La gestion hédonique
philein @ 27-01-2007 15:01:00

Bonjour,Je veux vous informer de l'existence d'un livre intéressant sur l'addiction d'Eric Loonis qui s'intitule "<strong class="sans">La Gestion hédonique : Prolégomènes à une hédonologie humaine"</strong>Voici un résumé du livre : Ce volume se propose de définir la gestion hédonique qui est tout ce que fait l'homme chaque jour et à chaque instant pour réguler son humeur et, plus généralement, pour contrôler ses états psychologiques .Les addictions, quant à elles, répondent à cinq besoins : soulager une souffrance, avoir du plaisir, se détendre, s'exciter et enrichir les apprentissages et les compétences.Quelques liens à visiter : <ul><li>L'auteur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Loonis</li><li>Application de la gestion hédonique : http://www.polycopenligne.com/pages/psych-addgeshe/index.html</li></ul>J'ai lu en diagonale son livre et il met l'addiction comme étant normale mais à nous de la gérer.PhilippeComme le souligne Louise Nadeau dans cette article , nous sommes tous dépendants à quelque chose, mais il y a plusieurs degrés : compulsion, addiction. Quelques précisions toutefois concernant les addictions :<ul><li>Les formes pathologiques d'addiction entraînent toute une série de conséquences négatives pour l'individu, notamment en ce qui concerne sa santé, sa vie sociale ou professionnelle, en terme de désadaptation.</li><li>Les gens cherchent à avoir du plaisir, mais les mécanismes de tolérance, d'origine cérébrale, tendent en permanence à abaisser le niveau de plaisir, de sorte que la personne recherche toujours plus de plaisir, tout en revenant constamment à une tonalité hédonique relativement neutre, tout comme le coureur en salle «avance» tout en faisant du sur place. Ainsi, non seulement l'activité hédonique ne fait que soulager le malaise momentanément (c'est la tolérance, qui conduit au «toujours plus»), mais de plus, apparaissent des phénomènes de manque, de perte de contrôle et leurs répercussions sur l'image de soi, l'identité de celui qui se perçoit comme un «addicté» («je suis un alcoolique, un fumeur, un pédophile...», etc.). L'ensemble de ces conséquences de l'utilisation de l'activité hédonique est appelée dysphorie conséquente. Elle peut entraîner une véritable spirale addictive qui correspond aux formes pathologiques d'addiction.</li></ul>
===============================================================================================================================================