHU.</span>Qu'est-ce que je vais pouvoir leur raconter cette année que je ne leur aie déjà transmis les années précédentes ? Pas facile de se renouveler dans un créneau aussi pointu. 
===============================================================================================================================================
Re: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 02-02-2014 07:02:45

Bon, ça y est, j'ai trouvé, je vais leur faire le coup de la cuvée du patron, déboucher quelques bonnes bouteilles sorties de la cave à topics.
http://dependance-sexuelle.com/sujet-premiers-pas
 A la bonne votre ! 
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-02-2014 08:02:39

Je trouve mon nouvel avatar très réussi, mais il est imprimé bien trop petit pour que je puisse faire autre chose qu'en ricaner tout seul.
Voici la version XXL :
http://jesuisunetombe.blogspot.fr/2014/02/un-riccard-sinon-rrien.html
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 15-04-2014 21:04:28

Des fois, quand je suis assez en forme sur le plan spirituel, ça m’arrive de remercier le porno de m’avoir appris, à sa façon violente et sans concession, bien qu’avec bavures et dommages collatéraux, à faire la différence entre l’amour et la dépendance affective.
Un dépendant sexuel observe : “quand on se masturbe devant des photos de femmes nues, on ne sort pas d’une exacerbation infinie du désir (…) l’objet du désir restant indéfiniment - du moins fantasmatiquement - à portée de la main, mais sans que rien s’accomplisse. Tout ça rappelle diablement le supplice de Tantale, mais conçu ici comme une source de jouissance. L’absence de jouissance comme source de jouissance, on a vu plus simple comme rapport au réel, non ?” C’est effectivement une façon pittoresque mais exténuante de mesurer combien le lien de l’attachement pend dans le vide.
Maintenant que j’ai à nouveau la liberté de choix entre une vraie femme, faite d’os, de chair, de sang et soumise aux mêmes lois humaines que moi, et les créatures éthérées aux formes généreuses qui étaient le support de mes rêves bientôt tournés au cauchemar, franchement, y’a pas photo.
Nous nous percevons comme des réservoirs vides ne demandant qu’à être comblés, et l’autre devient alors cette source à laquelle nous aimerions nous abreuver. Qu’il s’agisse d’une rencontre avec un maître spirituel ou avec une maîtresse ou un amant, nous devons réaliser que cette manière de rencontrer l’autre comme s’il était source de notre plénitude est une erreur fondamentale.
Je ne dis pas que les relations doivent être évitées mais qu’elles doivent être vues pour ce qu’elles sont : des lieux possibles d’expression de l’amour mais pas des échoppes où l’on viendrait s’achalander.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
pikmin @ 15-04-2014 22:04:39

Ça me fait penser durant thérapie une intervenante disait toujours pour expliquer la dépendance que c'était comme un vide en nous, un malaise et que nous cherchions à tout prix à remplir se vide par nos compulsions et nos comportements de dépendant.

~ message envoyé depuis ma tablette.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
raoult @ 16-04-2014 01:04:49

J'avais vu mathieu ricard, il a fait une conférence à montréal l'année dernière.
tu fais de la méditation john?
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Dexter @ 16-04-2014 09:04:39

Jolie réflexion John qui me rappelle une pensée que j'ai depuis longtemps: C'est lorsque nous sommes bien avec nous -me^me que les difficultés disparaissent. Traiter le porno et la dépendance passe par un traitement de ce que nous sommes. Il faut être en accord avec soi même pour espérer surmonter cette merde. et ne plus chercher dans l'autre ce qui nous manque.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
thump @ 16-04-2014 09:04:35

Je n'ai pas le même avis. Ou plutôt, je dirais qu'il faut élaborer ces réflexions plus avant. Mais je m'arrêterai là pour l'instant.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
elec @ 16-04-2014 11:04:04

Disse 'John Warsen' pid='50664' dateline='1397590468':
[...] Qu’il s’agisse d’une rencontre avec un maître spirituel ou avec une maîtresse ou un amant, nous devons réaliser que cette manière de rencontrer l’autre comme s’il était source de notre plénitude est une erreur fondamentale.[...]


C'est tout à fait vrai. Ca me rappelle un article très intéressant que j'avais lu sur "comment faire durer le couple", un truc comme ça. L'article expliquait avec une subtilité que je serais incapable de retransmettre qu'il ne faut pas attendre de son/sa partenaire qu'il/elle nous apporte tout ce qui manque à notre bonheur et notre équilibre. Etre dans cette attente rends la relation étouffante pour le/la partenaire. Il faut également se réaliser à l’extérieur du couple pour trouver un équilibre durable.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 08-10-2014 22:10:30

Retour d'état dépressifs et anxieux liés à ma résistance au changement : la dépression, c'est un peu le déni de réalité qui se casse la gueule. Je ne sais pas si c'est compréhensible, mais ça me parle.
Du coup, j'ai flingué mes blogs. Ca soulage.
Entendu une chanson de Constance Verlucat "les trois copains", pas mal pour une fille :
[size=x-small][font=Helvetica]"On peut aider les gens sans pieds, sans mains, et quelques enfants qui ont faim[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Bien sûr ces gens ont raison : aider son prochain c'est pas si con[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Mais quand on est si bas qu'on s'en bat les couilles du prochain[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Rien ne vaut vos trois copains :[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Vive le chocolat, l'héroïne et la vodka"[/font][/size]

[size=small][font=Helvetica]Un siècle d'émancipation féminine pour arriver à ce que des femmes écrivent enfin comme des mecs : est-ce vraiment une victoire ?[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]A part ça, je traverse mes angoisses les yeux ouverts, pour ne pas me prendre le mur (des lamentations) en pleine poire.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica];)[/font][/size]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Burrhus @ 08-10-2014 22:10:24

Bonjour, john warsen, je suis un grand fan de toi, je trouve qu'en peu de mots tu dégages toujours à la foi la détresse qui t'habite, et l'espérance qui te fait continuer la route, je trouve que tu as les mots et un phrasé qui donne à tes interventipns une bonne humeur général.
Pour reprendre l'idée de tout qui tombe. Je pense simplement, que des gens comme nous, c'est à dire trés bas quelquefois, et très courageux (donc vertueux) aussi, nous sommes dans une cavité particulière, plutôt nageant dans une sorte de nappe phréatique souteraine qui d'une certaine manière n'a pas était atteinte par la polution, ou en tout cas par la polution la plus toxique qui est la suffisance de soit.
Le probléme de ceux qui sont en haut, c'est qu'il regarde en bas, alors que nous les "en difficultés", on ne peux regarder que devant ou vers le haut. C'est une forme de privilége, et une noblesse nous oblige...
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Dexter @ 09-10-2014 09:10:17

Hello John

J'ai toujours du mal pour ma part à concilier sevrage et spiritualité. Mes propos seront donc différents de notre cher Burrhus mais compléteront peut être nos pensées.

Tu fais ici partie de ceux dont on attend toujours les messages... Un exemple, que l'on sent parfois fragile, parfois un peu emporté dans ses jugements ou ses commentaires, mais dont les avis font toujours réfléchir...

Tu as poussé la réflexion sur le porno et la dépendance bien plus loin que presque n'importe qui...

Tu es une présence rassurante, et en même temps un être humain, avec ses doutes. Qqn de normal quoi!

Fais face à tes doutes, appuie toi sur tes points forts, mets toi en question mais pas plus que nécessaire, il est plutôt sain de ne pas être trop sûr de soi.

Tu as tout mon soutien

Bon j'arrête avant de t'envoyer des coeurs...
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-10-2014 19:10:42

Merci les gars. L'idée générale qui guide ma démarche, c'est que tout ce qui m'arrive dans la vie est là pour me faire grandir, alors je n'ai plus qu'à reconnaitre cette peur d'avancer et d'apprendre de nouveaux comportements pour ce qu'elle est : une opportunité de lâcher prise. Même si je ne compulse plus, j'ai une espèce de retour de bâton de narcissisme déficient durant toutes les années où je suis resté bien au chaud dans mon ego déficient sans chercher à améliorer mon sort, je reste confiant sur le fait que "ça va passer" (tout passe et je suis sans doute plein de ressources, même si je ne les vois pas actuellement), et je suis donc obligé de faire confiance à ma puissance supérieure, même si je ne la perçois pas... qui va bien finir par m'indiquer le chemin. Déjà, ne plus céder aux sirènes de l'angoisse, accepter d'entendre leurs hurlements déchirants sans me joindre à elles, et essayer de construire mon chemin à côté, ça m'occupe pas mal.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-10-2014 21:10:07

[font=Tahoma, Verdana, Arial, sans-serif]Sur la dépression, j'ai l'impression d'être victime de comportements très anciens : me plaindre d'aller mal pour qu'on s'intéresse à moi (je vis avec des gens donc je peux me permettre ce luxe douteux, bien qu'ils me connaissent bien, et que si je ne veux pas me faire ramasser, j'ai intérêt à mieux formuler mes requêtes[/font][font=Tahoma, Verdana, Arial, sans-serif])[/font]

[font=Tahoma, Verdana, Arial, sans-serif]"Puissance Supérieure", j'ai mis ça pour aller vite.[/font]
[font=Tahoma, Verdana, Arial, sans-serif]L'Univers, et la Vie qui Se Manifeste à travers Lui (et donc à travers moi) et qui réclame d'arriver quelque part : plus évolué, plus épanoui. Ca te va mieux ? moi aussi.[/font]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
alessandro @ 09-10-2014 21:10:56

Plus j'avance dans ma vie, plus j'ai la certitude de mes doutes et le doute de mes certitudes. Je suis de plus en plus humble. La  vie reste un grand mystère, mais si elle n'a pas de sens, alors elle n'est qu'une mauvaise farce!  Cherchons le sens...
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-10-2014 23:10:42

Pour rebondir sur un message récent de Thump, je ne nie pas la gravité de la maladie, même sevré et abstinent, mais je crois que je la trouvais beaucoup plus grave encore quand j'étais pratiquant.
Je remets en ligne des livres qui m'ont aidé à comprendre que la solution était en moi, même si des psys et des membres du forum m'ont aidé à "dévirtualiser" l'aide que j'étais impuissant à m'apporter.
Le livre blanc des SA
http://l.bitcasa.com/LzNkSr9E
Le livre d'Orroz
http://l.bitcasa.com/eHVkAhYu
La gestion hédonique d'Eric Loonis
http://l.bitcasa.com/QJLB8Kmu
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-11-2014 18:11:41

[size=large][font=Walter Turncoat]Reconnaissons notre besoin de reconnaissance (4) quand il passe à la télé[/font][/size]



[size=small][font=Arial, Tahoma, Helvetica, FreeSans, sans-serif]
Voix off : "Lors de son premier jour de sevrage, Bree Van De Kemp trouva un vieux bouchon qui lui rappela combien elle adorait le Chablis. (à l’image, elle le porte religieusement à son nez pour en humer tout l’arôme).
Alors elle appela son parrain en AA, qui vint avec un DVD qu’ils regardèrent jusqu’à ce que l’envie de boire soit passée. Cinq jours plus tard, après une subite envie de Merlot, Peter arriva avec un jeu de cartes. La semaine suivante, il apporta un repas chinois, parce que Bree lui avait dit que ses fantasmes de Chardonnay la consumaient.
A son 20ème jour de sevrage, Bree avait complètement cessé de penser à l’alcool, parce que ses pensées se focalisaient maintenant sur autre chose.
 (ils jouent aux échecs, et elle le dévore du regard tout en s’emparant de sa reine.)
-Je suis curieuse, Peter. Quelle est la méthode la plus facile pour surmonter la dépendance à l’alcool ?
-Hé bien, certains ont recours à des thérapies de choc, d’autres à l’hypnose… mais prendre les choses au jour le jour, c’est ce qui marche le mieux, à mon sens. Pourquoi ?
-Je ne sais pas, je crois que je suis juste impatiente de retrouver une vie normale. (elle se penche sur lui et lui colle un bisou sur la joue qui le laisse interdit; il la regarde comme si elle avait pété)
-Qu’est-ce que tu fais ?
-Ben quoi ? ce n’est qu’un petit baiser !
-Pourquoi ?
-C’est ma façon de te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi au cours de ces dernirèes semaines. Qu’y a t’il de mal à ça ?
-Hé bien… je vais te faire une révélation gênante : il se trouve qu’en plus d’être un ancien alcoolique, je suis aussi membre des DASA (elle le regarde sans capter, alors il développe) : les dépendants affectifs et sexuels anonymes.
Elle le dévisage d’un air incrédule, puis éclate de rire. Elle se reprend :
Ooooh… et c’est, heu, un vrai problème ?
-Oui, pour moi le sexe est une addiction aussi réelle que la boisson. C’est pourquoi, quand tu m’excites comme tu le fais, cela me pose un vrai problème.
-Ce n’était qu’un innocent baiser sur la joue !
-Ca ne fait rien, le plus léger contact peut faire s’envoler mes sens !
-Haaa… oooh…et… depuis combien de temps est-ce que tu…
-Un an. Ils ont une règle, tu sais : plantes, animaux, personnes. Si je peux maintenir une plante en vie, alors je peux passer à un animal. Et si j’y arrive, je pourrai recommencer à flirter.
(elle l’écoute avec un sourire)
-Alors, tu en êtes où ?
-A mon quatrième ficus.
-Ah ah.
Et là, elle prend un air très sérieux, lui attrape le visage des deux mains et l’embrasse à pleine bouche.
Il en reste pétrifié, et face à sa stupeur, elle a un soupir compassionné comme une mère en aurait pour son enfant.
-Làaa…tu vois ? je pense que tu es capable de gérer ta maladie davantage que tu ne sembles le croire.
Après un instant de flottement où on verrait presque un ange équipé d’un treuil traverser le salon, il se jette sur elle en une étreinte passionnée, la culbute sur la table du salon tout en arrachant sa chemise, et seul le bris d’un vase qui chute à terre au cours de l’empoignade l’éveille de sa fièvre.
Il se relève, hagard :
-Je… je suis désolé. Je ferais mieux de partir.
-Vraiment ? (elle n’en peut plus)
Oui, vraiment ! (il gémit cela en courant torse nu vers la porte)
-Mais…mais…heu…vous oubliez votre chemise !
-Gardez-là ! (d’un ton péremptoire, et il est déjà dehors)
Elle le regarde s’enfuir d’un air vaguement dépitée, toujours étendue sur la table du salon.
Retour de la voix off : "Sans le savoir, Bree avait répondu à sa propre question : la meilleure façon de surmonter une dépendance, c’est de la remplacer par une autre."
[/font][/size]
[size=small][font=Arial, Tahoma, Helvetica, FreeSans, sans-serif]Desperate Housewives, saison 2, prégénérique de l’épisode 18.[/font][/size]

[size=small][font=Arial, Tahoma, Helvetica, FreeSans, sans-serif]Bref, j'ai rouvert mon blog.[/font][/size]
[size=small][font=Arial, Tahoma, Helvetica, FreeSans, sans-serif]Pas celui qui était une annexe du forum, celui où je m'intéresse à autre chose, pour penser à autre chose.[/font][/size]
[size=small][font=Arial, Tahoma, Helvetica, FreeSans, sans-serif]http://jesuisunetombe.blogspot.fr[/font][/size]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-12-2014 06:12:22

Salut les gens.
En ce moment, je vais assez bien, en tout cas carrément mieux qu’à la rentrée de septembre : à part que je refume comme une caserne de pompiers, je ne prends plus de thymoregulateur depuis 2 mois, je n'ai plus de crises de panique ou d'auto-dévalorisation, je m'éclate au boulot, ma colopathie fonctionnelle s'est résorbée toute seule, et quand je rate une marche dans l’escalier du rétablissement de la porno je n’en fais pas une maladie, les accidents de parcours ont perdu le pouvoir de m’anéantir spirituellement comme c’était le cas il y a quelques années. 
Et comme je me sens maintenant un garçon de 51 ans raisonnable et rééquilibré, une idée m’est venue comme ça de faire de la prévention de la rechute dépressive, parce que je sens bien que je ne suis quand même pas inapte.
Du coup je viens de m’inscrire auprès d’une psychomotricienne à une session de méditation de pleine conscience, vous savez, ce truc qui fait fureur chez les bobos qui redécouvrent les vertus d'une pratique laïque débarrassée de ses oripeaux bouddhistes. Ca fait quelques décennies que je suis convaincu du bien fondé des présupposés du Bouddhisme, il est temps de passer à l’acte.
http://christopheandre.com/meditation_CerveauPsycho_2010.pdf
Je vous tiendrai au courant.
C’est pas quand je suis au fond du trou et coupé de la plupart de mes ressources qu’il faut espérer un mieux-être de techniques style vipassana : c’est au contraire quand mes efforts ont amélioré ma qualité de vie et diminué ma souffrance psychique au quotidien qu’il me faut changer de niveau de soin et reconstruire ma personnalité malade sur de meilleures bases que par le passé, et me garantir ainsi un futur moins chaotique.
Et toc, salut les gens.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-01-2015 09:01:40

http://p8.storage.canalblog.com/89/52/177230/93897689_o.jpg

Les évènements récents (et à venir) sont une bonne occasion de desserrer l'emprise de l'obsession sur nos têtes, quitte à la remplacer provisoirement par une autre...
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Stef @ 17-01-2015 12:01:46

Héhé... merci John ! Ça m'a bien fait marrer !! Il y a une telle charge émotionnelle en ce moment que ça fait du bien d'en rire un peu par moment. Le rire peut nous aider à rebondir je pense ! Les dessinateurs l'ont bien compris !!
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 16-02-2015 21:02:00

La semaine dernière, j'ai accueilli [size=small]à la maison des amis pas vus depuis longtemps,[font=Helvetica] amoureux loufes au point de dire « oui » à la Vie...[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Je pense bien à eux en rentrant du travail ce soir, tout seul dans une maison froide, l’excitation de la semaine dernière est bien retombée...[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]…le chat s’est pendu dans la cabane à poules, qui ne pondent plus...[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]...Hugo s’est radicalisé dans sa chambre et m’a laissé toute sa vaisselle sale...[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]...Martine et Clara sont coincées à Albi, du fait que Clara a dû être opérée de l’appendice en urgence...[/font][font=Helvetica]…je crois que pour la Saint Valentin, je vais me mettre une bûche dans le cul devant l’âtre et me faire une bonne flambée en regardant les Croix de Fer de Sam Peckinpah… y’a que voir la déroute à Roubaix de l’armée allemande en Russie qui me console de vieux (par opposition aux consoles de jeunes)[/font]
[/size]
[size=small][font=Helvetica]… sans parler des rechutes sur ma tombe…[/font][/size]
[font=Helvetica]http://jesuisunetombe.blogspot.fr/2015/02/un-regrettable-malentendu-pour-daniel.html[/font]
[size=small][font=Helvetica]...voilà voilà…[/font][/size]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Burrhus @ 17-02-2015 09:02:21

ah! la solitude, le silence, le désert... mais tout cela est habité, ne serait-ce que par toi qui restera, quoi qu'il arrive, un mystère pour toi même.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-02-2015 18:02:41

ah non, moi, merci, çavapamal, je commence à avoir fait le tour du proprio...
j'ai un peu hâte de commencer ma session de Mind Based Stress Réduction.
Encore un mois à tenir en racontant des âneries.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-02-2015 21:02:11

Pas problème si Burrhus ne voir que sommet de l'iceberg de Warsen et penser Warsen pas connaitre Warsen.
Pas problème non plus si Warsen croire connaitre tout l'iceberg de Warsen alors que pas vrai.
Warsen une seule femme, deux seuls enfants, un seul chat et dix-huit blogs pour compenser son manque intérieur, mais finalement Warsen en paix avec sa concierge.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 12-03-2015 18:03:38

Malek Boutih, dans le Charlie Hebdo du 11 mars :
« Il ne faut pas oublier une chose : le point de départ de l’intégrisme islamiste, ce ne sont pas les théories des Frères musulmans, mais l’arrivée de la parabole dans les pays arabes. C’est quand, tout d’un coup, la modernité, le sexe, la liberté, tout fait irruption. Et les intégristes se sont sentis débordés. 
- La démocratie propose une image que théoriquement ils refusent mais qu’instinctivement ils désirent ?
Exactement. Le fait de pouvoir avoir cette image mais de ne pas la consommer en même temps, ça rend fou. Et c’est le coeur de tout.»
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
stauton @ 16-03-2015 22:03:28

Warsen, je viens peu ici.
Je ne sais pas dans quel état tu es. je ne sais pas dans quel état son les gens en général. Parfois je me pose la question : qui a-t-il derrière tout cela, quels espoirs, craintes, peurs, hontes, joies, réussites passons nous notre temps à cacher, à taire, à saboter ?
Et aussi, comment je peux en être de cette foule ?
Tu dis que la dépression, c'est un moyen d'attirer les gens de leur dire "Eh oh, j'en chie la, tu pourrais pas me faire du bien". Mais c'est plus complexe, c'est difficilement contrôlable.
Je ne sais pas comment l'exprimer.
Mais ca bouffe. Tout. Une vraie plante carnivore !

Sache que comme d'autres, j'apprécie par dessus tout ce "partagé sur le partage". ca t'en fera une belle quand tu le liras, je n'en doute pas, mais peut-être un soir tu y penseras, ou un jour.

Faut prendre soin, même virtuellement, des gens qui vous donnent. C'est finalement si rare.

Tu as mon soutien, et même virtuel, j'escompte bien qu'il te fasse du bien.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-03-2015 04:03:03

Merci beaucoup. C'est vrai que ça bouffe, la dépression, comme une plante carnivore, je suis d'accord. C'est pas pour faire culpabiliser le dépressif en toi que je dis ça, j'en suis parfois un sacré moi aussi, mais des plantes comme ça, déjà si je commence par éviter de l'arroser, ou alors avec du ciment, elle va finir par faire la gueule. Et puis ça me donne du temps et de la présence d'esprit pour arroser les autres, parce que dans mon jardin hyper-secret, y'en a forcément d'autres, moins craignos.
Bises !
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 05-04-2015 19:04:27

Merci de me rappeler que la prise de conscience est effective quand elle se traduit en actes 
c'est dans les tuyaux mais pas encore fait
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-09-2015 20:09:58

Pikmin m'a relancé pour participer à la rencontre des membres du forum.

C’est vraiment bien qu’il y ait des gens du forum qui aillent à la rencontre les uns des autres. On sort du virtuel, on matérialise son engagement dans le réel.
En somme on réinvente les DASA, c’est très bien.
Dans son immonde flatterie, il me rappelle que je suis le plus ancien membre du fofo, mais il oublie que je suis le seul à être allé rencontrer Orroz !
Et dans le temps, j’ai rencontré des membres « historiques », et participé à une émission sur le cyberporn pour la télé belge.
Et ça m’a fait beaucoup de bien.
Mais place aux jeunes.
Je ne regrette pas d’avoir été pilier de bistrot sur dépendance sexuelle, mais ça n’a pas accéléré mon rétablissement.
Je me suis masqué par des addictions successives une tendance dépressive de fond qui menace de m’engloutir depuis deux-trois ans, par crises de plus en plus épuisantes.
Je préfère donc rester vers chez moi et avancer vers la sérénité, loin de mon ordinateur.
Mais je vois qu’il y a plein de bonnes volontés, c’est bien. 
Portez-vous bien.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
alessandro @ 23-09-2015 07:09:18

Salut John,
heureux de te retrouver.

Nous sommes tous les enfants d'Orroz.

Mais qui est-il? Il me parait bien mystérieux.

J'aimerai en savoir un peu plus sur lui.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 23-09-2015 16:09:45

C'est un psy qui tient à conserver l'anonymat, dans la région de Montpellier.
Je l'ai rencontré en 2005 et 2006, on pouvait le joindre en mp sur son forum (qui a duré 6 mois avant qu'il jette le gant, constatant que lui-même devenait accro au forum !)
L'essentiel de ce qu'il a à dire sur le sujet est encore sur son site. 
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-11-2015 04:11:46

finalement, j'ai fait quelque chose du clip vu ici

http://johnwarsen.blogspot.fr/2015/11/enfin-une-bonne-nouvelle-everything-we.html
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 17-08-2017 12:08:30

[size=small][font=Open Sans]Bonjour à touffes et à troutes.[/font][/size]

[size=small][font=Open Sans]Je pensais revenir sur le forum, et puis pour l’instant je n’ai pas l’inspiration.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Et je n’ai pas envie de recommencer à théoriser.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Intellectuellement, j’ai fait le tour de la question depuis un bon moment.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]L’incarner, c’est une autre histoire.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]C’est le trou de la question.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Je crois que revenir papoter ici me ferait moins avancer que de faire autre chose.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Les rechutes ne jettent pas le discrédit sur le sevrage, mais elles le repoussent d'autant. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Tant que la conscience déclarative et la conscience agissante ne se sont pas réconciliées, inutile de miser trois dollars sur la vertu de la prise de parole en public.
L’autre jour, j’ai écrit ça :[/font][/size]

[size=small][font=Open Sans]«  Comment rester immobile quand on est en feu. » [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Je crois que j’ai regardé la vidéo de trop.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Une nuit de cette semaine où je feuilletais mollement ma tablette aux côtés de ma femme endormie, à la recherche de cyber-chair fraiche tel le mouton pornolique se prenant pour le loup désirant, je tombai par hasard sur une petite vidéo amateur, toute simple.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Une très jolie femme un peu noire s’y masturbait en dévoilant ses charmes, comme on dit.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Aucune mise en scène.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Plan fixe, durée totale, 5 minutes. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Sans doute filmée au portable.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Très très jolie.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Très pure, aussi. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Aucune duplicité.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Qualité SD.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Moi qui suis devenu exigeant, 720p mini, le lendemain je fais le tour des sites de vidéo en ligne pour dégoter de la HD. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Et savoir à qui j’ai affaire. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Au cas où.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Bernique. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Elle est référencée partout par le même identifiant, une phrase salace qui décrit très trivialement l’action à laquelle elle se livre, certains sites promettent la version HD si on s’inscrit chez eux, mon oeil. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Ni son nom, ni son adresse. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Un petit malin qui a demandé à sa copine de faire sa petite affaire devant son téléphone pour épater la galerie de ses potes, et elle s’y est livrée de bonne grâce. Une petite mise en ligne, et hop, la messe est dite.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Un internaute désespéré demande lui aussi à savoir qui c’est, qu’elle le rend fou de désir, dans les rares commentaires de ce hall de gare des pas perdus pour tout l'immonde.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]On est sur les sites de vidéo en ligne, bas du front, au ras du premier chakra, les appellations des clips sont abjectes, ma promise est comme une impossible perle jaillissant d'un océan de vidéos dégueus surfé par une armada de besogneux pourceaux. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Une invincible attraction pour la bêcheuse s’empare de moi, en même temps que je comprends que toute quête serait vouée à l’échec : la pureté de la prestation de la Miss est liée à son amateurisme, consubstantiel de son anonymat.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Loin de combler ma frustration, elle la suscite et l’exacerbe par l’exhibition de son intimité dans la sphère pub(l)ique.  [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Elle est là, l’arnaque. Pas dans l’esprit de la pauvre fille, ni même dans l’oeil de son complice. Dans l’utilisation délibérément turpide de l’outil internet qu’en fait le néo-capitalisme bien déterminé à prélever sa dîme dès qu'il y a trois ronds à faire avec quelque chose.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Je serais à sa place, je ferais pareil.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Elle rend d’un seul coup méchamment faisandées toutes les vidéos pros, leurs poses, leurs postures et leurs grimaces.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Pour le coup, j’ai plus du tout envie de me branler.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]C’est l’anamnèse (perte de l’amnésie) chantée par Philip Dick dans son exégèse : je me rappelle grâce à elle que ce que je voulais, c’était retomber amoureux. Pour une blackette, c’est une blackette de frein.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Le mateur est maté. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Après son petit orgasme solitaire, elle me regarde à travers l’écran, et me suggère de faire une récapitulation de ce qui m’a amené ici, et de refaire mes choix.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Ce qui m’a amené ici, je ne le connais que trop bien, et vise à m’en défaire. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]C’est parce que sur le plan émotionnel je me suis laissé guider par mes instincts de coeur blessé que je me suis retrouvé face au mur de l’écran vide.[/font][/size]


[size=small][font=Open Sans]Bon, c’est un brouillon, hein. Je pourrais méga-super élaborer, reboucler avec le titre pour expliciter la démarche, mais c’est pas le but. Tu vois l’esprit. Je te le poste tel quel, je le reprendrai peut-être plus tard.[/font][/size]

[size=small][font=Open Sans]Et puis quelques jours plus tard, je suis tombé sur ça :[/font][/size]

[size=small][font=Open Sans]« Pourtant, il déteste le porno. Ça l’avilit. Il n’a pas envie de bander en regardant des femmes se rabaisser au rang de chienne, et pourtant il bande, et ça lui remplit la tête de saletés dont il n’a pas l’usage. On ne lui demande pas son avis : on lui met du porno sous le nez, tout le temps. Ça le dérange. Impossible de charger un jeu ou une série sans que s’affichent les photos de toutes les salopes qui habitent à moins de cent mètres de chez lui et qui veulent de la bite, tout de suite. Et à poil, les voisines, bien sûr, sinon il risquerait de passer à côté du message. Ça lui arrive de jeter un œil, c’est obligé. Ça le dégoûte. Ça l’excite et ça le dégoûte de se sentir excité par ça. Mais à qui les mecs peuvent-ils se plaindre ? Ils sont supposés encaisser tout ce qu’on leur envoie dans la gueule, et se démerder avec ça. Les filles, c’est facile pour elles : dès qu’elles l’ouvrent pour dire qu’elles se sentent salies ou non consentantes, on arrête toutes les rotatives et on les écoute pleurnicher. Lui se sent sali par la pornographie. Il se sent abusé, mais il va s’en plaindre à qui ? Les bonhommes, ils doivent supporter tout ce qu’on leur impose sans jamais la ramener avec leur sensibilité. On part du principe qu’ils sont forcément partants. Personne ne se demande si ça leur plaît de se faire choper par les couilles à tout bout de champ, pas plus qu’on se préoccupe de savoir s’ils ont envie d’être père ou pas, pas plus qu’on se préoccupe de savoir s’ils ont les moyens de payer la pension alimentaire qu’on leur impose… tout est sur le même mode. La masculinité, c’est « bande et raque » sans alternative. »[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans](...)[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]« Le problème de la rédemption, c’est que c’est comme passer du crack à la camomille : on se doute que ça a des vertus, mais sur le coup, c’est surtout vachement moins ludique. »[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans] [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans] Vernon Subutex 2,  Virginie Despentes.[/font][/size]

[size=small][font=Open Sans]Ca m’a rappelé qu’il fallait garder les choses simples.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Je vais refaire un sevrage, c’est certain.[/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]L’érotomanie devient par moments incapacitante. [/font][/size]
[size=small][font=Open Sans]Et dangeureuse quand je suis en voiture.[/font][/size]


[size=small][font=Open Sans]A+[/font][/size]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-08-2017 09:08:26

Je comptais faire un petit résumé de ce qui m’est arrivé depuis que j’ai cessé de me prendre pour un chevalier Blanc sur ce forum, mais ça sera pour plus tard. 
Ca fait quinze ans que j’essaye de décrocher, j’ai écrit des milliers centaines (faut pas exagérer non plus) de pages sur les vertus du sevrage comme d’autres ont rempli des bibliothèques sur les mérites de la prière, donc je ne vais pas revenir compulser sur le forum depsex, hier après-midi au bureau je me suis dit, tiens je pourrais me payer une escort black, pour voir si ça m’éteint le feu plus efficacement que le pOrn
(le feu suscité par la compulsion sexuelle est il réel ou imaginaire ?)
Je ne suis tombé que sur des sites super-glauques, et ensuite sur le wiki :
http://fr.wikihow.com/choisir-une-escort-girl
putain c’est méga compliqué, je comprends que les hommes préfèrent rester au pOrn.
Et hier soir, après 5 jours d’abstinence, ma femme n’était pas en forme, et je me suis retrouvé sur un site de vidéos en ligne sur mon Ipad pendant qu’elle dormait, ma chaussette à la main, et voilà.
Youhou.
Je ne peux pas vraiment parler de rechute, parce que depuis des années j’ai adopté un mode de consommation « raisonnée » (selon mes propres critères), il est quand même loin le temps où je passais des heures à faire ma petite affaire et surtout à amasser des vidéos, peut-être que DSK à côté de moi c’est Jean-Paul II, anyway je n’ai guère le temps de culpabiliser ou de refaire une dépression, mais ça va sans doute être un peu plus compliqué que prévu.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 30-08-2017 22:08:29

[size=small][font=Helvetica]Quand j'ai dit à mon psy la semaine dernière que je refaisais un sevrage pornoïque, il a réussi à ne pas rigoler. [/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]C’est déjà ça.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Je le vois depuis ma spectaculaire dépression de 2011, on m’avait prescrit des antidépresseurs qui m’ont rendu très exalté, il a suspecté des tendances bipolaires, on est parti sur des thymorégulateurs qui ne marchaient pas, parce qu’ils étaient censés contrer un état maniaque dans lequel je ne me trouvais pas, ma « bipolarité » était à forte composante dépressive, au bout de quelques années de rechutes je lui ai suggéré de me prescrire du lithium (j’avais entendu parler de ce médicament tout à fait ingénument et on avait pillé toute sa pharmacie sans essayer ça) et ça a marché, ça fait bien 18 mois que je n’ai pas connu d’effondrement du plafond psychique.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Je raconte tout ça en long et en travers sur mon blog, et c’est pas la meilleure chose que j’ai faite.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Sur le forum, je suis tombé sur les messages de Corto annonçant qu’il tenait bon depuis 3 ans, puis depuis 8 ans, remerciant au passage la bande de piliers de cyber-bistrot qu’on était à l’ouverture, il y a 11 ans. Ca m’a fait chaud au coeur, bien que Corto soit un fantôme comme les autres : tant qu’on n’a pas la personne en face de soi, on ignore à qui on a affaire, et on n’étreint que du vent.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Je me rappelle de ce que disait ma copine Flo à propos d’Orroz :[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]« J’aimerais bien savoir comment il soigne les dépendants, sauf à leur faire acquérir d'autres dépendances pour leur faire oublier la première, vu que lui-même ne semble pas avoir trouvé le chemin du bliss. Pour moi, si l'on veut être honnête, il faut proposer aux gens quelque chose de mieux que le sexe pour remplacer le sexe. Pas quelque chose de moins bien. Sinon les mecs ont l'impression de se faire arnaquer et c'est le cas. Ceux qui rechutent sont peut-être les plus lucides, d'un certain point de vue, puisqu'ils ont bien vu que les vessies n'étaient pas des lanternes. C'est un peu comme l'addiction à l'héro ou à la morphine. Les mecs sont dans l'état naturel, et tu voudrais leur remplacer ça par métro-boulot-dodo ? Le problème c'est que les psys ne connaissent pas "mieux" que ces addictions là, seulement moins bien, et c'est pourquoi il est plus facile de soigner un fumeur qu'un cyberdep ou un héroïnomane (que je place sur la même échelle). Remplacer un paradis artificiel par un vrai purgatoire, je comprends que certaines refusent. »[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]N’empêche que si j’avais suivi les conseils de mon bon maitre Orroz dès 2005, je serais rétabli depuis belle lurette et j’afficherais 4380 jours au compteur. En clair, j’aurais la plus grosse non-bite du quartier. [/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Ca m’aurait évité de finir dans le journal.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Heureusement que j’ai un peu d’humour, putain. Même s’il vaut parfois mieux que je le garde pour moi.[/font]
[/size][font=Helvetica][size=small]Bon allez, ça suffit pour aujourd’hui.[/size][/font]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-09-2017 10:09:35

[size=small][font=Helvetica]Bon, je suis en train de finir une semaine entière à la maison, tout seul comme un chien cyberdep, et je n’ai pas compulsé.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Ca me parait un bon test de motivation, je dis ça au cas où vous auriez reçu mon CV.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Ca m’accable un peu, parce que mon passé tragicomique de gesticulateur de forum et de blog me revient en boomerang, et qu’il ne s’agit pas de refaire les mêmes erreurs.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Je me sens couillon de ne pas avoir tenu bon lors de mes dernières tentatives, j’essaye de ne pas me barrer dans la culpabilité, conçue comme une fuite qui découragerait les plombiers les plus courageux.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]L’autre jour en quittant mon psychiatre, mon oeil est tombé sur la tranche d’un bouquin de Roland Gori dans sa bibliothèque « Exilés de l’intime » , qui n’a rien à voir avec la choucroute, sauf le titre.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Si y’a des gens exilés de leur intimité, c’est bien les dep’sex.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]On a échangé trois mots - le patient suivant s’avançait déjà - sur le problème de l’identité du dépendant : si le dépendant s’identifie à son identité de dépendant, il n’est pas près de lâcher prise. [/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Donc d’un côté il y a la réalité comportementale de l’addiction, de l’autre la nécessité de reconnaitre que dans le cas du pOrn, le lien de l’attachement pend, et même pendouille, dans le vide. Ca ne fonctionne que tant qu’on valide l’illusion à la force du poignet.[/font][/size]
[size=small][font=Helvetica]Appliqué à mon cas, d’un côté je ne nie pas que j’ai été très attaché à mes petites consolations porno, de l’autre je reconnais que le remède était pire que le mal, et que j’ai perdu pas mal de temps et d’énergie qui auraient fort judicieusement servi à regagner en clarté dans ma vie de couple, et plus généralement dans les autres domaines de ma vie.[/font][/size]
[font=Helvetica][size=small]Donc j’essaye de me pardonner, et d’avancer pour aujourd’hui.[/size][/font]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 20-09-2017 16:09:10

Quand j’étais jeune abstinent, j’étais très intello.
J’étais parti à combattre l’excitation sexuelle par l’excitation neuronale.
Depuis l’effondrement de mes tours jumelles en 2011, ça s'est pas bien mis, mais du coup ça m’a bien passé.
J’ai plus du tout envie de discuter le bout de gras, ou même de maigre, avec les autres membres du forum.
Moins j’y viens, mieux je me porte. 
Comme disait Mondom en claquant la porte d’icelui, « J'ai déjà suffisamment exprimé mon point de vue perso, qui a radicalement évolué depuis début 2011 par rapport à ce que j'ai précédemment tartiné copieusement sur un grand nombre de pages de ce forum. D'ailleurs j'hésite à cliquer sur envoyer parce que je considère cela comme un comportement limite. Je ne suis certainement pas là pour donner des conseils, il est important pour moi de ne pas le faire, plus encore que pour les autres de ne pas les suivre, ce qui est pourtant déjà pas rien.(…) Je vous présente à tous et à toutes mes excuses pour tout ce que j'ai écrit sur ce forum et qui s'est immiscé dans vos chemins alors que cela n'a pas apporté grand-chose à part me faire mousser et étaler ma maladie sur les paillassons de chacun. »
Quel lyrisme ! Quelle acuité ! La classe américaine !
Bon, moi je m’excuse pas, à une époque on s’est bien amusés et soutenus ici, mais je ne peux pas dire non plus avec le recul que je sois nostalgique d’une époque où je pouvais écrire 10 messages par jour, c’était pas la meilleure preuve que je pouvais m’offrir du rétablissement.
Pour l’instant, je ne peux pas dire non plus qu’au bout d’un mois sans consommer de p0rn, ma vie soit transfigurée.
Mais je suis très bien dans mon petit trou d’air, creusé à la main dans le répit quotidien.
Et je suis agréablement étonné de ne pas avoir de pensées sexuelles : en l’absence de stimulus, pas de réaction, merci au chien de Pavlov ! faut dire que j’ai fort à faire avec des difficultés professionnelles et personnelles dans une gamme de coloris assez variés pour que je n’aie pas le temps de m’ennuyer. J’essaye de ne pas céder aux sirènes de l’auto-dépréciation, c’est un vieux symptôme chez moi, qui revient quand je suis fatigué. Je ne vous parle même pas de confiance en soi, on n’en est pas là.
Je n’écris plus sur mes blogs, je ne télécharge plus comme un ouf des films et des séries que je ne prendrai jamais le temps de regarder, je recommence à lire des livres exigeants, je fais face à des problèmes domestiques avec sérénité (la chaudière à fioul a cramé ce week-end…) 
Bref, je vais resigner pour un mois. C’est ce que j’ai de mieux à faire.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 06-10-2017 19:10:02

C’est pas passé loin aujourd’hui. 
Mais c’est passé. 
J’ai pas envie de péter mon compteur tout neuf. 
Faut dire que 45 jours, c’était mon score habituel au début des années 2000, quand j’ai commencé à fréquenter un psychiatre pour ce léger problème de compulsion cyber-sexuelle. 
Avant de connaitre Orroz, et de me faire des 6 mois - un an comme qui rigole.
En ce moment, comme le reste de mes conditions de vie ont très peu évolué, j'ai quand même pas mal de frustrations, et je fais un effort d’humilité pour tenter de comprendre pourquoi depuis ma dépression de 2011 je suis devenu assez con et pour tout dire limité sur le plan intellectuel. 
C’est délicat. 
Mon cerveau répugne à avouer la claque qu’il a prise. 
Je ne peux pas lui mettre une lampe dans la figure et lui demander de répondre à mes questions. 
Je suis un peu contraint d’y aller avec douceur, de faire attention à son alimentation, ne pas le brusquer, le rassurer et espérer qu’il va mieux se porter que ces derniers temps. 
Sans me réfugier non plus dans l’attitude « c’était mieux avant » (avant ma dépression, avant l’addiction, avant la guerre, avant de quitter Paris, avant que les enfants grandissent…)
Je suis moins le jouet de mes angoisses, je les vois venir de plus loin. 
Et je me sens quand même moins merdeux et pitoyable que la dernière fois que j’ai démarré, le 20 aout.
Avant-hier ça fait 25 ans que je n’ai pas consommé d’alcool. 
C’est toujours ça de pris.
Par contre, et j'en parlais hier avec un ami, ce qui marche bien, c'est de me dire qu'il n'y a pas de chemin, et pas de démarche. Et surtout pas MA démarche, ça c’est le plus gros piège. C’est maintenant. Just do it. Pour désamorcer toute tentative de dialogue intérieur. Celui-ci ayant déjà eu lieu, avec les complications que l’on sait, en Slovénie comme ailleurs.
Je ne sais pas comment je fais, je me contente de ne pas faire. 
Mais en fait, même ça c’est impossible. 
Je fais autre chose, c’est tout.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Dexter @ 07-10-2017 12:10:50

Salut cher ami!

Difficile de passer après toi sur ton fil sans passer pour un ringard et sans avoir l'air de répéter tout ce qui a déjà été dit, ici comme ailleurs. Mais bon, de temps en temps, tu viens chez moi, et m'y laisse quelques mots, donc qui serai-je à t'ignorer?

Comme tu dis, il n'y a pas de chemin tout tracé, c'est toujours différent d'un cas à l'autre. C'est toute la difficulté du truc, mais cela ouvre aussi tellement de possibilités! Perso, après des années et des années d'efforts, j'en suis venu à me dire que l'essentiel était d'être sur la bonne pente, la bonne tendance, même si le point de départ était extrêmement bas. C'est sans doute ça, la vie. S'élever, puis retomber, puis remonter. Comme disait ce message radio il y a quelques années "dans la vie on prend les coups, on encaisse, on réagit, et puis on repart, parce que c'est la vie..." Pas d'autres alternative que de porter sa croix.

Alors courage à toi. Reste dans la bonne direction. Et sache que si je n'ai aucune solution à t'apporter, je suis au moins ici à t'écouter. Si jamais cela peut un peu t'aider, tant mieux.

-------------


Mince je viens de m'apercevoir que tu as été mon 666e message... #vadreretro!
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 10-10-2017 21:10:43

Salut Dexter. 
Je ne sais pas qui est le ringard de l’autre (je n’ai pas le courage de relire ton topic, et encore moins le mien), mais je suis content de ne pas terroriser tout le quartier. 
Il y a une bonne dizaine d’années, je suis allé à une réunion NA, invité par une copine que j’avais accompagnée à ses premiers pas en AA. J’y ai entendu un mec dire qu’il connaissait le programme depuis 8 ans et qu’il était sobre depuis 8 jours. Je me suis dit dans ma ford intérieure qu’il se foutait un peu de la gueule du monde, et puis finalement quand je vois ma propre difficulté face à un produit honnête et sain, qui dit clairement ce qu'il est et qui fait du bien par où il passe, je révise un peu mon jugement. 
Et chacun fait comme il peut, certains meurent les bottes au pied et d’autres la bite à la main. 
Mais je crois qu'« il ne suffit pas de savoir qu'il faudrait agir ou penser de telle ou telle manière : il faut - et il faut de toute nécessité – conformer sa vie à sa conscience ; il faut  pratiquer ce qu'on sait. Ce sont les actes qui comptent, aussi bien dans le domaine de l'idéal que dans le monde matériel. » serine à qui ne veut pas l'entendre Albert L. CAILLET (1869-1928) ingénieur français, chercheur en sciences psychiques qui ne s'est pourtant jamais pignolé sur Internet.
J’ai quand même passé quelques années bien à côté du cadre, sans avoir la force de changer les choses que je pensais pouvoir, même que ça me rendait bien malade. 
Bref. 
Je me pardonnerai plus tard. J'essaye de continuer à progresser.
Je ne fume plus dans la maison ni au bureau. Depuis 2 semaines, j’ai ainsi divisé ma consommation de moitié, passant de 30 à 15 clopes par jour, dans l’attente d’un arrêt total. 
Je ne veux pas faire ça trop près de l’arrêt du p0rn.
Cet après-midi je sors sur le trottoir m’en griller une, et je vois passer deux jeunes femmes noires, dont l’une n’était pas au courant que ça s’était rafraichi, débardeur léger et rondeurs d’épaule à l’air. 
Fichtre. L’impression instantanée d’être DSK, ou plutôt, d'être soudain possédé des mêmes démons que lui
C’est ça, les méfaits du tabac. 
J’en imagine plus en 19 secondes, le temps qu’elles mettent à me passer sous le nez (littéralement) que devant 15 sites pornos d’affilée. 
Mais il faut bien distinguer les choses, c’est cette rondeur d’épaule qui m’affole émotionnellement, ça n'a rien à voir avec le p0rn, c'est juste un court-circuit neuronal, qui dure trois secondes, et puis qui passe, il faut juste que j’apprenne à détourner les yeux pour ne pas trop en voir.
Cette nuit, j’ai rêvé que ma mère avait une bite et jouait dans une farce un peu porno (c’est en en parlant ce matin avec ma femme que j’ai fait le lien avec mon arrêt de conso, dans mon rêve je voyais surtout le coté farce et j'étais surtout intrigué de voir ma mère, au demeurant décédée depuis plusieurs années, avec une bite. cf le rêve de mon père, il y a un moment déjà)
Je pourrais élaborer, mais d’un autre côté, je suis très occupé.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
Dexter @ 13-10-2017 19:10:01

Hello M'sieur,

Perso, j'ai appris de mes sevrages précédents que lorsqu'on en était rendu à fantasmer sur les épaules des jeunes femmes, c'est que l'on était plus tout à fait loin de la guérison. ;-) C'est tout de même bien plus sain pour se faire du bien que d'avoir besoin du pire du net.

sur ce :-)
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 21-11-2017 13:11:56

[size=x-small][font=Helvetica]Je m’inscris en faux, mon bon Dexter. [/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]La frontière entre ce que tu nommes "se faire du bien" et avoir peur de manquer du pire (-to peer) n’est pas une question de nature, mais d’intensité. [/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Et sur le plan de l’intensité, y’a pas un curseur qui se mette en warning quand tu dépasses la cote d’alerte, enfin si, y’en a un mais quand le message d'avertissement est émis, ton hypothalamus n’a pas les moyens de le transmettre à ton néocortex, qui est en mode free run.[/font][/size]

[size=x-small][font=Helvetica]Ce n’est donc pas le stimulus qui importe mais la réponse que tu lui apportes.[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Une partie de cette réponse (l’émotionnelle) est émise spontanément et t’échappera toujours, mais chez les humains d’autres facteurs entrent en jeu, entre autres la chose grise et molle que tu as entre les oreilles.[/font][/size]

[size=x-small][font=Helvetica]« Il vaut mieux que ça sorte par le chakra du haut que par celui du bas, croyez-en ma vieille expérience »[/font][/size]
[size=x-small][font=Helvetica]Kevin Spicy dans une saison non diffusable de House of Crades.[/font][/size]

Désolé, je te réponds avec un peu de retard, j'ai pris le temps d'y réfléchir.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 22-11-2017 22:11:25

Trois mois clean, si j’exclus un petit dérapage controlé de la semaine passée. 
Or, je l’exclus. 
Donc je ne m’en félicite pas, mais je ne suis pas mécontent du dernier trimestre, on va dire. 
Surtout quand je relis ce que j’écrivais en reprenant pied ici même fin aout.

Les bénéfices du sevrage sont palpables, bien que sur un plan strictement tactile, la seule souris que je palpe c’est celle de l’ordi, vu l’heure à laquelle je regagne le lit conjugal (je suis dans un tunnel de taf, et j’enchaine aussi des missions le ouikende à plusieurs centaines de km de chez moi)
Petite crise hypomaniaque en ce moment, et pourtant je prends bien mon Fépalcon 500 mg. 
(du lithium, en fait)
Exaltation intellectuelle, pas mal de neurones en activité, pas de délires sexuels, pas vraiment de manque incoercible à ce niveau-là.
J’évacue la pression par les moyens du bord, essentiellement en faisant des blagues sur mon blog. 
Comprenne qui pourra.
« Il vaut mieux que ça sorte par le chakra du haut que par celui du bas, croyez-en ma vieille expérience »
Kevin Spicy dans une saison non diffusable de House of Crades.


a+
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
1_char @ 01-12-2017 20:12:45

c'est vrai que c'est étrange de tomber sur tes post allons bon ça fait quoi 10 ans je sais plus ...  c'est grâce a toi que j'ai fait mon premier sevrage de 2 ans (avec flo .. celle qui parlais de truc cosmique je sais plus)

bref tu sais bien que le temps c'est une distorsion que compter les jours ça fait effet élastique, plus tu tend la corde plus elle te reviens fort a la gueule.
j'ai poster un truc tous a l'heure j'étais fier comme si j'avais un bar tabac "regardez du porno c'est comme croire qu'on a un rencard avec des nana qui viendrons jamais", c'est un peut du warsen comme citation. ou regardez la vie sexuel des autres n’enrichis pas la tienne (ça c'est de toi)

ouai je sais c'est moche de te balancer tes propres citation. Il y a quelque mois j'ai eu la bonne idée de me testé ça faisait quoi 1 ans je sais plus la dernière image que j'avais vu ptet plus (image hein rien d'autre), ben j'ai enfin compris pourquoi j'avais toujours une image (étrangement toujours la dernière) qui me restais dans le ciboulot mon cerveau étais réellement persuadé que cette nana (ce monceau de pixel, ce changement de couleur sur mon écran) allez passé... bref comme toute les autres je les jamais vue finalement.

comme quoi même après 13 ans sur le sujet on en apprend tout le temps ... c'est que ça passe le temps

allez salut jhon c’était _ putain j’écris toujours aussi mal
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 03-12-2017 17:12:43

Ha ha ! En vérité je nous le dis, si un de mes dix slips parvient à le garder propre aussi longtemps, je n'aurai pas blablaté en vin.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 09-01-2018 22:01:44

[font=Helvetica][size=small][font=Helvetica]un pote qui me connait comme s'il m'avait fait m'écrit :[/font][/size][/font]
[font=Helvetica][size=small](...) Partageons dès ce début d'année un moment ludique ![/size][/font]
[font=Helvetica][size=small]Je ne résiste pas à l’idée de terminer ces vœux par une phrase du Maître Ascensionné Sri Francis Blanche: [/size][/font]
[font=Helvetica][size=small]« Face au monde qui bouge, mieux vaut penser le changement que changer le pansement ! »[/size][/font]


[font=Helvetica][size=small]https://next.liberation.fr/sexe/2014/11/27/pourquoi-j-ai-arrete-le-porno_1152043
[/size][/font]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
1_char @ 11-01-2018 21:01:16

la bonne année john ... que la paix soit avec toi
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 14-11-2019 15:11:12

Le site Nofap est attaqué par l'industrie du porno, par le biais d’une campagne de diffamation à l’égard de son créateur. 
Je n’ai pas pris le temps de consulter les détails, mais tout est là :
https://nofap.com/defend-alex/
J’avoue que je suis un peu jaloux. 
Aaah, c’est pas Marc Dorcel qui nous trainerait dans la boue, il est bien trop occupé à ne pas glisser dans la sienne quand il erre dans les couloirs fangeux de son Empire of Dirt, selon l’expression de Johnny Cash.
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
1_char @ 16-11-2019 19:11:53

salut john, 

il est super ce gars il fait plein de conférence excellente.. c'est fou quand même ce qu'il faut faire pour débouloner la toute puissante industrie (n'importe laquelle d'ailleur mais celle du porn a l'air quand même bien puissante)
voir le reportage de canal quand elle essaye de remonter la filliére des plus gros site du web.. a la final personne ne sais qui les détiens !! c'est barge
===============================================================================================================================================
Partagé sur le partage (le retour)
pikmin @ 22-11-2019 04:11:14

John Warsen is back !

Envoyé de mon Redmi Note 7 en utilisant Tapatalk
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 24-11-2019 08:11:33

back = derrière. 
Tu as raison, je reste derrière, je m'épanouis mieux dans l'ombre.
Concernant l'attaque du site NoFap par "[font=Tahoma]la toute puissante industrie du p0rn", à mon avis ils ont simplement le même souci que l'industrie de programmes non-X, à savoir l'offre surabondante de contenus gratuits sur de multiples plateformes, et il faut bien qu'ils trouvent un coupable... Il y a un siècle, aux Etats-Unis, les fabricants d'alcool devaient bien pourrir la vie des ligues de tempérance.[/font]
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 13-03-2020 18:03:36

Une fois de plus, je suis bien obligé d'admettre que quand j'ai faim, c'est pas de regarder des gens manger qui va me rassasier. Des gens mieux habillés et plus riches que moi, dans ce restaurant où tout le monde se met tout nu, sauf le chef cuistot et le patron, pour ne pas faire fuir les clients.

Et vous croyez que je vais me mettre à table ? 
Je ne sais pas; je constate que l'âge venant, j'ai moins d'appétit. 
C'est déjà ça, mais je reconnais que comme message d'espoir, peut mieux faire. 
J'ai reçu un mail de rappel de mon appartenance à la communauté, c'est ma foi vrai, ce n'est pas parce que le forum n'est plus un outil constructif pour moi que je ne peux pas témoigner de mon progrès de temps en temps. 
Je lis les documents de chez nofap, y'a vraiment des trucs bien vus, je tenterai peut-être d'en traduire quelques uns, ça peut pas nuire.
Bon courage à tous.
===============================================================================================================================================
Partagé sur le partage (le retour)
pikmin @ 29-03-2020 17:03:25

Salut mon cher John,

J'espère que tu vas bien. Tu parles de faim, ça me fait penser que j'ai commencé y'a presque 2 mois maintenant ce que l'on appelle le jeune intermittent et maintenant après cette période je peux ne pas manger durant 20 heures et avec du thé ça passe tout seul.

C'est drôle parce que ça correspond à mon dernier sevrage aussi.

À bientôt

Envoyé de mon Redmi Note 7 en utilisant Tapatalk
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 31-03-2020 11:03:41

Tu dis ça pour m'exciter, salope.
===============================================================================================================================================
Partagé sur le partage (le retour)
pikmin @ 31-03-2020 14:03:54

Ah non merde finalement range tes fourchettes et retire ton bavoir, il se trouve qu'après mes deux beaux mois de sevrage, je vienne de rechuter ! Comme quoi faut mieux se la fermer des fois haha

Envoyé de mon Redmi Note 7 en utilisant Tapatalk
===============================================================================================================================================
RE: Partagé sur le partage (le retour)
John Warsen @ 27-04-2020 07:04:51

Je suis sincèrement désolé pour toi. 
Mon mauvais esprit simulé n'était là que pour t'aider à consolider tes acquis. 
Mais il est vrai que annoncer ses intentions est une excellente façon de faire rigoler Dieu, comme le disait Al Swearengen dans Deadwood.
Ceci dit, tu ne parlais pas de tes intentions, mais du chemin parcouru. 
Mais ça ne plaisante pas non plus de ce côté-là, si on se vante de ses progères, on est mis en demeure de prouver son engagement (je t'enjoins à regarder la série Fleabag, surtout dans la saison 2, pour mesurer la portée de mes propos)
J'ignore s'il faut encore parler de rechute pour des gars comme nous, ou s'il ne faut pas songer à créer une classe spéciale d'handicapés moteur cérébraux.
===============================================================================================================================================