Je m'y recolle !
Eggon @ 03-01-2006 10:01:53

Bonjour,

Je migre d'Orroz sur ce nouveau site, que je n'ai pas encore pris le temps d'approfondir, mais dont je remercie d'ores et déjà son concepteur de l'avoir créé.

J'étais sur Orroz, et pour résumer mon parcours de dépendant cherchant l'abstinence aux sites pornos, ceci :

- dépendant à la pornographie depuis fort longtemps, mais de manière que j'ai considéré comme "gérable et raisonnable" jusqu'à l'intrusion d'Internet dans ma vie, en 2001

- très dépendant donc depuis 2001 à la pornographie sur le Net, attitude à laquelle j'attribue principalement (mais pas seulement !) mes échecs amoureux, alors que j'ai pourtant fait de très belles rencontres et connu de belles histoires, et mon errance affective

- quelques périodes, courtes, d'éloignement de mon ordicul, notamment pendant les congés, mais jusqu'alors mes souhaits de me débarrasser de cette addiction, dont je suis conscient des maux qu'elle crée en moi (sexualité stéréotypée porno, mauvaises images de moi, à cause de cette pratique, et des femmes, à cause de l'image qu'elle renvoie d'elles, confrontation entre la pornodépendance et, au fond, une personnalité plutôt romantique, masturbations fréquentes et (paradoxalement ?) des érections moins glorieuses, etc.), bref, mes souhaits sont restés des souhaits

- inscription sur le forum d'Orroz le 11 aout 2005 et, de cette date au 24 octobre 2005, abstinence à la pornographie sur le net, je trouvais même ça relativement facile, et, leçon d'humilité :

-rechute le 25 octobre 2005, rechute de taille puisque je suis retourné vers mes conneries de cette date jusqu'au 9 décembre. Incapable de redécrocher, il me les fallait toooooouuuuuuuutes

- re-abstinant depuis le 10 décembre.

Je réalise à l'instant, devant ces dates, que le démarrage de ma 1er tentative d'abstinence, le 11 août et de ma seconde et actuelle le 10 décembre, correspondent tous deux à des chocs amoureux, bref des ruptures, ce qui semblent bien indiquer à quel point j'associe mes échecs amoureux à la pornodépendance (pas seulement, j'ai entrepris une psy pour travailler ces différents points, mais la pornodépendance est un vrai facteur d'échec).

Je tiens à préciser ceci : je ne rejette pas le sexe, ni le fait que j'aime le sexe, cela je l'assume mais je veux revoir sérieusement ma façon de l'aimer. Je cherche l'équilibre, pas le rejet, je cherche à être capable de marier des sentiments nobles avec une sexualité assumée et complice, et surtout réelle et non virtuelle, et avec une personne aimée.

Et je suis ici parce que j'ai besoin de me sentir moins seul dans cette lutte, d'en parler, d'échanger, d'être aidé et d'aider si je peux le faire.

Si vous m'avez lu jusqu'au bout, chapeau et merci, j'ai été bavard.

A bientôt à tous et encore merci à l'administrateur pour ce nouveau site.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Cœur Voilé @ 03-01-2006 22:01:23

Salut Eggon,

je pense que tu le dis dans ton message, ce qui nous fait replonger dans cette dépendance, c'est tout simplement que c'est immédiat et facile. Et allez vers l'immédiat et le facile, je crois que c'est bien ce qu'on nous a inculqué dans la société de consommation qui est la nôtre. Avoir une attitude contraire n'est donc pas naturel et semble difficile.

Je crois que une des pistes pour nous en sortir, c'est d'arriver à prendre du recul, savoir être patient et accepter que la vie n'est pas forcement facile.

Pas facile, non ?

D'autre part, je suis contre le fait de stigmatiser trop cette dépendance (je ne peux bien sûr parler que pour ma situation personnelle), car je pense que le problème est plus profond. Attention, ce qui ne veut pas dire que je ne pense pas que je doive combattre cette forme de dépendance...mais j'ai du mal avec ce mot de "dépendance". J'emploierais plus pour mon cas personnel le mot "paliatif" puisque chez moi le recours à l'érotisme voire au porno se substitue à toute relation réelle mais je ne suis pas atteint de masturbation compulsive pour autant par exemple. D'où la difficulté de me situer par rapport à cette "dépendance".
Pardon de m'écarté un peu de ton message, mais c'est en fait là une réflexion que je voulais faire depuis assez longtemps qui est ressortie.

En tout cas, depuis le 10 décembre, je trouve que c'est bien, continue ton combat et continue d'en parler.

A bientôt.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Cœur Voilé @ 03-01-2006 22:01:07

Disse:
Morison19 a écrit :
En ce debut d'année 2006, j'ai vraiment décidé d'arreter de consulter cette sites destructeurs... et j'ai aussi compris qu'arreter le porno ne rimait pas avec arreter toute forme de sexualité.

Salut Morison19,
bravo pour cette reflexion pertinente. Je dirais même plus, arrêter le porno peut peut-être même nous permettre de démarrer vraiment une sexualité !
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Bruno59 @ 04-01-2006 14:01:53

Personnellement, j'emploie le terme de dépendance, car il correspond bien à ce que je ressens, chaque fois que j'use de ces artifices qui me permettent de fuir une réalité angoissante. Si je demeure dans la dépendance, je ne suis plus libre, et je pense que les efforts que nous produisons, grâce à ces forums d'entraide, sont de vraies libération.

Par ailleurs, je partage ta réflexion, Coeur Voilé, sur cette socièté de consommation qui nous incite à jouir de tout et tout de suite. Accepter de vivre sa vie, dans sa complexité, ses joies et ses souffrances, voilà la clef à mon avis. Plutot que de nous perdre dans des illusions, des images séduisantes, osons la simplicité de la vie. :-)
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Cœur Voilé @ 05-01-2006 00:01:06

Salut Bruno,

excellente la citation dans ta signature. Qui est ce Gustave THIBON ?

A bientôt.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 05-01-2006 12:01:39

Disse:
Cœur Voilé a écrit:
Salut Eggon,

je pense que tu le dis dans ton message, ce qui nous fait replonger dans cette dépendance, c'est tout simplement que c'est immédiat et facile. Et allez vers l'immédiat et le facile, je crois que c'est bien ce qu'on nous a inculqué dans la société de consommation qui est la nôtre. Avoir une attitude contraire n'est donc pas naturel et semble difficile.

Je crois que une des pistes pour nous en sortir, c'est d'arriver à prendre du recul, savoir être patient et accepter que la vie n'est pas forcement facile.

Pas facile, non ?

Apprendre la patience, un autre combat chez moi, effectivement. Et ta remarque sur l'immédiateté est tout à fait pertinente.

Tu parles plus loin de palliatif, tu as raison, à cette nuance près que dans mon cas ce palliatif a dérivé jusqu'à devenir une dépendance.

Palliatif à quoi alors ? Dans mon cas je pense à l'ennui, à l'absence actuelle de réalisation, peut-être.

Je suis quelqu'un qui s'ennuie très vite et la pornographie me permettait d'épicer mes soirées solitaires. "L'oisiveté est la mère de tous les vices", on ne peut mieux dire dans mon cas.

En outre, après avoir pendant des années fait beaucoup pour évoluer professionnellement, via des concours puisque je suis fonctionnaire, je suis arrivé aujourd'hui au niveau ambitionné, et maintenant quoi ? J'ai 40 balais dans un mois, je suis cadre administratif, j'ai un poste plutôt valorisant mais au final : je m'emmerde. Et quand je m'emmerde, il y a toujours un moment où quelque chose me dit que je pourrais meubler cet ennui en allant voir des trucs de culs sur le Net.

La pornographie, c'est, en quelque sorte, un refuge. Un nid douillet. Un bulle. Pendant que j'y suis, je ne pense plus à mon ennui actuel, et au fait que je suis arrivé à un cap, et que je dois me botter le cul pour le franchir puisque je ne m'y réalise plus. Je cache des frustrations derrière la pornographie.

Et puis parfois, connement certainement, j'ai l'impression que ma vie affective, après avoir gaché pas mal d'histoires pourtant agréables, est fini, j'ai bientôt 40 balais, je vieillis gentiment, je n'aime pas le sexe sous plastique, ma fille part faire sa vie avec son copain, j'ai l'impression de rester sur le bord de la route, et là encore les illusions de la pornographie agissent, elles diluent, elles meublent, elles occupent, elles font diversion.

Alors voilà, quand comme actuellement je n'ai plus recours à ce paravent, mon quotidien paraît plus long, plus ennuyeux, mon temps est distordu, la vacuité est plus grande, "vanité des vanités, tout est vanité".

Il faut donc que je réapprivoise le temps et ce que j'en fait, que je regarde lucidement ma vie en face, où elle est et ce que je veux en faire, que je me pardonne, que je sois plus patient, plus indulgent avec moi, que je retrouve foi en moi, et confiance dans la vie et ses potentiels, toutes choses que le pornographie m'évitait.

J'ai tort d'ailleurs de tout mettre sur le dos de la pornographie, il y a d'autres choses que je recherche avec un psy, mais cette pratique est en quelque sorte le parangon de la façon dont jusqu'alors je me suis confronté à mes difficultés de vivre.

Bon, tout ça est encore confus, mais j'espère que vous aurez saisi l'idée générale.

Allons de l'avant !
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
baz @ 05-01-2006 22:01:46

Je me reconnais parfaitement dans ton témoignage Eggon, je suis sans emploi, célibataire, et l'ennui me menace chaque jour de ma vie, c'est comme la peur du vide, du rien, de la mort. Je suis convaincu d'avoir déjà fait le choix de la souffrance plutôt que d'avoir à me confronter à cette sorte d'ennui que je qualifierais d'"existentiel" pour ne pas le confondre avec l'ennui de circonstance qui peut survenir lorsqu'on ne trouve rien à faire. J'ai toujours quelque chose à faire mais parfois tout manque d'intéret, de sens profond, c'est là qu'intervient le "à quoi bon" qui peut m'entrainer dans les pires dérives.
Je te conseille la lectutre d'un livre qui m'a vraiment passionné, ça s'appelle "Petite philosophie de l'enui" de Lars Fr. H Svenden aux éditions Fayard.Aucune recettes miracle proposées, si ce n'est d'accepter que la vie n'est pas toujours aussi "passionnante" qu'on le souhaiterait, mais un ouvrage très référencé sur la question, et puis c'est toujours une façon de passer le temps...

Je te souhaite beaucoup de courage.

Ah oui un dernier truc pour combler l'ennui et le manque de sens: l'altruisme. Personnellement je pense aller voir les restos du coeur ces jours-ci pour proposer mes services, on verra bien.

Baz
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Bruno59 @ 06-01-2006 15:01:28

Intéressant, en effet, ce que vous dites. On en revient souvent à la question du sens que l'on donne à sa vie, et il n'est pas simple d'en trouver à tous nos actes. Aider les autres, trouver dans la rencontre une vraie joie de vivre peut-être l'occasion de donner justement du sens à ce qu'on fait.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 04-02-2006 21:02:05

Mayday mayday, j'appelle la base, je crains de partir en vrille, je répète je crains de partir en vrille, j'ai des ratés dans la résolution, je sens des vibrations inquiétantes qui m'attirent vers le vide, ça craint sérieux.

Bon, voilà, j'en suis à 57 jours d'abstinence (je dois avouer trois petites transgressions, puisque je suis allé brièvement lire des récits hot mais sans images, et je ne les retiens pas comme des rechûtes car ce serait 1/ trop sévère, je me flagelle déjà bien assez et 2/ c'est les images mon problème, même si je sais avec quelle facilité les mots peuvent mener aux images). Et là, des images, j'en veux.

A vrai dire, je fais une petite crise existentielle avec légère déprime à la clé, est-ce que la pespective de mes 40 ans dans quelques jours pourrait y être pour quelques choses ? Bin tiens, à ton avis ! (ce qui fait bien marrer ma fille qui trouve que je suis un beau et jeune et branché papa qui se prend bien trop la tête avec ça).

Or donc, légère déprime, ennui, plafond bas, et j'entends mon ordi me jouer le chant des sirènes, qu'il peut lui, si je sais bien en user et aller au bon endroit, me réconforter, me démontrer que tout est encore possible, et qu'elles sont toutes pour moi, si je veux. Douce musique. Délicieuse léthargie. Exquise illusion.

Je sens bien mieux maintenant que j'essaie de m'en tenir loin combien la pornographie sur le net était, et pourrait redevenir si je n'y prends pas garde, un refuge, un abri, un nid douillet où me cacher de mes frustrations, angoisses, ressentiments. Evidemment, sans ce paratonnerre, ces derniers s'en donnent à coeur joie. Bon, allez, c'est un passage nécessaire, ça ne durera pas, je me dis que j'arriverai un jour à gérer mes sentiments négatifs sans cet exutoire pervers.

Mais là, il me manque, mon exutoire...
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Nicolas @ 05-02-2006 13:02:36

Bonjour Eggon.

Message bien reçu ! Tiens bon !
Même si je n'ai pas encore quarante ans (je vais passer la trentaine bientôt), je crois comprendre le fondement de ta frustration.
"Et quand je m'emmerde, il y a toujours un moment où quelque chose me dit que je pourrais meubler cet ennui en allant voir des trucs de culs sur le Net."
Que c'est criant de vérité !

J'avais aussi lu un truc sur le "syndrôme d'accomplissement total". C'est ce dont souffrait Armonstrong depuis son retour sur Terre, après avoir fait les premiers pas sur la Lune.
Il s'est entièrement réalisé, et la vie ne lui semble plus utile, puisque "mission accomplie".
N'as-tu pas aussi cette impression ? Après avoir gravit les échelons de ton travail, n'as-tu pas l'impression d'être arrivé à la fin d'une ère ?
Penses alors à la suivante (facile à dire quand on a 30 ans), mais à 40, rien n'est terminé, au contraire, d'autres choses se construisent, sous une autre forme. Il faut simplement deviner quoi.
Et un sevrage définitif du porno, une autre manière de voir la sexualité (voir autrement sa séduction et les preuves de sa séduction ?), te permettra peut-être de tourner la page...

Bon courage en tous cas et à bientôt, Nicolas (22 jours).
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Nicolas @ 05-02-2006 13:02:24

Exutoire ?

N'as-tu pas envie d'essayer d'autres exutoires ?
Sport ? Lecture, musique ? Origamie ? Jardinage ?
Une conversation sur ce site proposait de remplacer le temps gagné par autre chose et les idées ne manquaient pas !
Il est peut-être là l'exutoire...

A bientôt, et bon courage, Nicolas (22 jours).
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 08-02-2006 17:02:59

Merci une fois de plus pour ces quelques encouragements. Non, je n'ai pas été voir finalement d'images pornos ce soir là, pour répondre, Kiwi, à ta préoccupation, mais il s'en est fallut de très très peu.
Et j'arrive bonnant-malant, demain soir, à mes deux mois d'abstinence.

A suivre ...
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
John Warsen @ 08-02-2006 20:02:38

au fond, tu sais bien ce qui t'attend si tu remets le nez dedans. Tu serais bien infoutu de n'y remettre que le nez.
Tu veux juste qu'on soit là à te dire "fais pas le con, après tu te sentiras merdeux et l'horizon de ta liberté aura reculé en bloc, comme au premier jour de ton premier sevrage. Quand tu croyais que c'était pas possible d'y arriver un jour.
Hier j'ai dit à ma thérapeute "j'ai très peu de chances de m'en sortir" : j'y songe en ces termes parce que demain ça fera 4 mois depuis ma dernière branlette, et que j'ai pas envie d'y retourner. Pas envie de regravir la pente qu'il faut 5 minutes pour dévaler et beaucoup plus pour remonter : retrouver l'estime de soi, cesser de déshabiller les femmes du regard comme si c'était des objets ou de la viande, cesser de me croire une sous-merde plutôt qu'un être humain en quète de son humanité. Pense à tout ça avant de te remettre la main dans le froc. Tu peux aussi méditer sur "la rédemption de l'objet fascinatoire" sur mon blog, mais j'ai pas la science infuse, ça c'est clair. Pense à tout ce que tu vas rater si tu craques : tu parles d'exquise illusion, mais je ne lui ferais pas cette fleur.
Je crois que c'est Rousseau qui disait "j'ai peut-être eu plus de bonheur en finissant mes aventures par une main baisée que vous n'en avez eu en commençant les votres par la même main baisée". Lui a manifestement vécu, et s'est nourri de cette illusion. Mais on n'est plus au 17ème siècle, man. Nos illusions à nous nous flétrissent avant de nous tuer. Tu le sais, sinon tu serais pas là. Penses-y bien : avec un peu de chance et pas mal d'humilité, ça te passera avant que ça me reprenne.
Ton John qui t'aime.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 09-02-2006 18:02:59

Cher John,

Je tiens au "cher" car tes messages me sont toujours de la plus grande utilité. Le ton, et probablement de ce que j'appellerai le recul. Ainsi, et j'arrête parce ce que sinon ça risque de devenir flagorneur, que la qualité de ta réflexion.

Evidemment que j'ai envie qu'on me dise "fais pas le con, après tu te sentiras merdeux et l'horizon de ta liberté aura reculé en bloc, comme au premier jour de ton premier sevrage. Quand tu croyais que c'était pas possible d'y arriver un jour." En ces termes ou en d'autres. Parce que des fois, mon analyse mienne, elle s'embrouille, se ment, s'automutile, se prend les pieds dans le tapis, et si je ne me rattrappe pas à quelque chose, c'est le gadin.

Mais je ne veux pas être injuste avec moi-même. J'ai progressé, je suis moins une bite et un peu plus un humain, je réfléchis plus, même avant d'être à deux doigts de chûter, même quand je suis à deux doigts, et j'arrive maintenant presque à le faire avant d'être à un doigt.

C'est terrible de se trouver confronter à ce temps qu'avant on passait devant ces images. C'est presque plus terrible que d'être privé de ces images. Et finalement, je réalise que je m'ennuie un peu. Mais là-encore, je sais que j'ai plus à gagner à me confronterà ce constat qu'à le dissimuler derrière mon voyeurisme et mes branlettes.

Merci pour ton aide.

PS : tu PEUX me (nous) rappeller l'adresse de ton blog STP ?
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
John Warsen @ 10-02-2006 09:02:27

Ravi de servir à quelqu'un.
Quand tu dis "C'est terrible de se trouver confronté à ce temps qu'avant on passait devant ces images" tu es face à un double problème que nous abordons tous au cours du sevrage : 1/que faire de ce temps libéré ? des fois on se tournerait bien vers dieu (tel que chacun le conçoit) en lui adressant cette triste prière : "Seigneur, délivre-moi de cette liberté dont je ne sais que faire sinon me lamenter de ne pas en jouir !" (et dieu aurait alors raison de se dire qu'il y a des coups de pied au cul qui se perdent) donc là en gros c'est à toi de chercher avec quoi tu peux remplir ce vide que creuse l'abstinence en toi. Ca fout un peu la trouille, parce que le vide était déjà là, et on se doute que si on le remplit avec n'importe quoi, ça va le faire moyen. Donc la suggestion du jour c'est "apprends à choisir" (et méfie toi de ne pas devenir l'esclave de tes choix, mais au cas où ça t'arrive quand même, ça sera un indice t'indiquant qu'il est temps d'en changer.)
2/la problématique du pardon : se pardonner à soi-même d'avoir perdu tout ce temps à se faire du mal en croyant se faire du bien. Il faut du temps, de la patience, et ne pas y songer trop souvent : il y a des peines qui se soignent dans l'obscurité de notre âme pendant qu'on s'occupe ailleurs.
Bon courage
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 17-04-2006 11:04:44

Bonjour à toutes et tous,

Je ne fêterai hélas pas mon 4ème mois d'abstinence, il ne me restait plus que quelques jours avant d'y parvenir quand j'ai rechuté. C'était il y a dix jours, et depuis dix jours, plus moyen de décramponner des sites de cul du net (bon, tout de même je dors, je mange, je vais travailler, je vois des amis, mais vous voyez l'idée).

Je m'en veux un peu d'avoir rechûté, mais beaucoup de ne pas parvenir à repartir à l'assaut de cette forteresse semble-t-il imprenable, l'abstinence à la cyber-pornographie.

J'ai rechuté de manière très conne, retour de vacances, petit dîner au resto avec d'excellents amis, un peu trop d'alcool sûrement, puis retour à la maison et, TOUT SIMPLEMENT, alors que je revenais du bout du monde, que j'avais presque 4 mois d'abstinence derrière moi (presque 4 mois !!!), j'ai allumé mon ordi, tout simplement, je me suis installé devant, l'esprit déconnecté ou trop connecté, je ne sais plus, et j'ai cherché des vidéo de cul. Me croirez-vous : j'en ai trouvé.

Voilà.

Depuis quelques jours, je déprime sérieusement, pas la simple déprime, mais celle qui confine à la dépression, ou en est peut-être déjà une d'ailleurs (j'en ai déjà fait une il y a dix ans), j'ai de plus en plus d'idées suicidaires, pas construites non, mais des flashs qui me font concevoir la chose comme une issue raisonnable, oui, désormais une option.

Je ne crois pas que mon état d'esprit soit directement lié à cette rechute, mais de manière collatérale à mon besoin d'amour, non satisfait, mon sentiment fort de solitude alors pourtant que je suis plutôt bien entouré (ma fille, mes amis) et le sentiment d'un quête impossible que je grève encore plus chaque fois que je vais me gâcher devant des sites de culs. Mais justement aussi, parce que je vais très mal actuellement, et c'est un piège énorme, je peux mesurer combien, au moins à très court terme (SEULEMENT à très court terme), la pornographie agit comme un antidépresseur (pour mieux vous enfoncer quand le sang revient irriguer le cerveau).

Bref, largué !

Convaincu pourtant qu'il faut que je reparte, et que j'y arrive, car ma vie restera plombée si je reste victime de cette addiction.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
déclick @ 17-04-2006 12:04:27

désolé pour vous les gars, mais vous êtes parmis nous et c'est plutôt une bonne chose. preuve que vous lachez pas l'affaire.

si j'avais eu plus vite la réaxtion de venir sur le forum il ya trois mois je crois que j'aurais évité des heures et des heures de porno trash.

egon,

tu étais parti combien de temps à l'étranger?

déclick
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 17-04-2006 19:04:22

Disse:
egon,

tu étais parti combien de temps à l'étranger?


Je suis parti trois semaines, en Asie, et je n'ai pas touché un ordi pendant tout ce temps !

C'est dingue que même l'idée de tenir encore 4 petits jours pour fêter mes 4 mois d'abstinence ne m'ait pas motivé à tenir, peut-être qu'ensuite le cap serait passé et que je serai reparti pour un tour. Mais en fait l'idée ne m'a même pas effleuré je crois, j'y suis allé, l'esprit embrumé (et légèrement alcoolisé), sans même d'ailleurs être excessivement torturé par le désir point barre.

Je me demande si, après trois semaines de vie très éloignée de mon quotidien, le retour à ma vie "banale" et en ce moment plutôt stérile ne m'a pas sauté à la gueule, et que j'ai, bêtement, baissé les bras sans plus me poser de questions :-(. En tout cas ça ressemble à ça.

Je crois en effet que cela peut tenir au fait que mon travail d'abstinence n'est pas accompagné par un "projet de vie" plus vaste, car ma vie, professionnelle, affective (sur ce point, je crois que je base bcp mon travail d'abstinence, ma motivation dans celui-ci sur l'objectif de redevenir "clean" dans la perspective d'une future rencontre amoureuse... et comme il n'y en a pas ou qu'en tout cas la dernière n'a pas marché, du coup mon beau château de carte s'écroule. Il faudrait donc que je multiplie les motivations, peut être à commencer par la reconquête de mon égo), est actuellement au point mort, et je ne sais pas trop quoi faire. A ce sujet, je suis retourné lire un peu aujourd'hui le site d'Orroz et j'ai trouvé pertinent ceci :

Disse:
4/ Retrouvez le sens de la création.
L'abstinence pour l'abstinence a de sérieuses limites. Ne pas confondre l'abstinence avec la guérison. L'abstinence est un outil au service de votre guérison. Mais "changer" n'est pas uniquement renoncer à sa compulsion, renoncer au "mal". C'est surtout DEVELOPPER SA NOUVELLE PERSONNALITÉ, de nouvelles relations aux autres, se rendre utile, donner, c'est faire entrer en soi le"bien", actif par nature. Il est plus stimulant et plus vrai de concevoir son processus de guérison comme une croissance, une construction que comme une soustraction, une privation. La libération d'une dépendance n'est pas uniquement un renoncement, c'est une création. Lâcher un comportement compulsif est un premier pas vers une transformation globale de l'existence, un élargissement de nos capacités à être heureux. Ne restez pas oisif. Evitez le nombrilisme. Investissez-vous dans une activité valorisante et épanouissante. A travers elle vous retrouverez confiance en votre capacité à créer, à évoluer, à apporter du bonheur aux autres. Vous cesserez de vous considérer comme une victime ou un martyre, de vous apitoyer sur vous-même. Vous réapprendrez la responsabilité vis-à-vis de vous et des autres et découvrirez une dimension nouvelle de votre liberté. Remplacez les plaisirs destructeurs liés à votre compulsion par de nouveaux plaisirs équilibrants et bâtisseurs. Echangez les tentations qui abaissent contre des tentation qui élèvent. Il ne s'agit pas de morale mais simplement de se poser la question "Tel choix va t-il dans le sens du progrès et de l'épanouissement réels ou me fait-il retourner à la dépendance et à la souffrance?". Se libérer d'une mauvaise image de soi ouvre les yeux sur d'autres perspectives. Apprenez à voir les qualités liées à votre faiblesse : ce qui jusqu'à aujourd'hui a expliqué votre addiction peut devenir un support à votre rétablissement de demain. Votre passage par la souffrance peut vous aider à mieux comprendre les autres.Votre hypersensibilité peut nourrir une communication en profondeur avec les autres. Votre recherche effrénée de sensation et d'absolu peut, une fois réorientée, nourrir un engagement courageux au service de causes humanistes qui auront besoin de votre énergie, votre quête d'un "ailleurs" jusque là opérée à travers la soif sexuelle et le fantasme peut se réinvestir dans la construction réelle d'un "ailleurs", d'une humanité meilleure et plus heureuse...etc.


Bon, par quoi commencer???
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Nicolas @ 18-04-2006 15:04:20

Je ne cesse de le constater; Orroz est LA base...

A bientôt...
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
John Warsen @ 18-04-2006 15:04:29

Ben oui, on manque d'intervenants de cette envergure... c'est pour ça que je vais souvent me promener sur l'ancien forum comme je ferais du patin à glace sur un lac de larmes gelées de codep impuissantes à nous sortir de là...
Eggon, je crois que tes 4 mois en Asie, tu peux te dire qu'ils ne comptent pas pour cause qu'on ne peut se sevrer "par contumace", d'ailleurs chez orroz on avait eu une belle vague de rechutes à la fin de l'été 2005, plein de nous s'étonnaient de retomber dedans après des semaines de "sevrage automatique".
Il faut que tu médites sur le fait que quand on Eggon, on est Gon... ;-) et que tu apprennes à te protéger du mieux que tu peux. Rien ne t'empèche de tirer la leçon de ce nouveau départ.
Rien à rajouter au paragraphe que tu cites, c'est LA solution, et personne ne peut savoir quelle activité va te faire tripper. Tu dois chercher par toi-même.
===============================================================================================================================================
Re: Je m'y recolle !
Eggon @ 18-04-2006 18:04:27

Disse:
Eggon, je crois que tes 4 mois en Asie, tu peux te dire qu'ils ne comptent pas pour cause qu'on ne peut se sevrer "par contumace", d'ailleurs chez orroz on avait eu une belle vague de rechutes à la fin de l'été 2005, plein de nous s'étonnaient de retomber dedans après des semaines de "sevrage automatique".


Teuteuteu, tu ne m'as pas compris John, je n'ai passé QUE trois semaines en Asie, et avant d'y partir j'étais abstinent depuis plus de trois mois. Donc ça compte, j'te f'rai dire.

Mais ce qui est fou, mais ouf de chez ouf, c'est la facilité avec laquelle j'ai rechuté, tout en douceur, sans état d'âme, comme dans du beurre, par ici la luxure, bonjour mesdemoiselles, je vous avais manqué (elles ont toutes répondu oui 8-) )? après tous ces efforts.

Ce qui m'amène à méditer sur le sens de l'abstinence, que je perçois avec ma petite tête futée mais que j'oublie parfois avec ma petite tête distraite : le truc, c'est pas d'accumuler des jours et des jours d'abstinence même si il faut passer par cette comptabilité mais de donner du SENS à ce travail, et qu'il n'a de sens que s'il s'accompagne d'autres travaux, sur soi, sur son amélioration, sur l'altruisme, sur la générosité, sur la créativité, sur l'écoute, sur le respect de l'autre. Et c'est donc encore plus de boulot, mais évidemment tellement plus riche aussi.

Hé, vous savez quoi ? Aujourd'hui est mon premier jour de ma nouvelle période d'abstinence.
===============================================================================================================================================